Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14.03.2017

Tournoi de tarot 2017

Le tournoi de tarot 2017 s’est déroulé lundi 6 mars…..quasiment 1 an jour pour jour, après l’annulation de celui de 2016, à cause d’une chute….non, pas d’un joueur qui n’a pu faire son contrat, mais de la jeune (91ans à l’époque) maman de l’organisateur. Cette année, compte tenu des absences, des présences, des invités, de dernière minute, nous nous sommes retrouvés à 27 !!!
Et ça, c’est pas terrible pour un tournoi de tarot !! Alors, l’organisateur a du payer de sa personne pour jouer, diriger les changements de place (une espèce de marelle trop compliquée pour certains), répondre aux questions, et comptabiliser les points (après quelques corrections !!).

paris,tarot7 tables de 4…..parfait !!
Et le tournoi s’est déroulé dans une excellente ambiance : mélange de joueurs débutants et chevronnés (y’en-a-t-il ?), pas d’engueulades, pas trop de rires intempestifs, pas trop de bruits…
On a pu faire 4 rotations donc 16 donnes et le tournoi s’est terminé bien au-delà des 21h30 habituelles et même de nombreux participants sont restés jusqu’à quasiment 22h pour la publication des résultats.
Il faut dire que le dépouillement fut rapide, et que, au moment où j’écris ces lignes, il n’y a eu aucune contestation….
Et alors…et alors…qui a gagné ?

Je vous le donne en 1000 (c’est une façon de parler, car il se contenta de 800!)…c’est le G.O de service, le Gentil Organisateur !!!!
Bizarre, n’est-ce pas !!

Et pourtant, c’est pas toujours celui qui tient les comptes qui gagne, mais là… OUI !! Que ceux qui ont des doutes sur ce résultat, déposent réclamation (de préférence sur papier A4, vierge en verso, que je puisse réutiliser la feuille en brouillon….)

Néanmoins, je tiens à remercier sincèrement TOUS les participants , qui ont été disciplinés, de bonne humeur (pourtant on n’a rien eu à boire et à peine quelques bonbons), souriants, acceptant mon ton (quelques fois) un peu sévère et autoritaire (c’est nécessaire de temps en temps).
Mon seul reproche…… pas un ne m’a offert un doliprane (1000 encore une fois !), pour éviter que je sorte de la salle avec une grosse tête (et pas parce que j’avais gagné !!).

Bravo à tous, merci de votre gentillesse et pour vos remerciements.

Jean

P.S : les résultats officiels seront annoncés lors des prochaines séances (j’attends encore quelques chèques !)

09.03.2017

Karaoke de la chandeleur

En ce dimanche particulier
Nous avons participé,
Comme promis, à un karaoké
Puisque celui de l'an passé, fut apprécié.

Nombreux nous étions
Pour ce moment en chansons,
Où les amateurs ont donné de la voix
Sur des refrains d'autrefois.

Pour d'autres l'envie de bouger
"Devant le buffet" évidemment danser"!
Cette diversion communicative
Entraîna donc les copains,
Toujours dans cette activité festive,
Capables, de montrer leur entrain.

Assurément c'est donc ainsi
Ayant perdu quelques calories,
Que nous avons eu accès
Sans scrupule au buffet !

paris,chandeleur

 

 

 

 

 

Deux jours avant Mardi-Gras
Certes, mais nous, les crêpes
Avec cœur les avons faites,
Puis dégustées à en voir le fond des plats!

paris,chandeleur

 

 

 

 

 

 

 

Bravo aux dévouées crêpières,
Mais sans en avoir l'air,
Gaufres et beignets joufflus
N'ont pas résisté non plus !

Le tout bien arrosé
De divers jus de la nature,
À faire glisser pâtisseries et confitures
Et pas question de se faire prier.

C'est un plaisir de constater
Que cette tradition de la Chandeleur,
Avec toutes ses douceurs,
Peut encore de nos jours apporter
Quelques bons instants à partager !

(Et même celui de ranger....
Encore merci pour votre solidarité)

Ninette

 

07.03.2017

La chandeleur

En ce dimanche de fin février, le ciel s'annonçait morose autant que le climat ambiant. Je me rendais à "La Chandeleur" organisée par l'Arvem.

