Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31.12.2015

Bon réveillon et ....

Voici votre leçon de morale pour 2016

Soyez heureux et riez...
Par tous les moyens que vous pouvez
Dans tous les endroits que vous pouvez
Avec toutes les personnes que vous pouvez
À chaque fois que vous le pouvez
Bonne année

 

paris

 

 

24.12.2015

Noël !

À toutes et à tous nous souhaitons un très beau réveillon, une belle nuit de Noël et un joyeux Noël !!!

paris,noël

15.12.2015

Le beaujolais

Comme chaque année nous l'avons fêté
Pas dans le quartier, mais à proximité,
C'était au restaurant "Le Cantal"
Nullement pour être original.

Il offrait une salle assez grande
Pour recevoir toute la bande
De bien heureux Arvemois,
Pour le Beaujolais, pris d'émoi !

L’accueil et le service chaleureux
Sans le vertige d'une folle addition
Car nous sommes sans addiction
De ce nectar, cette année plus goûteux.

paris

Le plaisir d'une soirée en musique
S'il vous plait, avec notre disc-jockey
Cependant un seul hic
Pouvoir se trémousser ? Si, OK !

Pas besoin de se faire prier,
L'espace est vite occupé
À savoir que rien n'arrête
Les Arvemois en fête.

paris

Une charmante petite soirée
Tous prêts à recommencer ?
Évidemment si l'année prochaine,
Arvem nous y entraîne.

Ninette

30.06.2015

18eme vide-greniers

18eme Vide-greniers

Rien de spécial à signaler
Mais sur une activité
La coutume étant d'écrire,
Un résumé un avis, un doux délire
Encore une fois essayons
De "titiller" l'inspiration.

Nous voici donc enrôlés
Pour l'aventure d'une journée
Particulière, que va-t-elle réserver
Alors que nous sommes rodés ?
Cette année elle s'annonce bien,
Méfiance en ce mois de juin,
Pas de ciel en pleurs,
Pas de panne d'ascenseur,
Pas de difficulté de préparation
La forme, pour être à la disposition
Des visiteurs à recevoir
Nombreux, notre ultime espoir.

Malgré une nuit extra-courte
Excitation, cogitations sans doute
Dues à l'horaire très matinal
Car, ce ne serait pas banal
Que le réveil oublie
De déclencher sa sonnerie.
Finalement largement devancée
Le bouton est rapidement écrasé.
À peine le jour levé
Le stand vite à installer,
Avec une seule idée en tête
À huit heures être fin prête.

Chacun a pris sa place tables chargées,
La journée dans le calme s'est déroulée.
Comme toujours ravie de retrouver
Des connaissances, des habitués.
Les ventes se font sans précipitation
Avec discussions, persuasions.
Si le propre d'un acheteur est d'employer
En force, l'art de marchander,
La qualité suprême du vendeur
Est de montrer sa bonne humeur !
Il doit la conserver toute la journée
Sachant qu'elle va se terminer
Avec en prime, son lot de douleurs
Des épaules jusqu'aux pieds, quel malheur !

Si de devoir tant piétiner
L'on pouvait enfin marcher
Sur les mains, qu'elle délivrance !
Car, le lendemain, pas de chance
C'est très endoloris qu'au réveil
Se retrouvent encore nos orteils !
Courbaturée, tout le dimanche
Pourtant il faut retrousser les manches
Avec courage, le moment venu
Remiser le stock d'invendus.
Il est curieux, d'ailleurs de constater
Combien cette action devient corvée !

Puis comme par enchantement
Tout s'oubliera avec le temps,
Sachant que finalement
On recommencera avec emballement.
Mais qu'est-ce qui nous pousse ainsi ?
Le contact ? Le débarras ? Les sous aussi ?
Dix huit fois ! C'est une drogue ? Un vice ?
En tous les cas, pas un supplice !
Au final tout le monde est content
Promeneurs, chineurs, participants.
Cette animation est appréciée
Car même sans publicité
Elle attire les badauds d'autres quartiers
À venir simplement nous saluer.

  Cela se nomme un plaisir
  Qui enjolive les souvenirs
      Alors, dites-moi
  On se revoit la prochaine fois ?

Ninette

01.05.2015

1er mai

Joyeux 1er mai.gif

 

 

Te voilà joli mois de Mai
Avec ton beau muguet
Un petit bouquet
Quelques brins de douceur
Quelques brins de bonheur
En ce jour du 1er mai

04.04.2015

Théâtre "Raisons de famille"

Dernière pièce proposée par la Compagnie Aurore.

Un fils et son père, assis l'un près de l'autre n'ont rien à se dire, ou plutôt n'échangent rien à part des banalités. Il faut bien combler les silences.

Ce fils devenu écrivain est fier de sa notoriété. Pourtant, rien ne laissait présager ce succès.

En retrait, son frère. Effacé, silencieux, lui se souvient de sa réussite scolaire. Devenu fonctionnaire, rien de très original pense t-il au regard de sa famille et de lui-même, il se sent en échec.

En arrière plan, la mère vaque à ses occupations tout en suivant ce qui se dit. Les rancœurs de l'enfance, la préférence portée plus à l'un, pourquoi donc ?. Ses interventions sont parfois maladroites en tentant d'expliquer les raisons.

