Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20.09.2019

Un été au” Ranolien”

Nous sommes partis pour les Côtes d’Armor
Avouant quitter Paris sans remords,
Retrouver  la Côte de "Granit Rose"
Merveille que la nature ose
Par les formes de ces rochers étonnants
Qui laissent les promeneurs pantelants.
Quand on emprunte le "sentier des douaniers"
Loin d’être plat, plutôt accidenté
L’on découvre la côte découpée
Que la mer transparente vient caresser.
Ce chemin tout au long est entouré de verdure
Fougères, liserons, soucis, bruyère qui durent
Adoucissent le regard des marcheurs
De tous âges partis plein d’ardeur
Afin de trouver là-bas, tout au bout
À Perros, la plage de "Trestraou" !
 

paris,bretagne

Une haie d’hortensias cache encore la vue
De cet endroit tant attendu,
Même des palmiers en bordure
On se croirait sur la Côte d’Azur !
Une immensité tout en contradiction
Si l’on se permet la comparaison,
Large baie de sable blanc et fin
Alors que la mer, partie au loin
Étonnamment est toujours aussi bleue
Parfois foncée pour se différencier des cieux.
 
Au large quelques bateaux, voiliers, canoës
Semblent être des jouets animés
Si petits sur cette étendue d’eau
Partie, de si haut
Pour s’éloigner, suivant la marée
Ces allers et retours ponctués,
Libérant un vaste espace humide
Enthousiasmant des enfants peu timides
Engagés à construire des châteaux,
Avec courage creuser pour trouver de l’eau
Chefs d’œuvre qui dureront quelques heures
Le temps que la mer reprenne son labeur !
 
Dans les terres se jouent d’autres évènements
Si l’on observe le manège des goélands
Qui solitaires ou à plusieurs, tournoient
Autour des constructions, puis sur les toits
Se reposent sans oublier d’émettre
Des sons différents, à reconnaître
"Bonjour, çà va bien ? " ou "J’ai faim"
Appel auprès des copains ?
Encore que se jetant sur les miettes
N’acceptent pas le partage, coups de bec
À celui qui ose s’approcher
Avec le désir aussi de se restaurer !
 
Le vacancier avide d’évasion
Profite de cette nature à chaque occasion.
Soudain il remarque une différence,
Un après-midi la brume s’avance
La mer est toute envahie,
La lumière du jour s’assombrit
Plus de distinction entre ciel et elle
L’horizon est ouaté de gris, pas de bruit d’ailes,
Sommes comme dans du coton enveloppés
Heureusement, c’est la fin de la journée.
Mais cette brume, ce n’est rien
Elle annonce le soleil de demain !
Présent chaque jour depuis notre arrivée
Pourquoi voudrait-il déjà nous priver
De son éclat, de sa luminosité
Qui donnent au paysage encore plus de beauté ?
Le soleil breton tout en douceur
Offre de la couleur et réchauffe les cœurs !
Voyez comme ici, les gens sont heureux
Chagrins, soucis, oubliés pour eux
Détente, calme, festivités, font le lien
Sur ce site, nommé "Le Ranolien"
 
Ninette

19.09.2019

Atelier écriture "Per, pair, père etc..."

Thème : texte avec le maximum de mots comprenant le son "per, pair, père etc.."

Les deux font la paire !

Mon père, pépère a dispersé de la poudre de Perlimpinpin sur le perron. Il croyait jeter du permanganate. Ma mère, perverse, a perdu son calme. Elle perd son temps à persifler.

Perdu dans ses pensées, mon père s'isole dans son repaire.

Il tient une permanence. Il est permanent au Parti des Percutants Perpendiculaires.

Il est prospère, mon père et il s'est fait la paire avec la péripatéticienne de Perpignan. Cette péronnelle est superbe avec son collier de perles.

Ma mère est perturbée et en fait une histoire personnelle.

Et moi, je me sens persécuté.

Marie Dp

17.09.2019

Lire "L'obsession Vinci"

Sophie Chauveau est fascinée par la Renaissance italienne et l’art florentin. Cet ouvrage “L’obsession Vinci” vient compléter, profitant du 5eme centenaire de la mort du génial artiste, ses deux livres précédents ”La passion Lippi” et “Le rêve Botticelli”.
 
Obsession_Vinci.jpgCe 3eme livre tente de répondre à la question maintes fois posée :  mais qui est véritablement Vinci ? Nous suivons le génie florentin des bas-fonds de Florence à la cour de François 1er en passant par le Milan de Ludovic Sforza et les campagnes guerrières de César Borgia.
 
