Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vos lectures

  • Lire "Anne d'Autriche" de Jean-François Solnon

    paris,livreLe lecteur d'Alexandre Dumas passionné par la lecture des "Trois mousquetaires" ne connaît souvent dans Anne d'Autriche que l'amie supposée du duc de Buckingham dont d'Artagnan va jusqu'en Angleterre récupérer les ferrets imprudemment offerts.

    Jean-François Solnon dans cette biographie renouvelée lui propose une approche inédite sur la vie mouvementée de cette reine (et mère) qui, lorsqu'elle rend son dernier souffle son fils Louis XIV déclare; "elle n'était pas seulement une grande reine mais mérite d'être mise au rang des plus grands rois"

    La lecture de cet ouvrage, qui vous passionnera, vous le prouvera.

    Jean-Paul

  • Lire "L’épopée du château d’If"

    Epopee-du-chateau-d-If.jpgde Michel Méténier et Jean-François Maurel – Editions Sutton

    Michel Méténier est professeur d’histoire et "visio-conférence" à l’UVTD. Il organise des visites touristiques à Marseille et sa région et est aussi l’auteur de plusieurs livres traitant d’histoires sur la Provence.

    Je plongeais avec délectation dans le quotidien de la famille Maurel, gardiens du phare et guides du château de 1926 à 1952.

    Je vivais au long des pages auprès de Marius, Marie, René… sur ce minuscule ilot célébrissime pour son histoire et ses légendes, si bien exprimées en 1ère partie de livre, photos à l’appui. 

    Que d’efforts surhumains pour entretenir la machinerie du phare jour et nuit, faire pousser tomates, concombres, aubergines sur cette terre de garrigue ; élever chèvres, poules et lapins pour se nourrir ; inventer un système d’eau potable et se rendre chaque semaine sur le continent -Marseille- pour acheter l’essentiel dont le fameux savon de Marseille ! ; accueillir les touristes ; pêcher les oursins accompagnés des lichettes de Marie (je m’en pourlèche encore les babines) etc…

    Après un labeur acharné, Les fêtes de famille et les jeux ne manquaient pas !

    Cette vie si rude se faisait dans l’amour et l’amitié qui percent les pages sur fond de Provence.

    Amis Avermois, imprégnez-vous de cette histoire si bien contée par M. Méténier et J-F. Maurel, arrière-petit fils de Marius.

    Allez au marché aux poissons de Marseille (tous les matins) : vous y rencontrerez, comme moi, la vieille dame qui vend des coquillages porte-bonheur et a connu Marius, Marie…

    Puis, rendez-vous sur l’île, faufilez-vous dans les cachots et flânez tout autour du château et ses alentours : vous y entendrez Marius, la douce voix de Marie vous susurrer à l’oreille, les rires des enfants. Ils vous insuffleront la joie d’être nés du côté de Marseille ; la dureté, la ténacité, et la grande tendresse du caractère provençal.

    Pour sûr, vous découvrirez alors une Ile vivante, et non plus une curiosité à voir.

    Foi  de Titine.

  • Lire "Le roi disait que j'étais diable" de Clara Dupont-Monod

    Dans cette formule due à l'évêque de Tournai l'auteure nous dépeint avec maestria les premières années d'Aliénor d'Aquitaine devenue reine de France.

    Nous sommes bien loin du gisant paisible de l'abbaye de Fontevrault.

    Le lecteur rencontre dans ce livre avec Aliénor, son mari Louis VII (plus moine que roi) le ministre Suger à qui nous devons la basilique de St-Denis et le prêcheur de la funeste 2eme croisade Bernard de Clairvaux.

    Un livre à recommander à tout  admirateur d'Aliénor reine de 2 royaumes dans ce Moyen- Age qu'elle illumina.

     Jean-Paul

  • Lire "Dans la tête de Valdimir Poutine" Michel Eltchaninoff

    paris,livreDans ses discours importants Vladimir Poutine aime citer des auteurs philosophes lui permettant de se construire un monde parallèle l'aidant à prendre les décisions qu'il pense les plus propices à se construire une stature qui restera, hélas, dans l'Histoire.

    Il n'est pourtant pas naturellement féru de philosophie préférant l'histoire, la littérature et surtout le sport.

    Ce livre permet au lecteur de connaître ses auteurs favoris, ce qui facilite la connaissance de ce personnage si complexe et de mieux le cerner dans la mesure du possible.