Je passais la Durance quand je fus tout à coup mise en joie par de joyeuses clameurs, une table en fête, une musique en sourdine.

Nous avons ri, nous avons chanté, nous avons dansé, nous nous sommes régalés des délicieuses crêpes et beignets concoctés par nos Avermois (ses), nous avons dégusté de bons cidres et crémants offerts en abondance.

paris,chandeleurparis,chandeleur

Le temps d'une chanson, Titine s'est rêvée en Dalida,Yves en Gainsbourg.... et nous avons découvert les talents de notre conteur Jean-Paul, nous avons admiré notre troubadour, Jean-Yves, plus en verve qu'à l'habitude. Et d'autres.... bravant leur timidité, tantôt émouvants tantôt très drôles !

 

 

Le soleil, il était là, en ce dimanche de fin février, chez nous, les Avermois.

Martine C

15.02.2017

Du théâtre et du totalitarisme

Le Manteau de Gogol (Théâtre Darius Milhaud - 80 Allées Darius Milhaud - 75O19 Paris). Métro Porte de Pantin.
Le Passeport de Pierre Bourgeade (théâtre Auguste Dobel, 9 rue Philidor - 75012 Paris). Métro Porte de Vincennes.

Il paraît surprenant que se jouent au même moment le Manteau de Gogol et le Passeport de Pierre Bourgeade, dénonçant la bureaucratie russe-celle du tsarisme, prémonitoire, dans la première pièce. La stalinienne dans la seconde. Mêmes mécanismes délirants, même asservissement, même folie du pouvoir absolu ricochant depuis la sommet jusqu'aux derniers échelons de la hiérarchie. Et sacrifiant les obscurs. Le peuple.

Deux bons spectacles.

paris,théâtreLa mise en scène du Manteau par Hugo Paccito est ingénieuse : masques grotesques et tenues de marionnettes vêtues d'oripeaux-ceux des mendiants et du héros, La Savate : une houppelande usée et sale. Sur ce fond sordide et dérisoire éclate le miracle du manteau neuf, création d'un tailleur alcoolique et généreux.
Une gestuelle très au point, notamment dans le numéro d'un clochard ivre qui fait s'esclaffer la salle. Le fond est tragique : le fonctionnaire copiste trop zélé n'aura pas le temps de profiter ni du manteau ni de la vie, malgré tant d'heure supplémentaires bénévoles ; battu et dépouillé, il verra sa requête brutalement rejetée par ceux qui l'exploitent et se gobergent sur son dos.
Laissons à chacun le soin d'un rapprochement avec l'actualité !

paris,théâtreLa mise en scène de la pièce de Bourgeade est plus sobre : dans un bureau de fonctionnaire, un douanier en uniforme près de la retraite et une femme qui en fut amoureuse et a dû attendre pendant 20ans... un passeport pour la Pologne où elle veut rejoindre ses neveux. Celui-ci lui est refusé à la dernière seconde pour avoir tué et mangé la poule qui constituait son cheptel, la faisant ainsi changer de catégorie. À moins d'un coup de théâtre, qui advient, il lui faudra attendre vingt ans de plus !
Le revirement de cette victime - d'un amour rejeté comme du caprice de celui qui veut aveuglément appliquer la loi - le jeu sadomasochiste, activé par la frustration, doublant le politique est intéressant féministement : apprenant les règles du jeu elle risque de déboulonner son adversaire et ancien "chef" en le battant sur son propre terrain-celui de la discipline bureaucratique. Mais elle perd la partie. Le triomphe final de l'homme grâce à des appuis haut placés et longuement cultivés la poussera au suicide.
Les acteurs de cette troupe amateur de la RATP, la compagnie Aurore, qui se sont produits dans le off à Avignon en 2016, sont très bons, exacts et nuancés dans leur interprétation. Claude Lautournet qui incarne le fonctionnaire est aussi le metteur en scène.

Contrairement aux USA, nous ne sommes guère menacés de totalitarisme, tout au moins sous cette forme patente. Mais la crainte que beaucoup ont d'une telle dérive, sur fond d'inégalité criante, et d'(entre) surveillance galopante, semble transparaître dans le choix de ces deux œuvres, et leur accueil par le public.

