Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

film

  • Film "Daaaaali !"

    De Quentin Dupieux (réalisateur du long métrage "Yannick") avec Anaïs Demoustier, Gilles Lellouche, Edouard Baer, Jonanathan Cohen, Didier Flamand, Pio Marmaï (rôle Salvator Dali)

    Une journaliste française rencontre Salvador Dali à plusieurs reprises pour un projet de documentaire.

    "Daaaaali" n’est par un biopic sur le peintre. Mais une mise en mouvement de la figure publique de Dali-la Diva, le vaniteux, le sulfureux Dali sur fond de décors volés aux tableaux de l’artiste… telle la traversée d’un couloir d’hôtel rendu interminable qui laisse l’homme marchant au bout du couloir à chaque fois que la caméra y revient ; gags surréalistes : il veut être filmé par "la plus grosse caméra du monde" ; téléphone débranché apporté sur un plateau d’argent ; "il pleut des chiens"; champs contre champs délirants.

    L’astuce de Quentin Dupieux est de faire jouer 5 acteurs dans le rôle de Dali : cela permet de montrer les différentes facettes de Dali, ce qui fonctionne à merveille (Bunuel avait utilisé ce procédé dans "Cet obscure objet du désir"). 

    La présence de la journaliste (A. Demoustier) est prétexte à faire parler Dali, et notamment son mépris envers le monde cinématographique.

    Une comédie absurde, un film malicieux. Une fresque à la…. DAAAAALI….

    MartineC

  • Film "La zone d'intérêt"

    De Jonathan Glazer avec Christian Friedel, Sandra Hüller, Johan Karthaus

    Adaptation du roman de Martin Ami (*)

    Le quotidien serein d’une famille nazie, voisine du camp d’Auschwitz.

    Le générique annonce l’horreur : un titre en lettres blanches sur fond noir ; LA ZONE D’INTÉRÊT se dilue petit à petit pour laisser place à un écran noir durant quelques minutes. Brusquement, une musique macabre comme venue du fonds des ténèbres ; puis viennent des chants d’oiseaux sur un cadre idyllique présentant une famille typiquement aryenne pic-niquant tranquillement en bord de rivière. 

    En milieu de film l’écran devient entièrement rouge quelques minutes encore, comme pour laisser le temps de prise de conscience au spectateur.

    Lire la suite

  • Film "La vie de ma mère"

    De Julien Carpentier avec Agnès Jaoui, William Lebdghil, Salif Cissé

    Pierre, 33 ans, fleuriste, voit sa vie basculer lorsque sa mère, Judith, fantasque et excessive, débarque dans sa vie après deux ans sans se voir. Pierre veut reprendre le cours normal de sa vie, mais rien ne se passe comme prévu. Leurs retrouvailles vont transformer Pierre et Judith à jamais.

    Des instants de vie entre station-service, bistrot, hôtel, karaoké et dune du Pilat qui ouvrent sur une nouvelle relation remplie d’amour entre la mère et son fils.

    L’écriture des dialogues, la qualité d’interprétation d’Agnès Jaoui et William Lebdghil génèrent beaucoup, beaucoup, beaucoup d’émotions sur une relation mère-fils ô combien difficile puisque la mère, bipoloraire, est internée…

    Ce film entre rires et larmes, premier long métrage de Julien Carpentier, metteur en scène très prometteur, mérite d’être vu.

    MartineC 

  • Film "Madame de Sévigné"

    De Isabelle Brocard avec Karin Viard, Ana Girardot, Cédric Kahn

    Milieu 17e siècle : la marquise de Sévigné veut faire de sa fille une femme brillante et indépendante, à son image. Mais plus elle tente une emprise sur le destin de la jeune femme, plus celle-ci se rebelle. Mère et fille expérimentent alors les tourments d’une relation fusionnelle et dévastatrice.  De ce ravage va naître une œuvre majeure de la littérature française.

    La mise en scène est classique : paysages campagnards, châteaux, costumes, perruques, bruits et sabots insistants, grattements de la plume sur le papier, crépitement du feu de cheminée et dialogues littéraires à souhait.

    Madame de Sévigné est montrée ici comme une héroïne de son temps, mais le scénario est dénoué de toute forme de jugement ou de lecture morale contemporaine.

