Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19.07.2019

Seconde promenade en Eure & Loir

Nous sommes partis remonter le temps à travers nos visites matinales à Illiers Combray, et pour bien se réveiller, toujours traditionnellement le quiz dans le car auquel fidèlement vous vous pliez. Mais cette fois-ci exceptionnellement récompensés par des madeleines évoquant notre cher Proust que nous allions retrouver, là où il a passé des vacances.

La Maison de tante Léonie
Très jolie demeure dont la façade rose et les fenêtres entourées de céramique donnent sur un jardinet.

DSC_0134.jpg

© 2019 by Yvesck

Nous avons été sensibles au détour dans la chambre du petit Marcel, d’autres pièces comportant du mobilier, des souvenirs de sa famille, la cuisine avec la vaisselle qu’il a connu.

Dans les combles un reportage photos sur les connaissances, les relations touchant l’auteur et personnes importantes de l’époque, mais aussi une grande salle récemment réservée en hommage au centenaire du prix Goncourt reçu, avec de nombreux documents, et le portrait de l’écrivain qui nous suit des yeux.

Le Pré Catelan
Visite tout en douceur par des commentaires susurrés, nécessitant une oreille bien tendue, heureusement pas de présence d’autres visiteurs !

L’oncle de Proust, amateur d’horticulture a dessiné et créé cet immense parc où nous avons déambulé écoutant l’histoire de la "Serpentine" ruisseau artificiel dont l’extrémité ressemble à une tête de serpent, puis recherche de 3 arbres plantés à l’époque et encore présents, tout en croisant de petites constructions, pigeonnier, kiosque, un bassin, un système pour faire monter l’eau nécessaire aux plantations placées sur la hauteur.

Puis grimper par un sentier composé de marches, s’arrêter devant la fausse grotte surmontée de la maison du gardien, continuer vers la haie d’aubépines évoquée dans l’œuvre de Marcel, face aux immenses champs de blé inexistants autrefois, sans passer par le potager qui lui, n’existe plus, sauf rencontrer par hasard, des arbres fruitiers.

Une jolie évasion dans cet espace vert extrêmement bien entretenu appréciant les odeurs naturelles des arbustes.

DSC_0058.jpg

© 2019 by Yvesck

Pour clore cette matinée une visite dans la superbe église du village, dont la voûte à 64m de haut est entièrement recouverte de peintures sur bois, du XIXe siècle. De beaux vitraux, sièges à l’ancienne présentant un espace en bois compartimenté et fermé pour se protéger du froid, sauf celui de la famille de Proust, le seul garni et recouvert de tissu.

DSC_0084.jpg

© 2019 by Yvesck

Entr’acte

Lire la suite ICI

05.07.2019

À propos de la sortie Arvem du 15 juin

Les visites de demeures d'écrivains et d'artistes m'ont toujours laissé une impression mitigée, si disert soit le commentaire des guides.
Car elles peuvent laisser penser qu'il suffit de voir les lieux où ont vécu Proust, Balzac, Monet pour au-delà de leur vie personnelle, connaître leur œuvre. Même si la seconde a d'étroits rapports avec la première.
Or un(e) écrivain(e)ou un(e) artiste n'est (presque) que ce qu'il écrit ou peint. Ce que développe Roland Barthes dans son cours au Collège de France sur la Préparation au roman. Tout le reste n'est que décor et accessoires et pour le public, illusions, poudre aux yeux.

Entrer dans une œuvre, une pensée, doit être une construction de notre esprit qui répond à celle du créateur : hésitante, malaisée, laborieuse, relativement impuissante.

En contrepoint de cette visite, celle de la très belle église d'Illiers-Combray, conçue dès le Moyen-Âge par de célèbres architectes mais réalisée par d'obscurs artisans dont la biographie reste, elle, inconnue avec sa voûte en coque de navire renversée (comme celle de Sainte Catherine à Honfleur) à poutres à fresques multicolores, et ses magnifiques stalles de bois sculptées.
On peut en rapprocher le retable de la chapelle du château de Villebon - autre grande étape de l'excursion.
En de tels lieux il ne faut que regarder, imaginer, rêver, replacer la beauté dans son contexte historique, esthétique, et spirituel.
De cette contemplation méditative, l'harmonieux volume rose du Château lui-même peut être aussi l'objet, avec son parc verdoyant rappelant l'étonnante oasis du "Pré Catelan" (n°2 !) à Illiers, autour de la Serpentine avec, comme l'a dit joliment la guide "toute la gamme des verts possible".
À l'intérieur du château, la lettre émouvante d'une des propriétaires, résistante déportée.

