Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Activités Arvem

  • 2 - discussion "Résistance et collaboration"

    Collaboration : Gabrielle Chanel

    Elle est née le 19 août 1883 à Saumur. En 1895 sa mère décède alors, à 12 ans elle aurait été déposée par son père à l'abbaye d'Aubazine en Corrèze ou chez ses tantes à Thiers où elle aurait été domestique (selon les diverses sources).

    À 18 ans elle va chanter à Moulins à la Rotonde , prend le surnom de Coco qu viendrait soit de la chanson "Qui qu'a vu Coco au Trocadéro" ou Cocotte (certes cocotte lui va comme un gant) , puis à Vichy essaie de chanter à l'Alcazar, mais refusée devient "donneuse d'eau". Là elle rencontre Étienne Balsan riche héritier, le suit au château de Royallieu près de Compiègne où elle côtoie Boy Capel son grand amour.

    Sa réussite, ses  créations

    Les deux hommes lui permettent de s'installer à Paris où elle est modiste, couturière dans l'âme, se lance dans la création de mode, ouvre des boutiques à Paris, Deauville, Biarritz.

    1919 Capel meurt dans un accident de voiture près de Fréjus. Attristée , très démonstrative elle fait tendre sa chambre en noir...

    1921 Elle rencontre le Grand Duc Dimitri, un Russe  et grâce à ses relations contacte le chimiste Ernest Baux créateur de parfums exotiques . Coco y met "sa touche" pour créer le 22 et le 5 qui l'enthousiasme.

    Des liens se tissent avec l'aristocratie , et des femmes russes travaillent dans ses différentes maisons.

    Après l'épisode russe, grâce au Duc de Westminster, elle fréquente l'aristocratie anglaise.

    Arrive la guerre

    Elle s'installe au Ritz avec son amant espion allemand Von Dinklage  avec qui elle fait des voyages, Madrid,  Berlin, ils  jouent les "agents d'influence" au service des Allemands comme  pour "l'Opération Modelhut" ("chapeau de couture") à Madrid pensant rencontrer Churchill, afin que les Anglais s'arrangent avec les Allemands pour faire une paix séparée à l'Ouest.

    Elle effectue un voyage à Berlin pour essayer d'agencer cette affaire qui sera un échec. Elle est cataloguée agent "F 7124 code Westminster".

    1944 Vivant au Ritz à la Libération, en septembre, elle est arrêtée quelques heures, interrogée, libérée sans doute grâce à l'Ambassade anglaise soutenue par Churchill. Elle se réfugie en Suisse.

    Son retour

    1953 À Paris re-ouvre sa maison de couture, réalise une collection, c'est un échec, suivront d'autres plus appréciées.

    1956 Grand succès du tailleur en tweed

    1971 Le dimanche 10 janvier à 87 ans elle décède. Jour de repos bien choisi pour une travailleuse acharnée .

    Ninette

    Suite du texte le jeudi 27 janvier 2022

  • Expo " Ilya Répine"

    Voyage au pays de Ilya Répine (1844-1930)

    Grand peintre russe, il est passé dans les oubliettes pendant un certain temps, puis il surgit… Toute première rétrospective française, au Petit Palais, ses toiles soulèvent légèrement son œuvre. Près de 100 tableaux, ont fait le voyage, entre Saint-Pétersbourg et Paris, pour permettre cette rencontre. Pourtant, il en restera (bien dommage) juste quelques-uns que notre mémoire qui sélectionne tout, automatiquement.

    Dans la première salle, tout de suite le regard est attiré, à ne plus voir autre chose que cette toile, gigantesque (presque 3m de long), scène où des hommes, tirent de toute leur force un bateau. Le tableau est nommé "Les Bateliers de la Volga". Une sensation sombre et dure de la souffrance de labeur, en contradiction avec la luminosité de la peinture. Puis c’est au tour de l’oreille d’être attirée par la voix de la guide, non, ce n’est pas une histoire qu’elle conte, c’est une vie qu’elle raconte…. L’auteur par sa peinture, témoin historique, de "sa" Russie…

    Dans sa jeunesse Ilya Répine travaille comme peintre d’icônes, dans un atelier itinérant, en fonction des commandes. Très vite cette tâche ne le satisfait plus.

