Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Méli-mélo - Page 7

  • Théâtre "Le passeport"

    Le programme prévu par Arvem annonçait "Le clan des vamps" en première partie. En remplacement de ces 40mn de rires prévus ce fut un chanteur qui se présenta. Quelques vieilles chansons, dont Renaud plus jeune, nous incitèrent agréablement à la nostalgie avant d'écouter, attentifs, quelques textes particulièrement émouvants de ce grand fantaisiste qui enchanta notre jeunesse, voire notre enfance, j'ai nommé Robert Lamoureux.

    parisIl ne nous restait plus qu'à entrer avec "Le passeport" dans le monde absurde généré par la bureaucratie stalinienne. Le jeu des 2 comédiens sonne juste, dans une mise en scène sobre et efficace.

    En résumé une bonne après-midi.

    Jean-Paul

  • Résultat du concours photos Arvem

    Suite aux ateliers photos que Jacques anime depuis près de 2ans, Arletteck, Astrid, ColetteC, JacquelineS, Jeanet, LaurenceD, Marie-Andrée, MarieD, MartineL, MichelD, Nico, Yvesck ont participé au concours photos Arvem 2016.

    Ces photos ont été exposées du 29 novembre au 10 décembre 2016 à la Maison des associations du 12è.

    Le public et les professionnels, appelés à voter, ont primé les photos suivantes :

     1er prix du public et des professionnels LaurenceD

    paris,photos

    2è prix du public et des professionnels MarieD

    paris,photos

    3è prix du public Nico

    paris,photos

    3è prix des professionnels Marie-Andrée

    paris,photos

    Jeanet

  • L'Épiphanie

    Toutes les occasions sont bonnes pour se retrouver et bien commencer l'année. Ce jour en est une parmi tant d'autres. De nombreux adhérents sont venus afin de partager ce plaisir. Chacun apporte sa bonne humeur.

    L'accueil chaleureux de nos hôtesses nous réchauffe des frimas de la rue. Chacune s'affaire à installer une jolie table. Pour l'instant il y a seulement quelques assiettes garnies de mises en bouche à déguster avec les yeux, Il faut savoir attendre.

    Afin de nous faire patienter, Jean Paul veut tout nous dire ou presque, sur le second empire, sans oublier les fantaisies de Napoléon lll. Alors, tendons l'oreille. Est-ce le parfum des galettes ou les grands chantiers de Paris conduits par le baron Haussman, de nouveaux invités se joignent à nous, apportant quelques bouteilles. Soyez les bienvenus.

    Mais avant les douceurs du jour nous allons savoir qui sont les élus du concours photo. Tous les participants sont gagnants même s'ils ne sont pas nommés officiellement. Gagnants pour s'être levés tôt par tous les temps les dimanches matin afin de jouer le jeu, gagnants pour savoir observer, transmettre ses impressions par l'image avec originalité, curiosité.

    Partons donc en balade avec eux. Après s'être arrêtés au mémorial pour la paix, nous découvrons la tour Eiffel, un soir sous un ciel flamboyant, après être vue de loin depuis le pont d'Iéna, puis la voilà derrière les herbes folles, ceci après avoir montré ses dessous. Plus loin, un piéton poursuivi par son ombre, se dirige vers les réverbères du pont Alexandre lll. Ce flâneur, curieux de tout, va d'un bon pas vers le jardin du Luxembourg où il ne trouve que deux chaises vides en attente posées sur un sol couvert de feuilles aux tons chauds. Comme rien ne l'arrête, il emprunte une rue inondée en sens interdit. Peu importe, il poursuit son chemin en passant par la promenade plantée. Derrière les feuillages, quel est donc cet oiseau qui le scrute d'un mauvais œil ? Une chauve-souris, mais non, illusion, il ne fait pas déjà nuit. Il cueillerait bien quelques dahlias pour sa belle, mais il ne veut pas effrayer un superbe papillon posé là à se pavaner au soleil. Fatigué, notre promeneur est sauvé en croisant une station de vélib. Il enfourche un engin et se dirige vers le parc de Belleville. Surpris par le Street-art de ce quartier, il escalade les quelques marches. Là, il s'appuie près d'un tronc d'arbre. Au loin, un arc en ciel illumine sa journée. Il reste là jusqu'à ce que la nuit tombe. Sur les toits de Paris les cheminées dominent. Demain il partira dans la vallée du Lot, son havre de paix. Il n'est déjà plus là...

    Il n'est plus là notre promeneur, mais les invités sont dans la salle. De nouveaux adhérents font connaissance entre deux parts de galette. Les plus anciens sont heureux de se retrouver afin de discuter, échanger. En cours d'année ils se croisent sans se rencontrer.

