Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ARVEM ASSOCIATION - Page 2

  • Nouvelles "Un rayon de soleil"

    Les derniers jours d’été sont là. Après tout, le vingt-deux Septembre je m’en fous, comme chantait Brassens.  Le ciné du quartier n’a pas ouvert ses portes, peu importe, ce n’est pas un temps à rester enfermé. Je vais me faire une séance ciné en plein air en m’installant à une terrasse.

    La place du marché est toujours très animée. La brasserie "Chez Jacquot" dispose de plusieurs tables sur son trottoir. Je m’installe en retrait afin d’être tranquille, voir sans être vue. Près de moi un couple, dans la quarantaine, se tournant presque le dos, ne se parlent pas, l’ambiance semble plutôt froide, tendue. Peut-être que leurs mots sont asphyxiés dans les volutes qu’ils dispersent autour d’eux. Apparemment ils sont là depuis pas mal de temps, six verres vides sont posés devant eux.

    Soudain le ton monte entre eux, très énervés ils se lèvent brusquement, partent chacun de leur côté, en omettant de payer. Le serveur les rappelle, presse le pas, son plateau à la main. Comme par hasard, la cliente en fuite a oublié son sac déposé au sol. Le serveur s’emmêle un pied  dans l’anse du sac, et patatras, il s’étale de tout son long, face à terre. Les bris de verre lui blessent le visage, la bière renversée mousse sur le trottoir, des éclaboussures atteignent mon pantalon blanc.

    Le S A M U arrive rapidement sur les lieux afin de procéder aux premiers soins nécessaires au serveur, avant de le transporter à l’hôpital Bégin. Suite à cet incident les clients sont un peu excités, chacun échange sur l’évènement, certains quittent leur table craignant peut-être que les provocateurs reviennent, même le cocker d’une dame bon chic bon genre se manifeste à sa manière.

     Le gérant du bar vient me voir, bien embarrassé de la situation. Visiblement, il va me demander quelque chose. "Je suis désolée Madame de cet incident, je n’y suis pour rien, le temps n’est pourtant pas à l’orage. Comme vous étiez près de ces clients, vous avez été témoin de la scène. Je vous sollicite  afin de remplir le constat d’accident". 

    Me voilà bien, j’aurais plutôt dû aller au bois. Bon, puisqu’il le faut, je le suis dans la salle, nous nous installons à la table du fond dans la pénombre. Je réponds aux questions qu’il note en souriant tout en ne me quittant pas d’un regard insistant.

    Pourquoi sourit-il donc, il devrait plutôt être contrarié, que me concocte-t-il ? Je vais sitôt avoir la surprise. "Madame, il me semble vous connaitre. (Le coup classique). Étiez-vous par hasard au lycée Picasso ? » Mon sang n’a fait qu’un tour, mais c’est bien Jacques, soudain je reconnus le timbre de sa voix grave, son tic en se raclant la gorge, sa chevelure aussi épaisse avait blanchi ce qui lui donnait encore plus de charme, son regard attentionné derrière ses lunettes avait pris quelques rides, oui, c’était bien lui, comment ai-je pu l’oublier.

    Après cet incident de l’après-midi, la soirée s’annonce chaleureuse. J’attends patiemment la fermeture du bar. Je ne vais pas le perturber, pour ma part, je le suis vraiment. J’ai sans cesse les yeux fixés sur ma montre, que le temps me parait long ! Enfin, après avoir baissé le rideau du bar, nous nous  retrouvons comme avant, seuls, sans témoins, sans constat.

    Comme quoi, tout est bien, qui finit bien. C’est mieux qu’une séance de cinéma. Même après le vingt- deux Septembre, c’est toujours l’été. Ce soir nous avons dix-huit ans.

    Annick D

  • Lire "le traître et le néant"

    Auteurs : Gérard Davet, Fabrice Lhomme

    paris,livreAprès "Sarko m'a tuer" et "Un président ne devrait pas dire çà" nos 2 reporters du Monde s'intéressent à notre actuel Président de la République.

    Le traître c'est bien entendu Emmanuel Macron avec, il faut le dire, une grande complaisance de François Hollande et le néant c'est la macronie.

