Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03.08.2020

À vous de jouer ? (n°722)

Un cheval peut boire de litres d’eau par jour, en fonction du climat, de son activité physique, du type d’aliment et de la quantité d’humidité qu’il contient.

  • entre 25 et 55 litres
  • entre 25 et 65 litres
  • entre 25 et 75 litres

Réponse lundi prochain

Réponse "à vous de jouer n°721"

Quel est l'autre nom de sucre de bouleau ?

31.07.2020

Atelier écriture "Nuit étoilée" par MartineC

Écrire un texte sur le thème : d'une nuit étoilée.

Retrouvons les étoiles

C’est un Monde où les Hommes étaient devenus fous.
 
Ils ne se déplaçaient plus qu’en voitures, trains et avions. Pour respirer, ils utilisaient des appareils électriques.
 
Toutes ces machines fonctionnaient au pétrole, l’« Or » Noir car payés en dollars.
Avec frénésie, les Hommes détruisirent les forêts pour fabriquer les dollars en papier, creusèrent la terre pour forer des puits de pétrole afin d’alimenter leurs machines infernales.
 
Mais cet Or Noir remplissait l’air de gaz nocifs : manquant d’oxygène pour respirer, les Hommes inventèrent des respirateurs électriques.
Ils se parlaient à travers leurs smartphones et suivaient les infos du bout du monde via Internet, se goinfraient de junk food affalés sur leur canapé, visitaient les pays entassés sur des paquebots-îles flottantes.
 
Ils avaient inventé les machines à se déplacer, l’oxygénothérapie, Internet, et étaient très fiers de leurs découvertes technologiques. Ils se pensaient « l’Etre le plus intelligent de la planète » !
Ils se disputaient à coups de dollars. Ceux qui n’avaient pas ce sésame mourraient d’étouffement.
 
Le ciel était chaque année de plus en plus bas et gris de fumées. Le jour, le soleil transparaissait à peine et la nuit, la lune apparaissait faiblement et les étoiles avaient disparu.
« C’est quoi, les Étoiles ?» demandaient les Jeunes entendant les Anciens conter les « belles nuits étoilées d’antan », ce qui excitait l’imagination des Enfants. Eux ne connaissaient que grisaille.
 
Un jour, un Virus invisible envahit la Terre entière décimant jeunes, vieux, riches et pauvres. Pris de panique, les Survivants s’isolèrent, se calfeutrant dans leurs demeures. Tout déplacement, toute activité étaient désormais interdits par les Autorités.
 
Après des jours et des jours - une éternité pour l’Homme Moderne -, ils purent lire « Virus vaincu, sorties sans danger » sur leurs écrans à lumière artificielle.
Eblouis de lumière naturelle et méfiants du « dehors », les Hommes sortir un pied, deux pieds, se remirent à marcher, redécouvrant le son de leurs pas sur le sol car tout alentour était dénué des bruits habituels, tels vrombissements et autres bruits de machines.
Un air frais emplissait naturellement leurs narines. A bas les appareils à oxygène !
 
Dans les villes comme dans les campagnes, le soleil éclatait dans le bleu du ciel envahi de chants d’oiseaux, on entendit à nouveau sonner les cloches des églises, la verdure et les arbres sentaient bon la fraîcheur.
Quand arrivait le soir, un croissant de lune faisait place au soleil, un ciel bleu nuit se constellait de milliers de petites lumières. « Etoiles ! Etoiles ! ».
 
Les Anciens revivaient leur jeunesse, les Jeunes découvraient un Monde nouveau….. se promettant que plus jamais, jamais ! on ne se déplacerait en voitures, en trains, en avions, en paquebots. Plus jamais on ne ferait des trous dans la Terre pour en tirer du pétrole.
On laisserait les arbres pousser et la nuit on admirerait, dans la profondeur du ciel, scintiller les Etoiles.
C’est trop beau, la Nuit Étoilée ! C’est trop beau de rêver sous les étoiles !
 
Martine C.

29.07.2020

Lire "La vérité sur le mystère Fillon"

paris,livreSi vous voulez mieux connaître l’homme privé François Fillon n’hésitez pas jetez–vous dans ce récit concocté par Tugdual Denis vous y découvrirez l’intimité de cet homme public qui resta si longtemps mystérieux pour le plus grand public malgré ses nombreuses années à  des postes éminents.
 
Vous le suivrez lors de diners informels, des scènes de chasse, de virées en bolides  et dans bien d’autres circonstances.
 
Vous connaîtrez mieux sa famille (sa femme Pénélope et ses 5  enfants) ses amis (ceux qui lui sont restés fidèles et aussi ceux qui l’ont lâché).
 
