Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03.04.2020

Atelier écriture "sons AC & EL"

Thème Jacques Brel. Consigne : écrire un texte avec le maximum de mots contenant les sons AC et EL

Le hamac

J'étais si bien dans mon hamac jusqu'à ce grand clac qui a interrompu ce rêve si doux dans les bras de cette belle.

Elle avait mis mon cœur en vrac.

Je lui disais des poèmes d'amour sans avoir le trac.

Mon cœur battait et faisait tac tac.

La belle comme une fée a disparu dans le lac.

PatriciaL

18.03.2020

1 - Atelier écriture "cartes jeu de tarot"

Thème : écrire une histoire à partir des personnages figurant sur des cartes de jeu de tarot

Tirage : l'impératrice, le bateleur, la tempérance, la roue de la fortune.

Tarot_Marie_grand.jpg

La roue tourne

La roue de la fortune a tourné au pays des Austries.

L'impératrice Bérangère a connu des heures de gloire. Son royaume était prospère. Puis, elle a  trouvé l'amour en la personne de Robert le Grand. Tout le pays a fait la fête pour leur mariage.

La cour du château n'était qu'un parterre de fleurs. Les troubadours venus des quatre coins du pays ont chanté et joué pendant trois jours et trois nuits Un bateleur très jeune et très beau, un véritable éphèbe, s'est installé dans un coin et a commencé à faire des tours de passe-passe avec ses dés et ses gobelets

- "Allez, allez, devinez où est passé le dé rouge ?"  Beaucoup ont tenté leur chance mais beaucoup ont perdu.

Après ces jours de liesse, d'excès et de joie, Bérangère et Robert se sont retrouvés enfin seuls dans le château et plus exactement dans leur logis blotti dans le donjon.

Mais une ombre flotte sur cet amour tout neuf. L'impératrice trouve que son mari sent l'alcool. En fait, il n'a pas dessaoulé depuis trois jours. Pour achever le tout il a des manières grossières.

Elle pleure en cachette et comme la situation s'aggrave au fil des jours, elle décide de s'éloigner et part visiter son royaume tout en se promettant d'aller prier Saint-Séraphin, l'ange de la tempérance en passant par l'abbaye du Clos.

Un matin, elle arrive dans la ville de Berneron. Sur la place du marché, elle croit apercevoir le beau bateleur qui avait égayé son mariage avec ses facéties et son humour. Elle le reconnaît, c'est lui, elle en est sûre. Elle le fait appeler par un de ses gardes du corps et lui propose de partager son repas. Elle pense ….. et, plus si affinités !

Elle a oublié Robert, elle a oublié d'aller prier pour que l'ange Séraphin ramène son mari Robert à la sobriété.

Elle continue l'inspection de son royaume avec le beau bateleur à ses côtés. Ils ne se quittent plus.

Quand elle revient de son périple, c'est une femme épanouie qui pénètre dans la cour du château. Elle fait quelques pas et constate que tous ses vassaux sont rassemblés et pleurent.

Elle apprend de la bouche même du Grand Chambellan que Robert s'est noyé, non pas dans le chagrin lié à la séparation, mais dans la cuve de vin de Bourgogne qui faisait l'orgueil du maître de chai.

Que serait-il passé si elle avait prié Séraphin ?

Elle est songeuse.

-"Que nenni, ma mie" lui dit le bateleur. "Toutes ces prières ne sont des foutaises. Allons, venez ma mie, jouer avec mes dés."

Marie Dp

13.03.2020

Discussion "Madame de Sévigné"

paris,sévignéNous avons passé un bon moment au XVIIe siècle auprès de (*) Madame de Sévigné qui est née de père bourguignon Celse Benigne Rabutin Chantal de famille aristocrate et d’une mère Marie de Coulanges de famille dans la  finance. Leur mariage en 1623 fut considéré comme une mésalliance.

- En 1604 la grand-mère paternelle Jeanne de Chantal va créer la fondation "L’ordre de la Visitation" avec François de Sales, reconnus plus tard tous deux comme saints.

Sa vie
- 1626 naissance place Royale de Marie de Rabutin Chantal 3eme enfant du couple qui a perdu précédemment deux bébés.

