Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16.03.2017

Musée Henner

Par un après-midi particulièrement pluvieux, quoi de mieux que de se réfugier au musée Jean-Jacques Henner !... mais visite programmée par Arvem tout de même…

Cela nous a permis de découvrir ce magnifique hôtel particulier avec salon néo-renaissance et jardin d’hiver…

Ensuite, en gravissant les étages Karine, notre conférencière, nous a raconté cet artiste du XIXe siècle dont je n’avais jamais entendu parler. Des portraits à foison, des paysages de son Alsace natale et quelques études nous rappelant qu’il avait été "prix de Rome".

Une visite très intéressante dans un lieu privilégié et la découverte de cet artiste.

Colette C

02.03.2017

Visite "L'hôtel de Lauzun'

Après la discussion ayant trait au duc de Lauzun, j'avais un rêve, visiter l'Hôtel de Lauzun dont il fut l'éphémère propriétaire de 1682 à 1685.

Grâce à Arvem voici un vœu exaucé. Cela valait la peine de gagner le quai d'Anjou dans l'Ile St-Louis. Profitant d'une remarquable restauration, l'heureux touriste peut admirer de magnifiques appartements qui par leurs superbes décors du XVIIeme siècle, rivalisent en réduction, avec Versailles et Vaux le Vicomte.

L'Hôtel de Lauzun Trésor de l'Ile St-Louis.jpgSi vous quittez à regret ce lieu si évocateur du Grand Siècle, un livre vous est proposé superbement illustré vous proposant l'histoire de l'Hôtel et une visite commentée vous entrainant dans les salles visitées, puis dans les étages fermés au public.

Une découverte que nous n'oublierons pas.

Si le cœur vous en dit le livre "L'Hôtel de Lauzun Trésor de l'Ile St-Louis" de Raymond Boulhares et Marc Soleranski est édité chez ARTELIA.

Jean-Paul

20.12.2016

Expo "Jade, des empereurs à l'Art déco"

paris,expositionLe samedi 10 décembre sous la conduite de Karine, ARVEM se rendit au Musée Guimet où jusqu'au 16 janvier il nous invite à travers l'exposition "Jade, des empereurs à l'Art déco" à nous plonger dans une épopée historique et esthétique qui nous mena depuis le Néolithique, puis les lointains Empereurs collectionneurs, jusqu'à l'Art Déco qui vit chez nous dans les années 1920 le goût du jade s'emparer d'un grand nom de la joaillerie occidentale "Cartier".

Une exposition dépaysante qui nous fit explorer l'âme chinoise et comprendre la fascination exercée depuis des siècles par cette civilisation éloignée dont l'une des expressions majeures, fut le jade.

Jean-Paul

09.11.2016

Le service historique de la Défense

En ce jeudi 3 novembre nous avions rendez-vous avec Jeannette devant l'entrée principale du château de Vincennes.

En pénétrant dans l'enceinte du château il s'agissait de nous rendre, conduit par un guide bien au fait de son sujet, dans le pavillon du Roi lieu entre autres, occupé par le service historique de la Défense.

Ce service résulte de la fusion depuis 2005 des services historiques de l'Armée de Terre, de la Marine Nationale de l'Air et de la Gendarmerie Nationale.

Il est chargé de collecter, classer, restaurer les documents et objets qui forment la source de l'histoire passée, ou en train de s'écrire, pour la rendre accessible à tous.

Nous avons pu ainsi, dans le spacieuse salle de lecture, feuilleter tout à loisir quelques livres rares comme un livre-hommage à Roland-Garros confectionné dans la voilure d'un avion allemand abattu par ce héros de la Grande Guerre.

parisLe livre-hommage aux morts du 79eme Régiment tout en argent est particulièrement impressionnant.

Je vous fait grâce des autres documents présentés. Pour les feuilleter vous pouvez vous diriger vers le pavillon du Roi, une simple carte d'identité à la main. Vous aurez plus de 5 km d'archives à votre disposition (ne vous tracassez pas on vous aidera dans votre quête).

En résumé une visite qui incite à la recherche.

Jean-Paul

28.10.2016

Oscar Wilde : l'impertinent absolu

paris,expositionCe samedi 8 octobre Arvem avait judicieusement choisi de nous faire visiter au Petit Palais (exposition clôturée le 15 janvier 2017) "Oscar Wilde, l'impertinent absolu".

