Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07.03.2015

Discussion "L'Affaire du Capitaine Dreyfus"

paris,dreyfusAffaire compliquée, un sac de nœuds quand on y mêle le mensonge, la jalousie, l'ambition, l'antisémitisme, dans une période où l'atmosphère est bouillonnante sur le plan politique.

En gros, parce qu'un homme est juif alsacien tout simplement, il est suspecté, soupçonné d'espionnage.

C'est à partir d'un message écrit "le bordereau" mettant en cause l'Allemagne... contre une France craintive (vieux souvenir de la guerre de 1870)... que démarre cette affaire d'État.

Alfred Dreyfus jeune et son père avaient quitté l'Alsace allemande, laissant la famille, pour se réfugier en France. Plus tard, menant une vie aisée grâce à un héritage, parlant allemand, cet homme officier stagiaire, ne pouvait être qu'un traître...

Ayant un nombre important d'opposants civils et militaires, il fut arrêté, sous prétexte de comparer à l'aide d'une dictée, son écriture à celle du bordereau. Après divers contrôles, son comportement étudié à la loupe pour le faire avouer et chuter, bien qu'innocent, un véritable complot fut monté pour le condamner en 1894. Les nationalistes, la presse antisémite, religieuse, les militaires, étaient soulagés d'avoir trouvé un coupable.

Il fut dégradé publiquement devant l'École Militaire, mais la force de son esprit propre lui permit de dire "Soldats on dégrade un innocent, Soldats on dégrade l'honneur d'un innocent, Vive la France, Vive l'Armée".

Envoyé dans les prisons, de l'Ile de Ré, la Guyane pour l'Ile du Diable, durant 4 années jusqu'à être mis aux fers à la suite de l'intervention de son frère.(qui fit courir le bruit de son évasion). En effet Mathieu aidé d'écrivains, journalistes "des Dreyfusards" vont essayer d'établir la vérité. Lire la suite ICI.

Ce sujet devait vous intéresser, à en juger par votre nombreuse présence... À moins que ce ne soit pour l'activité suivante… La Fête de La Chandeleur.

Eh ! Oui ! Également nombreuses, aussi, se trouvaient "les gâteries" déposées sur la longue table, qui attendaient sagement d'être dégustées.

Bravo aux cuisinières pour avoir répondu à l'appel désespéré ! Le "Fait Maison" a été glorieux ! Tellement épaté, que le cidre en a explosé !

Ninette