Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19.09.2019

Atelier écriture "Per, pair, père etc..."

Thème : texte avec le maximum de mots comprenant le son "per, pair, père etc.."

Les deux font la paire !

Mon père, pépère a dispersé de la poudre de Perlimpinpin sur le perron. Il croyait jeter du permanganate. Ma mère, perverse, a perdu son calme. Elle perd son temps à persifler.

Perdu dans ses pensées, mon père s'isole dans son repaire.

Il tient une permanence. Il est permanent au Parti des Percutants Perpendiculaires.

Il est prospère, mon père et il s'est fait la paire avec la péripatéticienne de Perpignan. Cette péronnelle est superbe avec son collier de perles.

Ma mère est perturbée et en fait une histoire personnelle.

Et moi, je me sens persécuté.

Marie Dp

03.09.2019

Atelier écriture "Lettre motivation phonétique"

Thème : Lettre de motivation pour une embauche de professeur de Français à la Sorbonne, adressée au ministre de l’éducation. En phonétique, aucun mot bien orthographié, possibilité d’inventer un mot. 5 erreurs c’est ZERO.

Mat d’âme las mie nistreu. Jeu suce hit mont dai zire deux l’an bauche d’œufs pro fesseur alla saure beaune. Geai die zan deux car hier han ma terre naile haie haut tant alla mais zon. Mont sale air daizi raie hait scie mi leu eure haut haie hune voie ture amas disse pot. Scie juin mas faute haut haie leu nu mer haut deux conte.

Yvesck

28.08.2019

Atelier écriture "Fouiller sa mémoire"

Thème : Dans son livre intitulé Je me souviens, l’écrivain Georges Perec relate 480 petits souvenirs de la vie quotidienne, tels qu’ils lui reviennent à l’esprit, tout en invitant le lecteur à continuer cet inventaire.

[…] Je me souviens comme c'était agréable, à l'internat, d'être malade et d'aller à l'infirmerie. Je me souviens des postes à galène.

Je me souviens quand on revenait des vacances, le ler septembre, et qu'il y avait encore un mois entier sans école.

Je me souviens qu'au pied de la passerelle qui, en haut de la rue du Ranelagh, traversait le chemin de fer de ceinture et permettait d'aller au bois de Boulogne, il y avait une petite construction qui servait d'échoppe à un cordonnier et qui, après la guerre, fut couverte de croix gammées parce que le cordonnier avait été, paraît-il, collaborateur.

Je me souviens de la mort de JFK.

Je me souviens des scoubidous. Je me souviens que j'avais commencé une collection de boîtes d'allumettes et de paquets de cigarettes.

Je me souviens des "Dop, Dop, Dop, adoptez le shampoing Dop".

Je me souviens de l'époque où la mode était aux chemises noires.

Je me souviens des autobus à plate-forme : quand on voulait descendre au prochain arrêt, il fallait appuyer sur une sonnette, mais ni trop près de l'arrêt précédent, ni trop près de l'arrêt en question.

Je me souviens que Voltaire est l'anagramme d’ Arouet L(e) J(eune) en écrivant V au lieu de U et I au lieu de J. […] Georges Perec, Je me souviens, collection P.O.L., © Hachette, 1978.

Annickd

31.07.2019

Atelier écriture "Ordre alphabétique"

Thème : Écrire un texte dont chaque première lettre des mots suit l'ordre alphabétique de "a" à "z", si possible.

Ah bien !! Comme des enfants fous, grands, héros irresponsables jouant les Kennedy. La main noire ouverte pour que rien soit tenu, un vieux wagon Xérès y zigzag.