Sortie poétique et enrichissante donc, peut-être incitatrice à la lecture, voire à l'écriture.

Marie-Claire CALMUS

25.06.2019

Promenade Proust

J'ai au minimum trois mercis à formuler aujourd'hui !

D'abord ARVEM pour la super idée de balade ce samedi 15 juin.

Ensuite Jean-Paul, pour sa conférence introductive et pour sa présentation très agréable de cet auteur "à part" !

Enfin aux deux guides (pré Catelan puis maison de Léonie) qui ont contribué elles aussi à l'éveil de ma curiosité et de mon envie de découvrir Marcel Proust dès mon retour sur Paris...

J'espère ne pas être déçue en arrivant à surmonter les difficultés d'approche ressenties il y a plusieurs années !!!

Et cerise sur le gâteau, le soleil nous a accompagnés toute la journée.

AnnickB

07.06.2019

Bons baisers d’Eure-et-Loir …..

En ce samedi 18 mai 2019, notre dynamique association de quartier, l’ARVEM, jamais à court de bonnes idées, nous conduisit en Eure-et-Loir, non pas à Chartres (où nous étions déjà allés) mais revisiter l’histoire de France, d’abord au château Renaissance de Montigny le Ganelon, puis, l’après-midi à la Commanderie Templière d’Arville.

Après deux heures paisibles de car, nous avons été accueillis par une grande dame, non seulement par la taille et par l’âge, mais aussi de vieille noblesse française : descendante des familles de Montmorency–Laval et de Lévis– Mirepoix : la grande classe : compétente, érudite, pleine d’humour et de simplicité.

Ce magnifique château était à l’origine une forteresse à l’époque de Charlemagne puis une seconde forteresse aurait été construite au Xe siècle, reconstruit au 12e. Au XVIIIe siècle le domaine revient aux familles d’Adrien Pierre de Montmorency Laval, ambassadeur de France sous Louis XVIII et Charles X et  aussi auparavant  l’un des trois derniers défenseurs du Canada où se situe depuis la ville de Lévis près  de Québec. La façade est, dans un style néo gothique, a été édifiée en 1879 par un élève de Viollet-le-Duc.

paris,gannelonLes armoiries des familles sont placées au-dessus de la porte d’entrée. Sur la façade Ouest du château sept personnages taillés dans la pierre en haut des colonnes du cloître, en relief, représentent les sept péchés capitaux. L’escalier principal du château possède un plafond renaissance construit en 1495. Les sculptures de cette partie sont proches de celle du château de Blois. Au-dessus de la première lampe à huile se trouve une coquille Saint-Jacques pour symboliser le chemin de Compostelle sur lequel le château est situé, et, en-dessous apparaît un pélican qui rappelle la légende éponyme.

La visite du château nous révèle des trésors de meubles, tableaux, sculptures dont on s’émerveille qu’ils  aient traversé les siècles pour arriver jusqu’à nous : ainsi des assiettes italiennes d’Urbino du XVIe siècle,  une robe de Madame Récamier, un tableau représentant Saint-François recevant les stigmates ,en réalité un  puzzle de pierres semi précieuses, pesant 60 kg et, tout au long du parcours de gracieux ballets d’automates.

Mais aussi du Loir et Cher …. Lire la suite ici

Une bien belle journée, que nous n’oublierons pas, avec ce souvenir marquant de plus de 1000 ans d’histoire de France. Une fois encore, merci,  Jeannette, Ninette et Jean-Paul.

Jacques et Nicole

22.05.2019

Samedi 18 mai

paris,gannelonJournée super sympa malgré la pluie ! Visite du château de Montigny-Gannelon très instructive, commentée, pour le 1er groupe, par un guide humoriste et souriant. Puis séance déjeuner où la fraîcheur de la salle a rapidement fait place à une ambiance chaleureuse et bon enfant...

L'intervention de la propriétaire des lieux, en fin de repas, a été appréciée de tous.

Direction Arville et la découverte de l'une des dernières commanderies encore "en état". Là encore notre guide, très pédagogue, a su captiver notre attention malgré les envies de sieste de certain(e)s d'entre nous !!!paris,gannelon

Ensuite le viticulteur nous a parlé avec fougue et passion de son métier et la dégustation a su convaincre la plupart de rapporter quelques bouteilles.

Enfin un retour sur la capitale sans un seul embouteillage, la voie était libre jusqu'au point d'arrivée atteint vers 21h. Merci à notre chauffeur !

Annick B.

08.05.2019

Promenade dans le faubourg

Nous étions plus nombreux que prévu et tant mieux, pour remonter le faubourg Saint-Antoine et s’arrêter devant des vestiges encore présents ou disparus, mais vivants par l’évocation des faits historiques durant une promenade de 2h30.

