Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18.08.2017

Journée à Beaugency

Pour notre dernière escapade de l'année, alors que nous avions subi la canicule et craignions sa présence, je peux relever que nous avons eu une chance inouïe d'avoir un temps idéal, plus frais pour les visites extérieures de cette ville.

Le matin

Le château et son jardin suspendu

À l'origine un jardin d'agrément. Remarquons les bacs surélevés pour les plantes, la reconstitution exacte d'une tonnelle voûtée en bois, où grimpent vigne et houblon, offrant aux invités une promenade à l'ombre, ainsi que des rebords en gazon servant de sièges.

Mais entrons dans une grande salle où nous accueillent de superbes hommes d'armes démontrant l'évolution de leurs tenues depuis l'époque du XIème.

- Le seigneur de Beaugency portant casque fixe, cotte de mailles courte mais un très long bouclier, protection principale.

-Un soldat de Philippe le Bel au casque évolué grâce à son heaume, bouclier plus court, mais cotte longue.

-Le chevalier du duc d'Orléans ; apparition de l'armure aux avant -bras et jambières.

- Sous Dunois, compagnon de Jeanne d'Arc, protection maximum avec l'armure complète.

- Le summum, la fière allure du chevalier tout en armure sur son cheval protégé, recouvert d'une immense cotte de mailles. C'est ainsi en 1444 qu'est la 1ere armée française encadrée, rémunérée, qui ne pillera plus les paysans comme auparavant.

Une question nous est posée : Comment se nettoie une cotte de mailles ? Cela taraudait les fées du logis, le secret va enfin être dévoilé !

Lire la suite ICI

Beaugency

Promenade du 24 juin

 

28.07.2017

Atelier d’écriture : écrire une histoire ou un commentaire en rapport avec la photo.

paris,atelier écriture

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

RÊVERIE

Je suffoque, j’étouffe, je dégouline par tous les pores de ma peau. Je n’en peux plus de ce soleil qui pique, de cette chaleur écrasante.

Comment lutter ? Rien n’y fait. Ni eau, ni bosquet, ni arbre, ni souffle d’air ne viennent à bout de mon malaise.

Alors, je m’évade dans ma tête et me mets à rêver. Je rêve d’une belle soirée d’été, après une chaude journée ensoleillée, quand la Nature s’apaise et respire autour de soi.

La fraîcheur est tombée sur une jolie villa aux fenêtres illuminées et accueillantes. Deux Amours soufflent des jets d’eau fraîche, les libellules scintillent à la lumière, une brise légère apaise mon visage en feu… J’ai presque froid, je frissonne. C’est doux, c’est bon.

Je retarde le délicieux moment où je gravirai les marches du perron. Car là, dans la grande pièce, à la lueur des chandelles, je sais que mon amant m’attend avec impatience, devant une table garnie d’huîtres, d’écrevisses, de grappes de fruits et mets rafraichis en abondance.
Alors, il me tendra une coupe, un calice glacé du meilleur des Champagnes.

Martine C

14.07.2017

Discussion "Charles VII"

Par une belle journée, nous étions venus écouter un récit sur notre Histoire de France étudiée tout jeune, mais dont nous ne connaissions pas les coulisses ni la violence des actes....

Époque XIVe ; la guerre de 100 ans, des noms gravés dans nos mémoires : les batailles de Crécy, Poitiers, Calais, Charles V, Duguesclin, le bal des Ardents...

Mais retrouvons quelques points particuliers de-ci de-là : Lire la suite ICI

paris,charles viiSans menaces mais avec douceur.
Pour remonter le moral des troupes, nous avions notre troubadour de service, pour nous interpréter "Jeanne" de L.Voulzy et A. Souchon ainsi que "La ballade des dames du temps jadis" de F. Villon et Brassens reprise instinctivement  en chœur !

Merci pour cet élan naturel, gage encourageant pour affronter la route de Beaugency !

Ninette

12.07.2017

20eme Vide-greniers Arvem

Comme chaque année
L'évènement du vide greniers
Procure une histoire
Différente, c'est notoire,
Que je raconte
Sans être un éphémère conte,
Mais bien l'ennuyeuse réalité
Qui cette fois, s'est réglée
Grâce à la solidarité!

Après les jours de capricieuse météo
Pluies, vents à tout bâcher,
Ou mon ascenseur au repos
Le jour des paquets à déménager
Ceci les années antérieures,
Ce coup-ci, c'est la panne de moteur !

paris 12

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La voiture bien chargée
Ne veut plus démarrer !
Formidable idée, en un tel moment
Alors qu'à 6h30 évidemment
On s'apprête à tout déballer.
Bon départ pour cette journée,
Que faire ? Abandonner ?

