Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11.04.2017

Atelier écriture "Détournement de sens"

paris,atelier écritureJ’ai acheté une télé. Elle m’a tapée dans l’œil, et je la regarde.

Me faisant les yeux doux, elle me prend la tête !!! Elle me parle à cœur ouvert mais n’a pas la langue dans la poche. Ça me casse les pieds…

V’là qu’elle me fait les gros yeux avec sa langue de vipère, je ne sais même plus sur quel pied danser.

Si je l’éteins, je donne ma tête à couper qu’elle me fait perdre la tête ! Mais elle ne me fera plus les gros yeux. Je ne vais pas me laisser mener par le bout du nez.

J’ai mis les pieds dans le plat, je l’ai prise, et mise dans la cheminée. Elle aura chaud aux fesses et se cassera le nez !!!.

Yvesck

24.03.2017

Atelier d'écriture "Mettez-vous à la place d'un chat"

Une journée de chat

Je me lève en pleine nuit, là où les chats gris sont gris. Pas besoin d'une montre pour aller tout droit vers ma pitance, je sais où elle se tient dans mon écuelle ronde et étincelante par le clair de lune émanant de la fenêtre de la cuisine. Je déguste tranquillement ma pâtée et de temps en temps lape l'eau à côté. Je retourne sur le divan, m'allongea de toute ma longueur. Je me berce avec mes ronronnements. On dirait un ronflement tellement que c'est fort.

Vers les 6h mon maître se lève et s'assoies à côté de moi, je fais semblant de dormir. Se levant pour accéder à la cuisine, je le précède tout en miaulant d'un air de dire "J'ai faim, moi en premier". Il me comprend. Il constate que je n'ai plus de croquettes, alors ouvrant le frigo il m'en sert une bonne part ainsi que de l'eau. Le bruit de la croquette cassante dans ma mâchoire m'enchante. En milieu de matinée je décide de bouger un peu, un petit exercice d'échauffement 2 pattes avant droites devant, un dos rond, une queue balançant, les yeux en amandes puis deviennent ronds, très bon réveil.

Je joue avec un rien, une boule de papier, un morceau de plastique froissé, un rien m'amuse. Passant devant une chaise, je saute sur le plateau, me mets en rond pour simuler un faux sommeil. Mes sens sont en éveil, les oreilles droites écoutant tous les moindres bruits, les moustaches frémissantes pour les odeurs, les yeux en amande faisant croire que je dors, en fait, je veille. Dans l'après-midi ma maitresse ouvre le couvercle de l'ordinateur. Je suis attiré par la lumière de l'écran, et les touches du clavier et, surtout la souris électronique sans queue. Un coup de patte sur le clavier pour dire "je veux comprendre". Une envie soudaine me rappelle que j'ai une litière propre pour la petite et grosse commission.

paris,étalier écritureCes journées sont exténuantes, des fois je vocalise avec des miaulements et ronronnements. Mon maître me prend dans ses bras et me chatouille et j'aime cela, alors je lui lèche le nez ou les cheveux. À travers les vitres je vois la rue qui s'anime avec tous ses bruits et la nuit venue avec toutes ces fenêtres éclairées, tout cela me plait. Alors croyez-moi si vous voulez mais cela est très dur dans la vie d'un chat.

Yves-Marc

23.02.2017

La rondes des mots

Écrire un texte en utilisant les mots dictés spontanément par les membres du groupe. Les mots en gras doivent apparaître obligatoirement.

Gendarme, publicité, chocolat, chat, hippocampe, rouge, religieuse, sanction, chanter, enchanté, culture, cinéma, théâtre, fuchsia, cochon, jouissance, surprenant, punir, amandine.

Dans le petit théâtre, s’agitaient les marionnettes d’Amandine. À sa main droite, un gendarme courait après un cochon tenu sur sa main gauche. Il fallait punir l’animal d’avoir dévoré les religieuses au chocolat de son ami l’hippocampe, qui s’apprêtait à les partager avec tout le monde, même le chat.

