Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ARVEM ASSOCIATION

  • film "Babylon"

    Babylon film.jpgDe Damien Chazelle avec Brad Pitt, Margot Robbie, Diego Calva

    C’est avec grande impatience que j’attendais la sortie en salles du film "Babylon" relatant les débuts d’Hollywood, centre historique des studios de cinéma américains.

    Années 1920, les studios établis à l’Est des États-Unis trouvent leur eldorado à l’Ouest : de grands espaces vierges où planter les décors, une luminosité propice à la prise de vue, une main d’œuvre pléthorique et bon marché (Indiens, Mexicains). 

    Starlettes, vedettes, scénaristes, opérateurs, inter-titreurs et tout quidam en quête de célébrité s’y ruent. On construit à tours de bras des décors éphémères, on importe des animaux exotiques (un éléphant, un crocodile), on court à Los Angeles louer "La" rare caméra encore disponible, on filme, on crie, on joue. C’est la frénésie. Tout y est permis : on vit sans foi ni loi des fêtes outrancières sur fond de sexe, alcool et drogue. Défilent une actrice débordante d’énergie (Margot Robbie), un immigrant du Mexique (Diego Calva) rêvant de travailler sur un plateau de tournage, un Jack Conrad (Brad Pitt), vedette du cinéma muet au sommet de sa gloire. 

    Le spectateur est plongé dans cette folie sublimée d’images ahurissantes, burlesques, effroyables, rythmée par une musique déchainée (Justin Hurwitz). Il en prend plein les yeux et les oreilles ; son cerveau bouillonne. Quand il pressent que la machine à rêves va s’enrayer, il se remémore le mythe de Babylone. 

    La dépravation sans limite a ses fins. C’est l’histoire charnière du cinématographe : la fin du muet. La bande-son est inventée. Or, les acteurs du cinéma muet savent gesticuler, marquer leurs visages d’expressions exigées par leurs rôles, mais ils n’ont pas appris à s’exprimer par la voix face à une caméra, et le timbre n’est pas celui attendu sur la bande-son.

    1927 voit le temps de la désillusion. Le monde du cinéma muet s’est brûlé les ailes. Une autre révolution (1937) arrivera avec la diffusion généralisée de films en technicolor. Et de nos jours, la technologie numérique et les attentes du public n’ont pas fini de faire évoluer le cinématographe.

    Ce film époustouflant, magistral, qui s’achève en 1952 (avec les studios bâtis en dur, les institutions telles que la MGM…, la législation cinématographique et sa censure) est aussi une satire d’un cinéma devenu industrie dont la seule volonté est d’engendrer des profits, au prix de sacrifices artistiques et éthiques.

    Une Nouvelle Babylone est née avec Damien Chazelle - sans oublier ses acteurs hors pairs – qui nous livre à travers son œuvre un époustouflant hommage à l’Art Cinématographique. 

    Trois heures durant, je me suis sentie littéralement submergée de sensations intenses. J’aurais aimé que ce film dure et dure, encore et encore, des heures et des heures.

    Qui a dit que le Cinématographe est un Art mineur ?

    Le Cinéma est bien "le 7ème art" - la synthèse des arts du temps et de l’espace -.

    MartineC

     

     

  • Discussion "De Mayerling à Sarajevo"

    paris,conférenceNous avons écouté pieusement et suivi la vie de quelques personnes célèbres dans l'évolution des évènements de l'Empire Austro-Hongrois, qui connut pas mal de conflits au XIXe et début XXe siècle puisque 15 langues sont parlées et 4 religions pratiquées dans cette région.

    Pas question de développer ici tous ces pays affrontés, mais retenons qu'à la suite de la révolution de 1848, la démission de son oncle Ferdinand, François Joseph arrive au pouvoir à 18 ans (en  France le 4 septembre 1848 c'est la République)

    François Joseph : sa vie

    Sophie de Bavière, sa tante, dirige ses actions, allant jusqu'à s'occuper "des comtesses  hygiéniques" afin que Joseph s'entoure de femmes.

    Après un attentat contre lui, on réalise qu'il n'a pas de successeur  et qu'il faut y remédier.

    Lire la suite

  • Théâtre "Gisèle Halimi, une liberté farouche

    paris,théâtreMise en scène de Léna Paugam avec Ariane Ascaride et Philippine Pierre-Brossolette
    Jusqu’au 6 avril 2023 à la Scala 13, rue de Strasbourg Paris

    Ce spectacle inédit s’appuie sur le livre d’entretiens menés par la journaliste Annick Cojean, Une farouche liberté, et raconte soixante-dix ans de combats, d’engagement au service de la justice et de la cause des femmes menés par une femme d’exception, Gisèle Halimi.

    Ariane Ascaride et Philippine Pierre-Brossolette interprètent tous les visages de la célèbre avocate éprise de liberté : la femme politique rebelle, la jeune fille, la mère, la grand-mère, l’amoureuse...

    Exceptionnel
    Une mise en scène minimaliste pour évoquer avec brio 70 ans de combat de la femme exceptionnelle qu'est Gisèle Halimi. Un enjeu difficile et très réussi grâce à cette mise en scène, les dialogues entre Ariane Ascaride et Philippine Pierre-Brossolette. Un spectacle hautement intéressant et enrichissant sur la Liberté des femmes, des hommes, la Justice. Ariane et Philippine y croient, c'est l'évidence. Un grand applaudissement et un grand merci à ces 2 comédiennes. Je connaissais Ariane Ascaride à travers ses films, je suis enthousiasmée par la comédienne, la femme et les messages qu'elle transmet.