     Jean-Paul

  • Lire "Paris, un jour un évènement" de Hélène Renault-Chemin

    paris,livreEn ayant sélectionné du 1er janvier au 31 décembre 366 évènements propres à chaque jour de l'année cet ouvrage aborde l'histoire de Paris à travers de multiples champs: politique, religieux, criminel et faits divers. Abondamment illustré il satisfait absolument la curiosité du lecteur.

    La grande comme la petite histoire y trouve son compte.

    On ne demande qu'à approfondir certains faits qui sont, parfois, relatés succinctement. C'est un livre qui peut être source de bien des recherches.

    Bon courage au lecteur !

     Jean-Paul

  • Lire "Les nouvelles menaces sur notre monde"

    paris,livreLes nouvelles menaces sur notre monde vues de la CIA :  Analyses, faits,et chiffres

    La CIA avait perdu de sa crédibilité n'ayant pu empêcher les attentats du 11 septembre 2001 ou d'avoir monté de toutes pièces le dossier des armes de destruction massive de Sadam Hussein pour justifier l'invasion de l'Irak en 2003 d'où l'incrédulité des services étrangers devant ses alertes, qui se révèlent crédibles, devant les préparations de l'invasion de l'Ukraine par la Russie de Poutine.

    Si vous voulez connaître les tenants et les aboutissants de cette crise mondiale actuelle, n'hésitez pas précipitez-vous sur ce livre aux observations basées sur les rapports de la CIA, redevenue crédible, ayant trait aux menaces qui pèseront sur notre monde dans les prochains mois ou les prochaines années.

    Un livre sérieux et bien documenté.

    Jean-Paul

  • Deux pensées fontamentales à lire

    paris,livreCondition de l'Homme Moderne d'Hannah Arendt 
    Biblio Essais. Livre de Poche. Editions Calmann Levy 2021

    Une lecture ou relecture à faire, particulièrement dans la situation où nous sommes.

    M'intéressant depuis 2005 à la place respective dans nos vies des sphères publique et privée

    Je suis éblouie par la profondeur et la singularité des analyses d' Hannah Arendt sur le sujet.

    Comme le dit sa phrase célèbre mise en exergue de Privé-Public 2020*, extraite de l'Impérialisme (éditions Fayard 1982), hors de la vie publique  et de  la citoyenneté qu'elle institue, l'humain est ramené à une condition animale, celle de l'espèce  : "Privés de ce grand égalisateur de différences, apanage de ceux qui sont citoyens d'une communauté politique (..) puisqu'il leur est désormais interdit de prendre part à l'intervention humaine, ils n'appartiennent plus à l'espèce humaine".

    C'est ce même constat  qu'ont rapporté les rescapés des camps de la mort, tel Robert Anselme*.

    Dans Condition de l''Homme moderne cette importance de la sphère publique  est soulignée à propos de la VITA  ACTIVA opposée à la VITA CONTEMPLATIVA..*

    La philosophe est péremptoire : "il ne saurait y avoir de véritable action qui pour s'éployer ne nécessite son passage au public". "L'action veut la lumière éclatante du domaine public".

    "L'humain n'a rien fait de plus grand que le domaine public". "Le seul facteur indispensable à la puissance est le rassemblement des hommes". "Vivre une vie entièrement privée, c'est être privé des choses essentielles à une vie réellement humaine. " "Pour nous l'apparence, ce qui est vu et entendu, constitue la réalité".

    L' action qui contrairement à l’œuvre d'art qui, elle, peut rester anonyme, proclame  l'identité de son auteur  est inséparable de la parole : "L'acteur, le faiseur d'actes n'est possible que s'il est en même temps un faiseur de paroles. Pour l'acteur de théâtre, comme pour l'homme et la femme public(que)s à qui "il faut bien du courage, de la hardiesse pour quitter un abri privé, à faire voir qui l'on est, à se dévoiler et à s'exposer", l'énergie  qui déclenche et accompagne cette action s'y consomme et s'y consume toute. "le produit est identique à l'acte qui l'exécute".

    D'où le bien-être qui suit, "l'eudémonia", c'est à dire le fait que ce "démon"  personnel au sens de la Grèce antique  devienne visible à tous.

    Cette dimension salvatrice de la présence en public actuellement menacée par la survivance de l'épidémie et des contraintes qui tentent de la juguler doit nous rester présente à l'esprit, comme la condition-même de l'existence.