Mais à Arvem existe la solidarité !
Une gentille dame, ô combien dévouée
Par un transfert nous a dépannés.
Puis un copain au mari s'est rallié,
Des navettes à pied sont effectuées.
Dos courbés, les bras chargés
Trop forts, ils ont assuré !

Grand merci pour leur courage,
Restait à se rendre au garage
Pour réalimenter cette gréviste
Afin, le soir, d'être en piste
Et au bercail ramener
Ses propriétaires, ayant pardonné
Cette révolte si mal venue
En ce jour tant attendu.

Comme d'habitude heureusement
On retrouve ses fidèles clients
Toujours des moments charmants
À partager même avec les enfants
Faire un petit plaisir
Rendu par leurs sourires.

Revoir des visages connus
Dont le nom a disparu
Durant plus de 20 ans, puis une étincelle,
Soudain l'on se rappelle,
Alors évocation des souvenirs
Encore un moment à chérir.

Non le but du vide greniers
N'est pas seulement de se débarrasser,
Mais sur ce trottoir, également
Celui du contact, si important
Tout simplement pour bavarder
Comme avec cet homme très âgé
Venu vraisemblablement "s'évader"
Parler de son métier, partir
Faire demi-tour, puis revenir
Plusieurs fois ainsi, comme pour se confier
Heureux d'une écoute trouvée.

Pour cette 20eme édition, le calme a régné
Par les vigiles, la sécurité assurée
Tout s'est bien déroulé, une fois de plus
Sur notre boulevard de Picpus !
Mais que d'émotions ressenties
Pour ce banal moment de vie.

Ninette

30.06.2017

Les grandes vacances sont là !

Nous vous souhaitons de très bonnes vacances, de belles promenades, de belles découvertes, de belles soirées ou/et journées entre amis et/ou en famille, des moments de détente et de rigolade !

Pas de vacances pour le blog....  2 ou 3 articles  par semaine seront publiés dont chaque lundi des sudokus et peut-être des mots croisés…

paris

23.06.2017

Journée dans l'Eure

Promenade du 13 mai 2017 à Gisors et à l'Abbaye de Mortemer

© 2017 by Arletteck, Yvesck & Jeanet

22.06.2017

Journée dans l'Eure

- C'était "super" chouette, "hyper" intéressant ! On ne regrette pas d'être venus ! -

Vous trouvez que c'est un peu court pour évoquer des souvenirs ? Donc vous êtes OK pour entamer la lecture ? Bon c'est parti !...

Le matin
Après une route sans encombre et un bon score au quiz traditionnel sur le thème de notre sortie, ayant suivi un chemin dépaysant, interpellés par d'immenses champs cultivés plus verts les uns que les autres, certains d'un jaune lumineux, ou encore présentant de curieux bourrelets réguliers de terre (à savoir pour quelle culture ?), nous arrivons à Gisors (Mais pour mémoire résumons quelques notes à lire ICI).

Nos estomacs pleurant famine, nous n'avons pas le courage d'entreprendre la recherche du fameux trésor ! Adieu nos belles promesses !

Nous reprenons donc l'autocar traversant de petits villages bien calmes, où de jolies maisons à pans de bois ravissent toujours les citadins. Des petites routes de campagne qui donnent le loisir et l'illusion d'évasion, avant d'arriver à la Ferme-Auberge.

Nous prenons place autour de deux belles tables dressées dans une vaste salle où un menu copieux de "recettes normandes maison" nous est aimablement servi. Après "le trou normand" la patronne nous donne des explications sur le travail quotidien détaillé de la ferme comprenant l'élevage, le gavage des canards, l'abattage et le traitement du foie gras, ainsi qu'un éclairage sur le bétail, les différentes races et qualités des viandes bovines, le rendement de l'entreprise où l'on ne chôme visiblement pas, puisqu'en plus, elle assure le restaurant où les groupes viennent en grand nombre.

Ceci ne nous a pas coupé l'appétit, le repas terminé, la digestion devait se faire après quelques km pour se rendre à l'abbaye de Mortemer, "l'abbaye la plus hantée de France" connue pour ses légendes.

L'après-midi
L'abbaye royale cistercienne du XIIe siècle située au creux d'un vallon qu'encercle la forêt et dont sont encore debout quelques belles ruines et 1 bâtiment du XVIIe devenu musée, composé de salles meublées et d'objets ayant appartenu à la vie monastique, ainsi qu'à certains propriétaires, nous accueillent.

Retenons "l'antiphonaire", du XVe recueil de chants liturgiques grégoriens sur parchemin, aux dimensions impressionnantes et pesant 30 kg de nombreux cuivres éclatants de brillance, les innombrables assiettes fixées sur les murs, les petits missels aux couvertures en ivoire, la superbe statue de l'exorciste en bois de hêtre etc...

