Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22.02.2019

Atelier écriture "parler d'un loisir...

Thème : Parler d’un loisir :  sportif, culturel, ou intellectuel.

Le plaisir d'écrire

Moi, ce que j’aime comme loisir, c’est… l’Écriture.

Aligner les mots les uns après les autres, leur donner corps, leur faire prendre forme, leur insuffler de la puissance et leur donner de la présence.

Quel plaisir de calligraphier de belles lettres. Tantôt, il y a une hampe qui monte comme le H de hanneton, et d’autre fois une jambe qui descend comme le P. de particulier.

L’écriture c’est personnel, c’est subjectif, objectif ou inventée. On peut former des phrases lourdes de sens, pleines de sous-entendus, de suspens, de bon aloi ou bien chargées de haine. Mais ce que j’aime le mieux, ce sont les phrases remplies d’amour, de mots d’amour, des lettres d’amour. Les phrases qui viennent du cœur et diffusent de bonnes paroles. Justement, Jeudi 14 février, c’est le jour de la Saint-Valentin.

Jacqueline F

19.02.2019

La bonne franquette en couleurs

Elle est passée, enfin,
Bien, ou moins bien,
Cela dépend pour qui !
En tous les cas, merci
D’avoir souvent souri
Car, sur tout l‘après-midi
Pas évident d’être à l’écoute,
Coûte que coûte !
Puis devoir participer
Aux jeux proposés
Voire en plus, s’exposer
En public se montrer
Sans recevoir de récompense,
Car quoique l’on pense
C’est avec plaisir en général
Qu’est gagné un lot, même banal,
Après la curiosité aguichée
Par le contenu caché.

Bref une journée de détente
Après une longue attente
Qu’exigent l’organisation
D’une bonne réception,
Puis toute la préparation
En vue de l’exécution
D’une simple animation.
Espérant, bien après le déjeuner,
Ne pas avoir trop empiété
Sur votre envie de papoter
Avec les copines retrouvées.
Eh! Oui! Fallait être disciplinés
C’est beaucoup demander !

L’animatrice reste perplexe
Sur un déroulement complexe,
Suivant le thème des couleurs
Apporter de la bonne humeur,
À l’aide de recettes généreuses
Offrir une ambiance joyeuse,
Afin que puisse chacun,
Oublier le train train quotidien.
Merci, aussi pour la solidarité
Déployée en fin de journée,
Tout a été bien rangé
La salle gaiement balayée,
Et tout cela sans rien demander
Mais fort de constater,
Que jusqu’au bout vous en avez vu,
De toutes les couleurs, bien entendu !

Ninette

14.02.2019

Atelier écriture "Inventer un personnage.."

Thème : Inventer un personnage, et le décrire. (Ses qualités, ses défauts, son aspect…)

Tiens ! Il est revenu ! Il est là toujours à cette époque. Aussi gros qu’une vraie barrique. Il s’installe là dans le jardin, je ne sais pas par où il passe, gros comme cela : il ne peut pas se faufiler entre les barres du portail. Et encore moins l’enjamber ! Mais j’avoue qu’il est beau. En tout cas vu de loin ! Tout de blanc vêtu, il reste là stoïque, sans bouger…

Je n’ose m’approcher ! Son écharpe virevolte au vent, elle est rouge, flamboyante, comme le feu. Ses yeux son ronds comme des billes ! Euh pardon, non vu la taille, ce serait plutôt comme des boules de billard, ou peut-être de pétanque, Oui c’est cela de pétanque. Son nez, est pointu, comme une carotte, et son chapeau, quel drôle de truc, certainement piquer à Charlot ! Ma foi, il est rigolot ! Il doit avoir bien froid là, comme cela ! Demain, dans l’après midi, pas le soir, cela ne se fait pas ! Je l’inviterais à prendre un bon chocolat chaud. Je suis certaine qu’il sera encore là, comme depuis quelques jours !

Le lendemain, j’ai donc préparé mon petit salon pour "l’invité", je me précipite pour lui faire part de mon invitation, Mais tiens il n’est pas là… Quelqu’un m’a peut-être devancé... Tout de même, je m’approche, Bizarre, il a oublié, son chapeau, et son écharpe, bien rouge, flamboyante comme le feu. Mais lui, il s’est volatilisé… il a fondu… disparu ! Ah !! J’oubliais de vous préciser son nom : "Monsieur Bonhomme de Neige des Petites Plaines…"

Alors bon. Le chocolat ce sera pour les prochaines Neiges. Tant pis pour lui !

Arlette ck

07.02.2019

Théâtre "Alexandra David-Neel" Mon Tibet..."