Signalons aussi au théâtre Thénardier à Montreuil (19 rue Girard) - métro Croix de Chavaux) une pantomime surtout destinée aux enfants : trois clowns talentueux au physique contrasté se débattant avec des machines baroques, au milieu d'averses multicolores ; et surtout le concert de musique concrète qui suit dans la salle voisine, peuplée d'étranges instruments-sculptures fabriqués à partir d'éléments de récupération et dont mobilité et sons sont produits par deux intervenants électroniquement et manuellement.
Bravo à cette créativité fertile, fréquente en cette ville, où d'anciens lieux industriels deviennent autant de creusets artistiques, transformant la triste jachère en un futur fabuleux.

Marie-Claire Calmus

07.02.2017

Théâtre "Le passeport"

Le programme prévu par Arvem annonçait "Le clan des vamps" en première partie. En remplacement de ces 40mn de rires prévus ce fut un chanteur qui se présenta. Quelques vieilles chansons, dont Renaud plus jeune, nous incitèrent agréablement à la nostalgie avant d'écouter, attentifs, quelques textes particulièrement émouvants de ce grand fantaisiste qui enchanta notre jeunesse, voire notre enfance, j'ai nommé Robert Lamoureux.

parisIl ne nous restait plus qu'à entrer avec "Le passeport" dans le monde absurde généré par la bureaucratie stalinienne. Le jeu des 2 comédiens sonne juste, dans une mise en scène sobre et efficace.

En résumé une bonne après-midi.

Jean-Paul

27.01.2017

L'Épiphanie

Toutes les occasions sont bonnes pour se retrouver et bien commencer l'année. Ce jour en est une parmi tant d'autres. De nombreux adhérents sont venus afin de partager ce plaisir. Chacun apporte sa bonne humeur.

L'accueil chaleureux de nos hôtesses nous réchauffe des frimas de la rue. Chacune s'affaire à installer une jolie table. Pour l'instant il y a seulement quelques assiettes garnies de mises en bouche à déguster avec les yeux, Il faut savoir attendre.

Afin de nous faire patienter, Jean Paul veut tout nous dire ou presque, sur le second empire, sans oublier les fantaisies de Napoléon lll. Alors, tendons l'oreille. Est-ce le parfum des galettes ou les grands chantiers de Paris conduits par le baron Haussman, de nouveaux invités se joignent à nous, apportant quelques bouteilles. Soyez les bienvenus.

Mais avant les douceurs du jour nous allons savoir qui sont les élus du concours photo. Tous les participants sont gagnants même s'ils ne sont pas nommés officiellement. Gagnants pour s'être levés tôt par tous les temps les dimanches matin afin de jouer le jeu, gagnants pour savoir observer, transmettre ses impressions par l'image avec originalité, curiosité.

Partons donc en balade avec eux. Après s'être arrêtés au mémorial pour la paix, nous découvrons la tour Eiffel, un soir sous un ciel flamboyant, après être vue de loin depuis le pont d'Iéna, puis la voilà derrière les herbes folles, ceci après avoir montré ses dessous. Plus loin, un piéton poursuivi par son ombre, se dirige vers les réverbères du pont Alexandre lll. Ce flâneur, curieux de tout, va d'un bon pas vers le jardin du Luxembourg où il ne trouve que deux chaises vides en attente posées sur un sol couvert de feuilles aux tons chauds. Comme rien ne l'arrête, il emprunte une rue inondée en sens interdit. Peu importe, il poursuit son chemin en passant par la promenade plantée. Derrière les feuillages, quel est donc cet oiseau qui le scrute d'un mauvais œil ? Une chauve-souris, mais non, illusion, il ne fait pas déjà nuit. Il cueillerait bien quelques dahlias pour sa belle, mais il ne veut pas effrayer un superbe papillon posé là à se pavaner au soleil. Fatigué, notre promeneur est sauvé en croisant une station de vélib. Il enfourche un engin et se dirige vers le parc de Belleville. Surpris par le Street-art de ce quartier, il escalade les quelques marches. Là, il s'appuie près d'un tronc d'arbre. Au loin, un arc en ciel illumine sa journée. Il reste là jusqu'à ce que la nuit tombe. Sur les toits de Paris les cheminées dominent. Demain il partira dans la vallée du Lot, son havre de paix. Il n'est déjà plus là...