Oui, c’est une histoire surprenante, mais dans l’imagination des enfants, tout est possible !

J’étais enchantée de faire partie du public de ce bout d’chou de quatre ans, qui nous offrait la jouissance de ses élucubrations.

LaurenceD

08.02.2017

Atelier écriture de janvier 2017

Ces quelques titres sont parus dans les journaux. Que vous inspirent-ils ?

Prosper, très tête en l'air, est la vedette du jour.
À Millau, il oublie sa femme sur l'aire d'autoroute de Brocuéjoul. Tout le monde en parle dans la région depuis que c'est paru dans le journal local.
Sa pauvre épouse a été retrouvée en larmes, tremblante, complètement désorientée. Elle dit qu'elle n'a jamais connu un homme aussi fantaisiste, c'est ce qui fait son charme, mais alors là c'est le bouquet. Va t'il seulement se souvenir d'elle ?
Bon, les mauvaises langues disent qu'il a voulu s'en débarrasser. Quand il parlait d'elle, il lui attribuait différents prénoms, selon les jours. Lucie, Marie, Mercédès, Jeanne, ronique, Sandrine, Diane. On mettait ça sur le compte de l'herbe qu'il consommait de temps en temps. Ah! C'est un drôle de loulou, c'est le meilleur chimiste de la région, dans sa spécialité. Les jeunes l'appellent le Père Noël.
Sa compagne fermait les yeux, comme quoi, l'amour est aveugle, ou ne veut pas voir.

Un certain jour, un Landais hypnotisé devant sa télé a cru le reconnaître sur un marché bio. Il vendait des cigarettes en chocolat. Apparemment, son affaire prospérait.
Donc, quand il a laissé sa femme sur l'aire d'autoroute, il partait joyeusement vers sa maison de campagne qu'il avait gagnée aisément. Là, il faisait ses plantations, surveillait ses serres avec amour et en toute discrétion.
Tout petit, déjà, il disait à qui voulait l'écouter, que plus tard il serait botaniste. Ça ne gagne rien lui disait t'on, il ne les croyait pas.

Et la petite dame, dans tout ça, qu'est elle devenue ? Elle ne payait pas de mine, mais son compte bancaire la confortait plutôt. Comme son homme l'a oubliée, elle a décidé de léguer toute sa fortune à son caniche Gaétan, comme l'a fait la patronne de William Saurin. Lui au moins, (Gaétan), lui a été fidèle.
Qu'en fera-t'il ce toutou de sa fortune? Il la dévorera en boîtes de Canigou venant de chez Fauchon, qu'il partagera avec ses amis les chiens plus démunis, sans distinction de race ou de couleur.

Un beau matin, la petite dame s'installe à Soulac-sur-Mer, Les maîtres-nageurs se blessent en tombant de leurs chaises voyant ce clébard bling-bling collier en or cliquetant, déambulant sur la plage. C'est inadmissible disent t'ils, gaspiller une telle fortune, eux qui sont si peu payés, ils compléteraient bien leur maigre salaire en se lançant dans la chimie, comme ce célèbre Prosper. Mais à bien réfléchir ce n'est pas un bon plan en lisant les dernières nouvelles.

Ce Prosper, déjà jugé pour usage de stupéfiants, fume un pétard devant le tribunal, avant d'être mis à l'ombre. Accusé de trafic illicite, enrichissement illégal et abandon de famille, il n'aura même pas la petite dame pour lui rendre visite.

Annickd

10.01.2017

Atelier écriture décembre

Écrire une histoire la plus courte possible avec les 16 mots repris sur des étiquettes de vin : Apogée, beau rêve, (les) bécots, (clos des) belles mères, bisous, câlins, coup de foudre, désiré, l'envie, épousailles, galipette, jalousie, Morphée, nuit infidèle, péché d'Adam, relais de la pucelle.

paris,atelier d'écrtiure

Yvesck

À l’apogée d’une nuit infidèle au  relais de la pucelle, le coup de foudre !. Ce beau rêve de câlins, bécots et galipettes réveillait la jalousie de belles mères et les épousailles. L’envie de goûter au péché d'Adam et aux bisous de Désiré étaient irréels. J’étais dans les bras de Morphée.

