Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11.04.2017

Atelier écriture "Détournement de sens"

paris,atelier écritureJ’ai acheté une télé. Elle m’a tapée dans l’œil, et je la regarde.

Me faisant les yeux doux, elle me prend la tête !!! Elle me parle à cœur ouvert mais n’a pas la langue dans la poche. Ça me casse les pieds…

V’là qu’elle me fait les gros yeux avec sa langue de vipère, je ne sais même plus sur quel pied danser.

Si je l’éteins, je donne ma tête à couper qu’elle me fait perdre la tête ! Mais elle ne me fera plus les gros yeux. Je ne vais pas me laisser mener par le bout du nez.

J’ai mis les pieds dans le plat, je l’ai prise, et mise dans la cheminée. Elle aura chaud aux fesses et se cassera le nez !!!.

Yvesck

31.03.2017

Programme avril 2017

Jeux de société
Vous cherchez des partenaires, vous désirez vous initier ! Venez nous rejoindre.

Scrabble, tarot, belote
Lundis 3, 10 & 24 avril de 18h30 à 21h30
Samedi 8 avril à 10h30 & 17h15

Échecs
Lundi 3 avril de 18h30 à 21h30

Bridge
Lundi 10 avril de 18h30 à 21h30

Mercredi 5 avril
18h : Découvrez le forum et la galerie photos Arvem
20h30 : Découvrez le blog Arvem

Samedi  8 avril à 14h30
Discussion de Karine : Les peintres flamands

Mercredi 12 avril à 18h30
Billard américain

Samedi 22 avril à 14h20
Promenade guidée "le street art dans le 13è"

Dimanche 23 avril à 11h
Expo au Centre Pompidou "Cy Twombly"

Lundi 24 avril à 19h
Atelier d'écriture

 

28.03.2017

Discussion "Gabrielle Chanel"

Il nous était promis le parcours depuis l'orphelinat jusqu'à la rue Cambon, eh bien, voilà, nous l'avons suivi avec plus ou moins de connaissance, car Chanel est non seulement en notre mémoire, mais présente par ce voile léger embaumant que certaines parmi nous, portaient comme pour dire...Elle est toujours là !

Quel destin ! Quelle femme moderne pour le début du XXème siècle. Pour cette vie bien remplie il lui a fallu un caractère bien trempé, volontaire, de bonnes relations, de l'audace, la liberté d'action et de la chance.

Gabrielle née le 19 août 1883 à Saumur, seconde d'une famille de 5 enfants, très proche d'Antoinette une sœur et de sa tante Adrienne née 1 an après elle, qui deviendra baronne.

Son père marchand itinérant en mercerie, parcourant la France, se retrouve veuf après le décès de sa femme à 32 ans, laissant 5 orphelins. Les 3 filles placées à l'orphelinat d'Aubazine, chez les sœurs où Gabrielle apprend le travail, la couture et les 2 garçons dans les fermes où ils travailleront. (On trouve dans certaines archives que durant 5 ans jusqu'à ses 17 ans, Gabrielle aurait vécu comme domestique à Thiers ?) Puis elle aurait travaillé dans l'Allier dans la "Maison Grampayre" puis chez sa tante avec sa sœur, là, elle enjolivait les chapeaux et les corsages.

Les 2 sœurs s'installent à Moulins où réside l'armée (le 10eme chasseur à cheval). Ayant une petite clientèle directe, elles vont coudre pour les militaires. Gabrielle se retrouve à chanter dans le café "La Rotonde" où elle est "poseuse" c'est-à-dire autour de la vedette. Elle ambitionne la voie de la chanson, mais ce n'était pas sa route. Nous avons tous interprété sa chansonnette, celle de "Coco" le nom de son chien perdu, mais également le surnom donné par son père disait-elle....

Période faste : ses hommes

Lire la suite ICI

 

24.03.2017

Atelier d'écriture "Mettez-vous à la place d'un chat"

Une journée de chat

Je me lève en pleine nuit, là où les chats gris sont gris. Pas besoin d'une montre pour aller tout droit vers ma pitance, je sais où elle se tient dans mon écuelle ronde et étincelante par le clair de lune émanant de la fenêtre de la cuisine. Je déguste tranquillement ma pâtée et de temps en temps lape l'eau à côté. Je retourne sur le divan, m'allongea de toute ma longueur. Je me berce avec mes ronronnements. On dirait un ronflement tellement que c'est fort.