    Le bar est ouvert et bien garni, il y a même une réserve sur la terrasse. Jeannette a du mal à suivre. Pas étonnant, il y a de la demande. Les galettes sont très bonnes. Comme il y a autant de fèves, il y a autant de reines qui, d'ailleurs, ne se manifestent pas étant donné qu'il y a peu de rois (mages).

    Ce dimanche de Janvier est une belle journée. Merci aux organisatrices (eurs).

    AnnickD

  • La galette

    paris,epiphanieLes Rois ? Ah ! Non ! En ce jour c'est plutôt l'Empereur Napoléon III que nous avons fêté, car nous avions passé préalablement un moment à remonter le temps, celui des évènements du Second Empire !

    Nos couronnes n'étaient pas semblables à celles de Louis Napoléon ni d'Eugénie, composées de feuillages d'or ciselés alternés de têtes d'oiseaux et d'émeraudes entre autres, ni cette réunion comparable au faste des fêtes impériales, car sans la présence de Manet ou Winterhalter pour immortaliser de leurs pinceaux nos belles toilettes sans crinolines, ou le long buffet garni de ses nombreux plats de pâtisseries à en faire craquer nos corsets, nous avions tout de même, quelques photographes à l'affût peut-être agités par l'envie de se présenter au prochain concours, émoustillés, par la remise des prix aux quatre gagnantes de la dernière exposition !

    paris,epiphanie2017 a donc bien commencé par cet amical goûter, où nous avons battu le record de participants "bien stylés". Merci de l'aide spontanée apportée pour le rangement de la salle, ainsi que pour votre soin en général, car étonnamment, le balai n'a même pas eu la chance d'être sollicité !

    Bien triste de terminer un tel après-midi par ce funeste détail, mais je n'oublie pas de dire combien il est agréable de "mener Salon" si populaire soit-il, quand il est apprécié ! J'oserai ajouter : alors, rendez-vous à la prochaine invitation !

    Ninette

  • Le Réveillon

    Le "Pataquès" nous accueillait
    Pour passer la dernière soirée
    De cette année écoulée,
    Et celle qui débutait,
    Entre amis, se réunir
    Et ainsi se réjouir.

    Après un bon dîner,
    Aux petits plats cuisinés,
    Aisément pouvoir danser
    Sur des rythmes variés,
    Une piste sans cesse occupée
    D'amateurs enjoués,
    Et sans interruption, jusqu'au moment
    Fatidique, annonçant le changement.

    Aux dernières minutes comptées
    En chœur, à minuit sonné
    Toutes les bises distribuées
    Des vœux à gogo donnés,
    Et sans se faire prier
    Le champagne à déguster.

    paris,rréveillon

     

     

     

     

     

     

     

    Bonne ambiance assurée
    Pour cette St-Sylvestre,
    Déjà des souvenirs nous restent
    De ce 1er de l'An, au Pataquès !

    Ninette

  • Bienvenue à bord de l'année 2017

    Des sourires, pour chasser la tristesse,
    De l’audace, pour que les choses ne restent jamais en place,
    De la confiance, pour faire disparaître les doutes,
    Des arcs en ciel, pour colorer les idées noires,
    Des gourmandises, pour croquer la vie,
    Du réconfort, pour adoucir les jours difficiles,
    De la générosité, pour le plaisir de partager,

    paris,2017

     

     

     

  • Buche de Noël

    En cette fin d'année, nous vous proposons une recette "spécial Noël" pour préparer une bûche de la paix. Cette recette est facile à réaliser. Les débutants peuvent se lancer.

    Prendre un saladier
    Y mettre une cuillère à soupe d'accueil.
    Casser dessus une demi-douzaine de bonjour, de s'il vous plait, de merci, d'au revoir...
    Mélanger le tout avec votre spatule de sourire.
    Ajouter un peu de parole et beaucoup d'écoute.
    À ce moment, introduire délicatement quelques grammes de levain d'amour.
    Laisser reposer un bon moment.
    Détendre ensuite la pâte avec un demi litre d'aide et un demi litre de soutien.
    Bien mélanger.
    Ajouter ce qu'il faut de tolérance pour rendre votre pâte homogène.
    Mettre à four chaud en surveillant avec attention.
    Si en gonflant, le contenu déborde du plat.
    Piquer avec une bonne dose de pardon.
    Quand votre pâte vous parait bien cuite
    Roulez-là sur une toile de tendresse
    Puis la remplir d'une crème de calme et de sérénité...
    Saupoudrez d'une pincée d'humour et de compassion.
    Votre bûche de Noël est maintenant prête à être partagée
    Avec tous ceux qui sont autour de vous.