 

 Patricia L

Après cette nuit de galipettes au relais de la pucelle, j'étais très vite tombée dans les bras de Morphée. J'avais eu tout de suite le coup de foudre pour ce beau jeune homme à l'apogée de sa jeunesse. Dans mes plus beaux rêves je me suis souvent vue désirée, couverte de bisous, de câlins et de bécots. L'envie de commettre le péché d'Adam me prit brusquement. Sans crainte de la jalousie des belles mères moralistes, les épousailles d'une seule nuit infidèle se poursuivirent jusqu'au lever du jour.

 

28.12.2016

Une phrase, une image, que vous évoque t'elle ?

Appuyé sur la rambarde du pont, un homme tentait de s'expliquer, auprès de qui voudrait bien l'écouter.

Clémence, habituellement très pressée le remarqua, Il semblait très affolé. Elle s'arrêta un instant.
"Que vous arrive-t'il Monsieur, vous semblez bouleversé, avez vous besoin d'aide ?"

L'homme balbutie, quelques larmes perlent sur ses joues. Voulait t'il se jeter à l'eau ou a t'il vu quelqu'un basculer ? Visiblement désespéré, il se laisse glisser jusqu'à terre. Sa veste posée au sol, il fouille toutes ses poches, les tourne les retourne, mais en vain, il ne trouve rien qui puisse le calmer.

"Voyez-vous Madame, mon portefeuille a dû tomber à l'eau. Ce n'est pas les euros perdus que je pleure, j'en avais si peu. Ce que j'ai perdu, c'est mon passé, mes plus belles années. J'avais sur moi quelques souvenirs auxquels je tenais beaucoup. Ce soir, le grand amour de ma vie a disparu dans la Seine. Chaque jour je restais pensif en regardant les photos de cette femme que je n'ai pas su retenir. Par le passé, envahi par le temps qui filait trop vite, je me suis noyé dans des futilités. Pourtant, tous les dimanches nous venions sur cette passerelle où nous nous sommes rencontrés, c'était la routine. Sur cette grille, nous n'avions pas posé de cadenas qui aurait enfermé notre amour. Comprenez-vous ce que je veux vous dire. Notre liberté en était la clé. Puis par un beau matin l'oiseau s'est envolé pour un ciel plus bleu, m'a t'elle dit. Quant à moi, il est devenu plus gris".

Puisque je ne me lamenterai plus tous les jours sur son portrait qui me collait à la peau, je m'en remettrai peut-être plus facilement. "Qu'en pensez-vous ?"

Dites donc, Madame, si nous allions prendre un verre ensemble, vous m'aideriez à repartir d'un bon pied, j'en suis persuadé. Ce serait un plaisir de vous tenir compagnie.

Soudain, Monsieur, je constate que vous allez beaucoup mieux, Il suffit de si peu.

Annick D.

08.12.2016

Atelier écriture novembre 2016

L'un des participants pioche une phrase parmi d'autres. Nous écrivons tous un texte avec cette même phrase de début.

Appuyé sur la rambarde du pont, un homme tentait de s'expliquer :

voilà que j'étais là avec elle, on se tenait compagnie, et soudain, je n'ai rien pu faire, elle a glissé. J'ai essayé de la rattraper, mais cela a été si vite. Vous savez monsieur, j'ai 80 ans passés et cela fait bientôt 20 ans que nous ne nous quittons pas, elle et moi. Elle portait une belle parure, toujours la même d'ailleurs, à fond noir avec des fleurs rouges et bleues. Je me souviens. C'est mise de cette façon qu'elle m'était apparue la première fois, à l'orée de ma vieillesse. Je l'ai choisie parmi d'autres qui me semblaient moins attrayantes, moins gaies, plus strictes, sans fantaisie.