Une guide intéressante nous conduisit dans cette exposition riche en documents-témoins d'une vie mouvementée qui mena cet écrivain éclectique (critique d'art, roman "Portrait de Dorian Gray", pièces de théâtre : "Salomé", L'importance d'être constant"...) de son Irlande natale (1854) à Paris (30 novembre 1900 Hôtel d'Alsace rue des Beaux Arts).

Après un court passage au cimetière de Bagneux, il repose au Père Lachaise où de nombreux admirateurs et admiratrices ne manquent pas de lui rendre hommage.

Jean-Paul

27.05.2016

Expo "George Desvallières"

paris,expositionJusqu'au 17 juillet le Musée du Petit Palais présente une exposition sur George (sans s) Desvallières, un peintre méconnu de la Belle Époque dont le talent, à la suite de la Grande Guerre (il y perdit un fils de 17 ans) et de sa redécouverte de la foi (tel Paul Claudel) au début du XXeme siècle, fut mis au service de la religion et du souvenir de 14-18, le sacrifice du soldat s'assimilant à celui du Christ sur la croix.

À ce propos, le chemin de croix de l'église du Saint-Esprit avenue Daumesnil en est un beau témoignage.

George Desvallières un artiste à découvrir.

Jean-Paul

25.03.2016

Art nouveau

Nous sommes très fanas de l’Art Nouveau, brève période de l’histoire de l’art mais ô combien riche et colorée

O joie, grâce à notre créative et infatigable association de quartier ARVEM, nous avons découvert une caverne d’Ali Baba de l’art nouveau, à Paris…

Mais non de la section correspondante du musée d’Orsay, mais chez Pierre Cardin, 3 rue Royale à Paris, qui a inlassablement collectionné pendant 60 ans à travers le monde, tout ce qu’il a pu acheter de représentatif de cette période.

parisDans cet immeuble qui lui appartient entièrement – avec au rez-de-chaussée le célèbre restaurant Maxim’s – nous avons, sur trois étages pu nous émerveiller devant les trésors ainsi rassemblés : meubles, lits, bars, lampadaires, vases Tiffany, barbotines , etc…

Mais le but de la visite n’était pas de découvrir les collections permanentes mais d’abord de visiter l’exposition temporaire consacrée à… Marlène Dietrich

Un conférencier remarquable et plein d’humour nous a conté par le menu, dans l’ordre chronologique, la folle vie de cette méga star, depuis sa naissance à Berlin dans une famille de l’aristocratie prussienne, au sein de laquelle elle a reçu une éducation de princesse notamment en matière de couture et de cuisine (c’est ainsi qu’elle pourra confectionner - entre autre de ses …quelques 500 amants recensés - pour Jean Gabin à Hollywood un pot-au-feu !)

Pour conquérparisir Hollywood dans un premier temps puis se consacrer à la chanson ensuite à travers le monde.

Jusqu’à ses 15 dernières années qu’elle aura passé alitée dans son appartement de l’avenue Montaigne toujours aussi volcanique prima donna.

Donc, n’hésitez pas à vous rendre rue royale pour visiter l’exposition permanente Art Nouveau, et , jusqu’au 3 avril … pour aller rendre hommage à la fabuleuse Marlène.

Vous avez tous les renseignements sur Internet : Musée Maxim’s Art Nouveau.

Jacques et Nicole

 

23.03.2016

Marlène Dietrich

DSC_0066 copie_b.jpgSamedi 12 mars, Arvem avait rendez-vous chez Maxim's. Tranquilisez-vous, le champagne n'a pas coulé à flot et le caviar n'a pas été servi à la louche.

Il s'agissait dans le Musée d'Art Nouveau sis dans l'établissement appartenant à Pierre Cardin de profiter des commentaires comme toujours brillants, de Pierre-André Hélène basés sur les portraits, photos, objets, et robes de scène de Marlène Dietrich.

parisPour résumer la vie de cette icône adulée au XXeme siècle qui termina sa vie claustrée avenue Montaigne, il valait mieux la côtoyer sur grand écran que dans la vie.


Conclusion de cette visite passionnante : une expérience à renouveler.

