Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19.02.2019

La bonne franquette en couleurs

Elle est passée, enfin,
Bien, ou moins bien,
Cela dépend pour qui !
En tous les cas, merci
D’avoir souvent souri
Car, sur tout l‘après-midi
Pas évident d’être à l’écoute,
Coûte que coûte !
Puis devoir participer
Aux jeux proposés
Voire en plus, s’exposer
En public se montrer
Sans recevoir de récompense,
Car quoique l’on pense
C’est avec plaisir en général
Qu’est gagné un lot, même banal,
Après la curiosité aguichée
Par le contenu caché.

Bref une journée de détente
Après une longue attente
Qu’exigent l’organisation
D’une bonne réception,
Puis toute la préparation
En vue de l’exécution
D’une simple animation.
Espérant, bien après le déjeuner,
Ne pas avoir trop empiété
Sur votre envie de papoter
Avec les copines retrouvées.
Eh! Oui! Fallait être disciplinés
C’est beaucoup demander !

L’animatrice reste perplexe
Sur un déroulement complexe,
Suivant le thème des couleurs
Apporter de la bonne humeur,
À l’aide de recettes généreuses
Offrir une ambiance joyeuse,
Afin que puisse chacun,
Oublier le train train quotidien.
Merci, aussi pour la solidarité
Déployée en fin de journée,
Tout a été bien rangé
La salle gaiement balayée,
Et tout cela sans rien demander
Mais fort de constater,
Que jusqu’au bout vous en avez vu,
De toutes les couleurs, bien entendu !

Ninette

07.02.2019

Théâtre "Alexandra David-Neel" Mon Tibet..."

Alexandra_David_Neel.jpg

Alexandra David-Neel "Mon Tibet..." de Michel Lengliney
Mise en scène et décor de Claude Laucournet,
Avec Sophie Margalet et Laure Reutermann
Théâtre Auguste Dobel,
du 18 janvier au 10 février, 9 rue Philidor (75020).

Si la curiosité vous pousse à mieux connaître cette personnalité légendaire, symbole des vies de femmes libres, aventureuses, érudites et en quête d'absolu, courez voir cette pièce présentée au théâtre Auguste Dobel par la compagnie Aurore dont nous avons déjà apprécié les initiatives aussi hardies que talentueuses.

Nous sommes à la fin de la vie de l'héroïne, embauchant une aide dont les tâches mal définies au départ (dans la réalité Marie-Madeleine Peyronnet) se révèleront multiples, de secrétaire à femme de ménage.

Les rapports entre les deux femmes, dans leur subtilité et leurs perpétuels déséquilibres et réajustements-ceux-ci en raison de l'humeur et des convictions têtues d'Alexandra, sont admirablement servis par un dialogue brillant, dont les à-coups et les ruptures font virer au comique ces derniers moments d'une vie exceptionnelle-qui auraient pu être tragiques ou au moins mélancoliques.

La mise en scène de Claude Laucournet, très sobre et nuancée, soutenant ces revirements psychologiques par les déplacements et fausses morts de son personnage met efficacement en relief cet échange toujours imprévisible et sa progression vers une intimité tendre, un attachement qu'aucune ne voudrait voir se rompre. La musique (une bande-son d'Hugo Caruana) épouse efficacement les changements de ton et de situation.

Sophie Margalet est remarquable dans le rôle d'Alexandra. D'autres textes nous avaient fait découvrir son talent. Elle est ici éblouissante entre autoritarisme, résolution passionnée et dure, et vulnérabilité juvénile. Le jeu de sa partenaire est à la hauteur, ferme et sensible à la fois, opposant des forces qui prennent parfois l'aspect de l'impuissance, de la colère et du désespoir au volontarisme stoïque de la championne.

