25.10.2014

Promenade "Concorde - Chapelle expiatoire

Combien connaissent la chapelle expiatoire ? - De nom, oui. L'emplacement ? - Un peu, pour certains. - Qui en a déjà fait la visite ? - Personne.

C'était donc encore une fois une découverte qui valait le déplacement.

Le parcours pour y accéder depuis la Concorde, nous permit de nous arrêter devant des points stratégiques de l'Histoire, comme le lieu de l'installation de la guillotine, à savoir pour quelle raison la 5eme colonne de l'hôtel Crillon est plus foncée que les autres, lire, accroché sur un mur, l'appel de la mobilisation d'août 1914, voir l'hôtel de Talleyrand où fut reçu le Tsar Alexandre 1er pour diplomatiquement démêler les problèmes de succession à Napoléon, ou encore, chercher la plaque de l'ancien nom (fugace) de la Concorde, Place Louis XVI, qu'il fallait découvrir à travers la fente d'une barrière de protection des travaux autour de l'hôtel Crillon (fallait se tortiller, avoir un bon oeil.... du sport... mais curiosité oblige !)

parisUn petit détour devant la maison de Robespierre, avant d'arriver à l'ancien cimetière composé d'une fosse commune de l'époque où la chapelle est érigée, précédée de deux rangées parallèles de cénotaphes correspondants aux 900 Suisses tués, soldats du Roi morts en 1792. Un parterre central de pelouses et rosiers blancs séparent ces monuments.

Le bâtiment où fut déposé le corps de Louis XVI est imposant. L'intérieur très beau, avec des voûtes au décor sculpté, le sol composé de rosaces de marbres aux coloris variés, avec, très touchant, la statue du Roi entraîné par un ange, dont au-dessous figure son testament gravé dans la pierre. Au pied de la statue de Marie-Antoinette, sa dernière lettre écrite à sa belle-sœur. Face à l'entrée, un autel où un office est célébré tous les 21 janvier en mémoire de la mort du monarque.

Dans la crypte, dans une petite salle, juste à l'endroit où a été enterré le souverain, un autel a été placé, et sur les murs tout autour, sont exposées des couronnes mortuaires dont les centres sont brodés à l'effigie des noms de grandes villes françaises : hommage de l'époque.

parisUne certaine atmosphère règne à cet endroit où les échanges se font à voix basse, presque du recueillement, même sous la République, pour un Roi, mais un brave homme qui dirigea la France avec ses difficultés, ses troubles graves venus d'un peuple, qui encore de nos jours aurait tendance à en faire sa spécificité, avec toutefois moins de violence, heureusement plus à en perdre la tête....

Ninette

24.10.2014

17eme Vide-greniers

Oyez ! Oyez ! Braves gens ! Oyez !

Voici la 17eme édition
De notre vide-greniers
Et comme le veut la tradition,
Vous êtes bien sûr invités
Sur le trottoir, vers la Nation.
Exposants et chineurs
C'est notre rendez-vous,
Venez passer quelques heures
En ce samedi, parmi nous.

Il est vrai que notre angoisse
C'est la pluie annoncée,
Aurons-nous vraiment la poisse ?
N'en est-il pas tomber assez
Les jours précédents,
Pour que nous puissions passer
Sans ennuis, ce moment ?
Si la question est posée :
Pas d'annulation, naturellement.

Lire la suite ICI

23.10.2014

Discussion "Edouard VIII et Wallis Simpson"

parisConnaissions-nous ces deux personnes ? - Oui, pour en avoir entendu parlé, par souvenir du décès proche encore de nous de la Duchesse de Windsor en 1986, pour connaître une histoire d'amour qui fit renoncer au trône le Roi.

Je vais reprendre quelques points, car ce couple vous intéressait.

Connaissions-nous réellement la personnalité du Prince de Galles ? Pour la majorité, nous avons découvert quelqu'un qui n'avait pas le profil d'un monarque.

De tempérament léger dû peut-être à une enfance malheureuse sans tendresse, immature, bien qu'à 20 ans, nommé officier d'Etat Major il fut populaire auprès des soldats pendant la guerre de 1914. Il était sans grande volonté, un homme souriant, beau, avec belle allure un "dandy" qui voyagera beaucoup à travers le monde, comme envoyé spécial de la Couronne.

Après la guerre il se prépare à devenir Roi en essayant de consulter les dossiers sérieux, mais, cela finalement ne l'intéressait pas. Il fréquentera longtemps plutôt des femmes mariées, menant une vie loin des responsabilités qu'il fuit !