Quelques témoins du passé, une fontaine, une plaque gravée, des maisons, des lieux, des noms, Baudin, Réveillon, Santerre, Malet... Des héros des périodes 1789 - 1812 – 1851 entre Bastille et la place du Trône.

Un dimanche de Pâques sous le soleil où des solitaires se sont retrouvés, non pour chercher les œufs traditionnels, mais pour profiter du quartier moins bruyant, moins agité, permettant de faire revivre la temps des barricades, l’exaltation des révolutionnaires, mais aussi des actes glorieux, complétant ainsi la discussion de la veille.

Si le faubourg n’a plus la même âme qu’autrefois ayant perdu sa destinée première, celle du meuble et des divers artisans de l’ameublement évoquée avec regrets par les plus nostalgiques, notre attention en était d’autant moins dispersée et sans soucis nous avons suivi sagement ce parcours historique.

Ninette

03.05.2019

Le musée de la gendarmerie à Melun

Je ne peux faire qu’un petit résumé d’une grande découverte, celle d’un unique et immense espace ouvert en 2015, pour une présentation depuis la naissance de cette institution jusqu’à nos jours, développée dans toute sa complexité avec compétence.

Le plus impressionnant à nos yeux, c’est la présence de nombreux mannequins en pied, ou montés sur un cheval, le tout en costume avec leurs couleurs et insignes respectifs, suivant les époques sous les différents régimes qu’ils soient royaux, colonialistes, républicains ....

Nous avons été interloqués par le fait que tous ces personnages placés en vitrine suspendue, semblaient flotter dans l’air, grâce à une technique ingénieuse, très discrète, qui prouve qu’il en est tout autrement.

Lire la suite ICI

 

02.05.2019

La Collégiale de St-Martin de Champeaux

Grâce à un parcours fluide, notre chauffeur nous a offert un détour pour admirer au passage, le château de Vaux–le-Vicomte ceci en récompense du quiz auquel nous avions répondu brillamment, avant d’arriver à l’heure à la Collégiale où nous attendait notre guide grisonnant, performant, qui nous a emballés par sa connaissance sur toutes les particularités de cet édifice.
Son origine, sa construction en fonction des époques et ce qui est rare mais en correspondance avec Sens, cette alternance de colonnes fortes et de 2 colonnettes fines accouplées soutenant une voûte sexpartite, puis sa transformation, surtout ce qui lui est propre, (du moins ce qui lui en reste) d’une vie monastique.

En faisant un tour nous découvrons des murs qui ont été peints de fresques au XVIe siècle de sujets religieux, dont on ne distingue pratiquement plus les formes, sauf un drapé, un visage, une coupe... mais nous sommes capables d’écouter l’histoire réelle de ces peintures développée par notre guide. Là notre attention et notre imagination sont très demandées.

Pour lire la suite cliquez sur l'image

paris,melun

 

Après 2 heures de paisible remontée du temps, nous avons repris l’autocar en direction de Melun pour reprendre des forces, avec modération, et faire bonne figure, pour affronter la gendarmerie !

Ninette

26.04.2019

Promenade en Seine & Marne

paris,melunMerci ARVEM pour cette magnifique découverte qu'a représenté, pour moi, la collégiale de St Martin de Champeaux, grâce aussi à un guide extra !

Puis, après un délicieux déjeuner au Francilien (bravo pour le choix du restaurant !) ce fut une agréable visite de ce musée de la gendarmerie nationale.

Bonne journée et à la prochaine balade !

AnnickB

04.12.2018

Promenade de St Gervais à la Bastille

parisPlus courageux que Donald Trump pour ce 11 novembre pluvieux, un groupe d’Arvemois s’est donné rendez-vous sous l’orme de St-Gervais. Ils en ont profité pour visiter l’église en souvenir de la Grosse Bertha et des victimes du vendredi saint 29 mars 1918.

Puis ils se dirigèrent vers l’Hôtel de Beauvais avec une pensée pour Mozart, vers la rue St-Antoine qui porta malheur à Henri II, l’Hôtel de Sully où le souvenir de Mme de Sévigné et de Voltaire reste vivace, l’église St-Paul Victor Hugo y maria sa fille Léopoldine, la rue de Beautreillis qui vit la fin de Jim Morrison et le couvent de la Visitation où Mme de La Fayette séjourna cloitrée pour le plus grand bonheur de Louis XIII et enfin la place de la Bastille afin d’y fouler les fondations de la Tour de la Liberté.

Il ne leur restait plus qu’à entonner la Marseillaise. Ils ne le firent pas, il pleuvait déjà trop.

Jean-Paul