Vers les 6h mon maître se lève et s'assoies à côté de moi, je fais semblant de dormir. Se levant pour accéder à la cuisine, je le précède tout en miaulant d'un air de dire "J'ai faim, moi en premier". Il me comprend. Il constate que je n'ai plus de croquettes, alors ouvrant le frigo il m'en sert une bonne part ainsi que de l'eau. Le bruit de la croquette cassante dans ma mâchoire m'enchante. En milieu de matinée je décide de bouger un peu, un petit exercice d'échauffement 2 pattes avant droites devant, un dos rond, une queue balançant, les yeux en amandes puis deviennent ronds, très bon réveil.

Je joue avec un rien, une boule de papier, un morceau de plastique froissé, un rien m'amuse. Passant devant une chaise, je saute sur le plateau, me mets en rond pour simuler un faux sommeil. Mes sens sont en éveil, les oreilles droites écoutant tous les moindres bruits, les moustaches frémissantes pour les odeurs, les yeux en amande faisant croire que je dors, en fait, je veille. Dans l'après-midi ma maitresse ouvre le couvercle de l'ordinateur. Je suis attiré par la lumière de l'écran, et les touches du clavier et, surtout la souris électronique sans queue. Un coup de patte sur le clavier pour dire "je veux comprendre". Une envie soudaine me rappelle que j'ai une litière propre pour la petite et grosse commission.

paris,étalier écritureCes journées sont exténuantes, des fois je vocalise avec des miaulements et ronronnements. Mon maître me prend dans ses bras et me chatouille et j'aime cela, alors je lui lèche le nez ou les cheveux. À travers les vitres je vois la rue qui s'anime avec tous ses bruits et la nuit venue avec toutes ces fenêtres éclairées, tout cela me plait. Alors croyez-moi si vous voulez mais cela est très dur dans la vie d'un chat.

Yves-Marc

16.03.2017

Musée Henner

Par un après-midi particulièrement pluvieux, quoi de mieux que de se réfugier au musée Jean-Jacques Henner !... mais visite programmée par Arvem tout de même…

Cela nous a permis de découvrir ce magnifique hôtel particulier avec salon néo-renaissance et jardin d’hiver…

Ensuite, en gravissant les étages Karine, notre conférencière, nous a raconté cet artiste du XIXe siècle dont je n’avais jamais entendu parler. Des portraits à foison, des paysages de son Alsace natale et quelques études nous rappelant qu’il avait été "prix de Rome".

Une visite très intéressante dans un lieu privilégié et la découverte de cet artiste.

Colette C

Musée Jean-Jacques Henner

Visite guidée du 4 mars 2017

14.03.2017

Tournoi de tarot 2017

Le tournoi de tarot 2017 s’est déroulé lundi 6 mars…..quasiment 1 an jour pour jour, après l’annulation de celui de 2016, à cause d’une chute….non, pas d’un joueur qui n’a pu faire son contrat, mais de la jeune (91ans à l’époque) maman de l’organisateur. Cette année, compte tenu des absences, des présences, des invités, de dernière minute, nous nous sommes retrouvés à 27 !!!
Et ça, c’est pas terrible pour un tournoi de tarot !! Alors, l’organisateur a du payer de sa personne pour jouer, diriger les changements de place (une espèce de marelle trop compliquée pour certains), répondre aux questions, et comptabiliser les points (après quelques corrections !!).

paris,tarot7 tables de 4…..parfait !!
Et le tournoi s’est déroulé dans une excellente ambiance : mélange de joueurs débutants et chevronnés (y’en-a-t-il ?), pas d’engueulades, pas trop de rires intempestifs, pas trop de bruits…
On a pu faire 4 rotations donc 16 donnes et le tournoi s’est terminé bien au-delà des 21h30 habituelles et même de nombreux participants sont restés jusqu’à quasiment 22h pour la publication des résultats.
Il faut dire que le dépouillement fut rapide, et que, au moment où j’écris ces lignes, il n’y a eu aucune contestation….
Et alors…et alors…qui a gagné ?

Je vous le donne en 1000 (c’est une façon de parler, car il se contenta de 800!)…c’est le G.O de service, le Gentil Organisateur !!!!
Bizarre, n’est-ce pas !!

Et pourtant, c’est pas toujours celui qui tient les comptes qui gagne, mais là… OUI !! Que ceux qui ont des doutes sur ce résultat, déposent réclamation (de préférence sur papier A4, vierge en verso, que je puisse réutiliser la feuille en brouillon….)