Je l'ai aimé tout de suite, le coup de foudre, vous dis-je ! Dès le moment de notre rencontre, nous ne nous sommes plus quittés. Bras dessus bras dessous. on nous voyait partout l'un et l'autre. On nous citait en exemple. Je la regretterai beaucoup vous savez.

Je l'ai emmenée partout avec moi. En Italie, nous nous sommes perdus en visitant le Colisée. j'ai eu très peur de ne plus jamais la revoir. De repartir sans elle. C'était tout simplement catastrophique.

Soudain, je l'ai remarquée... Elle était au bras d'un homme plus jeune que moi. Alors, j'ai vu rouge. J'ai bondi sur l'homme qui n'a pas compris ce qui lui arrivait. Il était rempli de confusion. Alors, il m'a dit, Elle était toute seule, perdue. Alors je me suis approché d'elle délicatement. Elle s'est accrochée à mon bras. Voilà l'explication, je n'ai rien à me reprocher. Mille excuses, monsieur, puisqu'elle vous appartient, repartez avec elle, je vous la rends.

Ce qui fut fait. Effectivement, nous sommes repartis tous les deux. Nous avons eu de belles années encore. Et maintenant, elle est là, l'eau de la Seine l'a emportée. Un faux mouvement, et elle est passée par-dessus la rambarde. Je ne la reverrai plus jamais.

C'est triste et je pleure. Elle était d'une excellente compagnie, ma canne.

Jacqueline Fauveau

17.11.2016

Atelier écriture octobre : Ronde des mots

Ronde des mots : consiste à rédiger un texte, une histoire en intégrant des mots tirés au sort.
Voici les 13 mots : aoûtien, bigorneau, dinosaure, gourmandise, humanoïde, langoustine, minotaure, poireau, oiseau, moineau, précaution, romantique, cryptogamique.

Texte de Gérardg
L'aoûtien est une race dangereuse en voie de disparition.
Le bigorneau aime être mangé tout cuit malgré lui.
Dinosaure est un animal attachant quoique l'on croie.
Gourmandise n'est pas un pêché mais une qualité pardonnable.
Langoustine se savoure avec de la mayonnaise et du vin blanc.
Minotaure est masculin ou féminin selon l'usage.
Poireau fait partie aussi des mots péjoratifs peu flatteurs.
Oiseau se percute dans la vitre qu'il ne voit pas par ignorance.
Moineau est un animal tout mignon qui aime les vieilles dames.
Précaution s'accorde avec sérieux.
Romantique ainsi rêvé au bord du lac par temps de brouillard.
Cryptogamique n'est pas qui veut.

Texte de Marie dp
Je suis en vacances avec mes cousins. Les parents ont pris leurs vacances en août, et de ce fait, ce sont des aoûtiens… une espèce qui n'est pas en voie de disparition comme ces pauvres dinosaures qui sont mes héros préférés.

Les jours de grande marée le programme est calé d'avance : c'est la pêche aux bigorneaux… une vraie gourmandise, surtout avec du pain frais et du beurre salé qui accommodent aussi les langoustines que ramène le grand-père.

Quel régal à côté des poireaux vinaigrette qui invariablement atterrissent dans nos assiettes ! Il parait que c'est bon pour la santé ! Dépités devant ce petit tas vert et blanc mes cousins et moi sommes pris d'un vrai délire.

-"Tu crois que le Minotaure en mangeait des poireaux ?"

-"Pourquoi pas puisque les taureaux mangent de l'herbe".

Nous n'avons pas de réponse fiable. C'est comme pour les humanoïdes que nous adorons voir dans nos séries télé.

-"Tu es nulle" m'a dit le plus petit de la bande des cousins. "On ne les voit jamais manger, les humanoïdes".

