Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chandeleur

  • Notre chandeleur

    La Bonne Franquette fin janvier
    La Chandeleur début février
    Juste huit jours pour s’y mettre
    Car, oui, en vérité on s’apprête
    À faire, d’une main experte
    Une quantité de fameuses crêpes !
    Mais cette année
    Nous attend
    Une bonne idée
    Cette fête était agrémentée
    D’un sympathique karaoké
    Tous ceux qui souhaitaient
    S’époumoner, le pouvaient.
    En solitaire, ou regroupés
    Même les plus enrhumés
    Ont eu le courage de s’y atteler.
    Sans critiques, je peux l’assurer
    Un bon public pour les encourager
    On en aurait bien redemandé !
    Une bonne idée
    vraiment
    À renouveler

    paris,chandeleur

    Un buffet bien garni attendait.
    Crêpes "maison", confiseries, beignets
    Ont été fortement appréciés
    Et dégustés à volonté !
    Après l’effort, fallait être réconforté !
    Chacun ayant bien participé
    Cuisinières, chanteuses, chanteurs,
    Par leurs applaudissements les spectateurs
    Sans oublier les charmantes disc-jockeys
    Prêtes à aider ceux qui peinaient !
    Un bon après-midi très agréable
    Par son ambiance, et sa belle table !
    Quelle bonne idée
    maintenant
    Quand recommencer ?

    paris,chandeleur

    Ninette

  • La chandeleur

    paris,chandeleur

     

    Gargantua n’aurait-il fait qu’une bouchée
    De toutes ces crêpes en quantité
    Que nous avions amoureusement préparées,
    Dans le but de bien régaler
    Les gourmands qui s’étaient déplacés ?
    C’est qu’il fallait se réconforter
    Après avoir assidument écouté
    La vie, les écrits de cet illuminé
    Qu’était Rabelais aux coquines pensées !
    Des textes fleuris parfois osés,
    Dans un imaginaire indompté
    Offrant des images débridées
    Qui dévoilées, nous ont fait rigoler.
    Malgré du vieux français, les difficultés
    Bien traduit par notre conférencier
    Gargantua, Pantagruel nous ont invités
    Dans leurs fabuleuses destinées.
    Si les moutons de Panurge ont sauté
    Dans la mer pour se sauver,
    Nous, nous avons été entrainés
    Autour du buffet, à passer
    Encore bien plus décontractés,
    Pour allègrement aller tartiner
    Crêpes empilées, fouace à goûter,
    Quelques bouteilles à vider.
    Tout cela, sans se faire prier !
    Encore un bon moment écoulé
    Après l’instruction développée,
    La dégustation, fameuse idée
    Vive la chandeleur de février !

    Ninette

  • Karaoke de la chandeleur

    En ce dimanche particulier
    Nous avons participé,
    Comme promis, à un karaoké
    Puisque celui de l'an passé, fut apprécié.

    Nombreux nous étions
    Pour ce moment en chansons,
    Où les amateurs ont donné de la voix
    Sur des refrains d'autrefois.

    Pour d'autres l'envie de bouger
    "Devant le buffet" évidemment danser"!
    Cette diversion communicative
    Entraîna donc les copains,
    Toujours dans cette activité festive,
    Capables, de montrer leur entrain.

    Assurément c'est donc ainsi
    Ayant perdu quelques calories,
    Que nous avons eu accès
    Sans scrupule au buffet !

    paris,chandeleur

     

     

     

     

     

    Deux jours avant Mardi-Gras
    Certes, mais nous, les crêpes
    Avec cœur les avons faites,
    Puis dégustées à en voir le fond des plats!

    paris,chandeleur

     

     

     

     

     

     

     

    Bravo aux dévouées crêpières,
    Mais sans en avoir l'air,
    Gaufres et beignets joufflus
    N'ont pas résisté non plus !

    Le tout bien arrosé
    De divers jus de la nature,
    À faire glisser pâtisseries et confitures
    Et pas question de se faire prier.

    C'est un plaisir de constater
    Que cette tradition de la Chandeleur,
    Avec toutes ses douceurs,
    Peut encore de nos jours apporter
    Quelques bons instants à partager !

    (Et même celui de ranger....
    Encore merci pour votre solidarité)

    Ninette

     

  • La chandeleur

    En ce dimanche de fin février, le ciel s'annonçait morose autant que le climat ambiant. Je me rendais à "La Chandeleur" organisée par l'Arvem.

    Je passais la Durance quand je fus tout à coup mise en joie par de joyeuses clameurs, une table en fête, une musique en sourdine.

    Nous avons ri, nous avons chanté, nous avons dansé, nous nous sommes régalés des délicieuses crêpes et beignets concoctés par nos Avermois (ses), nous avons dégusté de bons cidres et crémants offerts en abondance.

    paris,chandeleurparis,chandeleur

    Le temps d'une chanson, Titine s'est rêvée en Dalida,Yves en Gainsbourg.... et nous avons découvert les talents de notre conteur Jean-Paul, nous avons admiré notre troubadour, Jean-Yves, plus en verve qu'à l'habitude. Et d'autres.... bravant leur timidité, tantôt émouvants tantôt très drôles !

     

     

    Le soleil, il était là, en ce dimanche de fin février, chez nous, les Avermois.

    Martine C

  • Le goûter festif de la chandeleur

    Les poisons ne nous ont même pas effrayés !

    parisparisparis

     

     

     

     

     

     

     

    Pour ne pas rester sur "un goût douteux" la tentation étant la plus forte, c'est dans un élan spontané que les saveurs offertes à nous, ont trouvé leurs destinataires !

    paris

    Crêpes, beignets, bugnes, maison ou non ont eu leur succès comme d'habitude. Merci à vous d'avoir fait honneur à notre table. Merci à celles et ceux qui, à la force du poignet, ont su charmer nos papilles !

    Ninette

  • Fêtons la chandeleur

    Pour rester dans la note religieuse du début de séance, nous avons fêté la chandeleur (qui célèbre la purification de la Vierge Marie).

    Pour vraiment suivre la tradition, nous manquaient les chandelles ! Mais Apollon veillait, le ciel nous offrait sa clarté suffisante pour nous approcher du buffet disons "béni des Dieux" !

    paris,chandeleurAprès avoir apprécié des yeux la longue table extrêmement garnie, au régime ou pas, ce fut le tour des palais aguichés, appliqués à faire toute la différence entre les nombreuses pâtisseries goûteuses, et si variées.

    Restait à tartiner sans contraintes. Remarquons, aucune plainte de douleurs subites des poignets et coudes n'a été formulée ! Tout le monde avait la forme !

    Comme souvent les conversations prirent le relais entre deux bouchées. Cherchiez-vous le secret de l'abbé ? J'en doute ! Simplement le plaisir de vous retrouver.

    J'ajouterai, vous ne serez jamais assez appréciés pour votre participation. La plus belle récompense n'est-elle pas celle faite aux plats, qui 1 heure plus tard dévoilent leur décor ?

    Là ! Sûr "labeur" a rimé avec bonheur !

    Ninette