Alexandra_David_Neel.jpg

Alexandra David-Neel "Mon Tibet..." de Michel Lengliney
Mise en scène et décor de Claude Laucournet,
Avec Sophie Margalet et Laure Reutermann
Théâtre Auguste Dobel,
du 18 janvier au 10 février, 9 rue Philidor (75020).

Si la curiosité vous pousse à mieux connaître cette personnalité légendaire, symbole des vies de femmes libres, aventureuses, érudites et en quête d'absolu, courez voir cette pièce présentée au théâtre Auguste Dobel par la compagnie Aurore dont nous avons déjà apprécié les initiatives aussi hardies que talentueuses.

Nous sommes à la fin de la vie de l'héroïne, embauchant une aide dont les tâches mal définies au départ (dans la réalité Marie-Madeleine Peyronnet) se révèleront multiples, de secrétaire à femme de ménage.

Les rapports entre les deux femmes, dans leur subtilité et leurs perpétuels déséquilibres et réajustements-ceux-ci en raison de l'humeur et des convictions têtues d'Alexandra, sont admirablement servis par un dialogue brillant, dont les à-coups et les ruptures font virer au comique ces derniers moments d'une vie exceptionnelle-qui auraient pu être tragiques ou au moins mélancoliques.

La mise en scène de Claude Laucournet, très sobre et nuancée, soutenant ces revirements psychologiques par les déplacements et fausses morts de son personnage met efficacement en relief cet échange toujours imprévisible et sa progression vers une intimité tendre, un attachement qu'aucune ne voudrait voir se rompre. La musique (une bande-son d'Hugo Caruana) épouse efficacement les changements de ton et de situation.

Sophie Margalet est remarquable dans le rôle d'Alexandra. D'autres textes nous avaient fait découvrir son talent. Elle est ici éblouissante entre autoritarisme, résolution passionnée et dure, et vulnérabilité juvénile. Le jeu de sa partenaire est à la hauteur, ferme et sensible à la fois, opposant des forces qui prennent parfois l'aspect de l'impuissance, de la colère et du désespoir au volontarisme stoïque de la championne.

Grâce à ces talents conjugués l'essentiel des choix lisibles dans cette biographie est reçu et visiblement apprécié par le public : un féminisme qui n'exclut pas les hommes, dans la plus grande liberté des deux : quittant à jamais un mari infidèle, Alexandra continue à le chérir et lui de loin à la soutenir, y compris financièrement, dans ses expéditions ; éloge de la solitude qui ne doit pas être vécue comme un échec mais comme une jouissance ; revendication d'égalité sociale avec des allusions aux méfaits d'une certaine politique encore actuelle ; nécessité de la culture, particulièrement de la lecture, et de celle de la méditation qui permet d'envisager simultanément et sereinement vie et mort, se traduisant par cet étrange refrain que fredonne Alexandra, rythmant ses avancées difficiles: "un pas vers la mort", endurance physique visant à toujours repousser les limites de la machine, entretenue sans cesse à travers ses exploits. D'exploratrice ; orientalisme bouddhique joint à une extrême lucidité permettant d'approfondir et de mettre en pratique cette philosophie de l'existence.

En cette période instable et incertaine nous repartons du théâtre enchanté(e)s, enrichi(e)s, éclairé(e)s, affermi(e)s.

Marie-Claire CALMUS

06.02.2019

Atelier écriture "La boule de neige"

Thème : La "boule de neige" est une phrase dont la longueur des mots augmente puis diminue régulièrement permettant l'arrangement calligraphique en triangle, losange ou polygone. Ici un losange.


La

Rose rouge

S’épanouit au fil

Du temps, belle créature

Mais flétrit à la fin

Rouge vif deviendra un bel écarlate

Car seuls les pétales évoluent

Et la beauté change

Elle restera toujours

Une magnifique

Rose

 Ludmilla

 

01.02.2019

Programme février 2019

Jeux de société
Vous cherchez des partenaires, vous désirez vous initier ! Venez nous rejoindre.

Scrabble, tarot, belote, bridge
Lundis 4, 11 & 18 février de 18h30 à 21h30
Samedi 16 février à 10h30 & 17h15

Scrabble, tarot
Samedi 16 février à 10h30

Échecs
Lundis 4 & 18 février de 18h30 à 21h30

Dimanche 3 février à 14h
Fêtons la chandeleur

Lundi 11 février à 19h
Ateliers d'écriture

Samedi  16 février à 14h30
Discussion de Jean-Yves : Histoire de l'Australie

Dimanche 17 février à 10h30
Balade photos "La diagonale"

Mardi 19 février à 18h30
Billard américain

Samedi 23 février à 13h45
Expo au Petit Palais "Jean-Jacques Lequeu"

30.01.2019

Atelier écriture "Rimes syllabiques"

Thème : Exercice de style "Écrire des rimes à fin phonétiques alphabétiques".