    Dès le début de son activité créatrice, il fait partie du mouvement des "Ambulants" (groupe d’artiste, dans les années 1860 qui au sein de l’Académie des Beaux-Arts de Saint Pétersbourg, cherche à mettre en avant la réalité de la vie du peuple).

    Répine, devient l’un des peintres importants du réalisme russe. Il passera quelques temps à Paris : Montmartre.

    Par la grandeur, de ses peintures (non seulement en taille !) Il devient notamment le peintre témoignant de la vie, et surtout de l’histoire de Russie. Les Cosaques Zaporogues écrivant une lettre au sultan ...... (1880-1891) dépasse les 3,50 mètres. Ce tableau retrace le fait historique, montrant des Cosaques Zaporogues rédigeant un courrier débordant de mépris et d'insultes, au sultan ottoman, lui refusant leur soutien.

    Le Visiteur inattendu représente la première réaction de la famille au retour d'exil d'un "narodnik" (groupe responsable de l’assassinat du Tsar Alexandre II). En 1884 Répine reçoit sa première "commande d'État" : il lui est proposé de peindre le tableau "Alexandre III recevant les doyens des cantons dans la cour du palais Petrovski à Moscou, grande peinture officielle (H. 3m, / 4,50). Le cadre, de ce tableau est orné des 25 blasons des subdivisions administratives de la Russie, ainsi que d’éléments décoratifs de ces régions.

    Répine fut aussi un grand portraitiste, près de 300 portraits, portent sa signature.

    Ses différents modèles : artistes, scientifiques, hommes politiques, femmes de la haute société… Il reçoit d’ailleurs de très nombreuses commandes. Marié et père, Il peint et repeint son épouse Verra, sa fille, son fils Iouri, qui sera peintre comme lui. Sans oublier les autoportraits, notamment avec Verra.  Ses amis, musiciens, acteurs, écrivains lui serviront aussi de modèle. Parmi eux, Léon Tolstoï, aussi bien un livre à la main, pieds nus, ou labourant, dont l’amitié ne fait que croitre, malgré leurs divergences, dans Tolstoï à travers les yeux d'Ilya Répine, plus d’une vingtaine de tableaux de Tolstoï, (plus croquis et dessins) sont de sa main. >

    Répine, illustrera un certain nombre de manuscrits de Tolstoï, mais pour d’autres auteurs aussi. 

    En 1899 Répine, et sa nouvelle compagne, Natalia Nordmann, s’installent à "Les Pénates", à Kuokkala, située dans le Grand-duché de Finlande, une partie de l'Empire russe, devenue indépendante en 1918, Répine est coupé de la Russie.

    Il finira ses jours en 1930, dans cette ville. En 1948, elle fut renommée Repino pour honorer le peintre Ilya Répine. Il ne reverra jamais sa Russie natale, malgré les sollicitations de l’URSS.

    Arletteck

    2021  12  EXPO  REPINE (1).jpg

    ©2021by Arletteck

    Cliquez sur le tableau pour voir plus de photos

  • 1 - Discussion "Résistance et Collaboration"

    Résistance : Joséphine Baker

    Née le 3 juin 1906  aux États-Unis où le racisme est important comparé à la France.

    En 1918 en France introduction de jazz par l'armée américaine suivi en 1919  de la première exposition "Art nègre".

    Sa vie professionnelle

    1920 Joséphine a 14 ans et se marie avec Willie Wells.

    1921 Elle se produit à Broadway et effectue son deuxième mariage avec Baker.

    1925 Elle arrive en France, constate qu'il y a moins de racisme et le 2 octobre participe au théâtre des Champs Élysées à "La  Revue Nègre".

