Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11.12.2018

Discussion "La Der des Ders"

Je n’ai pas la prétention de faire le rapport de cette période, bien compliquée, seulement quelques notes.

En ce 10 novembre, il nous a été développé tous les évènements écoulés depuis une partie des causes de ce conflit, l’évolution mondiale, le désastre général de ces années de combats, la position des alliés, la naissance de la République d’Allemagne, puis le recul de l’armée allemande et enfin la signature de la "convention de l’armistice".

paris,1914Bien des détails précis donnés avec l’apport de documents officiels comme, l’affiche de la "mobilisation des français", des premières pages de la presse "Le matin", "Le figaro", "La Métropole" appuyés par nos photocopies permettant la comparaison entre l’Europe de 1914 et celle de 1923 bien plus morcelée, le wagon de Rethondes où fut signé la "convention de l’armistice" et ce document exceptionnel (conservé et exposé pour ce centenaire au château de Vincennes, jusqu’au mois de janvier 2019), aussi le clairon qui sonna l’arrêt des combats, avant que toutes les cloches du pays ne retentissent joyeusement.

Tout ceci avant de revivre au maximum les évènements échelonnés durant ces nombreuses années de malheur, où beaucoup de pays se sont impliqués, faisant des millions de morts, soldats et civils, millions de blessés, des "gueules cassées", des amputés, des aveugles tous dus aux éclats d’obus....

Mais vous avez peut-être vu de nombreux reportages télévisés relatant ceci et également le retour des survivants, durant ces dernières semaines précédant le 11 novembre.

De plus, si vous avez suivi la belle commémoration émouvante, exceptionnelle, à Paris retransmise en direct, si bien commentée, agrémentée de témoignages, de récits plus ou moins connus, (jusqu’à voir passer en ombre le fameux clairon) alors vous aurez constaté que vous aviez été bien informés la veille, par cette conférence offerte à laquelle vous aviez assisté.

Il fallait bien sûr, être resté scotché devant l’écran pour réentendre précisément les actions, les comportements, les décisions des chefs d’armée, des hommes d’état, les conséquences, la survie des combattants, et puis cette libération, certes provisoire pour 36 jours, car il a fallu que cet accord soit reconduit par 3 fois.

Mais la guerre a continué plus à l’Est jusque dans les années 20 et malheureusement une revanche allemande mijotait...

Grâce au petit écran, on a remarqué qu’en ce 11 novembre 2018 bien d’autres nations se sont unies dans le souvenir et l’espoir d’une paix solide.

Ninette

06.12.2018

Atelier écriture "3 photos tirées au hasard...."

Thème "Trois photos tirées au hasard: un objet, un lieu, un personnage ; imaginez une scène "

Mauvaise rencontre.

paris,atelier écritureUn après-midi d'hiver, tout comme la veille et l'avant veille, le ciel est grisonnant, brumeux à se terrer au fond d'un trou. Clémence réside dans un immeuble où elle se sent bien seule. Autour d'elle ne vivent que des personnes du troisième voire du quatrième âge. Entre les bonjours et les bonsoirs les échanges sont plutôt rares. Pas même un couple de son âge, pas un enfant non plus avec qui elle pourrait raconter des histoires qui font rêver ou dormir debout, pas même un chat noir qui pourrait porter bonheur. En fin de journée, comme d'habitude elle s'appuie à la rambarde de sa fenêtre et s'invente une autre vie qui pourrait la sortir de ce calme plutôt tristounet.

De l'autre côté de la rue, dans l'immeuble en face, elle remarque depuis plusieurs jours un homme derrière sa vitre l'observant à l'aide de jumelles. "Mais qu'a-t-il donc celui-là à me mater avec insistance, je vais lui dire deux mots". Elle lui fait de grands signes tout en l'invitant à descendre. Au coin de la rue il y a un petit café où il pourra s'expliquer.

paris,atelier écritureAussitôt dit, aussitôt fait. Devant la porte du bistrot il est déjà là à l'attendre, avec sa mine patibulaire. Tremblante, le teint blême, elle n'est pas très rassurée. Au fond de la salle dans la pénombre, sans un mot, ils s'installent autour d'une table. Lui, ne dit rien, sous son regard glacial il ne la quitte pas des yeux, visiblement il la détaille. Le bonnet de laine enfoncé, engoncé dans son blouson de cuir plutôt crasseux, il ne semble pas très à l'aise. "Pourquoi ne l'ouvre-t-il pas par cette chaleur étouffante. Que cache-t-il là-dessous, peut-être ses jumelles, mais pourquoi puisque je suis là face à lui, il me semble vraiment très louche".

paris,atelier écritureSoudain, brisant ce silence, un bruit métallique résonne. De plus en plus angoissée, Clémence sent son cœur palpiter. Rapidement il se baisse, pose le pied sur un objet brillant, mais il n'a pas été assez rapide. Elle a bien vu, c'est un couteau, un Opinel rutilant à la lame pointue finement aiguisée.