Voyages

Il m'a dit un jour tu verras,
Tu viendras et tu seras bouche bée.
Nous irons sur le chemin du passé.
Nous irons sur la route d'un pas déci.
Nous irons sur la route comme des bienheureux
Nous pourrons emprunter un bel aéronef
et nous envoler pour un long trajet.
Avec les nuages nous jouerons à cache-cache,
nous planerons, heureux et ébahis
et finirons la course au pied de La Mongie.
La vie sera belle, sans heurt et sans tracas.
Allez laisse-toi faire et ne sois pas rebelle.
Dis-moi ce que tu veux, mais dis-moi que tu m'aimes.
Rien n'est plus révoltant que la ruse et la haine.
Voilà que tu souris et ton sourire est beau
comme un soleil couchant sur les roseaux coupés.
Par ta beauté je suis vaincu.
Je ne veux pas avoir l'air
d'un pauvre type largué et en détresse.
Moi, je veux te garder pour toute l'éterni.
Je t'aime, alors il faut que la vie continue.
Nous pouvons nous aimer, nous en avons rê
à pied, à cheval, en B.M.W.
Je te suis du regard car tu es mon point fixe.
Un jour, nous irons dans un paradis grec.
Notre ardeur irradie dans nos deux cœurs de braise.

25.01.2019

Discussion "Le grand Condé et la Fronde"

L’Histoire se répète-t-elle ? Avec les évènements de nos jours on pourrait y penser... Disons que ce sont les mêmes raisons qui déclenchent la révolte....

Sous la monarchie du XVIIe siècle la France fut très agitée, période de la guerre de 30 ans et de la Fronde à partir de 1648.

C’est en 1621 que nait à Paris Le Grand Condé. Placé à 8 ans chez les jésuites à Bourges, passera ses vacances à Montrond (Berry) dans le château de son père. Puis en 1636 il arrive à Paris.

Atmosphère
La révolte gronde partout en France car le peuple refuse les taxes imposées sous des appellations différentes.

Retenons quelques-unes
1637 en Périgord "les croquants" se rebellent contre "la taille" afin de payer les soldats, on impose une taxe sur le vin chez les cabaretiers.
1639 dans le Cotentin "les va nu-pieds" refusent l’augmentation d’1/4 de la valeur de la "gabelle".

1648 à Paris augmentation de "la paulette" (du nom du juge Paulet)
Le Parlement exige son accord sur les impôts ordonnés par la Régence.

Mais on continue
1675 en Bretagne "les bonnets rouges" luttent contre la taxe sur le papier timbré, qui était gratuit auparavant pour les actes notariés, judiciaires.
1707 dans le Quercy "les tard avisés" refusent la taxe sur les traités forains.

Lire la suite ICI

Ninette

22.01.2019

Atelier écriture "Écrire un texte court avec sentir"

À la radio, pendant que je sentais l’odeur du café après le déjeuner, l’horoscope me disait que c’était mon jour de chance.C’est rare mais je ressentais le bonheur de gagner. Cette journée, ça sentait le fric…

Au premier bar tabac venu, on ne sentait plus l’odeur du tabac. J’ai acheté un billet à gratter… J’sens que ça vient, j’sens qu’ça vient… Trois cases à découvrir. Ça sentait bon le gain…. Eh bien… Non !... Nul !!!.

J’ai ressenti l’échec à fond, l’horoscope a senti de travers…

Yvesck

18.01.2019

Resto/Bingo - Le 6 janvier : Ste Melaine

 AVANT

Entre les fêtes passées,
Voir la galette se profiler,
Et la bonne franquette annoncée,
Fallait bien se retrouver
En ce début janvier
Dans une ambiance animée.

À cette nouvelle proposition
Une rapide décision.
Rendez-vous au restaurant
Tout comme précédemment,
Certes pour se restaurer,
Aussi voir la chance tourner,
Et essayer de gagner
Au bingo organisé.

Ah ! l’appât du gain
Dieu que c’est vilain !
Mais prions sainte Melaine
Qu’elle gonfle notre bas de laine !
Ou, encore permette de vibrer,
Et savoir encaisser
Déception et fatalité.
De toute façon déjà habitués
Effectivement à ne garder
Que l’envie de recommencer.

paris

APRÈS

Ce fut une bonne journée
Par tous appréciée
Autour d’un bon déjeuner.
Puis les mises gagnées
Par des chanceuses réjouies,
Trois fois remises sur le tapis
Même sans remord, pardi,
D’avoir “pompé” les amis.

Enfin regagnons nos pénates
La bourse bien plate,
Et pour celles qui ont eu de la veine
Quand même, merci Melaine !
Ainsi restons heureux
De ce moment joyeux
Qui nous fit bien commencer
Cette nouvelle année .

Ninette