    1926 Aux Folies Bergères elle surprend avec sa danse osée, buste nu mais les hanches ornées d'une ceinture de bananes. Elle a du succès, chante "J'ai 2 amours" "La petite tonkinoise" de Vincent Scoto. Elle a un troisième mari son impresario Pekito Abatino.

    1927 1er film avec Jean Gabin "La sirène des tropiques"

    1931 2e film "Zouzou" de Marc Allégret.

    1935 3e film "Princesse Tam Tam" avec Albert Préjean.

    1937 Elle obtient la nationalité française et loue le château des Milandes (Dordogne).

     1940 4e film "Fausse alerte" qui ne sortira qu'en 1945.

    Résistance

    À Paris elle rencontre Jacques Abtey chef du 2e bureau des renseignements qui lui met les pas dans la résistance.

    1942 Elle réalise des missions pour les renseignements résistants français "France Libre" (cache ses notes parmi les partitions, ou dans son corsage)

    C'est en 1942 que les américains débarquent en Afrique du Nord. Elle s'y rend, fait des concerts et transporte des renseignements, elle y rencontre le Général de Gaulle, à  cette époque.

    Nouvelle vie

    1947 Quatrième mari, Jo Bouillon chef d'orchestre, elle achète les Milandes, son idée : faire "la capitale de la fraternité", envisage la venue d'enfants, monter un cirque, faire des espaces de jeux, une ménagerie, parc d'attractions, piscine, guinguette, petit train faisant le tour du parc... Elle y  installe sa mère et sa sœur, dépense énormément et va jusqu'à s'endetter.

    Elle va aux USA mais malgré sa notoriété n'est pas acceptée, au restaurant on refuse de la servir parce qu'elle est noire .

    1954  Elle adopte 2 orphelins c'est le début de "La tribu arc-en-ciel", en tout elle adoptera 12 enfants.

    28 août 1963 elle participe à Washington à la "Marche des droits civiques" avec Martin Lutter King il rêve d'égalité entre toutes les races .

    1968 Elle défile aux Champs Élysées pour soutenir De Gaulle

    Ses dernières années

    1969 Très endettée elle est expulsée des Milandes, et s’installe à Monaco avec l'aide de la princesse Grâce.

    1975 Après son dernier concert à Bobino elle est hospitalisée à la Salpêtrière quelques jours. Le 12 avril à 69 ans elle décède. Elle est enterrée à Monaco.

    2021 on se souvient de son combat pour l'égalité, de son engagement pour la France , les honneurs lui sont rendus au Panthéon.

     Ninette

    Suite du texte le jeudi 20 janvier 2022

  • Atelier écriture "Choisir un proverbe parmi 3 de Jean de La Fontaine et écrire un texte"

    Thème : Choisir un proverbe parmi 3 de Jean de La Fontaine et écrire un texte.

    • La grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf).
    • Rien ne sert de courir il faut partir à point. (Le lièvre et la tortue).
    • On a souvent besoin d’un plus petit que soi. (Le lion et le rat).

    Lire la suite

  • Programme janvier 2022

    Jeux de société

    • Lundi 10, 17 & 24 janvier à 18h30
      • tarot, scrabble, bridge
    • Samedi 8 janvier à 10h30
      • tarot et scrabble

    Samedi 8 janvier à 14h30

    • Discussion de Jean-Paul : Collaboration ou résistance "Joséphine Baker, Coco Chanel, Monsieur Joseph...."

    Lundi 17 janvier à 18h

    • Atelier d'écriture

    Mercredi 19 janvier 18h & 20h

    • 18h : découvrir le blog Arvem
    • 20h : découvrir le forum Arvem

    Samedi 22 janvier à 14h45

    • Visite guidée de l'Hôtel Turgot

    Mercredi 31 janvier à 18h30

    • Visionnage des photos thème : Manèges de Noël de nuit et de jour
  • Scrabble duplicate

    En ce lundi 13 décembre, les taroteurs sont au repos forcé, précocement en vacances de Noël, car c'est le soir du tournoi de Scrabble duplicate.

