Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16.05.2017

Expo "Cy Twombly"

paris,expositionCy Twombly, né en 1928, en Virginie, mort en 2011 à Rome, peintre, dessinateur, sculpteur et photographe américain, tout cela à la fois !!!

L’exposition avait lieu au Centre Georges Pompidou, elle est finie…. Je pense que beaucoup n’auront rien manqué….

La peinture : des coups de crayon, ou peinture noire, sur une toile blanche, ou d’autre grise. De temps à autre le nom d’un dieu grec, ou romain, est griffonné sur quelques une des “œuvres” trace de sa passion pour l’Antiquité.

Enfin dans une salle je trouve quelque chose que je reconnais ! Un tableau gris ardoise avec un grand rectangle, dans mon enfance la maîtresse traçait les formes géométriques pour travailler les math…. Eh bien non je n’ai rien compris ce n’était pas cela. Mais pardonnez-moi j’ai oublié, à quoi cela correspondait pour Cy Twombly.

Puis nous arrivons dans une salle où enfin, il y a de la couleur et quelle couleur !!! Du rouge !! Une éruption volcanique ? Non pensez-vous ! Cela traduit un jet de sang, un jet de douleur !

J’oubliais de vous parler du sculpteur… et pour cause ces œuvres là sont exposées dans une salle superbe d’où les toits et au loin les grands monuments parisiens appellent mon regard. Mais pardon, je parlais des sculptures… des baguettes, des objets, blancs assemblés, par quel moyen… ?

Malgré toute l’énergie et la passion de la guide, à nous faire découvrir et comprendre cet artiste, j’avoue que sur moi cela n’a eu aucun effet.

Alors courageuse, je suis allée à mon ordi et j’ai oublié de vous parler du photographe !!! Voici textuellement ce qui y est dit !!
- “Twombly est également photographe, activité dans laquelle on retrouve la modestie et la douceur poétique qui imprègne toute son œuvre” …. (wikipédia) -

Alors oui, j’y suis hermétique, j’y ai rien compris… et je ne cherche même plus !! Heureusement nous nous sommes retrouvés quelques-uns autour d’un déjeuner au resto… grâce à cela ce fut une bonne journée quand même !!

Arletteck

Expo "Cy Twombly"

Visite guidée du 23 avril 2017

© 2017 by Yvesck

15.05.2017

À vous de jouer ? (458)

Qui a dit "Un roman est un miroir que l'on promène le long du chemin" ?

  • Stendhal
  • Victor Hugo
  • Proust

Réponse lundi prochain

Réponse "à vous de jouer n°457"

Les trains s'arrêtent à mon premier.
Certains regrettent Lady "mon deuxième"..
Mon troisième est avant 2.
Mon quatrième divise les nombre pairs
Il faut toujours se fixer mon 5ème pour avancer.
Mon tout est le dernier défenseur

  • Gardien de but (Gare - di -1 - 2 - but)

12.05.2017

Conférence "Les primitifs flamands"

parisLa conférencière Mme Karine de Beaucé a présenté à une trentaine de participants les primitifs flamands qui ont œuvré dans les Flandres – qui du temps de Charles Quint n'avaient pas les mêmes frontières que là France - la Belgique actuelle.

En effet, les différents religieux ont amené des populations juives et protestantes à s'installer dans des grandes villes portuaires du nord de l'Europe : Bruges, Anvers..... Les peintres bien que soumis à leur guilde ont pu passer des œuvres religieuses aux portraits, natures mortes et scènes d'intérieur ou paysages : Van Eyck, Bosch, Roger de la Pasture, .... parce que le commerce florissant : tulipe, draps et autres produits ont enrichi les commerçants de ces provinces.

La peinture à l'huile utilisée par les peintres du Nord était alors différente de la technique italienne dite à tempéra et suscitait des convoitises car les mélanges devaient rester secret.

Les peintres célèbres pouvaient s'enrichir très vite mais aussi finir leur vie misérablement : Rembrandt, par exemple.

Rosette

11.05.2017

Expo "Le baroque des Lumières"

paris,expositionJusqu'au 16 juillet le Petit Palais nous présente l'exposition "Le baroque des Lumières" soit un spectaculaire ensemble de peintures religieuses réalisées au XVIIIeme siècle pour les églises de Paris.

La peinture française de ce siècle des Lumières évoque davantage les raffinements de la fête galante et du portrait que les fastes de la grande peinture religieuse.

Cette exposition nous prouve que ce n'est qu'un préjugé et que la production artistique de ce siècle menant à la Révolution liée aux églises, vaut le détour.

Vous pouvez l'emprunter sans risque d'être déçus.

Jean-Paul

10.05.2017

Street Arts à la Butte aux cailles

Une bien belle promenade au cœur de la Butte aux Cailles avec, pour fil conducteur, des œuvres d’artistes qui ont recouvert les murs parisiens dans ce 13ème arrondissement…

De petits dessins en noir et blanc de Miss Tic avec ses légendes si particulières, rue des Cinq Diamants, des dessins colorés rue de la Butte aux Cailles, une magnifique et gigantesque bande dessinée Donkey Kong de Jace rue du Moulinet, un superbe travail de Vhils rue du Château des Rentiers, où il s’est attaqué à l’explosif, au burin et au marteau pour sculpter ce portrait géant que je vous laisse découvrir et reconnaître…

Bien d’autres œuvres commentées par nos deux guides conférenciers intarissables sur ce sujet…

Et bien entendu, nous avons terminé cette balade le long de la ligne 6 du métro aérien avec de superbes portraits signés de grands noms là encore comme Obey, C215…

Une bien belle incursion dans ce 13ème arrondissement après notre découverte de cet art mural dans le 20ème. À quand un autre quartier de Paris avec un autre musée en plein air ? Les adhérents Arvem en redemandent.

Si vous n’avez pas pu faire cette balade avec Arvem, allez-y par vous-même et prenez le temps de flâner et d’admirer…

Colette C

Street Art à la Butte aux Cailles

Promenade commentée du 22 avril 2017

© 2017 by Marie-Andrée, Yvesck & Jeanet

09.05.2017

Théâtre "Ensemble"

paris,théâtrede et par Fabio Marra.

Ou comment vivre ensemble ? Regard sur le handicap et la normalité.

Isabella, la mère (Catherine Arditi) n’accepte pas que son fils soit différent des autres. Il est sa seule raison de vivre, une vie de sacrifice. Quelle place peut avoir sa fille Sandra dans la fratrie et quel regard porte-t-elle sur ce frère ? Un mélange de tendresse et d’ironie, une révélation très furtive de ce secret de famille et un horrible déchirement quand intervient la séparation…

Je ne veux pas tout dévoiler mais il y a d’intenses moments de partage, d’amour et une prestation époustouflante de l’auteur dans le rôle de Miquélé, le fils "différent".

À voir au théâtre du Petit Montparnasse. Places à 24 € par Billet réduc ou Ticketac.

Colette C

08.05.2017

À vous de jouer ? (457)

Les trains s'arrêtent à mon premier.
Certains regrettent Lady "mon deuxième"..
Mon troisième est avant 2.
Mon quatrième divise les nombre pairs
Il faut toujours se fixer mon 5ème pour avancer.
Mon tout est le dernier défenseur

Réponse lundi prochain