Yvesck

10.07.2019

Atelier écriture "Rimes alphabétiques"

Thème : Écrire des rimes à la fin phonétique alphabétiques de A à V

Dans les livres, l’aventure commençA
Seul les plus courageux sont invités à participer et non pas les béBés
Le cœur vaillant le héros sait (C)
Il sait qu’à la peur il ne faudra pas céDer
Oui, des épreuves à relever il en y aura comme braver le fEu
La rencontre de créatures est à envisager dragons, nains, elFes
Tout ce que l’imagination peut créer en un jet (G)
De l’action, le héros en aura avec des bagarres, des coups de Hache
Les batailles seront ardues, dures, remplies d’effroi et de crIs
Des hommes vils tués, des soldats massacrés et un innocent git (J)
Non cette histoire ne fera pas grand cas (K)
Le héros n’aura pas besoin de faire du zèLe
Son but ultime est de retrouver la personne qu’il aiMe
Il lui faudra combattre la haiNe
Sa tâche ne sera pas aisé tel est son fardeau (O)
Ses ennemis, il les pourfendra de son éPée
Ou alors il s’amusera à les rendre cocus (Q)
Il faut se méfier de l’eau qui dort sans en avoir l’aiR
Le héros n’est pas un homme parfait, il n’a pas fait de promesSe
Joli, beau mais avec des défauts, il sait se montrer entêTer
Si bien qu’il peut devenir l’anti-héros à première vUe
Mais n’ayez crainte à sa valeur rien n’est enleVer.

Ludmilla

20.06.2019

Atelier écriture "3 enveloppes...."

Thème "Trois enveloppes inspirée du peintre Edouard Hopper" : Personnages, lieux, objets, avec un titre."

Rencontre décalée

Après quelques heures de route, la voiture avait très soif. La campagne, les vallées, peu de maisons en vue. Encore moins de poste à essence.

Le plaisir de conduire, j’aime la voiture, mais faire des trajets longs seul, c’est très long… Enfin un village annoncé par le panneau routier. Le bonheur !!!... J’espère de l’essence…

Quelques méandres, un rond-point, ça y est !!!.. Une station d’essence. Que du bonheur pour la titine.. Mais je ne vois personne…

Soudain, sur le côté, un petit peu cachée, une silhouette.

Une femme me regarde. Grande robe longue et rouge, large chapeau, hauts talons et beau décolleté qui donnait envie de vérifier ce qu’il y avait derrière. Tout pour plaire à un célibataire. Les bras croisés, toujours debout, elle attend… Telle une statue… Moi, devant la pompe, après un moment, elle bouge ses bras. Enfin une réaction… Cela n’a pas loupé.

Elle me dit d’un ton ferme et masculin : c’est pourquoi ?...

- De l’essence ! mon tas d’ferraille a soif…

Elle me répond : servez vous !!...

Je l’ai fait parce que j’étais contraint. Ce n’est pas avec elle que je vais pratiquer la thérapie du bonheur.

Yvesck

04.06.2019

Atelier écriture "Vous chutez. Racontez."

J'entends la sirène des pompiers et cela me déchire les tympans. J'ouvre les yeux. Et c'est moi, sur la civière.

Le médecin de la brigade, dans son beau blouson rouge me dit :

- "Madame, nous vous avons trouvée allongée en bas de la passerelle. Dîtes-moi ce qui vous est arrivé."

-" Ah non, ce n'est pas vrai. Ne me dîtes pas que je suis vivante. J'ai enjambé la rambarde de la passerelle au-dessus de la nationale et j'ai sauté. Marre de la vie ! Vous comprenez ! Quel est l'imbécile qui a cru me sauver ?

- "Il est là Madame dans le fourgon."

Quand son regard a croisé le mien j'ai eu envie de vivre.

J'ai appris que j'avais sauté depuis la partie la plus basse de la passerelle, autant dire d'une hauteur ridicule. Mais quand même j'ai eu quelques bleus et bosses.

Marie Dp

15.05.2019

Atelier écriture "Souvenez-vous de celui ou celle qui"

Quand je passe par là, je me souviens de cette femme qui habitait en rez-de-chaussée dans cette impasse, maintenant classée.

Elle sortait ses poubelles en robe de chambre et bigoudis, sa chemise de nuit dépassant légèrement par dessous, ses savates traînant sur le sol pavé. Elle avait toujours une cigarette coincée entre ses lèvres, éteinte ou non.
On aurait cru le cliché d'un film en noir et blanc avec Arletty dans la scène.