Une descente dans les sombres caves où un parcours scénographique nous dévoile une salle comprenant tous les outils qu'utilisaient les moines dans leurs diverses tâches, la fontaine Sainte Catherine où les jeunes filles formulaient le vœu de trouver un mari, la cuisine où nous pouvons nous attabler en compagnie d'un religieux (qui ne refuse pas la présence féminine) puis la révélation des légendes liées à l'abbaye.
Le Dame blanche, la Femme louve, et dans le cellier où apparaissent les fantômes animés des 4 moines assassinés en ce lieu à la Révolution.

Pour sortir de tous ces mystères, un petit train pittoresque type "char à bancs "tiré par un tracteur nous entraîne bien secoués, faire le tour du domaine, des étangs, où l'on découvre des animaux en liberté. Un dernier regard vers les ruines blanches de l'abbaye, sur ses ouvertures en ogives que le soleil caresse.

Pour achever, une dernière visite vers le colombier du XVe au 930 boulins, remanié au XVIIe et qui servit de prison.

Nous retrouvons notre siège confortable avec plaisir après cette journée bien réussie, intéressante, agréable à tous points de vue pour un retour sans soucis.

Afin d'effacer l'angoisse des fantômes, un peu d'animation est proposée, pour ne pas oublier de rire, le remède si nécessaire à la santé. "En vérité... Je vous le dis" !...

Ninette.

14.06.2017

Discussion "Les Croisades et les Templiers"

Avant l'excursion vers Gisors où des Templiers ont été emprisonnés et où l'on soupçonne qu'un trésor y était caché, nous avons été mis en condition dans le contexte des XIe au XIVe siècles, périodes des croisades et naissance de l'Ordre des Templiers.

Prenons le bâton de pèlerin pour un retour sur ces évènements par un raccourci, car la route est longue pour se rendre jusqu'à Jérusalem, afin de reconquérir des territoires destinés aux chrétiens.

Si les Turcs n'avaient pas vaincu les Byzantins en 1071 ni acquis Jérusalem en 1076, rien serait arrivé....

En 1095 le pape Urbain II prêche à Clermont pour que les chrétiens partent en croisade. S'engageaient plutôt les cadets d'une famille et les seigneurs, par croyance, le goût de l'aventure, et en rémission des péchés.

Les croisades
La 1ere croisade en 1096. "Croisade des pauvres gens" occasionne beaucoup de massacres sur le parcours, il n'était pas bon être juif, païen, qui bien sûr, en retour, attaquent les envahisseurs. Godefroy de Bouillon en est le chef parmi d'autres. Pour participer il fallait faire 1 vœu, porter une croix, avoir de l'argent. Aidé par l'empereur de Constantinople, contre serment de rendre les terres prises, celui-ci donne or et argent. Mais ce n'était pas une partie de plaisir, durant le siège de 10 mois à Antioche, ils connaitront la famine, la mortalité, la désertion pour certains.  lire la suite ICI

Les Templiers
Lors de la 1ere croisade, le seigneur Hugues de Payns, constate qu'il reste peu de croisés à Jérusalem. Autour de l'an 1118 une question se pose :

Qui va protéger les pèlerins ? Il faut un Ordre de chevalerie au service de la chrétienté, donc mi-moine, mi-soldat.

Pourquoi ce nom ? Lire la suite ICI

1946 Roger Lhomoy jardinier, gardien à Gisors obsédé par l'idée d'un trésor caché sous le donjon a creusé, sans sécurité, la terre sur une profondeur de plusieurs dizaines de mètres jusqu'au moment où les parois s'effondrent lui brisant une jambe. À sa guérison il reprend ses fouilles, tombe sur une salle et dit qu'il a découvert un "spectacle fantastique" comme une sorte de chapelle avec des sarcophages, des statues.

1962 Malraux au Ministère de la Culture fait des recherches : en vain.

1964 Mesmer au Ministère des Armées fait des fouilles : en vain, fait reboucher.

2017 Donc ARVEM à son tour part en exploration pour trouver enfin le mystérieux trésor, connaissant le courage et la curiosité de ses "pratiquants" sensibilisés et même dynamisés à la suite de cette conférence.

À suivre

Ninette

07.06.2017

20è Vide-Greniers

Notre 20e vide-greniers a lieu le samedi 17 juin sur le bd de Picpus du 66 au 96, côté pair, de 8h à 18h30. vide-greniers_avec_chapeau.JPG

Comme tous les ans nous vous attendons très nombreux pour ce moment rempli de convivialité et de bonne humeur.