  • Soirée beaujolais

    Nombreux sommes partis en goguette
    Un soir, vers la guinguette
    Pour y faire la fête,
    Même en novembre, c'est chouette,
    Sans grimper aux rideaux
    Juste, déguster le beaujolais nouveau.

    Pourquoi aller si loin
    Pour boire du vin ?

    Le dépaysement justement
    À nos yeux c'est important,
    Passer une soirée entre amis
    Dans un cadre bien choisi.

    Non pas que le soir tombé,
    La Marne puissions admirer,
    Par le froid, encore moins
    Se prélasser au jardin.

    paris

     

     

     

     

     

    Mais chacun le sait bien
    Qui dit guinguette dit musiciens.
    Alors, adieu la morosité
    On est invité à danser, chanter

     S'agiter pourquoi pas
    Cela fait passer le repas!

    C'est bon pour la santé,
    Après avoir en son nom trinqué
    Sachons du moment présent profiter
    Suivant la sagesse enseignée.

    Encore une bonne soirée
    Très agréablement passée,
    Souhaitant déjà au fond de soi
    Qu'il y ait une prochaine fois.

    Pas vrai les Arvemois ?

    Ninette

  • Bilan de notre Assemblée Générale

    Une A.G. étant en elle-même faite pour livrer le bilan comptable de tout organisme, il se doit de faire le point "en toute clarté" sur cette réunion, hors du commun, pour laquelle vous étiez conviés.

    Rappelez-vous.
    Une fois que chacun avait pris place dans cette grande salle en sous-sol, dans la pénombre, l'A.G., elle, s'est déroulée un dimanche, à 12 h de surcroit !

    Cependant, vous constaterez, sans augmentation de tarif sur les appointements ne sera imposée pour les heures sup' que les membres du bureau ont dû assurer, ceci, du fait sans doute, qu'ils étaient heureux de constater haut perchés sur l'estrade, une présence imposante de fidèles, comme jamais !

    Ils ne se sont donc pas octroyés la permission d'abuser d'aucune manière que ce soit, envers cette écoute bienveillante, recevant difficilement le son de leurs voix naturelles sans l'aide de la technicité moderne !

    Le trio du bureau a apprécié votre participation lors des vœux, des idées lancées et notées pour lesquelles il vous faudra de la patience avant de voir la mise en exécution de vos souhaits se réaliser.

    Tant pis pour les pauvres estomacs qui tiraient la sonnette d'alarme, vous avez encore pris le temps de nous faire une sacrée surprise pour laquelle je me fais la messagère afin de vous adresser nos profonds remerciements pour tant de gentillesse de votre part à tous.

    Ecureuils.jpgQue ne fut pas notre stupéfaction ! Vous nous avez procuré du bonheur et de l'émotion. Le souvenir sera ravivé, entre autre, chaque fois que je parlerai à ces fleurs pour qu'elles vivent encore longtemps.Ecureuils.jpg

    La séance étant close, vous aviez bien mérité l'apéro qui vous attendait.

    Conclusion : Finalement une A.G. ce n'est pas aussi rébarbatif qu'on veut bien le dire !

    Ninette

  • Déjà 15 ans !

    Eh ! Oui ! Déjà 15 ans ! Que le temps passe vite ma p'tite dame !

    Arvem a pris de l'âge et les adhérents ont grossi ! Je m'entends : ils sont plus nombreux et fidèles, ils l'ont prouvé en ce dimanche où nous avons " festoyé" au "El Diablito", lieu latino, nous entraînant dans un repas typique; le poulet bien doré au soleil de la Pampa et sa garniture dans sa robe, jusqu'au dessert aussi blanc que telles les neiges éternelles de la Cordillère des Andes, le tout arrosé de vins exotiques.

    Entre les plats, pour nous faire patienter et chauffer la salle, un couple de jeunes danseurs aux superbes costumes, s'est déployé tant en démonstrations de danses latino qu'en amabilité, passant de table en table, puis venant quérir des clients prenant des risques, pour participer aux numéros de cordes, sans oublier le final, dégusté au champagne, qui nous mena au carnaval de Bahia, par la splendide gracieuse danseuse dénudée mais toute en plumes, qui enchanta nos yeux éblouis.

    Il ne fallut pas longtemps pour que les fourmis dans les jambes soient chassées, la piste (ou la Belle) très attirante, a vu s'agiter dans des rythmes variés, bon nombre d'entre-nous.

    Pour quitter cet endroit sympathique, nous n'avons pas attendu le coucher du soleil au-dessus de Buenos Aires. Il faisait encore assez jour pour regagner notre hacienda, après cette journée d'anniversaire dont nous garderons, je crois, un bon souvenir.

    Ninette