Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ARVEM ASSOCIATION

  • Nouvelle : Un bout de chemin

    Il est cinq heures Paris s'éveille. Après une nuit blanche bien fêtée entre amis, Pierre rentre chez lui, la tête dans les étoiles. Traversant le jardin du Luxembourg désert à cette heure-ci, piétinant les feuilles mortes répandues dans les allées, son passé lui colle aux basques tout comme la terre boueuse sous ses chaussures. 

    Lire la suite

  • Lire "Napoléon. La certitude et l'ambition" de Charles-Eloi Vial

    Ce livre sur Napoléon doit être le premier titre de la Bibliothèque des illustres.

    Il se dévore littéralement.

    L'Empereur suivant l'auteur n'aurait jamais dit  "Quel roman que ma vie!". Qu'il l'ait dit ou pas n'a pas grande importance. C'est un véritable roman qui se déroule devant les yeux du lecteur depuis  "le Corse anonyme" jusqu'à "la défaite et la légende" en passant par "le coup d’État" et les années de gloire.

    Un livre bien écrit et savamment illustré à recommander à tout admirateur ou non  de l'Empereur.

    Jean-Paul

     

  • Le pouvoir des fleurs

    Sortant de chez moi
    Je rencontre une voisine
    Nous papotons de quoi ?
    Vous? On vous vaccine ?
    Nous échangeons nos avis
    Nos doutes, nos envies
    Toutes les possibilités
    Sous nos masques cachées,
    Durant de courts instants.
    Juste au moment
    De nous séparer,
    S'approche un homme
    Les bras de fleurs chargés
    Et subitement me les donne
     Rien, qu'avec un seul mot
              "Cadeau"
    Satisfait le temps d'un regard
    Souriant, aussi sec  il repart
    Cela m'a tellement surpris 
    > À peine le temps d'un merci,
    Dans mes bras repliés
    De longues roses couchées.
              Stupéfaction
    Sans chercher à comprendre
    Vite l'ascenseur à reprendre
    Rentrer pour les mettre
    Dans un grand vase placé
    En évidence, et ainsi décorer
    L'espace, en maître.
               Questions ?
    Non ce n'est pas un admirateur
    Qui m'offrit ces fleurs
    Rien d'inavouable
    Par ce geste aimable,
    Je l'assure pas de soucis
    Ce n'est qu'un sursis,
    Car l'esprit calmé
    La raison j'ai trouvée.
              La vérité
    Ces fleurs étaient destinées 
    Hélas à être jetées.
    Sans doute moins vendables
    C'est le plus probable
    Ayant encore belle allure
    Dommage d'aller aux ordures !
    Car l'homme se dirigeait disons
    Vers l'endroit pour cette action.
    Malgré tout, semi- contrarié
    Ce voisin fleuriste
    Soudain a envisagé
    Une meilleure piste.
    Faire plaisir en passant
    À celle qui aime jardiner
    Pensant elle saura les sauver
    Les faire vivre encore un moment.
    N'est-ce pas charmant ?
             Conclusion
    Il a eu bien raison !
    Le mari s'est posé des questions
    Devant l'embellissement de la maison,
    Un chouette moment d'évasion
    Dans notre conversation !
    Plusieurs jours elles nous ont gâtés
    Heureuses très épanouies,
    Puis des pétales se sont flétries,
    Alors leur cœur s'est endormi
    Et comme pour résister,
    Entières se sont séchées
    Afin parmi nous, encore rester.
                       Ninette

  • Film "Une femme sous influence"

    Une_femme_sous_influence.jpg"Une femme sous influence" de John Cassavetes avec Gena Rowlands, Peter Falk… 1974

    Marybel (Gena Rowlands) est une femme américaine des années 1970. Elle répond aux critères du dit "statut" de la Femme.
    Elle est amoureuse de Nick (Peter Falk), son époux, sentiment réciproque, mais lui, bien que proche de sa famille, est très absorbé par son travail de maître de chantiers et manque de temps à lui consacrer.

    Enserrée dans son carcan d’épouse et mère aimante, de maîtresse de maison accomplie, elle déborde de vitalité. Sa vie de mère au foyer la mène parfois à des paroles malvenues et actes inadéquats, voire nerveux qui ne "collent" pas avec l’idée que la société se fait d’une parfaite femme au foyer.
    À mes yeux, elle est excentrique mais non "folle" au point de se retrouver internée 6 mois en maison psychiatrique.