    10 joueuses, sur la ligne de départ, prêtes à en découdre (mais voulant battre les autres à plate couture), sous la (douce) autorité de Jean, maître du jeu.
    Chacune à sa table, a son jeu, son stylo, son papier brouillon et ses bulletins réponses.
    Dès le début, on sent la tension entre ces compétitrices, pour la plupart, déjà bien aguerries (donc pas malades !)
    La partie s'est déroulée parfaitement avec des chassés-croisés dans les scores et le classement.

    Vous êtes impatients (mais pas malades) de connaître les mots "intéressants", joués ce soir-là ! Et bien, je me livre à un petit atelier d'écriture :

    Dans les UNIVS (universités en Belgique), une étudiante BORINE (venant du borinage), a gagné le 1er set au TIEBREAK (avec un joker pour faire le T). Son adversaire a perdu tout FORS (et oui, ça s'écrit comme ça !) l'honneur, mais son entraîneur a CULOTE (sans T... sobriété !) sa pipe à force de tirer dessus en la fumant ! On peut aussi écrire... culotter. 
    Un petit coup technique : il y avait HI sur le plateau, il fallait penser à rajouter LARITES (avec un joker pour faire le S) pour obtenir HILARITÉS. Ça n'a pas fait rire les joueuses... et si il y avait eu un joueur, on aurait dit.. .Il a raté....
    Enfin, pour fêter sa victoire, la gagnante (du match de tennis, pas du tournoi de scrabble) s'offrit un beau voyage sur des BOWALS (plateaux africains, comme chacun sait !).

    Voilà, à la prochaine, mais pourquoi pas, avec de nouveaux joueurs... Venez, vous verrez, c'est sympa, ludique, culturel mais aussi... énervant, quand on rate un coup facile.

    Jean O.
     

  • Discussion "Émile Zola"

    Émile Zola nait le 2 avril 1840 à Paris de père vénitien  ingénieur des travaux publics, mère française, ils vivent quelques années à Aix-en-Provence, où le père décède en 1847. Émile n'a  donc que 7 ans, aussi...

    Pour éviter notre tristesse notre troubadour nous a entrainés sur "Les marchés de Provence"  (G. Bécaud)

    - Au collège Zola a pour copain Paul Cézanne et se réfugie dans les livres d'Eugène Sue, V. Hugo, A. Dumas, entre autres.  Vers 1848 à Paris il va au lycée St-Louis, passera son bac 2 fois refusé, alors  cherche à travailler.

    - 1862 il est commis chez Hachette et il écrit dans le journal "l’Évènement", plutôt critique d'art, il défend Eugène Manet pour son tableau "Le  déjeuner sur l'herbe", il écrit dans de nombreux journaux.

    - Il rencontre Berthe une femme "légère" puis en 1865 Alexandrine Meley qu'il épousa en 1870. Il veut vivre de sa plume !

    Voici quelques œuvres choisies :

    -1867 un drame, son 1er succès "Thérèse Raquin" - 1868  "Les Rougon Macquart" début d'un cycle de 20 livres sur "L'histoire naturelle et sociale d'une famille". 1870 -71 il crée le journal " Marseillaise patriotique"

    Quelques titres des Rougon Macquart :

    -1871 "La fortune des Rougon" - 72 "La curée "- 73 "Le ventre de Paris" ( les Halles) - 74 "La conquête de Plassans" - 75 "La faute de l'abée Mouret" - 76 "L'Assommoir" (Gervaise, l'absinthe....) Alors nous aussi, allons en salle écouter la chanson "Les bals populaires (M.Sardou)

    - 1880 "Nana" prostituée ; donc s'imposait dans la foulée de chanter en chœur "Les p'tites femmes de Pigalle" (S. Lama)

    - 1881 Décès de la mère de Zola, évènement qu'il supporte difficilement, des crises d'angoisse le submergent. 1882 "Pot- Bouille" - 83 "Au bonheur des Dames"

    - 1884 Il voyage dans le nord de la France, ce qui l'inspire pour en 1885 écrire "Germinal" Évidemment notre chanteur nous a invités à reprendre tous ensembles "Les corons" (paroles de J.Pierre Lang musique P. Bachelet)

    - 1886 Livre sur "l’œuvre" sujet sur la peinture qui déplait à Cézanne d'où la rupture passagère entre les 2 amis !