Grâce à ces talents conjugués l'essentiel des choix lisibles dans cette biographie est reçu et visiblement apprécié par le public : un féminisme qui n'exclut pas les hommes, dans la plus grande liberté des deux : quittant à jamais un mari infidèle, Alexandra continue à le chérir et lui de loin à la soutenir, y compris financièrement, dans ses expéditions ; éloge de la solitude qui ne doit pas être vécue comme un échec mais comme une jouissance ; revendication d'égalité sociale avec des allusions aux méfaits d'une certaine politique encore actuelle ; nécessité de la culture, particulièrement de la lecture, et de celle de la méditation qui permet d'envisager simultanément et sereinement vie et mort, se traduisant par cet étrange refrain que fredonne Alexandra, rythmant ses avancées difficiles: "un pas vers la mort", endurance physique visant à toujours repousser les limites de la machine, entretenue sans cesse à travers ses exploits. D'exploratrice ; orientalisme bouddhique joint à une extrême lucidité permettant d'approfondir et de mettre en pratique cette philosophie de l'existence.

En cette période instable et incertaine nous repartons du théâtre enchanté(e)s, enrichi(e)s, éclairé(e)s, affermi(e)s.

Marie-Claire CALMUS

18.01.2019

Resto/Bingo - Le 6 janvier : Ste Melaine

 AVANT

Entre les fêtes passées,
Voir la galette se profiler,
Et la bonne franquette annoncée,
Fallait bien se retrouver
En ce début janvier
Dans une ambiance animée.

À cette nouvelle proposition
Une rapide décision.
Rendez-vous au restaurant
Tout comme précédemment,
Certes pour se restaurer,
Aussi voir la chance tourner,
Et essayer de gagner
Au bingo organisé.

Ah ! l’appât du gain
Dieu que c’est vilain !
Mais prions sainte Melaine
Qu’elle gonfle notre bas de laine !
Ou, encore permette de vibrer,
Et savoir encaisser
Déception et fatalité.
De toute façon déjà habitués
Effectivement à ne garder
Que l’envie de recommencer.

paris

APRÈS

Ce fut une bonne journée
Par tous appréciée
Autour d’un bon déjeuner.
Puis les mises gagnées
Par des chanceuses réjouies,
Trois fois remises sur le tapis
Même sans remord, pardi,
D’avoir “pompé” les amis.

Enfin regagnons nos pénates
La bourse bien plate,
Et pour celles qui ont eu de la veine
Quand même, merci Melaine !
Ainsi restons heureux
De ce moment joyeux
Qui nous fit bien commencer
Cette nouvelle année .

Ninette

Déjeuner - Bingo

Nous avons passé une agréable journée ce dimanche 6 janvier. Bonne ambiance. Le repas était très bon surtout le porc à la bière. Vers 15h30 nous avons fait 3 parties de bingo.

paris

Tous écoutaient bien.

Merci Jeannette pour cet après-midi qui se termina aux alentours de 17h.

Nous sommes prêts à recommencer.

AndréeL

01.01.2019

Déjà 2019

Meilleurs vœux à tous et à toutes. Que

 

 

vous accompagne de délicieux bonheurs quotidiens, entouré de sublimes douceurs, d'amour, de surprises, d'amitiés, de franches rigolades, de partage et de notre bien si précieux, la santé !

28.12.2018

Le beaujolais

Nous nous sommes retrouvés
Au restaurant “le Pataquès”
Afin, bien sûr de goûter
Le Beaujolais de St-Priest.

Par petits groupes installés
Nous avons bien papoté,
Avant de pouvoir déguster
Aussi le menu présenté,
Accompagné d’une animation
Guitares et chansons,
Quelques préférées françaises
Alternées par des anglaises,
De vieilles chansons interprétées
Des refrains à fredonner,
C’est presque automatique
Dans une ambiance sympathique.

Le chanteur avait la foi
Pour couvrir les voix
Des langues bien déliées,
Ou des rires échappés
Des convives bien doués,
Capables de converser
A la fois d’écouter !
Bon souvenir sera gardé
De ce moment passé
Réunissant affinités et convivialité.

