Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11.10.2017

Atelier écriture "Une photo....."

Une photo posée là par hasard, que vous évoque-t-elle ?

paris,écritureAprès avoir longtemps cherché une maison afin de passer l'été à la campagne, Clémence, en flânant le long de la Charente, a enfin repéré ce qui pourrait être son havre de paix pour quelque temps.

Les volets bleus ont attiré son attention. Les tilleuls entourant la maison apportent un souffle de fraîcheur. Elle s'imagine déjà sous leur ombre à rêvasser. Le clapotis de la rivière complète cette sensation d'un lieu paisible où elle pourra se baigner si l'été est très chaud.

Elle n'a plus qu'à contacter le propriétaire, ce qui ne tarde pas. Le rendez-vous est pris dès le lendemain.

Après avoir lu le contrat, puis rencontré, mais surtout écouté le loueur, elle déchante vite

- Les chiens ne sont pas acceptés dans la propriété, ça gênerait le voisinage. Dommage, elle en a deux. Elle ne va pas les mettre au chenil.

- La présence d'enfants est déconseillée. La rivière étant très proche, ils risqueraient de se noyer, un accident est si vite arrivé. Que va-t-elle faire de ses deux petits pourtant si raisonnables.

- Il faudra aller tirer l'eau au puits. Avec l'hiver rude que nous avons eu, les canalisations n'ont pas supporté. Si vous voulez vous doucher, deux arrosoirs sont à votre disposition tout près. L'eau est d'une pureté inégalable.

- Un violent orage a grillé notre installation électrique, les soirées se font à la bougie, en toute intimité. EDF n'est pas très énergique, nous les attendons toujours.

- Comme vous voyez, Madame, nous avons commencé à déménager. Donc, pour la literie ça va être compliqué.

-Vos petits plats se feront au feu de bois dans cette cheminée. C'est un peu plus long mais c'est bien meilleur.

- Ah! Sachez aussi que nous sommes ravitaillés par les corbeaux. Pour le nécessaire de survie, vous trouverez tout à la ferme la plus proche qui est à une heure de marche. Leurs produits sont tout bio, je vous le confirme. Vous pourrez aussi emprunter les vieux vélos se trouvant dans la cabane bambou. Par prudence, révisez les freins avant, ces vieux tacots n'ont pas roulé depuis bien longtemps.

- Ah! J'oubliais, pour plus de tranquillité, le petit coin est situé au fond du jardin. Il y a même des journaux.

Vous verrez, vous aller oublier ce monde en folie d'où vous venez. Vous allez complètement décompresser.

Vu ce qui lui est annoncé, Clémence est désespérée. Elle passe du blanc au vert en passant par le rouge. Rentrant le soir chez elle, complètement déconfite, elle annonce à sa famille les conditions qui lui ont été proposées.

Sans hésiter bien longtemps, tout compte fait, elle décide de rester à Paris. Ils auront toutes les commodités, des vélos, le métro, tout électro, du bio, de l'eau, un dodo confo, et même des bobos. C'est pas beau tout ça ?

Le dépaysement sera pour plus tard.

Annick D

14.09.2017

Atelier écriture du 26 juin 2017

D'après une liste de 14 titres de chanson. Sélectionner ceux que l'on désire. Écrire un texte en incorporant les titres choisis.

C'est une chanson

Aline, assise sur un strapontin de toile à rayures orange, au bord du lac Majeur, scrute tous les bateaux, tous les oiseaux. Ils sont là devant ses yeux Elle pense, avec le temps, va tout s'en va. Tous ceux que j'aimais s'en sont allés.

Elle se souvient, c'était hier. Elle se revoit au bal des pompiers du quatorze juillet. Ses amies, Lucie et Cécile l'accompagnaient. Elle ne se disait pas, j'ai dix ans, non, cela faisait longtemps qu'elle n'avait plus dix ans et qu'elle avait dépassé la phase de l'enfance. À l'adolescence, Mamy Blue, alors, l'emmenait au bal et ne la quittait pas du regard.