Il prend les devants, en s'excusant de l'avoir fait sursauter. Gêné, il balbutie "Je dois vous dire que je suis boucher. Du matin au soir je tranche, je coupe, je découpe, je cisaille, je tape, je me défoule avec tout ce qui est tranchant. Ainsi, ma journée terminée je ne me sépare jamais de mon Opinel, j'en ai besoin, il est mon ange gardien. Il y a quelques années j'étais menuisier ébéniste, je sciais, je rabotais je créais, et patatras, je me suis retrouvé au chômage. Afin de garder la main, dés que je suis chez moi je fais de la sculpture sur bois. Actuellement j'ai le projet de sculpter, bien sûr avec mon Opinel, la femme dont je rêve. Depuis que je vous observe de ma fenêtre je pense avoir rencontré le bon modèle. Voulez vous poser pour moi".

Clémence devient blême, elle reste froide à cette proposition plutôt inattendue. Si elle refuse il serait capable de lui mettre le couteau sous la gorge à cet instant même, si elle accepte que va-t-il faire d'elle en allant chez lui ? Sait-on jamais... Après toutes ces émotions elle aurait bien besoin d'une boisson chaude, va-t-il lui en proposer une en attendant sa réponse ? Non, la galanterie n'est pas son genre. Elle reste muette mais sa décision est prise. La nuit tombe, le bistrot va bientôt fermer. Sans même lui dire bonsoir, Clémence rentre chez elle frôlant les murs.

Ce soir, comme les suivants, elle fermera ses volets ainsi que sa porte à double-tour. Demain elle l'évitera, puis elle tentera de l'oublier.

Annick D.

05.12.2018

Picasso, bleu et rose" à Orsay

En ce samedi 3 novembre nous avons avec Arvem, profité de l’exposition ”Picasso, bleu et rose” qui jusqu’au 6 janvier 2019 s’est installée au Musée d’Orsay.

Comme de coutume les "fans" de Pablo ont sauté de joie en découvrant la période bleue pleine de mélancolie (son ami Carlos Casagenas vient de se suicider) puis la période rose incommensurablement plus gaie (il vit le grand Amour avec Fernande Olivier).

Les moins fans ont également été intéressés, surpris parfois, par le grand nombre de prostituées et de mères maquerelles que fréquentait notre génial espagnol habitué des bordels de Montmartre.

De toute façon une exposition enrichissante qui jette la lumière sur une période importante dans la vie d’un personnage emblématique du XXeme siècle.

Jean-Paul

04.12.2018

Promenade de St Gervais à la Bastille

parisPlus courageux que Donald Trump pour ce 11 novembre pluvieux, un groupe d’Arvemois s’est donné rendez-vous sous l’orme de St-Gervais. Ils en ont profité pour visiter l’église en souvenir de la Grosse Bertha et des victimes du vendredi saint 29 mars 1918.

Puis ils se dirigèrent vers l’Hôtel de Beauvais avec une pensée pour Mozart, vers la rue St-Antoine qui porta malheur à Henri II, l’Hôtel de Sully où le souvenir de Mme de Sévigné et de Voltaire reste vivace, l’église St-Paul Victor Hugo y maria sa fille Léopoldine, la rue de Beautreillis qui vit la fin de Jim Morrison et le couvent de la Visitation où Mme de La Fayette séjourna cloitrée pour le plus grand bonheur de Louis XIII et enfin la place de la Bastille afin d’y fouler les fondations de la Tour de la Liberté.

Il ne leur restait plus qu’à entonner la Marseillaise. Ils ne le firent pas, il pleuvait déjà trop.

Jean-Paul

30.11.2018

Programme décembre 2018

Jeux de société
Vous cherchez des partenaires, vous désirez vous initier ! Venez nous rejoindre.