Il n'est plus là notre promeneur, mais les invités sont dans la salle. De nouveaux adhérents font connaissance entre deux parts de galette. Les plus anciens sont heureux de se retrouver afin de discuter, échanger. En cours d'année ils se croisent sans se rencontrer.

Le bar est ouvert et bien garni, il y a même une réserve sur la terrasse. Jeannette a du mal à suivre. Pas étonnant, il y a de la demande. Les galettes sont très bonnes. Comme il y a autant de fèves, il y a autant de reines qui, d'ailleurs, ne se manifestent pas étant donné qu'il y a peu de rois (mages).

Ce dimanche de Janvier est une belle journée. Merci aux organisatrices (eurs).

AnnickD

26.01.2017

La galette

paris,epiphanieLes Rois ? Ah ! Non ! En ce jour c'est plutôt l'Empereur Napoléon III que nous avons fêté, car nous avions passé préalablement un moment à remonter le temps, celui des évènements du Second Empire !

Nos couronnes n'étaient pas semblables à celles de Louis Napoléon ni d'Eugénie, composées de feuillages d'or ciselés alternés de têtes d'oiseaux et d'émeraudes entre autres, ni cette réunion comparable au faste des fêtes impériales, car sans la présence de Manet ou Winterhalter pour immortaliser de leurs pinceaux nos belles toilettes sans crinolines, ou le long buffet garni de ses nombreux plats de pâtisseries à en faire craquer nos corsets, nous avions tout de même, quelques photographes à l'affût peut-être agités par l'envie de se présenter au prochain concours, émoustillés, par la remise des prix aux quatre gagnantes de la dernière exposition !

paris,epiphanie2017 a donc bien commencé par cet amical goûter, où nous avons battu le record de participants "bien stylés". Merci de l'aide spontanée apportée pour le rangement de la salle, ainsi que pour votre soin en général, car étonnamment, le balai n'a même pas eu la chance d'être sollicité !

Bien triste de terminer un tel après-midi par ce funeste détail, mais je n'oublie pas de dire combien il est agréable de "mener Salon" si populaire soit-il, quand il est apprécié ! J'oserai ajouter : alors, rendez-vous à la prochaine invitation !

Ninette

19.01.2017

Résultat du concours photos Arvem

Suite aux ateliers photos que Jacques anime depuis près de 2ans, Arletteck, Astrid, ColetteC, JacquelineS, Jeanet, LaurenceD, Marie-Andrée, MarieD, MartineL, MichelD, Nico, Yvesck ont participé au concours photos Arvem 2016.

Ces photos ont été exposées du 29 novembre au 10 décembre 2016 à la Maison des associations du 12è.

Le public et les professionnels, appelés à voter, ont primé les photos suivantes :

 1er prix du public et des professionnels LaurenceD

paris,photos

2è prix du public et des professionnels MarieD

paris,photos

3è prix du public Nico

paris,photos

3è prix des professionnels Marie-Andrée

paris,photos

Jeanet

17.01.2017

Le Réveillon

Le "Pataquès" nous accueillait
Pour passer la dernière soirée
De cette année écoulée,
Et celle qui débutait,
Entre amis, se réunir
Et ainsi se réjouir.

Après un bon dîner,
Aux petits plats cuisinés,
Aisément pouvoir danser
Sur des rythmes variés,
Une piste sans cesse occupée
D'amateurs enjoués,
Et sans interruption, jusqu'au moment
Fatidique, annonçant le changement.

Aux dernières minutes comptées
En chœur, à minuit sonné
Toutes les bises distribuées
Des vœux à gogo donnés,
Et sans se faire prier
Le champagne à déguster.

paris,rréveillon

 

 

 

 

 

 

 

Bonne ambiance assurée
Pour cette St-Sylvestre,
Déjà des souvenirs nous restent
De ce 1er de l'An, au Pataquès !

Ninette

01.01.2017

Bienvenue à bord de l'année 2017

Des sourires, pour chasser la tristesse,
De l’audace, pour que les choses ne restent jamais en place,
De la confiance, pour faire disparaître les doutes,
Des arcs en ciel, pour colorer les idées noires,
Des gourmandises, pour croquer la vie,
Du réconfort, pour adoucir les jours difficiles,
De la générosité, pour le plaisir de partager,

paris,2017