Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15.12.2017

1 - Expo "Anders Zorn"

Nous l’avions attendueparis,exposition
Partir, nous avions dû,
Mais nous sommes revenus
Bienheureux, nous l’avons vue !
Découvrir cet inconnu
Son talent, nous porte tous aux nues
Par ses aquarelles, qui l’eut cru ?
À s’imaginer dans la nature
Qu’il a si bien rendue.
Ses portraits, des photos ? Non, sa peinture !
Cette exposition, une superbe aventure !

On connait en Suède La Petite Sirène, il y a sûrement aussi de bonnes fées ! Remerciements à celle qui s’est penchée sur le berceau de cet artiste (1860-1920) très glorieux dans son pays, talentueux aquarelliste, peintre, graveur, au destin particulier, de famille modeste, abandonné par son père, à 20 ans il sillonne l’Europe, puis l’Afrique du Nord, les États-Unis. Il réussit vite à se faire connaitre.

L’exposition nous présente 150 œuvres surprenantes par la finesse de son travail débuté si jeune, avec la difficulté de l’aquarelle surtout sur grandes dimensions, puis évoluant vers la peinture et la gravure.

paris,expositionDe nombreux portraits de personnalités de l’époque représentées dans leur environnement, avec de superbes effets de lumière, cette lumière qui le fascine, elle joue sur les visages, sur le mobilier, dans les tissus, reflète sur les eaux. Cette lumière passe dans la main de l’artiste pour interpréter la finesse des voiles, du tulle ou celle de la peau des baigneuses nues.

Un émerveillement de tableaux en tableaux réalisés au cours des voyages du peintre, rendus encore plus vivants par les commentaires d’une guide qui nous a également démontré la méthode employée, assez compliquée, pour la gravure noire représentant des parties de tableaux en miniatures exposées en vitrine.

Une exposition rayonnante, qui nous emplit de bonheur ! Il parait qu’en France nous ne possédons, hélas, que 3 de ses tableaux !

Ninette

08.12.2017

Atelier écriture : D'après une photo

paris,atelier écritureJ'ai choisi la photo sur laquelle on voit des objets en fil de fer. Il y a des rayons en forme de soleil et des jetons.

Ouh ! ouh ! C'est moi. Je suis là. Y-a t-il quelqu'un, quelqu'un qui m'entend, quelqu'un qui m'attend ?

Je m' présente, je m'appelle Fildeferrine. Je suis arrivée sur terre à la vitesse de l'éclair. C'est Cupidon qui m'a aidée. Il m'a dit va voir le monde comme il est vaste. Il est temps, ton heure est venue de partir. Tu vas complètement te désespérer et rouiller si tu reste figée dans le ciel. Vas-y avant que Zeus ne te foudroie et que tu ne deviennes cendres. J'ai réfléchi. C'est vrai, je m'suis dis. J'en ai assez de voir mes membres de figurine en fil de fer tressaillir et se tordre sous les foudres de Jupiter. J'ai joué à un jeu avec Coluche et Yves Montand. Au jeu, du qui perd, gagne. J'ai lancé un jeton sur la case en forme de soleil comportant des degrés et je suis tombée sur celle de la terre.

Alors Cupidon, m'a dit, allez, viens, blottis toi dans mes ailes et avec ma flèche, je t'indique le chemin. Tu trouveras de quoi assouvir ta soif d'amour et de connaissances. - Amour - Désir - Plaisir - Rêver - Tu vas trouver le bonheur.

Je répète, légèrement inquiète ouh ! ouh ! où êtes-vous ? Je vois le soleil qui éclaire une sculpture qui ressemble à une sphère terrestre. La flèche de Cupidon s'est fichée directement dedans. Elle pointe vers l'Enfer ou le Ciel là d'où je viens.

C'est beau ici, c'est vert, il y a quelques fleurs sauvages dans le parc. Tout est si réel. Mais... il n'y a personne, la solitude. Rien, en fait, si c'est çà la Terre, je crois que je vais m'ennuyer.

Eh bien ! Je vais attendre demain, là, juchée sur la table ronde en pierre blanche. Quelqu'un passera bien, c'est sûr. Il va craquer en m'apercevant. Il me recueillera et m'emmènera dans son univers. Où ? C'est là un véritable mystère.