    Nos 2 compères font défiler devant le lecteur des personnages connus (Baroin, Bern, Bayrou, Schiappa...) d'autres moins célèbres, celui-ci peut ainsi mieux appréhender ce quinquennat qui a bouleversé le paysage politique français.

    Jean-Paul

  • Lire "Président cambrioleur " de Corinne Lhaïk

    "Les Français ne savent pas qui je suis" se plaint parfois Emmanuel Macron.

    Ce livre tente de répondre à cette interrogation. Il approche le plus près possible de la réalité d'un homme qui verrouille son intimité et s'est construit sur la transgression personnelle familiale et politique.

    Ce président cambrioleur, avant comme après la lecture de ce livre, on l'admire plus qu'on ne l'aime, on le hait plus qu'on le déteste.

    Au lecteur de se faire son opinion.

    Jean-Paul

     

  • Film "La Fracture" de Catherine Corsini

    Unité de lieu et de temps : nuit dans un service des urgences par temps de manifestations de "gilets jaunes".

    Un couple en phase de rupture, un manifestant blessé, la police aux portes de l’hôpital, mais aussi des manifestants voulant s’y réfugier pour échapper aux gaz lacrymogènes, les soignants débordés…

    C’est un constat d’états d’urgences au pluriel ; fractures de la société, état de sièges au pluriel… ça tombe, ça gueule, ça frappe… mais dans cette ambiance électrique, il y a des scènes drôles mais aussi des gestes vrais et doux.

    J’ai beaucoup aimé…

    Colette C

    Catherine_Corsini

  • Programme novembre 2021

    Lundi 8, 15 & 22 novembre à 18h30

    • tarot, scrabble, bridge

    Samedi 6 novembre à 10h30

    • tarot et scrabble

    Samedi 6 novembre à 14h30

    • Discussion de Jean-Paul : La Commune

    Dimanche 14 novembre à 11h

    • Balade photos

    Lundi 15 novembre à 18h

    • Atelier d'écriture

    Samedi 27 novembre à 9h40

    • Visite guidée de l'exposition "Charles Baudelaire, la modernité mélancolique" à la BNF François-Mitterrand
  • Film "Debout les femmes"

    Elles œuvrent au quotidien pour notre bien-être, notre sérénité, notre confort dont nous n’avons pas conscience. Elles se cachent de crainte d’intrusion en nos vies privées.

    Ces ombres (90 % de femmes) travaillent au domicile de personnes âgées ou en Ehpad, dans les écoles auprès d'enfants quelquefois  handicapés,  à l'hôpital, dans les bureaux, du Parlement notamment.

    Elles époussètent, frottent, soignent nos enfants et nos vieux ; se lèvent à 4h du matin pour se rendre chez leurs multiples employeurs, faire le ménage avant l’arrivée des salariés ; elles portent des charges lourdes, leurs gestes sont répétitifs, leurs trajets sont innombrables et insensés, elles rentrent enfin chez elles vers 20 H, éreintées, s’occuper de leurs enfants et tâches domestiques. 

    Pour un revenu inférieur au SMIC et souvent très largement inférieur (700 €).

    Malgré tout, elles sont réellement passionnées par leurs métiers "d’aidantes" car elles aiment "rendre service aux autres".

    Tout en ruinant leurs santés, elles nettoient les maux naturels de la vie qu’on ne veut pas voir.

    Cependant, ces ombres humaines n’ont pas la reconnaissance de la Société. Certes, Elle les a applaudies lors des confinements puis les feux de la rampe se sont éteints…

    …. DEBOUT LES FEMMES, documentaire réalisé par Michel Ruffin et Bruno Bonnell qui ont enquêté auprès d’elles, défendent leur cause, non sans des embûches "incompréhensibles" à mon sens.

    Je lance un grand BRAVO à ces deux parlementaires, de confessions politiques radicalement opposées, mais réunis grâce à cette cause qui verra peut-être un jour ces âmes sortir de l’ombre.

    Ami(e)s Avermois(e)s, je vous conseille ce documentaire poignant, pris sur le vif, traité de façon à la fois drôle et grave. 

    MartineC