- Elle a 1 an 1/2 quand son père meurt au combat à l’Ile de Ré. Elle a pour tuteur son oncle Philipe II de Coulanges

- 1633 sa mère décède. La voilà orpheline à 7 ans. Elle va suivre la famille Coulanges dans le Marais.

- À 13 ans elle déménage pour la rue des Francs Bourgeois.

- 1641 décès de sa grand’mère, qu’elle chérit et en gardera un souvenir profond.

Évolution
- 1644 il est question de mariage avec Henri de Sévigné.

Le 29 mai celui-ci s’est blessé lors d’un duel (probablement à cause d’une femme). Le 1er août fiançailles, le 4 août mariage à l’église Saint-Germain à 2h du matin, tradition recommandée, ainsi le diable endormi ne peut agir sur la fertilité de l’époux. Elle demeurera rue des Lions (Marais) et près de Vitré au château des Rochers appartenant à la famille de Sévigné.

Durant 6 ans elle fera de nombreux voyages entre Paris et les Rochers (un voyage dure 8 jours, laborieuse expédition).

paris,sévigné- 1646 naissance à Paris de sa fille Françoise Marguerite.

- 1648 naissance de son fils Charles aux Rochers Un garçon et une fille, c’est bien, donc Stop !

Changement
- 1650 Son mari achète le gouvernement de Fougères avec la caution de Marie. Comme les nobles dépensent à tort et à travers, son oncle gère les comptes. De plus un conseiller prend la décision du contrat de "séparation des biens". Elle conserve les Rochers et devient indépendante.

Son mari dépense auprès des femmes, Ninon de Lenclos entre autres.

- le 6 février 1651 après un duel, blessé il meurt. Madame de Sévigné revient à Paris, rue Charlot et rue du Temple… Libre elle reçoit "les Précieuses" (mesdames de Lafayette, Scudery, Scarron).

Elle fait de l’esprit, considérée comme "aguicheuse" auprès des hommes et même "guillerette" alors des maisons lui sont interdites. Parfois elle se réfugie à St-Fargeau chez madame de Montpensier la "Grande Demoiselle".

- 17 août 1661 à Vaux–le-Vicomte c’est la fête de Fouquet (le 5 septembre il sera arrêté et emprisonné à Pignerol).

Madame de Sévigné est en considération à la Cour, également sa fille qui va danser avec le Roi.

- 1662 Condamnation de Fouquet. Elle écrit à, Pomponne ambassadeur ami commun, sur le procès de Fouquet envers qui elle conserve son amitié.

Sa fille
- 1668 toutes deux mangent à la table du Roi.

- 1669 mariage avec François de Grignan beaucoup plus âgé. Madame de Sévigné loue l’Hôtel de Thorigny pensant y vivre avec le couple. Mais le gendre est nommé lieutenant général du gouvernement de Provence. Il part seul, mère et fille très soudées restent ensemble.

- 1671 le 4 février séparation, la fille part à Grignan, c’est la catastrophe pour la mère. Le 6 février elle fait une grande lettre contenant sa douleur, ses pleurs. Désespérée elle va souvent se recueillir à la fondation Ste-Marie de la Visitation rue St-Antoine. Elle se console par le courrier échangé 2 à 3 fois par semaine.

- 1675 c’est la révolte en Bretagne contre le papier timbré, des milliers de morts, des pendus sur lesquels elle en fait des écrits.

- 1677 Elle emménage à l’Hôtel Carnavalet.

Comme elle nous avons suivi l’arrestation de la Brinvilliers qui empoisonna père et frères pour hériter, ainsi que La Voisin qui pratiquait des messes noires.

- Jusqu’en 1796 elle entreprend plusieurs voyages en Provence, des cures à Vichy, Bourbon.

- 17 avril 1696 elle décède à 70 ans à Grignan où elle est enterrée.

La suite
1725 1ere édition de ses lettres.

1793 À la Révolution l’État a besoin de fer, fonte, bronze, et de plomb. Des châteaux sont envahis, des cloches sont fondues. La tombe de madame de Sévigné sera ouverte. Découverte surprenante, sa robe est presque intacte, ses cheveux sont en état.

Son crâne sera découpé afin d’essayer de savoir comment était ce cerveau qui permit tant d’écriture et de si belles lettres.

paris,sévigné

En ce 15 février 2020 nous avons écouté quelques lectures en harmonie avec les faits donnés durant cette vie retracée. Séance agrémentée de petits refrains repris en chœur, chants populaires loin de la Cour de Versailles.