Et le père dans tout ça est là, passif, dans cette ambiance familiale chargée de reproches ou de culpabilité, en attendant que ça passe.

Dans cette pièce, certains spectateurs ont peut-être retrouvé des situations vécues ou rencontrées, ou alors ont été étonnés que ça puisse être ainsi.

Annick D

Théâtre "Raisons de Famille"

Pièce de Gérald Aubert, mise en scène de Sébastien Bernard par la compagnie RATP Aurore au Théâtre Auguste Sobel, 9 rue Philidor (75020 Paris).

Nous avions déjà vanté les mérites de ce lieu culturel tenu par la RATP. Le répertoire y est inégal mais cette pièce est une réussite par son rythme, son sujet libertaire, la qualité de son texte et de son interprétation.

C'est une attaque de plein fouet de l'ordre familial - plutôt de ses désordres -,et en même temps de l'ordre social qu'il génère... les amours du fils prodigue, homosexuelles, n'étant pas forcément nécessaires à l'efficacité de la démonstration.

Citons quelques trouvailles : "les choses de loin vont toujours de soi, c'est quand on les goûte que çà se gâte" et "(en famille) on devrait se dire qu'on n'a rien à se dire ; c'est alors que le dialogue pourrait commencer... "

Aussi la géniale métaphore comptable que cette mère subversive adresse à son fils... "débiteur" de ce quelle à subi pendant ses neuf mois de grossesse…

Notons aussi au début le portrait à charge de "l'écrivain" infatué de lui-même, comme le sont bien des créateurs… : "je mange comme un écrivain, je bois comme un écrivain, je dors comme un écrivain ... ".

De la hardiesse, de l'entrain, de la finesse d'analyse et de jeu, aucune retombée. Cette représentation abolit magnifiquement les frontières... souvent contestables entre théâtre "amateur" et "professionnel".

Comme le rappelait l'un de mes poèmes "dans amateur il y a aimer". Aimer pour faire aimer un texte, et à travers la façon de le servir, l'art et la vie.

Marie-Claire Calmus

18.02.2015

La bonne franquette

Ah ! La "BONNE FRANQUETTE" quel régal !

Vous savez de quoi je parle ? De ce dimanche, comme de coutume, où nous nous sommes réunis et surtout....
   - des petits plats préparés par des cordons bleus, salades, cakes, accras, pizza...
   - des cuissons à point des rôtis
   - des desserts variés, tartes, gâteaux aux fruits, au chocolat, douceurs fruitières que des pâtissières hors concours ont bichonnés méritant le 1er prix !
   - sur des plats, pour une présentation alléchante, même des messieurs s'appliquèrent dans un alignement parfait des tranches et rondelles de charcuterie..
   - chacun a participé à la garniture de la cave ou de ce long buffet, devant lequel nous avons dansé (dans le bon sens du terme) après une prestation d'animation sans prétention, pour digérer dans la bonne humeur.

Merci à tous, aux artistes, aux cobayes volontaires, en espérant que cette journée vous aura laissé quelques bons souvenirs.

Un seul regret, l'absence de ceux qui avaient souhaité se joindre à nous, suivant leur habitude, mais se trouvèrent empêchés par des obligations ou des imprévus que la vie inflige.

L'année prochaine nous aurons à nouveau le plaisir de nous rassembler, c'est sûr !

Comme tout se mérite, il faudra alors, trier vos recettes, chauffer vos cordes vocales, assouplir vos genoux, oublier vos soucis, et vous charger de vos sourires... Vous avez 1 an de rodage !

Ninette

12.02.2015

Spectacle "Splendeur et misère de la vie parisienne"

paris,spectacle chansonsIl y avait de la joie ce mardi soir 10 février au théâtre 12, où nous sommes allés applaudir puis ovationner le groupe "Chansons en Barre" dans leur spectacle "Splendeur et misère de la vie parisienne" à la gloire de notre magnifique capitale, dans la salle du théâtre 12.

Ce groupe "cabaret – théâtre et chant" quatre garçons et trois filles jolies, mutines , coquines et talentueuses, nous ont régalé pendant 1h30 avec un spectacle de personnages truculents, distingués et émouvants, qui nous a plongés, le temps d’une soirée, dans l’ambiance du Vieux Paris. Le Paris, de la nuit, de la beauté, des artistes bohèmes, mais aussi de la rue, de la solitude, des révolutionnaires…

Ainsi, des variations très réussies sur la fameuse apostrophe de Gavroche : « je suis tombé par terre, c’est la faute à Voltaire, le nez dans le ruisseau, c’est la faute à Rousseau… » Mais aussi une récitation à quatre voix très originale (mais non sacrilège) du »Notre Père » tissée de noms de stations de métro.

Nous avons redécouvert des chansons du Vieux Paris avec Piaf, Aznavour (le spectacle débute avec la célèbre chanson : "je m’ voyais déjà en haut de l’affiche" magnifiquement interprétée) et se termine avec la chanson octogénaire de Charles Trenet, laquelle n’a pas pris une ride, "Y ‘ a d'la joie !" Applaudie par tous les spectateurs debout et claquant des mains.

Merci Jeannette de nous avoir fait connaître ce groupe que nous reverrons avec plaisir puisqu’il est à nouveau programmé au théâtre 12.

Jacques et Nicole