JacquelineF

01.12.2017

Programme décembre 2017

Jeux de société
Vous cherchez des partenaires, vous désirez vous initier ! Venez nous rejoindre.

Scrabble, tarot, belote, bridge
Lundis 4, 11 & 18 décembre de 18h30 à 21h30
Samedi 16 décembre 10h30 & 17h15

Échecs
Lundi 4 & 18 décembre de 18h30 à 21h30

Dimanche 3 décembre à 15h
Après-midi ludique et convivial

Samedi 9 décembre à 10h45
Expo au Musée des Arts décoratifs "Christian Dior, couturier du rêve"

Lundi 11 décembre à 19h
Atelier d'écriture

Samedi  16 décembre à 14h30
Discussion de Jean-Paul : Dunkerque & Sigmaringen

Mardi 19 décembre à 18h30
Billard américain

Dimanche 31 décembre à 20h
Réveillon de la St-Sylvestre

 

29.11.2017

Atelier écriture "Vous entrez dans une pièce..."

Thème : Vous entrez dans une pièce. Tout y est en désordre, seul un jeu de carte est étalé sur une table.

Alors que je rendais visite à mon grand-père près de Figeac, j’arrive tard chez lui, très tard !!... Je venais de me payer 700kms en 2Cv. Sa porte pas fermée, je l’ouvre. Quel bordel !!!!.

Écroulé sur son canapé en cuir plus ou moins délabré, il ronfle. Par terre, un cendrier plein de mégots de cigares dont un fume encore. Lui, collectionneur et amoureux de pendules et peintures, je suis resté bête.

J’approche à pas de loup pour ne pas le réveiller. À côté d’un verre de vin couché et une bouteille de Saint-Emilion presque vide, il y a une table Louis XV avec des bronzes dorés très travaillés. Dessus, un jeu de cartes étalé comme s’il venait de jouer. Je le manipule délicatement.

Humm !!!, l’odeur du vieux papier. Combien de mains les ont essuyées. Le flanc est doré et les chiffres en caractères romain - Et vas-y, que je ronfle - Je découvre ce graphisme avec une précision dans le dessin, la finesse du détail. Le roi est couronné avec une dorure. Mais, quel roi ?. La reine portait un diadème avec des points rouges et blancs ; des rubis et des diamants ?. Que c’est beau !!!.

Régnait l’odeur du cigare éteint mais celle du vieux carton était meilleure. Derrière la carte. Tiens ! Un paquebot est dessiné. C’est écrit en diagonale "Compagnie Transatlantique". Le fond est de couleur bleue, un peu gris. Ça me fait Tilt !!! Merde !!! Que je crie. Je m’en souviens, Août 1960, on est parti en France avec l’El Djezaïr. Ils avaient le même jeu de cartes.

Ça l’a réveillé. À moitié bourré, il me demande ce que je fous là. No comment…

Yvesck

17.11.2017

Notre Assemblée Générale

En ce samedi d’octobre, mois célèbre pour une certaine Révolution, nous étions si nombreux à notre Assemblée Générale Consultative, que “l’hémicycle” en était même trop étroit !

Cette sympathique réunion s’est déroulée dans le calme, laissant les intervenants s’exprimer clairement et vos souhaits émis, recueillis pieusement, sollicitant votre patience pour les voir se réaliser.

Le compte rendu confirmera tous les détails de nos idées échangées.

Pour clôturer la séance, le buffet préparé avec attention, aussi varié que possible, bien garni et léger à la fois, vous a récompensés pour votre venue, et nous étions ravies de constater que vous l’aviez apprécié, en retrouvant les plats soulagés de leur contenu, ce qui nous fit grand plaisir !

C’était l’heure du déjeuner, vous avez bien fait de prendre des forces pour soutenir la Révolution Russe l’après-midi, journée non-stop pour les plus courageux (es)!

Merci à tous, évidemment on compte sur vous l’année prochaine !

Ninette

15.11.2017

2 - Atelier écriture "Brodez un texte à partir de : J'aime la pluie

Tiens, aujourd’hui il pleut ! Certains vont se plaindre : "Encore il pleut" "Quel temps de chien".

D’abord pourquoi un temps de chien ! Les pauvres, Ils n’y sont pour rien eux s’il pleut !! Cela n’est pas de leur faute !! Bof de toute manière, y’en a qui sont jamais contents de rien ! Qu’il pleuve, qu’il vente, et même quand il fait beau ! Et bien "OUI" Moi j’aime la pluie !