Bien des situations vous étonneront. Ce livre ne peut que vous surprendre.   
 
Jean-Paul       

24.07.2020

Échappée déconfinée

Depuis plusieurs années
Pour moi, Trouville c’est au printemps
Je ne connaissais pas l’été
Ce lieu d’un autre temps.
Après le confinement
Revoir l’espace, quel bonheur
Mais également quel changement
Constaté à cette heure.
 
La plage dès le matin
C’est le domaine des chiens.
La base nautique s’est réveillée
Tournent les “optimists”
Plus loin les voiliers colorés
Prennent la mer pour une piste
Bien qu’elle soit agitée.
 
La plage se garnit de monde
Surtout le côté surveillé,
Des cabines de toiles rondes
Aux couleurs vives, rayées
Dont les jupes s’envolent
Sont alignées parmi des parasols
Plantés à espaces réguliers,
Comme cela est recommandé
Probablement cette année,
La plage est plus civilisée.
 
Si vaste que personne n’est gêné
Chacun peut s’activer,
Jouer, se promener à volonté
Vraiment en toute liberté.
Peu de bruits sont perçus
Sauf celui du reflux.
C’est le début de la saison
Mais déjà le goût de l’évasion
A eu raison des citadins
Nombreux venus respirer l’air marin.
Pour vivre un tel dépaysement
Une semaine c’est court ?
Non, c’est suffisant !
Mais à quand le prochain retour ?
 
Ninette

22.07.2020

Lire "Mémoires impubliables"

paris,livreCe livre imposant (plus de 600 pages) est passionnant, il se lit comme un roman d’action comportant plusieurs scénarios.
 
Avec l’auteur, Pierre Péan, célèbre journaliste d’investigation particulièrement efficace, vous participez aux luttes de pouvoir en Afrique (au Gabon avec Omar Bongo, au Rwanda avec Paul Kagame....)
 
Vous assistez aux agissements des services secrets français, vous serez tenus au courant des secrets les mieux gardés de l’Histoire récente (la lutte entre les différents réseaux de Résistance qui précipitèrent, sans doute, la fin de Jean Moulin, les choix politiques de François Mitterrand durant sa jeunesse...). Bien d’autres histoires vous passionneront (je pense à Marguerite Duras).
 
Vous ne serez pas déçus.

 Jean-Paul

20.07.2020

À vous de jouer ? (n°721)

Quel est l'autre nom de sucre de bouleau ?

  • Muscovado
  • Stevia
  • Xylitol

Réponse lundi 3 août

Réponse "à vous de jouer n°720"

Les Islériens et les Islériennes sont les habitants de quelle ville française ?

  • Illiers-Combray (28)

17.07.2020

Atelier photos à la maison

Nous avons le plaisir de vous montrer quelques photos de nos ateliers depuis le confinement. Thèmes :
- Fruit ou fruits
- De sa fenêtre
- 2 livres
- Paire de chaussures pour une pub
- Objet (s) en verre
- Covid19

©2020 by photographes Arvem

Jeanet

14.07.2020

Atelier écriture "Nuit étoilée" par Jeano

Que c’est dur de trouver le sommeil, par ces temps catastrophiques ! On voudrait se coucher tôt, paisiblement, mais finalement, très agité, très perturbé…on se couche tard. Pourtant Raymond Devos l’a dit (et même chanté) : se coucher tard …. nuit !

Nuit…et toi, laid ? Non, par pitié, pas encore ces cauchemars. Depuis petit, on me dit moche. J’ai arrêté de regarder la télévision qui semble me crier : T’es laid, T’es laid !! Plus de visites dans les bistrots où l’on crie : Sers un café au laid. Plus de corrida où l’on hurle quand je rentre : Oh ! Laid, Oh ! laid. J’ai du déménager, quitter le Val d’Oise et son village Gros lay. Je ne prends plus le tram, ni surtout le tro ..lley, tro…lley. Je n’entends que ça autour de moi. J’appuie sur le champignon de ma voiture…je vois un bo..let. Chez le marchand de chaussures..pas belles, il s’exclame en me voyant arriver : elles ne peuvent aller qu’aux pieds, qu’au laid !!

Je voudrais être un homme normal, ni beau, ni laid, entre les deux. Moi, Jean Ouanhnon, dit J.O, je rêve d’être Beau.JO..Laid, de compter les verres plutôt que les moutons. Et qu’au 4ème ou 5ème, ça y est, je m’enfonce dans mon duvet…Nu, il est toilé, …douillet !!

Jeano