    Amis Avermois et tous, je vous encourage à aller voir cette pièce. Vous ne serez pas déçus.

    MartineC

  • Expo "Black Indians"

    Tout le monde connait les Peaux Rouges (Red Indians). Au musée du quai Branly, l’exposition portait sur les Black Indians. Exposition de costumes très riches en couleurs lors des carnavals des afroaméricains de la Nouvelle Orléans.

    Selon la tradition, ces costumes ont été créés par les Africains-Américains au cours du 19ème siècle afin d’honorer la mémoire des communautés amérindiennes qui les ont côtoyés et aidés durant la période de l’esclavage.

    Jean-YvesG

    paris,expo
    2023© by JeanYvesG

  • Film "Mes rendez-vous avec Léo"

    De Sophie Hyde par Katy Brand avec Emma Thompson, Daryl Mc Cornack, Les Mabaleka

    Une femme à l’aube de sa vie qui se paie les services d’un escort boy de 40 ans son cadet, voilà un thème bien audacieux qui peut virer au scabreux voire au vulgaire. Que nenni ! "Mes rendez-vous avec Léo" est un film tout en délicatesse.

    Nous assistons à un dialogue en huit-clos qui déverrouille les blocages construits par l’environnement sociétal.

    Nancy et Léo ne se connaissent pas et se rencontrent en lieu neutre (chambre d’hôtel) ; grâce à l’empathie de Léo, Nancy livre sans pudeur ses regrets, ses frustrations, son corps qu'elle n'aime plus, ses fantasmes et son envie de transgresser tout ce qu'elle a toujours combattu.

    Ce dialogue déconstruit les vieux poncifs et perce l’âme humaine avec grande finesse. Les paroles sont belles, sensibles et justes. Le jeu des deux acteurs extraordinaire de vérité. Leurs émotions nous transportent.

    Emma Thomson, magistrale, est éblouissante de féminité et de sensualité ; Daryl Mc Cornack, plastique parfaite, regard doux et intelligent, joue la bienveillance, l’attention, l’écoute avec grande subtilité.

    Les scènes sont tantôt cocasses, tantôt drôles, tantôt émouvantes.

    J’ai été surprise, émue, interpellée. Ce film de Sophie Hyde et Katy Brand est jouissif !

    MartineC

     

  • Film "Corsage"

    Si vous voulez savoir ce que voulait réellement être vers ses 40 ans Elizabeth d'Autriche (Sissi)  n'hésitez pas précipitez-vous vers "Corsage".

    Elle voudrait pouvoir quitter une table présidée par son époux François-Joseph en brandissant un doigt d'honneur ostentatoire, pouvoir traiter de "connard" un de ses valets, manger à satiété des gâteaux bien crémeux et enfin être un homme ( ne partez pas trop tôt, ne ratez pas le générique de fin)

    Un biopic culotté et original.

    Jean-Paul

  • Lire "Entrez dans l'Histoire" Lorànt Deutsch

    paris,livreJe ne saurais trop inciter le lecteur intéressé par l'Histoire à y entrer avec ce grand passionné de Lorànt Deutsch. Dans cet ouvrage il rencontrera avec plaisir, car le style est enlevé, des personnages connus de notre Histoire tels Aliénor d'Aquitaine "la méga- reine"

    Jeanne d'Arc "l'âme de la France" ou Marie-Antoinette " de la reine canon à la veuve Capet". D'autres sont plus méconnus tels Dagobert  "le roi culotté" Sarah Bernardt "La Diva divine" ou Geronimo "le cri d'un peuple". La vie de Joseph Goebbels "le monstre amoureux" y est même étonnamment développée.

    Un livre qui se dévore avec grand plaisir.

    Jean-Paul

  • Film "Caravage"

    Suivant les conseils toujours judicieux de Martine je n'ai pas été voir "Avatar" je me suis précipité vers "Caravage". Bien m'en a pris, bonne peinture de Rome et Naples du début du XVIIe siècle et bonne reconstitution de la vie, ô combien , mouvementée de Michelangelo Merisi plus connu sous le nom de Caravage  (il est né à Caravaggio en 1573).

    Offrez-vous une séance , vous ne serez pas déçus.

     Jean-Paul

  • Lire "Quand les avocats font l'histoire"

    paris,livreDe l'Antiquité à nos jours par  Emmanuel Pierrat

    Emmanuel Pierrat lui-même avocat, qui fut de nombreuses années conservateur du musée du Barreau nous retrace l'évolution du métier d'avocat depuis la Grèce Antique où appelé logographe il devait rester caché et muet jusqu'à nos jours où il se repand dans des médias divers et variés.

    Ce livre permet au lecteur de se plonger dans les grandes affaires judiciaires anciennes comme Calas... et moderne comme l'affaire Daval..... et de côtoyer les grands ténors des palais de Justice  anciens tel Cicéron et modernes tel Eric Dupont-Moretti

    Un ivre bien documenté qui permet de se mémoriser bien des faits divers qui nous ont interpelés lors de leur déroulement ou de leur mémoire.

    Jean-Paul