    La mère prédatrice est sujet  maintes fois traité au cinéma.

    Or, à travers sa correspondance à sa fille, Mme de Sévigné a fait une chronique de la cour et des salons parisiens qui a traversé les siècles. J’attendais de ce film qu’il m’en apprenne davantage sur l’œuvre de Mme de Sévigné, plutôt que me montrer une mère prédatrice, une fille rebelle sur fond de beaux paysages et décors. 

    En cela, j’ai trouvé le film plat.

    MartineC

  • Film "Pauvres créatures"

    De Yorgos Lanthimos (Grec) avec Emma Stone, Mark Ruffalo, Willem Dafoe
    Lion d’Or de la Mostra de Venise, 2 Golden Globes

    Dans l'Angleterre victorienne, un savant fou surnommé God –Dieu en Anglais- (Willem Dafoe) ressuscite une jeune femme, Bella (Emma Stone), qui vient de se jeter d'un pont en transplantant dans son crâne le cerveau du bébé dont elle était enceinte.

    Bella fait l'apprentissage de la vie à travers un voyage initiatique autour du monde.

    Le cerveau d'une enfant dans le corps d'une jeune femme qui n'a aucune histoire, qui ne connaît pas les conventions sociales et ses contraintes, n'a pas de filtres est une idée géniale.

    Elle est imperméable aux préjugés de son époque et est résolue à ne rien céder sur les principes d’égalité et de libération, elle tient tête aux hommes qui veulent l'enfermer, s'émancipe de tout code. 

    Excessif dans sa mise en scène baroque, gothique, transgressive et audacieuse avec quelques pointes d’humour, le film dénonce les préjugés, idées reçues et autres principes dont nous sommes tous imprégnés, et nous démontre l’absurdité de notre civilisation.

    Emma Stone est remarquable en "poupée gore".

    Un long métrage féministe, libérateur, très intelligent, qui nous pousse à la réflexion. 

    MartineC

  • Parlons film ?

    Début de la séance 18h15 (petite salle du 1er).

    Nous étions 6 personnes : Nicole, Annick, Élisabeth, Jacqueline, Patricia et moi.

    J'ai présenté le film "Sous le vent des marquises" (réalisateur, producteur, acteurs, tournage, synopsis). Chacune a pris la parole à tour de rôle (sur les 5 adhérentes, 1 n'avait pas vu le film). Les avis étaient tous négatifs : déception car nous pensions assister à la vie de Jacques Brel, ce qui n'est pas le cas. Même pas une chanson de J. Brel ! Nous en sommes venues à parler des derniers films que nous avions vus. J'étais satisfaite car nos échanges ont tourné exclusivement autour du cinéma, et chaque personne a respecté la parole de l'autre (une règle que j'avais posée au 1er "Parlons film").

    La séance à pris fin vers 19h35.

    MartineC

  • Film "Le Molière imaginaire"

    Ce film vous transportera en 1673 le 17 février sur la scène du Palais Royal pour la 4eme représentation ( et dernière) du Malade imaginaire.

    Molière décèdera en effet après avoir joué la dernière scène.

    C'est un film curieux et parfois déroutant qui réussit cependant à nous rendre l'atmosphère de ce XVIIeme siècle où l’Église et le pouvoir royal jouent encore un rôle primordial.

     Jean-Paul

  • Film "Iris et les hommes"

    De Caroline Vignal avec laure Calamy, Vincent Elbaz, Suzanne de Baecque

    Un mari formidable, deux filles parfaites, un cabinet dentaire florissant : tout va bien pour Iris. Mais depuis quand n’a-t-elle pas fait l’amour ? Peut-être est-il temps de prendre un amant. S'inscrivant sur une banale appli de rencontre, Iris ouvre la boite de Pandore. Les hommes vont tomber… Comme s’il en pleuvait !

     Une bonne comédie de mœurs sans cynisme ni cruauté, cette peinture de mœurs féministe est drôle et touchante à la fois, grâce pour beaucoup au talent de Laure Calamy, une boule d’énergie bien sympathique.

    Cette comédie prend à rebours le schéma classique de l’homme volage pour le transposer sur une femme jeune blasée, insatisfaite et qui décide de reprendre sa vie affective et sexuelle en main.