Je ne dis pas que je n’aime pas le soleil. Mais oui, j’aime aussi la pluie ! Hum, c’est bon la pluie… Hum, ça sent bon après. L’herbe a un parfum bien particulier. Et puis réfléchissons… Lorsqu’il ne pleut pas… Hé bien, il faut arroser les fleurs du jardin pour qu’elles poussent, et puis tout se dessèche… Plus de légumes, plus de fruits… plus de fleurs !

Mais attention ne pas confondre avec le déluge ! Mais j’aime la pluie ! Une paire de botte, un imper, un panier…. hé hop ! On va chercher les escargots.

Dans les bois, on n'entend que la pluie qui caresse les feuilles. Tout se tait. Tous se calfeutrent.

Et puis, avez-vous remarqué à la mer, sur la plage, les baigneurs quand il pleut, ils sortent de l’eau en courant !! Pourquoi !? Ridicule ! Puisqu’ils sont déjà mouillés ! En plus, l’eau de la mer est encore plus chaude quand la pluie vient lui chuchoter aux vagues. Moi, je vous dis, J’aime la pluie ! Mais j’aime aussi le soleil… à l’ombre des cocotiers !

Arletteck

10.11.2017

Promenade au Luxembourg

Sous un coin de parapluie a débuté la promenade jusqu’à la monumentale fontaine Médicis où batifolent d’heureux canards entre la cascade et le bassin.

Le jardin pratiquement vide en ce dimanche au ciel capricieux, nous a permis aisément de faire le tour auprès de ses Grandes Dames du Haut Moyen Age jusqu’au XVII e siècle, qui n’ont plus de secret pour nous.

paris,jardin,luxembourgSur le parcours, nous avons admiré le beau jeune homme “marchand de masques” qui nous a incité à identifier les visages sculptés à ses pieds.

Puis nous profitons d’un rayon de soleil pour découvrir la plaque commémorative signalant l’emplacement où furent fusillés des communards (des traces de balles sur le mur sont encore visibles).

Au passage on peut jeter un regard admiratif sur les superbes massifs de fleurs si bien entretenus par une soixantaine de jardiniers !

Curieusement nous remarquons le ballet de chaises vides pêle-mêle ; certaines étant marquées du symbole “sénat” signe de leur appartenance. Jusqu’en 1975 pour les occuper, il fallait payer auprès de la chaisière. (Je me souviens comme au Jardin des Plantes... Celles du Luxembourg devaient être jolies, il parait que Lénine demeurant à Paris, serait tombé amoureux de l’une d’entre-elles).

Nous contournons le bassin octogonal où des enfants comme jadis, s’activent avec leurs petits bateaux. Subitement me vient à l’esprit qu’il manque des gamins jouant avec leurs cerceaux.

Poursuivons notre visite, passons devant l’espace verdoyant autrefois mal famé, indésirable, car lieu de séjour des brigands (d’où l’expression “au diable vauvert”) remplacés par des Chartreux eux-mêmes expulsés à la Révolution.

Hormis devant les Dames en pied de ce jardin, nous nous sommes arrêtés face au médaillon de Stendhal par Rodin, La bouche de la vérité, George Sand assise, Flaubert, et près du verger, Baudelaire invisible car la statue est enveloppée, comme également d’autres, en vue d’un nettoyage supposé.

Pas de bouches closes, mais au contraire grâce aux mémoires aguichées, des poésies allègrement ont été reprises en chœur. Courageusement nous reprenons notre balade vers le Pavillon de la Pépinière pour écouter un extrait des Misérables relatant le lieu où Marius rencontrait Cosette.

Soudainement nous constatons que de nombreux parisiens sont sortis de chez eux, profitant de l’éclaircie, pour noircir les allées par leur présence et animer l’horizon.

paris,jardin,luxembourgTout en croisant de multiples joggeurs, notre attention se tourne encore vers la statue de "La Liberté éclairant le monde“ et le “Triomphe de Silène” magnifique bacchanale, composition imposante de Dalou, avant de retrouver le buste récent de Stéphan Zweig et celui de Beethoven de Bourdelle.