Ninette

(*) Secrets d'histoire Stéphane Bern

11.03.2020

Palais Garnier

J'ai été éblouie par la magnificence de l'Opéra Garnier. Un vrai bijou ! Et par Charles Garnier, architecte talentueux et précurseur qui avait "tout" pensé.

Cependant, je sentis en notre guide beaucoup de mise en scène, prenant la pose de façon quelque peu arrogante. J'aurais volontiers accepté son attitude si les faits suivants n'étaient pas survenus :

- Il nous posait sans cesse des questions et attendait trop longtemps les réponses, comme si c'était un jeu.
- Il mettait trop l'accent sur l'architecture - qu'il ne fallait surtout pas éluder - et non l'histoire, la vie des artistes, des décorateurs etc...
- car l'Opéra Garnier est une Société dans la Société : tous les corps de métier sont représentés et rattachés à l'Opéra et méritent qu'un guide en parle en quelques mots.
- Puis la non-mention de la fameuse fresque de Chagall au plafond et son histoire est un manquement que j'ai du mal à admettre.

Je me suis sentie frustrée par le manque d'informations et la perte de temps occupée par ses questions, quelques réflexions d'ordre personnel  (la désorganisation du Palais... les interdictions en tous genres) qui n'apportaient rien à mon attente et... cette discussion de près de 10 minutes avec un des employés m'a véritablement choquée.

MartineC

10.03.2020

Atelier écriture "Une chanson"

Thème  : On choisit un numéro qui correspond à une chanson. Je prends au hasard le n° 5 qui correspond à "Fils de…" ou "Tous les enfants sont comme les vôtres" de Jacques Brel et je continue à écrire l’histoire qui n’est pas la chanson. Cela commence par le vrai texte écrit en italique.

FILS  DE…

Fils de… bourgeois
Ou fils d’apôtres
Tous les enfants
Sont comme les vôtres
Fils de… César
Ou fils de rien
Tous les enfants
Sont comme le tien

Fils d’Occident
Ou fils d’Orient
Tous les fils de… sont différents
Quand le soleil à l’Aube se lève
Là-bas,  se fond dans l’horizon
Et tout ensemble ils veulent vivre
Pourtant certains d’entre eux
Sont malheureux
Alors que des fils de… survivent
D’autres plus loin sont des rupins
Ils vivent tous leur propre vie
N’importe le pays où ils se trouvent
Certains se rêvent plus tard pompiers
Ou bien conducteurs de tramway
D’aucuns aussi se voient régner avec leur Cour
Comme des artifices

Les fils de… veulent être plombiers
Acteurs, pilotes, grands chirurgiens
Quelques-uns deviendront des élites
Ailleurs dans leurs jolies contrées

Alors que d’autres seront mendiants
Ayant comme toit l’immensité
Et la nuit étoilée comme compagne
Une couche dure sur le bitume

Tous les fils de… aiment l’amour
La joie, les jeux, rires et les sourires
Tous les fils de…  n‘ont pas cela
Beaucoup ne connaîtront que larmes
Et des soupirs remplir leur cœur
Les fils de… ne sont pas tous égaux
La Liberté n’existe pas pour eux

Moi, je ne rêve que de Paix
D’Amour de Bonheur et de Justice
Solidarité et Fraternité<
Vivre et non pas Survivre

Les fils de… souhaitent seulement être heureux

Jacqueline F

05.03.2020

Café philo "Empathie & sympathie"

J'ai beaucoup apprécié la soirée "café philo". Elle a été riche en échanges et m'a permis de découvrir des personnes que je connaissais de vue mais avec qui je n'avais jusqu'alors pas eu l'occasion de parler.

J'ai senti chacun impliqué et intéressé. Malgré le grand nombre de personnes, chaque parole a été, me semble-t-il, respectée. Il y avait une écoute véritable et une chaleureuse cohésion de groupe. Bel exemple d'empathie que cette réunion.

Thibault est fort sympathique et, autant que je puisse en juger, maîtrise son sujet. Il manque encore d'expérience dans "l'animation". Je pense qu'il s'est senti intimidé par ce groupe ô combien plus âgé que lui. Qui ne l'aurait été ?  Il apprend son métier et il mérite l'encouragement.