Scrabble, tarot, belote, bridge
Lundis 3, 10 & 17 décembre de 18h30 à 21h30
Samedi 15 décembre à 10h30 & 17h15

Échecs
Lundis 3 & 17 décembre de 18h30 à 21h30

Mardi  4 décembre à 18h30
Atelier de Michel : Suite création d'un diaporama de photos sonorisé

Samedi 8 décembre à 10h30
Balade photos "Le vert"

Dimanche 9 décembre à 13h15
Expo Sigmund Freud au Mahj

Lundi 10 décembre  à 19h
Ateliers d'écriture

Samedi  15 décembre à 14h30
Discussion de Jean-Paul : Napoléon manipulateur/Exécution du duc d'Enghien

Mardi 18 décembre à 18h30
Billard américain

Samedi 22 décembre à 15h
Promenade de jean-Paul  : Convention d'armistice du 11 novembre 1918

Lundi 31 décembre à 20h
Réveillon de la Saint Sylvestre

 

29.11.2018

Discussion "Le Fauvisme"

Cette conférence sur "le fauvisme", fort bien menée par Karine, m’a suscité la réflexion suivante : "Comme dans la Vie et toute activité humaine, l’Art est mouvance".

Invention / nouveauté mais aussi inspiration du passé / retour en arrière / oscillation. Ces évolutions choquent dans un premier temps puis sont acceptées et reconnues par la suite.

L’Art s’imprègne des diverses et multiples découvertes humaines qui sont inépuisables. Rien n’est figé, tel un balancier.

Cubisme / abstraction / expressionnisme / réalisme / hyper-réalisme / surréalisme / (le fameux "carré blanc sur fond blanc" de Kasimir Malevitch, peintre russe, 1918) / Sécession (Klimt…)… Avec l’apparition du Numérique, la liste va s’étendre et il en sera ainsi tant que l’Humanité existera.

L’Art pictural est éternel et mouvant… Émouvant… Lire la suite ICI

Martine C.

27.11.2018

Atelier écriture "Le lipogramme"

Thème : Texte libre sans la voyelle O

Gaëtan s'en va en guerre

Gaëtan est parti à la guerre avec tristesse. Il a laissé derrière lui sa fiancée. Elle s'appelle Marie et il a peur qu'elle aille cherche un autre fiancé.

En effet, un ami de Gaëtan est revenu de la bataille brisé par le chagrin. Il avait une fiancée mais elle est allée s'encanailler avec l'instituteur. Il s'est pendu.

Heureusement, le système a craqué. Plus de peur que de mal.... mais quand même il a été la risée du quartier.

Gaëtan a eu une perm.... et il s'est précipité chez Marie. Elle préparait le repas. La table était mise et un parfum de crème d'asperges envahissait la pièce..

Quand Gaëtan a revu Marie, il était aux anges. Il a tendu les bras mais sa dulcinée a reculé. Elle ne l'attendait pas. Gaëtan a vu un type grand et musclé dans l'encadrement de la chambre.

"Je te présente Paul. Je me suis mariée il y a quatre semaines. Je n'ai rien dit, rien écrit car tu aurais eu de la peine."

Par dépit, Gaëtan a balancé la gamelle à travers la pièce. Il a viré la nappe, les verres et les assiettes. Un vrai feu d'artifice.

Puis il s'est dirigé vers l'allée du jardin et il s'est mis à pleurer.

Marie Dp

22.11.2018

2 - Hôtel Salomon de Rothschild

Merci Arvem pour avoir fait connaître, ou pour certains découvrir, un autre visage de la Famille Rothschild. Cet hôtel propriété de l’Etat est, aujourd’hui le Siège de la Fondation Nationale des Arts Plastiques et Graphiques.

On les connaissait par l’Hôpital et les vins de prestiges. Cet hôtel particulier dont on a pu visiter une petite partie, nous fait découvrir une famille très unie qui aide les artistes peintres et sculpteurs. L’amour de l’art, et leur esprit de collectionneurs, nous avons eu le privilège d’approcher, dans leur environnement intime, des divers objets, vaisselle, épées et opalines. La conférencière très passionnée, répondait à toutes nos questions.

Cette visite s’est achevée dans un jardin où subsistaient des vestiges de la Chapelle Saint Nicolas datant du XIXème siècle, où Honoré de Balzac s’éteignit en 1850.

Yvesck

2 - Hôtel Salomon de Rothschild

Visite commentée ICI

© 2018 by AnnieT, Yvesck & Jeanet

20.11.2018

Atelier écriture "Écrire un texte commençant par..."

Thème "Écrire un texte commença par une phrase tirée au sort"

L'homme attend que l'animal ........ se calme pour pouvoir l’emmener en promenade dans la forêt car il fait très beau et il a besoin de se détendre avant de passer la nuit dans la ferme avec les autres.

Sa patience a payé car celui-ci le tire doucement vers les grandes herbes du chemin. 

SimoneLn

(Merci pour cette première séance découverte qui m’entraine déjà vers la prochaine.....)