La rue était à elle, elle y était chez elle. C'était la reine du pavé. Elle marchait lentement, avec une certaine majesté.Elle ne parlait pas, ne regardait personne. Nous étions transparents à ses yeux. Et elle était la seule à sortir en vêtements de nuit dans une rue. Mais elle s'intégrait si bien à l'ambiance des vieux bâtiments que personne n'aurait songé à se moquer d'elle.

Je considère que des personnages comme elle manquent beaucoup actuellement à notre paysage.

Chantalcm

07.05.2019

Atelier écriture "Inventer un personnage"

Thème : Inventer un personnage en le décrivant.

Chaque matin, au kiosque du métro, je croise une femme, dans la cinquantaine, à l'allure plutôt originale. Les voisins me disent qu'elle s'appelle Babette. Elle est bien connue dans le quartier, comment ne pas la remarquer.

Toujours accoutrée bizarrement, elle fait tourner les têtes aux plus indifférents. Tantôt elle flotte dans un pantalon large et décoloré au bas frangé ; tantôt elle pavane en jupe volantée, style french-cancan, mais en plus court. ou bien dans des robes longues aux couleurs flashy. Coiffée d'un léger chapeau, certains soirs elle peut paraître en tailleur très chic, tenant à la main un sac griffé. Une autre allure, une autre femme.

Les beaux jours arrivant, bandana autour du cou, elle découvre ses bras jusqu'aux épaules, fière d'afficher ses tatouages. Ses amours passés, ses chemins détournés sont affichés, incrustés sur sa peau pour toujours. Ce qui ne manque pas d'attiser la curiosité, de provoquer les commérages dans le quartier.

Ses cheveux mi-longs variant du brun au blond en passant par le roux, selon les saisons, sont coiffés par de nombreuses petites nattes très fines, le tout entourant son visage plutôt jovial.

Elle n'est pas avare de bijoux très fantaisie. Parée de boucles d'oreille à plusieurs anneaux atteignant les épaules, de longs colliers aux grosses perles colorées cliquetant à chacun de ses pas, son passage fait assurément de l'effet.

Il court le bruit qu'elle a grandi entourée de soixante-huitards sur l'ile de Houat.

Elle est accompagnée d'un petit chien à poils blancs et noirs, tout aussi remarqué par son paletot crocheté aux couleurs de l'arc en ciel, scintillant de paillettes.

Toujours informée des faits divers du quartier, elle discute avec tout le monde. Nous apercevant au loin, faisant de grands gestes, elle nous interpelle dans une gouaille inégalable, avec de larges sourires. Certains l'appellent "gazette".

L'été, sandales aux pieds, sac à dos léger, short frangé, bras dénudés, elle part à pied vers le sud. Dès Septembre elle est de retour, parfois accompagnée, mais jamais pour très longtemps. Nous avons droit à écouter ses aventures estivales plutôt piquantes.

Dans notre quartier assez bourgeois, elle met de la bonne humeur, de la fantaisie. Nous aimons bien "Babette notre gazette" toujours aussi guillerette.

AnnickD

25.04.2019

Atelier écriture "Tautogramme"

Un tautogramme est une phrase dont tous les mots commencent par la même lettre. Pour simplifier seul les noms, verbes et adjectifs doivent commencer par la même lettre.

Utilisez les lettres : V - U - T - B - P - M et N

V - Valérie et Victor valsent voluptueusement vers la véranda.
Viviane va vérifier si le verrou est valide.

U - Un usurpateur utilise des U-V. uniques.
Un unijambiste dans un uniforme usé unit des Uruguayens Unisexes.

T - La tétine de Thierry le titille. Il tâte le téton de Thérèse.
Tiens t’as tiré sur la tête à Toto. Il tombe tout à trac.

B - La bombe de Bernard brûle le bateau.
La boisson bouleverse Barnabé qui braille bruyamment.

P - Les papous portent des pagnes en paille.
Prisonnier, Pierre a picoré des pâtes et piocher les parterres.

M - Maintenant, moins malade, Martine montre ses moignons à sa mère qui la morigène.
Mamie mange de la moutarde marron.

N - Notre navire, le Nautilus, navigue vers le Nord.
Ninie et Nanard nagent dans le Nil sous les nuages noirs et dans les nénuphars. Ils se noient.

Jacqueline F.