    Beaucoup d’humour, des dialogues très bien écrits, des situations cocasses.

    MartineC

     

  • Film "May december"

    De Todd Haynes avec Natalie Portman, Julianne Moore, Charles Melton

    Ce film relate l’histoire d’un couple qui a enflammé la presse à scandale et passionné les États-Unis dans les années 1990.

    "May-December" c’est la différence d’âge entre Joe (Charles Melton) -12 ans au moment de la rencontre - et Grace (Julianne Moore) -  36 ans. Une actrice hollywoodienne, Élisabeth (Nathalie Portman) passe quelque temps auprès de cette famille pour se préparer à jouer Grace et s’imprégner de la psychologie de cette femme.

    La blonde et la brune vont peu à peu se ressembler en un jeu de miroirs troublant, des plans à deux et des scènes devant lequel elles se maquillent. Les très gros plans de leurs visages respectifs sont tout aussi troublants.

    Ce mélodrame étouffé, faussement léger, a un charme vénéneux. Todd Haynes instille au goutte à goutte un malaise à travers des scènes banales de la vie quotidienne et renvoie le spectateur vers son penchant malsain de voyeurisme ; il comprend que l’horreur est au-delà de la surface lisse. 

    Présenter l’histoire de cette famille (Joe et Grace se sont mariés et sont parents de 3 enfants) à travers les yeux d’une actrice qui s’apprête à jouer le rôle de l’épouse et mère était un enjeu pour Todd Haynes et il y a, à mon sens, fort bien réussi. Là se pose la question du "jeu" : qu’est-ce que jouer ? Quand joue-t-on ? Où se trouve la frontière entre le vrai et l’irréel ?

    Les dialogues sont ciselés, invitant le spectateur à choisir entre l’une ou l’autre des protagonistes.

    Retenons aussi en point d’orgue la musique originale du film de Joseph Losey "Le Messager" de Michel Legrand (également repris par la série "Faites entrer l’accusé") utilisée après chaque paragraphe du scénario.

    Todd Haynes signe là un très bon film à plus d’un titre.

    MartineC

  • Film " Bonnard Pierre et Marie"

    De Martin Provost avec Cécile de France, Vincent Macaigne, Annouck Grinberg, Stacy Martin

    Pierre Bonnard ne serait pas le peintre que tout le monde connaît sans Marthe qui occupe presque un tiers de son œuvre…

    J’avais beaucoup apprécié le film de Martin Provost "Séraphine" avec Yolande Moreau, sur la peintre autodidacte Séraphine de Senlis. Aussi je me réjouissais d’assister à ce biopic sur le peintre nabiste Bonnard et sa muse.

    Les images sont belles, les jeux de lumière splendides, les acteurs impeccables. Un film parfait d’un point de vue académique.

    Bonnard  rencontre Marthe, toute jeune, en 1893 mais refuse de la présenter à sa famille pour des raisons de différence de classe sociale. Il l’épouse seulement en 1925.

    Marthe fut la muse de Bonnard. Avec elle, il ose le nu. Mais outre que leur relation fut longtemps tenue secrète, Marthe souffre d’asthme sévère. Pour elle, Bonnard quitte Paris pour une petite maison des bords de Seine près de Vernon, puis la province où Marthe fait des cures. Mais il s’échappe de plus en plus souvent au fil du temps.

    Le film explore l’intimité du couple plus qu’il ne décrypte les toiles du peintre : en dehors du fameux tableau des amandiers en fleurs, trop peu des œuvres aux couleurs vives et gaies que j’affectionne tant sont filmées. 

    Bonnard eut de très nombreuses liaisons. Or le film n’en évoque qu’une : celle que le peintre entretint avec une jeune artiste de vingt-sept ans sa cadette.

    "Bonnard, Pierre et Marthe" est un film paradoxalement sage : Il raconte la vie d’un peintre hédoniste. Il ne cache rien de sa liaison tumultueuse et créatrice avec sa muse, mais son déroulé est lent, la fin mélodramatique arrive enfin après deux longues heures d’ennui.

    J’ai vu là un biopic convenu, creux, sans intérêt. Juste joli. 

    MartineC