    Un tournant dans sa vie

    - 1888 À Médan où il demeure souvent,  il rencontre Jeanne Rozerot d'une vingtaine plus jeune, elle lui donnera 2 enfants Jacques et Denise.

    - 1890 "La bête humaine"-  91 "L'argent" - 92 "La débâcle" (guerre de 70-71 ) Il fait un séjour à Lourdes. Il envisage d'écrire sur les villes de Lourdes, Paris et Rome ; 93 "Docteur Pascal" dernier livre des Rougon

    - 1894  Livre sur la ville de "Lourdes "et il fait un voyage à Rome.

    Fin 1894 Début de l'Affaire Dreyfus

    - 5 janvier 1895 Dreyfus est dégradé devant 20 000 personnes et envoyé en Guyane. 1896 livre sur "Rome"  - 97 "Messidor" 

    - Le 13-01-1898 Dans l'Aurore fait paraitre "J'accuse" et dans la presse il écrit sur l'Affaire "La vérité est en marche et rien ne l'arrêtera" Le 23 -02-1898 il est condamné à 1 an de prison et 3000 F d'amende. Il part en Angleterre et prépare une nouveauté: "Les quatre évangiles" cycle romanesque (le 1er "La fécondité")

    1899 - Deuxième procès de Dreyfus condamné avec circonstances atténuantes et obtient la grâce du président Loubet. Bien sûr Dreyfus, sorti de Guyane accepte la grâce, heureux de retrouver sa famille, mais ses défenseurs veulent sa réhabilitation, qui lui sera accordée en 1906

    - 1900 - Zola vire au socialisme auprès de Jaurès et Anatole France. Il poursuit son travail sur "les quatre évangiles" le 2eme "Le travail" - le 3eme "La vérité" - le 4eme "Justice" n'a été qu'ébauché.

    Sa disparition

    Le 28-09-1902, chez lui à Paris 21 bis rue de Bruxelles, le feu est allumé dans la cheminée avec du charbon "coke". Une fumée importante envahit la pièce, mais au bout d'un moment sa femme fait fermer la fenêtre et va se coucher. Plus tard souffrant de maux de tête Zola veut se lever, mais tombe au sol.. Il est retrouvé le lendemain matin, sans vie alors qu'Alexandrine respire encore difficilement. Quelle est la cause de ce décès ? L'oxyde  de carbone ?  Mauvais tirage ? Après autopsie, enquête, cheminée bouchée.... Constat, c'est l'asphyxie due à la fumée.

    Zola est enterré au cimetière de Montmartre ; En 1908 il est transféré au Panthéon !

    Questions : Zola a-t-il été assassiné ? Asphyxié volontairement ?

    Révélation

    En 1953  Dans le journal "Libération" un article parait ; un pharmacien raconte qu'il sait comment on a réussi à enfumer Zola. Un fumiste en 1928 lui aurait confié, pour soulager sa conscience alors qu'il est malade, avoir fait semblant de ramoner la cheminée, l'avoir bouchée, puis l'aurait débouchée le lendemain du décès. Cet homme est décédé la même année.... C'est peut-être la vérité ? Mystère !

    o:o:o:o:o:o:o:o:o:o:o

    Ceci n'est qu'un résumé, mais impressionnée par la quantité de textes produits par cet écrivain célèbre, comment faire sur sa vie un compte-rendu court , sûrement incomplet, mais vous  aurez sans doute retrouvé vos anciens titres de lectures, et peut-être l'envie de vous y replonger.

    Ninette