    J’explique le comportement de Marybel par la non-reconnaissance de ses proches, leurs jugements rapides, peut-être malveillants.
    Elle fait tout gaiement et simplement, jusqu’à accueillir 15 copains de Nick à l’improviste et se mettre illico en cuisine. Elle est par ailleurs en parfaite osmose avec ses 3 petits. Ce qui n’est pas le cas avec Nick dont les enfants se trouvent en état d’agitation lorsqu’il les emmène un jour en bord de mer.

    Parfois, elle dérape jusqu’à fumer, boire plus que de raison et ramener un inconnu dans son lit. Juge-t-on un homme pour un tel acte ? Si elle a commis cet acte, c’est que Dick a été empêché par son travail à leur soirée en amoureux, Marybel ayant confié les enfants à sa propre mère.
    Elle est souvent prise de tics, ce qui fait dire à Nick « Tu es timbrée ». (Est-ce de l’hystérie ?)

    Elle est en demande d’Amour, de reconnaissance qu’elle ne trouve pas. Elle explose dans son enfermement physique (maison) et sociétale (épouse et mère).
    Nick, sous l’influence de sa mère (belle-mère de Marybel) la fait interner 6 mois car ils ont trouvé la petite fille toute nue courant dans la maison (les enfants jouaient simplement à se déguiser). J’ajoute que la scène précédente est charmante, sans perversité aucune.

    Lorsqu’enfin elle rentre de son internement, Marybel a perdu toute personnalité. Elle n’existe plus. Elle est victime de l’incompréhension de ses proches.
    Mais elle reste consciente ("Je me retiens très fort pour rester calme").

    Ses proches sont-ils irréprochables ? Sa belle-mère est conventionnelle, se pose en juge et Dick peut se montrer brutal, voire violent. Il l’aime mais ne comprend pas les accès nerveux de son épouse.

    Si Marybel est victime, il existe un "bourreau". Son entourage, la société ? Sous couvert de La Morale ?

    On peut penser que Marybel est amorale (?). L’Amoralité est-elle une maladie ?

    Ce film est puissant.
    MartineC

  • Le vaccin

    Le thème vous le connaissez
    Vous n'êtes pas prêts de l'oublier.
    Depuis des mois
    Il nous met en émoi
    Il excite nos oreilles
    Comme nul autre pareil  !

    Enfin, un est en action
    D'autres en gestation.
    Lequel et quand aussi
    Débarquera dans notre pays ?
    Bref cela s'est enfin réglé
    Des doses sont arrivées.

    Les bénéficiaires sont à trier
    D'abord les plus âgés
    Pour la 1e fois seront vaccinés,
    Mais le rythme s'est atténué
    Car la 2e injection est à conserver.

    Maintenant c'est le pire
    Car il faut s'inscrire
    Pour être piqué.
    Facile, un site à contacter
    Ou deux numéros à appeler
    Et tous les espoirs récompensés !
    Que nenni ! Aïe mes tifs !
    Action cent fois répétée
    Résultats négatifs
    Des jours entiers.

    Je ne peux ici parler
    Que de notre expérience passée.
    Après de nombreuses démarches effectuées
    Le 22 janvier, la mairie est sollicitée.
    Alors qu'un mois est passé
    Enfin un appel miraculeux
    Annonce deux RV pour nous deux.
    Ouf ! Mais drôle car ma foi
    C'est pour les jours 22 des futurs mois !
    "22 v'la les flics"?
    Mais non, " 22 on vous pique" !

    Le jour J est arrivé
    Nous nous sommes pointés
    Bien reçus, nos identités
    Sur la liste rayées.
    En salle d'attente placés
    Juste quelques instants,
    Parmi d'autres patients,
    Jusqu'au fatal moment
    Où un médecin charmant
    En charge nous prend.

    L'infirmière l'on rejoint
    Qui administre le vaccin.
    Suivent quelques formalités
    Des conseils nous sont donnés
    Avec grande amabilité.
    Remerciements, compliments pour l'organisation
    Et réjouis, retour à la maison.
    Pour vous rassurer je vous le dis
    Aucun effet secondaire ressenti
    Sans doute avez-vous aussi
    Vécu cet épisode inouï !
    Alors, je crie je vous l'assure
    Vivement la 2e piqûre
    Et vive la vie !
    Ninette