Néanmoins, je tiens à remercier sincèrement TOUS les participants , qui ont été disciplinés, de bonne humeur (pourtant on n’a rien eu à boire et à peine quelques bonbons), souriants, acceptant mon ton (quelques fois) un peu sévère et autoritaire (c’est nécessaire de temps en temps).
Mon seul reproche…… pas un ne m’a offert un doliprane (1000 encore une fois !), pour éviter que je sorte de la salle avec une grosse tête (et pas parce que j’avais gagné !!).

Bravo à tous, merci de votre gentillesse et pour vos remerciements.

Jean

P.S : les résultats officiels seront annoncés lors des prochaines séances (j’attends encore quelques chèques !)

09.03.2017

Karaoke de la chandeleur

En ce dimanche particulier
Nous avons participé,
Comme promis, à un karaoké
Puisque celui de l'an passé, fut apprécié.

Nombreux nous étions
Pour ce moment en chansons,
Où les amateurs ont donné de la voix
Sur des refrains d'autrefois.

Pour d'autres l'envie de bouger
"Devant le buffet" évidemment danser"!
Cette diversion communicative
Entraîna donc les copains,
Toujours dans cette activité festive,
Capables, de montrer leur entrain.

Assurément c'est donc ainsi
Ayant perdu quelques calories,
Que nous avons eu accès
Sans scrupule au buffet !

paris,chandeleur

 

 

 

 

 

Deux jours avant Mardi-Gras
Certes, mais nous, les crêpes
Avec cœur les avons faites,
Puis dégustées à en voir le fond des plats!

paris,chandeleur

 

 

 

 

 

 

 

Bravo aux dévouées crêpières,
Mais sans en avoir l'air,
Gaufres et beignets joufflus
N'ont pas résisté non plus !

Le tout bien arrosé
De divers jus de la nature,
À faire glisser pâtisseries et confitures
Et pas question de se faire prier.

C'est un plaisir de constater
Que cette tradition de la Chandeleur,
Avec toutes ses douceurs,
Peut encore de nos jours apporter
Quelques bons instants à partager !

(Et même celui de ranger....
Encore merci pour votre solidarité)

Ninette

 

07.03.2017

La chandeleur

En ce dimanche de fin février, le ciel s'annonçait morose autant que le climat ambiant. Je me rendais à "La Chandeleur" organisée par l'Arvem.

Je passais la Durance quand je fus tout à coup mise en joie par de joyeuses clameurs, une table en fête, une musique en sourdine.

Nous avons ri, nous avons chanté, nous avons dansé, nous nous sommes régalés des délicieuses crêpes et beignets concoctés par nos Avermois (ses), nous avons dégusté de bons cidres et crémants offerts en abondance.

paris,chandeleurparis,chandeleur

Le temps d'une chanson, Titine s'est rêvée en Dalida,Yves en Gainsbourg.... et nous avons découvert les talents de notre conteur Jean-Paul, nous avons admiré notre troubadour, Jean-Yves, plus en verve qu'à l'habitude. Et d'autres.... bravant leur timidité, tantôt émouvants tantôt très drôles !

 

 

Le soleil, il était là, en ce dimanche de fin février, chez nous, les Avermois.

Martine C

02.03.2017

Visite "L'hôtel de Lauzun'

Après la discussion ayant trait au duc de Lauzun, j'avais un rêve, visiter l'Hôtel de Lauzun dont il fut l'éphémère propriétaire de 1682 à 1685.

Grâce à Arvem voici un vœu exaucé. Cela valait la peine de gagner le quai d'Anjou dans l'Ile St-Louis. Profitant d'une remarquable restauration, l'heureux touriste peut admirer de magnifiques appartements qui par leurs superbes décors du XVIIeme siècle, rivalisent en réduction, avec Versailles et Vaux le Vicomte.

L'Hôtel de Lauzun Trésor de l'Ile St-Louis.jpgSi vous quittez à regret ce lieu si évocateur du Grand Siècle, un livre vous est proposé superbement illustré vous proposant l'histoire de l'Hôtel et une visite commentée vous entrainant dans les salles visitées, puis dans les étages fermés au public.

Une découverte que nous n'oublierons pas.

Si le cœur vous en dit le livre "L'Hôtel de Lauzun Trésor de l'Ile St-Louis" de Raymond Boulhares et Marc Soleranski est édité chez ARTELIA.

Jean-Paul