MartineC

01.03.2020

Programme mars 2020

Jeux de société
Vous cherchez des partenaires, vous désirez vous initier ! Venez nous rejoindre.

Scrabble, tarot, belote
Lundis 9, 16 & 23 mars de 18h30 à 21h30

Scrabble, tarot
Samedi 7 mars à 10h30 & 16h45

Échecs
Lundis 9 & 23 mars de 18h30 à 21h30

Lundi 16 mars à 19h
Ateliers d'écriture

Samedi  7 mars à 14h30
Discussion de Ania Guini : Le maniérisme

Mardi 17 mars à 18h30
Billard américain

Samedi 28 mars à 14h30
Visite commentée par Ania Guini de la Cité universitaire

Dimanche 29 mars à 11h30
La bonne franquette avec le thème "Le sport".  Pour garnir le buffet chacun apporte quelque chose à manger.

Samedi 4 avril à 8h10
Journée à Meaux : Musée de la Grande Guerre 14-18, musée de Bossuet, musée du brie.

 

 

26.02.2020

Expo "L'art de la broderie au Moyen-Âge"

Petit fil d’or, d’argent ou de soie, et perles, étaient utilisés au Moyen-âge pour la broderie. À cette époque c’était une activité professionnelle, autant pour les hommes, que pour les femmes, avec toutes ses règles.

Etienne Boileau dans son "Livre des métiers", est le premier à définir et réglementer les statuts de métiers parisiens, (rédigé en 1268, mais publié

pour la première fois en 1837). Il précise, qu’un apprentissage de 8 ans, était nécessaire (tout comme nos médecins aujourd’hui !). Les brodeurs, n’avaient pas le droit d’exercer la nuit, mais il y avait dérogation quand ils travaillaient pour le roi.

Les peintres faisaient des modèles de tapisserie, qui étaient brodées. Hormis les rois et la cour, ces petits chefs d’œuvres, faisaient partie des tenues liturgiques des prêtres. Les chanoines avaient le droit, de porter la mitre brodée avec des perles.

Les chevaliers, quant à eux, faisaient broder leurs armoiries, sur les caparaçons de leurs chevaux.

Puis les dessins s'affinent et se compliquent.

Les points, se diversifient aussi. Le point compté, ne donne pas de relief. Cependant le point fendu, et le point lancé donnent une impression de romantique.

Quant au point couché il nous vient des anglais…

Mais ce ne sera qu’en 1770, que le Français Charles Gervais de Saint-Aubin, brodeur du roi, publia "l'Art du Brodeur", ouvrage détaillant les techniques de la broderie !

Cette exposition des broderies, dura 3 mois au Musée Cluny, dans des salles avec des lumières tamisées et peu agressives…. Et  pour laisser reposer ces bijoux de fils, ils seront isolés, de l’air, de la lumière… dans des papiers de soie, à plat, pendant 3 ans, avant de prétendre à une nouvelle parade, en public.

Arletteck

25.02.2020

Atelier écriture "tautogramme"

Tautogramme avec la lettre M :

Miam ! Manon mange ma melba moelleuse, et des menues mignardises ; mincir mine mon moral !

Tautogramme avec la lettre C :

Ces coquines, chemises colorées, chahutent dans le char aux coloquintes couleur cerise. Ces colocataires croulants, chastes et crispés, crient. Ce charivari ! c'est caricatural, c'est chouette...

ChantalC

21.02.2020

Bons moments

Galettes, karaoké, crêpes
Allez ! Aux oubliettes !
C’est la bonne franquette
Qui clôtura les fêtes
Du premier trimestre.
En attendant peut-être
Les prochaines occasions
Sans perdre la raison,
Des jeux, voire des paris
Tout est permis...

Se profileront des sorties
Où nous serons réunis
Pour des sujets plus culturels !
Mais, c’est bien naturel,
Je sens votre anxiété,
Je vais vous rassurer.
On pourra aussi se régaler
Et sans doute rigoler....

Faire des projets c’est bon pour la santé
Même si "ne rien faire c’est la conserver"
Vous aurez sans doute remarqué
Qu’avec Arvem, faut pas chômer !
Gardez les bonnes résolutions
Détente, évasion, bonnes idées
Sont les meilleures solutions
> Pour bien continuer !

Ninette