    En Afghanistan et ailleurs, pour des raisons idéologiques, les femmes particulièrement, vont devoir continuer de plus belle, parfois au péril de leur vie, à se mobiliser pour  accéder à cette vie publique, y progresser ou s'y maintenir.

    D'autres pistes novatrices, dans cet ouvrage comme la nécessité de la promesse et  celle du pardon, et la dénonciation de la violence dans laquelle se sont égarées, et ont échoué pour finir la plupart des  révolutions.

    Et le constat que nous entrons  dans une ère où l'envol de la science modifie les repères philosophiques, remplaçant l'exigence de vérité par celle de véracité et  le réel par ce qui est digne de foi, et stimule les ambitions interstellaires, en pleine extension, selon la jolie formule : "nous avons mis le gobe terrestre au salon".

    (*)Prive-Public 2020 (editinter éditions 2021).
    (*)Robert Antelme.L'espèce humaine.(NRF.1949).
    (*)abordée dans la Vie de l'Esprit, oeuvre inachevée.

     

    paris,livreLe tacite, l'humai
    Anthropologie politique de Fernand Deligny par Catherine Perret.(La librairie du 21e siècle. Editions Le Seuil 2021.

    Outre quelques psychiatres et psychanalystes qui se souvient de Fernand Deligny, militant et chercheur inclassable, tentant d'inventer un chemin hors des sentiers battus : politiques, médicaux (y compris ceux de la psychiatrie institutionnelle dont il a connu et estimé les représentants et ceux innovants de psychologues engagés comme d'Henri Wallon qui fut un de ses amis). Ou hors  des voies tracées par le philosophe Canguilhem ou l'anthropologue Leroi Gourhan*  dont il était proche.

    Le mérite de Catherine Perret est d'ouvrir à toutes et tous ce parcours et cette pensée qui auraient pu se confiner au milieu et aux débats des spécialistes.

    C'est l'accompagnement lumineux d'une vie pleine d'embûches qui traverse la période de la seconde guerre et le régime de Vichy puis le bouillonnement des années 60-70, décrite avec précision : celle de ce passionné sans titre universitaire qui ne se voulait ni thérapeute ni théoricien mais élaborait au fur et à mesure de ses expériences un nouvel abord du  problème des enfants dits incurables: les autistes.

    C e livre captivant épouse par son ton - même la démarche de  Deligny : nul pathos, nul trémolo.

    Lui-même refuse les poncifs des soignants habituels : il ne s'agit pas d'aimer ces enfants mais de les aider. Leur permettre de retrouver une voie que l'absence de langage et donc d'atteinte d'un certain "nous" semble leur interdire mais dont ils restent en quête et qui comme pour tous est relié à un noyau archaïque, non verbal : un "nous d'espèce".

    Pour ce faire il faut inventer des démarches singulières, comme le filmage que Deligny  appelle "camérer" ou "projeter" un film veut dire simplement en organiser le projet - dont les images montées d'une certaine façon permettront de repérer ce qu'à l'oeil nu on ne peut voir. Et  amèneront l'équipe à inventer ces "cartes" où le tracer, tel celui de la ligne sur le tableau noir effectué  par l'élève muet rejeté par la classe (qui va être pour l'instituteur  un révélateur définitif) évoquera par exemple les déplacements circulaires du petit Janmari* cherchant  à rejoindre le autres, ou ce qu'ils ils ignorent d'eux-mêmes. "Ce qui nous manque par rapport aux enfants autistes, c'est ce que nous avons: le langage verbal".

    Car  là est la dimension proprement révolutionnaire de l'entreprise: ces enfants privés du langage nous indiquent ce qui nous manque à nous les parlants. "Ce que nous avons perdu : ce nous d'espèce qui constitue la vie humaine, l'humanité de l'espace, un facteur de civilisation".

    Ce que prône Deligny c'est une clinique du milieu - les relations intersubjectives des enfants avec des thérapeutes lui semblant inefficaces. Comme la caméra, les cartes et les textes qui les commentent font ainsi partie "du milieu qui se crée collectivement, là, entre nous, au quotidien".

    À propos de ces pratiques d'enregistrement, Deligny souligne un paradoxe : "C'est par les techniques qu'elle a inventées pour sortir de sa condition d'espèce que l'humanité peut y rentrer".