À la plage, les adultes prennent beaucoup de précautions pour que la baignade ne se transforme pas en drame : des conseils, des bouées, des tonnes de crème solaire, des chapeaux….

Je me prends à envier les oiseaux. Je pourrais m'échapper comme ce petit moineau, qui vient picorer mon goûter. Si j'étais un moineau je laisserai tomber une fiente sur le goûter de ma cousine Estelle qui est très méchante avec moi.

Je sais ce n'est pas très romantique mais c'est comme ça.

Quand je serai un oiseau, j'éviterai de me poser sur les arbres tout rabougris car je sais que c'est un signe d'une maladie cryptogamique. Et si j'ai la liberté ce n'est pas pour tomber malade.

19.10.2016

Atelier écriture "boule de neige"

La "boule de neige" est une phrase dont la longueur des mots augmente puis diminue régulièrement permettant l'arrangement calligraphique en triangle, losange ou polygone.

Texte de  Martinecp (*) à lire ICI

Texte de Arletteck (*) à lire ICI

(*) participantes à cet atelier d'écriture

13.09.2016

Atelier écriture "que vous évoque cette carte postale"

Une carte postale en noir et blanc présente deux femmes attablées à une terrasse. Que vous évoque-t-elle ?

Les beaux jours sont là, joli mois de Mai dit-on.

Clémence est installée à une terrasse de café. Robe très courte et jambes croisées, elle est fière de les montrer sous ce soleil printanier. Ses cheveux mi-longs lui cachent légèrement le visage.

Parcourant distraitement un journal, elle est plutôt pensive. Son petit ami est parti manifester boulevard Saint Michel, elle n'a pas eu le courage à le suivre. Les pancartes, les slogans, les barricades, c'est pas pour elle, lui a t'il dit.

La jeunesse se sent enfermée dans un carcan sous le poids d'une éducation devenue ringarde. Elle aimerait bien que ça change. Ras le bol des routes tracées par les parents, des jupes plissées, des bas à couture, des bigoudis le vendredi soir et tout le tralala. C'est le temps des mini-jupes, des musiques rythmées, des soirées prolongées sans les parents derrière.

À la table près d'elle, une femme d'un autre âge, sous son petit chapeau l'observe du coin de l'œil. Elle aussi est très inquiète. Elle en a vu dans sa vie des événements qui ont mal tournés. Tout ça pour quoi ?

Qu'est ce que c'est que cette jeunesse qui se révolte pense t'elle ? De mon temps, les filles ne sortaient pas à moitié vêtues, les parents n'ont plus la parole, ils laissent faire. Tout va de travers. Que va donc devenir cette société ?

Tiens, je préfère lire mon journal même si les nouvelles ne sont pas bonnes. Au moins, ces tenues incorrectes ne me feront pas loucher. Ah! Si mon pauvre mari était encore là, il lui dirait ce qu'il pense à cette gamine. Mais, il me semble la connaître cette petite, c'est bien elle, ma voisine du dessus qui prend la nuit pour le jour en mettant sa musique à fond. Elle danse tous les samedis soir jusqu'à l'aube avec ses copains aux cheveux longs.

Après tout, il faut bien que jeunesse se passe. Qu'ils essaient de refaire le monde, mieux que nous, espérons le. Ah ! Si j'avais vingt ans, voire quarante, j'en ferais bien autant.

La petite dame se souvient. Oui, c'était bien pour elle aussi, malgré les permissions de minuit, elle arrivait toujours à tricher. Les souvenirs reviennent, elle en a la larme à l'œil, puis se lève de sa chaise. Elle entoure la jeune fille de ses bras fragiles puis lui dit : "Tu as bien raison ma petite, libère toi de toutes ces traditions étouffantes, aime qui tu veux, fais des projets, ne laisse pas les autres décider pour toi, vis ta vie comme tu l'entends. Sois heureuse.

Puis pense à ta voisine du dessous de temps en temps, surtout le samedi soir....

Annick D