Jean-Paul

26.01.2016

Expo "La mode retrouvée La Comtesse Greffulhe

Si vous voulez vous régaler Mesdames, et vous Messieurs, aller à la recherche du temps perdu, je vous invite à me suivre.

La comtesse était une femme hors du commun, tant par sa beauté, son maintien altier que sur le déroulement de sa vie, de ses actions époustouflantes si bien décrites dans le livre de Laure Hillerin "La comtesse Greffulhe L'ombre des Guermantes".

Elle s'est employée dans divers domaines fréquentant les "hauts placés" de ce monde, tant en politique que dans les arts, musiciens, écrivains, que chez les scientifiques dont elle s'est faite mécène pour bon nombre d'entre eux, ainsi prenant une place très importante dans la société de l'époque, allant jusqu'à même envisager l'émancipation de la femme.

Mais le plus important, justement, était de paraître et montrer qu'elle se voulait différente des autres femmes qui pouvaient être également en relief. Une personnalité originale, élégante, généreuse, artiste et visionnaire, d'une influence réelle. Très admirée des hommes (entre autre le jeune Proust), laissant planer un certain mystère, gardant un comportement de femme respectable, en un mot : la Classe !

Elle a donc eu recours aux maisons et stylistes de la haute couture  comme, Félix, Worth, Poiret, Boulanger, Lanvin, Nina Ricci ( pas Chanel jugée trop ordinaire...)

La superbe garde-robe présentée au Palais Galliera jusqu'en mars 2016, témoigne bien du goût et des moyens importants qu'elle possédait provenant de sa famille, également de son mari, volage et manipulateur qui vivait de son côté.

Quelques modèles de la fin du XIXeme siècle sont particulièrement magnifiques, comme cette robe de velours de soie ciselé aux motifs de grenade, des robes brodées de fils d'or et d'argent ou cette splendide robe "byzantine" étincelante portée juste pour le mariage de sa fille entièrement brodée, couverte de pierreries, dont la traîne est bordée de zibeline.

Des tenues portées une seule fois en général, sauf, une robe de velours noir munie de longues fleurs de lys blanches incrustées brodées de perles qui fut transformée car elle l'aimait particulièrement.

Elle portait souvent des couleurs sombres, afin de mettre en valeur son teint sous sa chevelure auburn, créant même la mode du chignon placé au-dessus de la tête dénommé "le petit Greffulhe".

Avec l'évolution de la mode dans les années 1920 qui abandonna les manches gigot, la taille de guêpe, le corps moulé dans le corset et la traîne, se livrant à la souplesse dans les matières et les formes, pour une silhouette plus fluide, on remarque encore des toilettes richement décorées, dentelles pailletées, des  motifs  originaux évoquant la Chine, l’Égypte après la découverte du tombeau de Toutankhamon.

Des tenues d'intérieur, de ville, du soir, soieries, voile, emploi de perles pierreries, multiples broderies, fourrures, des chapeaux assortis, gants, souliers, sacs, éventails , à faire rêver ! Mais pas de bijoux! Non! Toujours pour se différencier, ceux-ci n'étaient pas dans ses convictions, mais plutôt réservés aux femmes faciles, ce qu'elles recevaient en échange de leurs frivolités.

Figurent peu de documents photos, car la comtesse s'opposait à divulguer ces images, les réservant plutôt à ses proches. On découvre quelques croquis longtemps cachés du peintre Paul César Helleu, seul un portrait en pastel et deux petits films nous permettent d'apprécier cette femme légendaire pourtant si peu connue, disparue à 92 ans en 1952 et repose au Père Lachaise dans une chapelle. (Un jour si  vous le souhaitez, nous irons la saluer)

Je me demandais comment cela se faisait-il qu'à cette époque elle ait pu avoir une telle place, une telle volonté, un tel pouvoir, une telle capacité à bousculer les foules, les principes, tenir un rang élevé dans ses salons, être respectée et admirée et survivre à trois guerres.

Sans doute ce talent était-il dans ses gènes ? J'en ai eu la certitude en découvrant qu'elle était l'arrière petite- fille de Madame Tallien, mais également aidée par l'éducation reçue de sa mère, égale à celle de ses frères, intellectuellement et artistiquement. Cela explique tout ! Je reste pleinement admirative !

Ninette

Exposition "La mode retrouvée, la Comtesse Greffulhe

Visite du 16 janvier 2016

© 2016 by Yves C