    Il devient alors possible de moduler ce milieu. De le travailler en fonction des observations de ce qui fait attraction sur l'enfant, de ce qui provoque émoi, colère, allégresse, et d'intégrer les effets de cette vie animée des choses au milieu des hommes. Deligny en parle comme d'un tableau. Il souligne ainsi la manière dont le repérage, l'utilisation des variations de l'atmosphère et de leurs effets, peut être abordé comme une matière ou comme une couleur. "Les cartes montrent ainsi que l'action clinique n'a parfois, et peut être plus souvent qu'on le croit, pas besoin de porter sur celui qui est affligé du stigmate de l'anomalie. Qu'elle peut aussi bien porter sur les  « entours » pour reprendre un mot de Jean Oury".

    On peut distinguer sans tomber dans l'artifice une divergence de fond entre ces  deux penseurs due à la spécificité de leur action  dans le champ intellectuel et non à une différence de nature et de conviction dans leur engagement: à la foi d'Hannah Arendt en la parole s'oppose la suspicion de Deligny à  l'égard de celle-ci ; comme d'un facteur illusoire de civilisation à "faire avaler à tous prix" aux "handicapés" du langage.

    Mais ils se rejoignent sur le constat devenu prééminent d'une Nature en voie d'extinction à cause des  menées humaines et sur la différence entre l'agir et le faire-le premier qui caractérise la démarche de Deligny étant, comme le souligne la philosophe, encore imprégné de cette "vita contemplativa" survivant dans la référence aux modèles et dans une recherche et  une  invention incessantes ; alors que le second instituant  l'ère moderne, est celle d'un l'homo faber réduit à la productivité - une productivité qui est devenue moins celle d'objets  que celle de la  chaîne infinie des processus de fabrication d'outils.

    La dernière phrase du livre de Catherine Perret peut être notre conclusion : ces penseur(e)s mettent "en évidence une zone de fragilité qui est pour la civilisation un point d'effondrement potentiel (comme eux il faut) faire de ce point d'effondrement un horizon utopique".

    Marie-Claire CALMUS

    (*) Leroi Gourhan, anthropologue et sociologue, auteur de Le  Geste et la Parole.(éditions Albin Michel 1964).
    (*) film : Ce gamin-là réalisé en 1975 par Renaud Victor.

  • Lire "J'ai l'énergie d'une lionne dans un corps d'oiseau"

    J'ai l'énergie d'une lionne .....jpgAvant la visite d'Arvem du château de By dernière demeure de Rosa Bonheur la plus célèbre artiste animalière du XIXeme siècle, je ne saurais trop vous conseiller de vous plonger dans sa biographie rédigée par l'historienne conseillère scientifique chargée de la restauration du parc du château.

    Vous y croiserez une égérie du féminisme éprise de liberté (elle ne s'est jamais mariée) et d'idéal (le bien-être des animaux lui est, bien entendu, un sujet particulièrement essentiel).

    Un livre de  Patricia Bouchenot-Déchin aux éditions Albin Michel à ne pas manquer en cette occasion.

    Jean-Paul

     

  • Lire "Marie-Antoinette. La légèreté et la constance "

    paris,livre

    "Elle n'eut ni le prestige de l'ancienne royauté: le respect, ni le prestige du nouveau règne; la popularité. Elle ne sut que charmer, égarer et mourir". Voilà dans son " Histoire des Girondins" les conclusions d'Alphonse de Lamartine sur cette vie si fascinante.

    Cet ouvrage d'Hélène Delalex richement illustré nous invite à profiter pleinement du charme et par son récit d'une grande clarté nous retracer une vie à l'origine si insouciante se clôturant si tragiquement.

    Un livre à ne pas manquer pour tous les lecteurs  friands de l'Histoire et les amoureux ou pas, de la dernière véritable reine de France.

     Jean-Paul

  • Lire "Le duc du Maine.  Le fils préféré de Louis XIV" Pierre-Louis Lensel

    paris,livreVoici racontée la vie mouvementée de Louis-Auguste de Bourbon, duc du Maine fruit des amours de Louis XIV et de Madame de Montespan élevé avec soin, par Madame  de Maintenon (c'était son Mignon).

    Le Roi Soleil pour son bâtard chéri bouscule les règles les plus établies de la Monarchie. Il lui fait épouser la petite fille du grand Condé et va jusqu'à le déclarer héritier potentiel de la couronne.

    Mais tout ne se passera pas comme il l'avait prévu. Après sa mort, le jeune homme peu sûr de lui sera supplanté par le futur Régent.

    Ce livre met en lumière une figure cardinale de l'époque jusqu'ici bien méconnue.

    Jean-Paul