Puis, à 18 ans, ce jour là, elle avait croisé le regard noir d'un bel espagnol. Rodrigo, il s'appelait. Il portait un blouson, un casque de moto, avec un aigle noir dans le dos.

Lui aussi l'avait remarquée. Il a écarté quelques personnes lui barrant le passage Il est venu vers elle. Il a crié, Aline, pour qu'elle revienne. Il lui a lancé sans nuances, vous me plaisez ? Tenez , écoutez, l'orchestre, il joue une valse à mille temps. Je vous invite, Mademoiselle.

Aline, le cœur cognant fort dans sa poitrine s'est élancée sur la piste de danse, dans la valse et dans la vie avec son bel hidalgo.

Il l'a emmenée avec lui ce soir là. C'était l'homme à la moto. Celui dont elle avait toujours rêvé. Et, d'aventures en aventures, ils ont bourlingué ensemble pendant des kilomètres, mais aussi des années.

Aujourd'hui Aline plonge dans ses souvenirs. La guerre a été déclarée et Rodrigo s'est considérablement engagé dedans. C'était un révolutionnaire. Un jour, elle a vu quatre ou cinq soldats qui les ont pris en embuscade. Ils ont emmené Rodrigo à l'écart. Lui ont hurlé après, ne lui ont pas fait de procès. Ils l'ont mis en joue. Elle a crié : Soldats ne tirez pas, c'est mon homme. Ils n'ont rien voulu savoir. FEU !.. Rodrigo est tombé dans la poussière. C'était la mort du clown.

Jacqueline F

01.09.2017

Atelier écriture "Écrire une histoire ou un commentaire en rapport avec la photo"

paris,atelier écriture

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

MÉCANIQUE DE LA BOUTIQUE

La canicule m'avait poussée à rechercher l'ombre et la fraîcheur. Je suis passée dans une petite rue étroite qui ne payait pas de mine et je suis tombée en arrêt devant une sorte de caverne d'Ali Baba.

"Tiens, des vieux trucs ! Ou, comme il sied de le dire aujourd'hui, des articles vintage…. question de générations !

Un effet "madeleine de Proust" m'a submergée. Retour vers le passé !

Des objets amoureusement conservés et réparés attendent que des passants (nostalgiques) les admirent et les ramènent chez eux pour une nouvelle vie.

Au premier rang, des jouets, des chevaux de trot attelé prêts à démarrer pour une course folle… pourquoi pas à Auteuil ?

Discrètes mais fières, des trottinettes, ancêtres de celles qui ont envahi nos villes aujourd'hui, semblent prendre leur revanche. Des enfants s'étonnent de découvrir que leurs parents et même leurs grands-parents étaient adeptes de ce petit bolide tout simple.

Je me souviens de la trottinette que l'on m'avait offerte pour mes cinq ans. Elle était rouge avec un guidon chromé… et quand je partais faire un tour, juchée sur mon engin, le roi n'était pas mon cousin… comme aimait à le répéter la voisine quelque peu ironique. J'aurais dû la garder pour l'offrir un jour à mes petits-enfants.

En retrait, j'aperçois des voitures à pédales. Elles sont élégantes et prêtes à bondir pour une course endiablée. Que sont devenus les enfants qui se prenaient  pour des champions ?

Ce qui me plait ce sont les pin-up qui se pavanent sur les calendriers  et les plaques publicitaires pour des boissons ou autres friandises ! Elles déclenchèrent, à l'époque de ma prime adolescence, mes premières émotions. En effet, ces femmes, belles et sensuelles, je ne les voyais que sur des catalogues.

J'ai commencé à comprendre que les filles étaient faites pour plaire et possédaient des armes pour arriver à leurs fins. Mais, très vite, j'ai compris aussi, qu'elles étaient là pour satisfaire le regard lubrique des hommes. Ces filles délurées au sourire ravageur m'ont vite énervée car à l'adolescence les garçons ricanaient et se moquaient de nous car nous n'avions pas les mêmes rondeurs !

Je reviens dans ma boutique !