En achevant cette biographie le lecteur a puisé bien des renseignements sur celui que la légende fit mourir à Amboise, au Clos Lucé, entre les bras du vainqueur de Marignan.
 
Jean-Paul

16.09.2019

À vous de jouer ? (n°678)

Qui avait deux stylos : l'un pour les mots courts, l'autre pour les mots longs ?

  • H.G. Wells
  • Georges Simenon
  • Jorge Luis Borges

Réponse lundi prochain

Réponse "à vous de jouer n°677"

À l'heure actuelle, à Paris, il reste 5 de cet édicule en fonte de 1.50m à 1.70m. Au début du 20è siècle il y en avait plus de trente. Qu'est-ce que c'est ?

 

  • Ce sont des boîtes à sable

Très utilisée au 19ème siècle jusqu’au début du 20ème, elles contenaient du sable en grande quantité. Les cantonniers municipaux les utilisaient pour lutter contre le gel, mais également pour éponger l’urine des chevaux sur la voie publique avant balayage.

paris,à vous de jouerLe sable était déversé par une trappe située à la base du coffret, remplie initialement, par celle du haut. Il se mélangeait facilement à la neige, mais rendait les trottoirs sales et les égouts engorgés.

Dès 1880, le sable fut remplacé par le sel, beaucoup plus efficace, moins coûteux et laissant les voies publiques propres.

Légèrement différentes les unes des autres mais toutes ont sur les grands cotés l’armoirie et la devise de la ville de Paris "Fluctuat nec mergitur" (Il est battu par les flots mais ne sombre pas).

Sur les petits cotés, dans un cercle, les initiales V P (Ville Paris), avec autour des feuillages. Sur le "toiit" un grillage percé.

Une majorité de ces boîtes à sable servent aujourd’hui de cheminée de ventilation pour des bureaux souterrains utilisés comme vestiaires pour les cantonniers.

Elles sont situées :

22, avenue de Saxe, 7ème,
12, avenue de Friedland,
Place Georges Guillaumin, 8ème
41, avenue Gabriel, 8ème,
2, place de la reine Astrid, 8ème
39, avenue Trudaine, 9ème

Arletteck

13.09.2019

Lire "Les affreux de l’Histoire"

Les-affreux-de-l-Histoire.jpgSous la direction de Bruno Fuligni maître de conférences à Sciences Po un groupe d’historiens nous présente “Les affreux de l’Histoire" durs envers les faibles, souples devant les puissants. Le lecteur voit ainsi défiler devant lui une suite de personnages certains célèbres Pierre Cauchon, César Borgia, Antoine Fouquier Tinville, Lavrenti Béria d’autres moins connus lui permettant d’identifier bien des situations et des faits méritant son attention.

Un livre qui vaut le détour. On y découvre que l’homme est parfois bien ingénieux dans sa perversité.

Jean-Paul

11.09.2019

Arnaque au numéro surtaxé ou ping call

Des numéros "classiques" (01, 02, 03…) vous appellent et raccrochent avant que vous n’ayez le temps de décrocher.

Attention, il s’agit peut-être d’un moyen pour vous amener à rappeler ce correspondant qui vous incitera ensuite à appeler un numéro surtaxé. C'est ce qu'on appelle le "Ping call"

Si vous rappelez.... vous tombez sur une boîte vocale avec un message préenregistré vous invitant à composer un numéro surtaxé débutant par 0899. Vous pouvez également tomber sur un interlocuteur malveillant qui vous fait passer un maximum de temps au téléphone pour gagner un maximum d’argent à chaque appel.

Surtout ne rappelez pas.

Jeanet

10.09.2019

Quelques mots finissant par K

QUICK (s)  n.m. : Revêtement dur de certains courts de tennis.

PUCK (s) n.m. : Palet, au hockey sur glace.

TACK (s) n.m. : Pouvoir collant. - Adhésif repositionnable.

UZBEK (e-s) adj. et n.m. : (= ouzbek) De l'Ouzbékistan.

HOPAK (s) n .m. (= gopak) Danse populaire ukrainienne.

07:15 Publié dans - Scrabble | Lien permanent | Commentaires (1)

09.09.2019

À vous de jouer ? (n°677)

À l'heure actuelle, à Paris, il reste 5 de cet édicule en fonte de 1.50m à 1.70m. Au début du 20è siècle il y en avait plus de trente. Qu'est-ce que c'est ?

 

Arletteck

Réponse lundi prochain

Réponse "à vous de jouer n°676

Le Bois de Vincennes a été officiellement rattaché au 12è arrondissement de Paris quand ?

  • En 1929, le 18 avril