Quant à Wallis, américaine, de caractère rebelle, volontaire, ambitieuse, mariée à Earl Spencer un américain aviateur dans l'aéronavale ce qui lui permis de voyager, et de se retrouver en Chine. C'est l'époque mystérieuse, heureuse. Mais qui a-t-elle fréquenté ?

Lire la suite ICI

22.10.2014

Lire "Dire, ne pas dire"

paris,livresSi vous voulez explorer les subtilités de la langue française, pas d'hésitation achetez "Dire, ne pas dire" du bon usage de la langue française édité par l'Académie Française "chez Philippe Rey"

Jean-Paul

21.10.2014

Heure d'hiver 2014

Attention, le passage à l'heure d'hiver aura lieu dimanche 26 octobre 2014 à 3 heures du matin. Vous devrez retirer 60mn à l'heure légale. Il sera alors 2 heures.

 changement-dheure.gif

Jeanet

20.10.2014

À vous de jouer ? (324)

Pourquoi les couteaux ont-ils des bouts ronds ?

 Réponse lundi prochain

 

Réponse  "À vous de jouer n°323"

L'anagramme de "antibactérien" est bientraitance

 

18.10.2014

Expo "Impression , soleil levant"

paris,expositionJusqu'au 18 janvier 2015 le Musée Marmotan Monet présente une exposition centrée sur le chef d’œuvre de Claude Monet "Impression, soleil levant".

Nous est racontée l'histoire de ce tableau longtemps oublié devenu de nos jours superstar. Nous cotoyons tout d'abord les maîtres de Monet: Boudin, Jongkind puis ses compagnons Auguste Renoir, Pissaro, Sisley...avant de nous intéresser au monde des collectionneurs Hoschebé, le Docteur de Bellio sans qui ces immenses artistes seraient peut-être restés dans l'ombre.

Une exposition très intéressante.

Jean-Paul

17.10.2014

Lire "L'effrayant docteur Petiot"

paris,livreClaude Quétel nous invite à revivre ce fait divers qui passionna la France de l'après-guerre : la découverte le 11 mars 1944 d'un charnier dans un hôtel particulier de la rue Lesueur Paris XVI e ( hôtel appartenant au docteur Petiot). Puis quelques mois plus tard, le 31 octobre 1944 l'arrestation dudit docteur (métro Saint-Mandé) et enfin son procès qui débuta le 18 mars 1946.

Le mystère reste entier: cet "effrayant docteur Petiot" était-il fou ou coupable ? En historien, Claude Quétel nous offre les éléments nous permettant de tenter de trouver une réponse. La question reste posée.

Jean-Paul.

15.10.2014

Billet d'humeur d'Annick

Partir à la découverte d'une exposition peut être parfois un parcours de combattant.

Une file d'attente d'une heure, voire plus jusqu'ici tout va bien. Avec un peu de lecture ou une bonne compagnie pour discuter, nous saurons patienter.

Si l'attente a été longue, attendons-nous à ce qu'il y ait de nombreux curieux à l'intérieur, et là ça se corse.

À l'entrée, la salle est plutôt sombre. Un panneau mural nous informe en caractères blancs sur fond gris plus ou moins clair. Pourquoi ne pas le présenter en noir sur fond blanc ou blanc sur fond noir ? Donc, les lecteurs s'entassent là et ça bouche, à chacun son rythme, normal. Si de plus, un groupe en visite guidée se trouve juste là et ne bouge pas de quelques mètres, alors là n'en parlons pas, autant profiter des informations.

On continue. La référence de chaque tableau se situe très souvent assez bas, 70 centimètres au plus et toujours en petits caractères. Pourquoi pas à hauteur des yeux ? Ça ne nuirait pas à l’œuvre. Et voilà, il y a quelqu'un juste devant, va t 'il se déplacer à droite ou à gauche, patience.

Et alors, si plus loin il y a des manuscrits ou des journaux présentés, il faut s'accrocher pour la lecture. éclairage réduit, stationnement prolongé.

La visite terminée, il y aura toujours moyen de rechercher sur le net les informations manquées.

Annick D

13.10.2014

À vous de jouer (323)

Quelle est l'anagramme de "antibactérien" ? 

 Réponse lundi prochain

 

Réponse  "À vous de jouer n°322"

Qu'appelle-t-on un sacavin ?

  • Typiquement angevin. C'est un petit tonneau, contenant 3l de vin pour les travailleurs des champs et viticulteurs qu'ils emportaient pour étancher leur soif.