Deux voitures anciennes, une De Dion Bouton et une Peugeot luisent dans la pénombre. Je précise : ce ne sont pas des miniatures. Ce sont des vraies voitures majestueuses. Leurs phares et leurs calandres leur donnent un aspect humain … comme un visage.

Elles ont dû en promener des belles femmes distinguées pour de folles équipées.

Est-ce que l'une d'entre elles a rencontré la voiture de la bande à Bonnot ?

À l'intérieur de la porte le bonhomme Michelin me fait signe. Il trône en haut d'un tableau bleu et jaune sur lequel figurent des colonnes de chiffres indiquant la bonne pression pour les pneus.

Il semble dire : "Si tu es sous pression, viens vérifier !"

Ce bonhomme débonnaire m'a toujours intriguée lorsque j'étais gamine… et un jour, mon grand-père a levé le mystère.

- "Il est tout rond et boudiné parce qu'il est gonflé … comme les pneus."

Je me demande à qui appartient la boutique. Peut-être est-ce un mécanicien ou un garagiste ou un bricoleur hors-pair ? Ou les trois à la fois !

Une chose est sûre. C'est un magicien qui m'a fait voyager !

Marie DP

28.07.2017

Atelier d’écriture : écrire une histoire ou un commentaire en rapport avec la photo.

paris,atelier écriture

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

RÊVERIE

Je suffoque, j’étouffe, je dégouline par tous les pores de ma peau. Je n’en peux plus de ce soleil qui pique, de cette chaleur écrasante.

Comment lutter ? Rien n’y fait. Ni eau, ni bosquet, ni arbre, ni souffle d’air ne viennent à bout de mon malaise.

Alors, je m’évade dans ma tête et me mets à rêver. Je rêve d’une belle soirée d’été, après une chaude journée ensoleillée, quand la Nature s’apaise et respire autour de soi.

La fraîcheur est tombée sur une jolie villa aux fenêtres illuminées et accueillantes. Deux Amours soufflent des jets d’eau fraîche, les libellules scintillent à la lumière, une brise légère apaise mon visage en feu… J’ai presque froid, je frissonne. C’est doux, c’est bon.

Je retarde le délicieux moment où je gravirai les marches du perron. Car là, dans la grande pièce, à la lueur des chandelles, je sais que mon amant m’attend avec impatience, devant une table garnie d’huîtres, d’écrevisses, de grappes de fruits et mets rafraichis en abondance.
Alors, il me tendra une coupe, un calice glacé du meilleur des Champagnes.

Martine C

06.06.2017

Atelier écriture "Acrostiches avec prénom"

Retour vers le passé, un soir d'été, mon bébé.

Oh, les yeux noirs qui nous regardent, étonnés !

Merveille vagissante, chef-d'œuvre de l'amour !

Autour de ton berceau, c'est notre plus beau jour.

Il viendra le temps où tu deviendras un grand.

Ne sois pas impatient …. profite du présent.

 

Mais pourquoi toujours se demander si demain

Imitera les jours passés, calmes et sereins ?

Chaque pas que tu fais, va vers la source pure.

Hier comme aujourd'hui, tu cherches l'aventure.

Ensemble, prenons le chemin des vagabonds

Laissons la ville à son chaos furibond.

 

Marief

17.05.2017

Atelier d'écriture "Décrire son trousseau de clés...."

Décrire son trousseau de clés et raconter une histoire

Voici mon trousseau de clés :

Ÿ Le pass bleu, sésame de l’immeuble où seuls ses privilégiés détenteurs accèdent ;

Ÿ La toute petite clé de la boîte à lettres, messagère de bonnes et mauvaises nouvelles ;

Ÿ La moyenne clé de la cave, témoin de mon bazar bien personnel accumulé depuis 40 années.

Ÿ Et enfin, et non des moindres, la grande carrée, symbole protecteur de mon intimité.

Ma Vie en un trousseau ! Le trousseau de ma Vie !

Si par malheur je le perdais ?...