Ninette

24.12.2018

Noël 2018

Noël n'est pas un jour ni une saison c'est un état d'esprit. John Calvin coolidge.

noel_005.gif

 

 

Joyeuses fêtes à tous.

15.11.2018

AG du samedi 14 octobre 2018

Dehors, le soleil était de la partie, mais de nombreux adhérents sont venus au rendez-vous. Une table déjà bien garnie de pâtisseries nous faisait saliver.

Les nouveaux venus se sont présentés, puis la séance a pu commencer.

Après avoir écouté le détail de chaque rubrique, ce qu'elles comprennent, les plus et les moins, nous concluons que nous sommes en positif. Le compte est bon.

Invitation aux adhérents de présenter un sujet ou une idée de sortie :

- Yves-Marc propose des conseils de jardinage,

- souhaits pour les sorties en car : Rouen, Essoye (Renoir), Troyes, Haras du pin ….

Que de sorties pour cette année à venir : Maison Marcel Proust, Villebon, Île de la Cité, Discussion sur napoléon le manipulateur, Mme Roland, expo Sigmund Freud, Le cubisme…

La séance est terminée. Après nous avoir tout dit avec patience, Annie se met au buffet, Jeannette au bar. et nous échangeons avant de nous séparer.

Merci encore aux organisatrices (eurs).

Annickd

24.10.2018

Spectacle "Un truc entre nous"

Un truc entre nous…
Entre nous… c’est truc… à voir.

Deux acteurs, Clément Naslin (auteur du spectacle) et Sabine Perraud, se partagent la scène, se chamaillant le rôle de magicien. Lequel des deux le sera plus que l’autre ? Lui laissera t-il son rôle de magicien ?

Mais le mariage du théâtre et de la magie est bien heureux. Pour certaines scènes le soutien d’un spectateur est indispensable, qu’à cela ne tienne, il est pris au hasard, d’une boule de papier jetée dans la salle. Marcelle, l’une d’entre nous en fit l’expérience.

Puis après le spectacle, "Entre nous", en petit comité, Clément Naslin, nous réalise, "un truc".

Cette fois, c’est Monique qui participera. Clément Naslin plie une carte, en quatre, la glisse dans la main gauche, avec une recommandation : tenir ses deux mains bien fermées : il insiste, notre concertation, aussi, est indispensable ! Après quelques instants, de discrètes manipulations, il demande à Monique d’ouvrir sa main gauche… qui toute heureuse, montre bien que la carte est toujours dans sa main… sans avoir bougée… Alors comme pour se faire pardonner que la magie n’est pas marché, Clément Naslin, offre à Monique, un cadeau…. sa montre… passée de son poignet à la poche de Clément… comme par magie… Tous bouche bée nous ne pouvions qu’applaudir !

Arletteck

04.10.2018

"Un truc entre nous" de Clément Naslin

Soirée théâtrale au programme d’Arvem ce vendredi 21 septembre.

Quelle bonne idée de nous avoir proposé ce spectacle fait de magie mais aussi de comédie rondement menée par deux jeunes artistes bien sympathiques…

 Les spectateurs ont participé sur scène et notre amie Marcelle a fort bien représenté Arvem lors de sa prestation. Et quel moment de rêve quand les deux « magiciens » ont joué un ballet avec leurs mains pour faire bouger les cartes ou les pions, le tout sur une belle musique romantique.

A l’issue du spectacle, un close-up tout spécial pour Arvem, qui a donné l’occasion à Monique « d’avoir à l’œil le magicien » comme elle l’a dit… sans pour autant remarquer que celui-ci lui dérobait sa montre ! Bref une excellente soirée.

Pour ceux qui n’auraient pas été de la partie, n’hésitez pas à aller à la Comédie Bastille pour découvrir par vous-mêmes ce spectacle.

Colette C