Passons devant l‘Orangerie aux fenêtres ouvertes laissant apparaitre palmiers et orangers, pour terminer devant la fontaine de Dalou qui rend hommage à Eugène Delacroix.

Presque 3 heures de promenade culturelle gratuite, avec un guide connaissant parfaitement les personnages, capable d’élargir à souhait leur histoire, avec la totale reconnaissance des plus courageux(es) qui en ont pris plein les yeux, plein les oreilles....et “plein les bottes “!

Ninette

09.11.2017

Discussion "Révolution d'octobre"

Qu’il est difficile de faire la Révolution ! Encore plus d’en résumer les causes, les faits, d’identifier les acteurs, les lieux aux noms compliqués, la complexité des rebondissements....

Tournons-nous vers notre Histoire, celle de la grande Révolution et pourquoi pas, la Commune, et nous aurons tout compris. Rien ne ressemble à une révolte populaire comme une autre (avec cependant des conséquences plus ou moins graves).

Ce samedi nous avons profité du centenaire de la “Révolution d’Octobre” pour suivre les pérégrinations de Lénine en Europe (à Paris de 1908 à 1912 ) avant de prendre le train à demi blindé qui le mènera de Zurich à St-Pétersbourg, pour y être avec Trotski l’organisateur de la Révolution.

Nous nous sommes intéressés aux malheurs de Tsar Nicolas II, à son couronnement en 1896, à la famille royale au fils héritier Alexis hémophile, à “l’Ami” de la Tsarine Raspoutine, le complot contre lui, puis vint l’abdication du 2 mars 1917, jusqu’à leurs disparitions à Ekaterinbourg en 1918.

La guerre de 1914 étant enclenchée, les défaites russes ont entrainé désertions, famine, inflation, multiples grèves qui appellent la révolte du peuple.

Lénine disait “la guerre est un cadeau pour la révolution”. Le 5 janvier 1918 il dissout l’Assemblée Constituante récemment élue, puis crée le gouvernement “des commissaires du peuple” ayant tout pouvoir.

Mais vous avez tellement bien écouté et suivi sagement cet exposé, qu’il n’est pas utile que je m’étende davantage craignant de vous égarer dans ces ”10 jours qui ébranlèrent le monde” comme l’a écrit John Reed.

Les livres, les expositions, les reportages dans la presse et sur les écrans sont une source plus efficace pour ceux qui veulent approfondir leurs connaissances sur le sujet.

Si le compte-rendu est un peu court, c’est aussi qu’il me faut garder des forces pour la promenade du lendemain.

Alors R.V au Jardin du Luxembourg.

Ninette

07.11.2017

Expo "Trésors de la terre"

paris

Grâce à des petits cailloux, le petit Poucet est devenu célèbre… Un collectionneur ? Jeannette nous a fait découvrir un musée à PARIS. Mais quel musée !!!... Il renferme des cailloux, plein de cailloux, du plus petit et plus grands, très grands. Leurs poids, de quelque (s) gramme (s) à plusieurs centaines de kilogrammes.

Ilia DELEFF possède la plus grande collection de cristaux géants. Des transparents, verts, jaunes, rouges…, avec des inclusions. Le tout est dans la nature. Le rêve des Minéralophiles.

2.jpgLa conférencière connaissait bien le sujet. Moi qui ne suis pas collectionneur, devant ces merveilles, j’avais envie de savoir… J’avais 9 ans, en Tunisie (c’était la France..), mon père avait trouvé une belle pierre jaune d’à peu près 10cm de long avec comme des petits obélisques transparents (des dizaines). Une Topaze…parisAu Jardin des Plantes, en entrant dans ce musée où je pensais voir des petites mais diverses pierres précieuses, je suis resté en admiration devant ces "blocs" surdimensionnés, avec des transparences. Certains pesant plus d’une tonne. On peut en tailler combien de pierres pour des pendentifs, bagues ou colliers !

parisIl y avait même des météorites tombés du ciel en 1800. Je n’en avais jamais vu… C’est magnifique, d’autant plus qu’on avait les explications de la conférencière et des écrits devant les vitrines. Diamant jaune, Rubis, sont exposés, ainsi que des objets divers, tabatière sertie de diamants, plateaux de Table.

À voir et revoir…..

Yvesck

Trésors de la terre

Visite guidée à la galerie minéralogique du jardin des plantes