J’ai vécu ainsi un dimanche terrible : me rendant au vide-ordures, je me suis retrouvée sur le palier en chaussons et haillons, poubelle puante à la main. Derrière moi, la porte avait claqué enfermant mon trousseau ! Ma Vie ! Au s’cours !

Je n’étais plus qu’une enveloppe agonisante, décérébrée. Si au moins j’eus été un fantôme, je me serais réincarnée en traversant les murs !!!

Brusquement  mon poing se mit violemment à cogner à la porte voisine. Une jolie vieille dame tout sourire est apparue et m’a prise par la main…

Grâce à elle, mon enveloppe fût réincarnée et Paulette garde avec elle pour toujours la clé de ma Vie.

MartineC

11.04.2017

Atelier écriture "Détournement de sens"

paris,atelier écritureJ’ai acheté une télé. Elle m’a tapée dans l’œil, et je la regarde.

Me faisant les yeux doux, elle me prend la tête !!! Elle me parle à cœur ouvert mais n’a pas la langue dans la poche. Ça me casse les pieds…

V’là qu’elle me fait les gros yeux avec sa langue de vipère, je ne sais même plus sur quel pied danser.

Si je l’éteins, je donne ma tête à couper qu’elle me fait perdre la tête ! Mais elle ne me fera plus les gros yeux. Je ne vais pas me laisser mener par le bout du nez.

J’ai mis les pieds dans le plat, je l’ai prise, et mise dans la cheminée. Elle aura chaud aux fesses et se cassera le nez !!!.

Yvesck

24.03.2017

Atelier d'écriture "Mettez-vous à la place d'un chat"

Une journée de chat

Je me lève en pleine nuit, là où les chats gris sont gris. Pas besoin d'une montre pour aller tout droit vers ma pitance, je sais où elle se tient dans mon écuelle ronde et étincelante par le clair de lune émanant de la fenêtre de la cuisine. Je déguste tranquillement ma pâtée et de temps en temps lape l'eau à côté. Je retourne sur le divan, m'allongea de toute ma longueur. Je me berce avec mes ronronnements. On dirait un ronflement tellement que c'est fort.

Vers les 6h mon maître se lève et s'assoies à côté de moi, je fais semblant de dormir. Se levant pour accéder à la cuisine, je le précède tout en miaulant d'un air de dire "J'ai faim, moi en premier". Il me comprend. Il constate que je n'ai plus de croquettes, alors ouvrant le frigo il m'en sert une bonne part ainsi que de l'eau. Le bruit de la croquette cassante dans ma mâchoire m'enchante. En milieu de matinée je décide de bouger un peu, un petit exercice d'échauffement 2 pattes avant droites devant, un dos rond, une queue balançant, les yeux en amandes puis deviennent ronds, très bon réveil.

Je joue avec un rien, une boule de papier, un morceau de plastique froissé, un rien m'amuse. Passant devant une chaise, je saute sur le plateau, me mets en rond pour simuler un faux sommeil. Mes sens sont en éveil, les oreilles droites écoutant tous les moindres bruits, les moustaches frémissantes pour les odeurs, les yeux en amande faisant croire que je dors, en fait, je veille. Dans l'après-midi ma maitresse ouvre le couvercle de l'ordinateur. Je suis attiré par la lumière de l'écran, et les touches du clavier et, surtout la souris électronique sans queue. Un coup de patte sur le clavier pour dire "je veux comprendre". Une envie soudaine me rappelle que j'ai une litière propre pour la petite et grosse commission.

paris,étalier écritureCes journées sont exténuantes, des fois je vocalise avec des miaulements et ronronnements. Mon maître me prend dans ses bras et me chatouille et j'aime cela, alors je lui lèche le nez ou les cheveux. À travers les vitres je vois la rue qui s'anime avec tous ses bruits et la nuit venue avec toutes ces fenêtres éclairées, tout cela me plait. Alors croyez-moi si vous voulez mais cela est très dur dans la vie d'un chat.

Yves-Marc

23.02.2017

La rondes des mots

Écrire un texte en utilisant les mots dictés spontanément par les membres du groupe. Les mots en gras doivent apparaître obligatoirement.

Gendarme, publicité, chocolat, chat, hippocampe, rouge, religieuse, sanction, chanter, enchanté, culture, cinéma, théâtre, fuchsia, cochon, jouissance, surprenant, punir, amandine.

Dans le petit théâtre, s’agitaient les marionnettes d’Amandine. À sa main droite, un gendarme courait après un cochon tenu sur sa main gauche. Il fallait punir l’animal d’avoir dévoré les religieuses au chocolat de son ami l’hippocampe, qui s’apprêtait à les partager avec tout le monde, même le chat.

Oui, c’est une histoire surprenante, mais dans l’imagination des enfants, tout est possible !

J’étais enchantée de faire partie du public de ce bout d’chou de quatre ans, qui nous offrait la jouissance de ses élucubrations.

LaurenceD

08.02.2017

Atelier écriture de janvier 2017

Ces quelques titres sont parus dans les journaux. Que vous inspirent-ils ?

Prosper, très tête en l'air, est la vedette du jour.
À Millau, il oublie sa femme sur l'aire d'autoroute de Brocuéjoul. Tout le monde en parle dans la région depuis que c'est paru dans le journal local.
Sa pauvre épouse a été retrouvée en larmes, tremblante, complètement désorientée. Elle dit qu'elle n'a jamais connu un homme aussi fantaisiste, c'est ce qui fait son charme, mais alors là c'est le bouquet. Va t'il seulement se souvenir d'elle ?
Bon, les mauvaises langues disent qu'il a voulu s'en débarrasser. Quand il parlait d'elle, il lui attribuait différents prénoms, selon les jours. Lucie, Marie, Mercédès, Jeanne, ronique, Sandrine, Diane. On mettait ça sur le compte de l'herbe qu'il consommait de temps en temps. Ah! C'est un drôle de loulou, c'est le meilleur chimiste de la région, dans sa spécialité. Les jeunes l'appellent le Père Noël.
Sa compagne fermait les yeux, comme quoi, l'amour est aveugle, ou ne veut pas voir.

Un certain jour, un Landais hypnotisé devant sa télé a cru le reconnaître sur un marché bio. Il vendait des cigarettes en chocolat. Apparemment, son affaire prospérait.
Donc, quand il a laissé sa femme sur l'aire d'autoroute, il partait joyeusement vers sa maison de campagne qu'il avait gagnée aisément. Là, il faisait ses plantations, surveillait ses serres avec amour et en toute discrétion.
Tout petit, déjà, il disait à qui voulait l'écouter, que plus tard il serait botaniste. Ça ne gagne rien lui disait t'on, il ne les croyait pas.

Et la petite dame, dans tout ça, qu'est elle devenue ? Elle ne payait pas de mine, mais son compte bancaire la confortait plutôt. Comme son homme l'a oubliée, elle a décidé de léguer toute sa fortune à son caniche Gaétan, comme l'a fait la patronne de William Saurin. Lui au moins, (Gaétan), lui a été fidèle.
Qu'en fera-t'il ce toutou de sa fortune? Il la dévorera en boîtes de Canigou venant de chez Fauchon, qu'il partagera avec ses amis les chiens plus démunis, sans distinction de race ou de couleur.

Un beau matin, la petite dame s'installe à Soulac-sur-Mer, Les maîtres-nageurs se blessent en tombant de leurs chaises voyant ce clébard bling-bling collier en or cliquetant, déambulant sur la plage. C'est inadmissible disent t'ils, gaspiller une telle fortune, eux qui sont si peu payés, ils compléteraient bien leur maigre salaire en se lançant dans la chimie, comme ce célèbre Prosper. Mais à bien réfléchir ce n'est pas un bon plan en lisant les dernières nouvelles.

Ce Prosper, déjà jugé pour usage de stupéfiants, fume un pétard devant le tribunal, avant d'être mis à l'ombre. Accusé de trafic illicite, enrichissement illégal et abandon de famille, il n'aura même pas la petite dame pour lui rendre visite.

Annickd