Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Méli-mélo - Page 3

  • Beaujolais, billard et bowling

    Quelle belle journée !! Malgré la grisaille et la pluie, une journée très réussie.

    Dans un espace privatisé, le buffet campagnard était varié et copieux ; on pouvait même boire à volonté (kir, beaujolais bien sur), ce qui explique peut-être la piètre performance de certain(e)s au bowling. Enfin, personne n’a quand même lancé sa boule… sur la piste d’à côté !! Dans les rigoles…ça, y’en a eu !! C’était une découverte pour quelques participants ou une re-découverte pour ceux/celles qui n’y avaient pas joué depuis 20/30/40/50 ans ou plus !!paris,bowling,billard

    Après la 1ère partie de bowling, beaucoup préférèrent le billard (pour une fois, c’était une bonne opération !!) anglais, américain ou français. Mais, des acharnés se lancèrent dans une 2ème partie de bowling !!

    Quelques minutes encore avant de prendre le car…. et bien on en profite pour taper le carton :  belote, tarot…. ou même échecs, il me semble !

    Bien pleine la journée, je vous dis. Bref, une réussite totale…. d’autant plus que dans ce genre d’activité, on peut se regrouper pour parler, rigoler, plaisanter… ce qui n’est évidemment pas le cas quand on joue aux cartes, scrabble, ou qu’on écoute une discussion…très concentrés !!

    Jeano

  • Bel été à vous

    Nous entrons dans une période de vacances. Certains d'entre vous sont partis, d'autres partiront plus tard ou pas du tout. Mais peu importe, l'été, on lève tous un peu le pied.

    De son côté le blog aussi ralentira… 1 ou 2 articles seront publiés pendant cette période estivale et, bien entendu toujours le jeu le lundi.

    Toute l'équipe vous souhaite un très bel été et de

    Vacances girafes.gif

  • Tournoi tarot Arvem

    Des petites, des gardes, des gardes sans et pourquoi pas des gardes contre… tels ont été nos défis de ce tournoi de tarot du 1er avril 2019. Non, ce n’était pas un poisson… Jean nous engageait dans cette joute pour nous en faire voir de toutes les couleurs : trèfle, carreau, cœur, pique et surtout… les atouts avec le fameux "petit" qu’il faut réussir à conserver, chose peu aisée dans certaines parties. Le défi était d’autant plus important que nous jouions à 4 et, comme cela est de coutume à Arvem, le dernier était obligé de "prendre"

    Mais tout s’est fait dans la bonne humeur, notre maître de jeu nous indiquant où devait migrer le Sud sans perdre le Nord bien sûr…

    Une belle soirée comme Jean sait nous en concocter que ce soit pour le Scrabble ou pour le Tarot.

    Merci Jean et à l’année prochaine pour un autre challenge !

    Colette C

  • Balade photos Arvem

    Depuis quelques années, ces belles balades en plusieurs groupes avec un thème commun sont supers.

    Appareil photo sur soi, on joue les touristes ou presque…. Cette fois ci, le thème était "cassé pas cassé".

    Nous partions à 3 groupes se dirigeant dans un quartier de Paris choisi, vers 15h. Au retour vers 17h, on s’est retrouvé au Netter pour les commentaires.

    Tandis que certains avaient trouvé beaucoup de "cassés", nous, 4 ou 5 max… Même pas un pneu crevé ou des restes de passage des Gilets Jaunes… J’ai pris plus de photos de tags et enseignes (hors sujet, je sais...).

    N’empêche, qu’on découvre Paris différemment, et il ne faut pas faire n’importe quoi !!... Plus tard, "l’œil du lynx"… Je veux parler de Jacques, notre cher critique d’Art… photographique… ne laisse rien passer ! La critique est toujours positive. On accepte ou pas, chacun ses idées… J’aime beaucoup…

    Le but final est d’avoir l’œil et les réflexes du photographe. Pas d’erreur de cadrage, maîtriser le numérique en essayant les fonctions manuelles et différents automatismes. Sans oublier l’utilisation du flash en plein soleil ou pour des effets de gel, et des vitesses lentes pour montrer un mouvement. Mais à chaque sortie, des découvertes. L’avantage du numérique, on peut "mitrailler" au besoin, le prix, on passe de 50ASA à 2000ASA sans calculer. L’inconvénient, il faut passer par le menu pour changer certains paramètres, le temps de rater la photo, qui devient celle du siècle !!!....

    Quoi qu’il en soit, venez nous rejoindre en toute convivialité et simplicité… On en voit de toutes les couleurs. Merci à ARVEM, et Jacques…

    Yvesck

  • Spectacle "Café polisson"

    Par cette sombre nuit d'hiver, où se dirigeait donc l'ARVEM au tréfonds du Bois de Vincennes ?

    Eh bien! Surprise. Ils allaient au "Café Polisson".

    Les participants voulaient-ils s'encanailler ?

    parisFinalement ce fut un bon moment de détente dans un décor Belle Epoque, une rétrospective des cafés-concerts. Le répertoire chanté du second Empire à la Belle Epoque avec la vocalité des chansons issues de l'opérette et la grivoiserie des chansons gaillardes.

    Au répertoire, on commence par " La buveuse d'absinthe", par conséquent, "Je ne suis pas énervée", " Madame Arthur" et ça continue avec "Les gueuses" qui pensent à "la grande pine" et ne peut se terminer que par "La partie carrée".

    La petite troupe est repartie enchantée en espérant rencontrer "la grosse Lulu".

    Jean-Yves

  • Notre chandeleur

    La Bonne Franquette fin janvier
    La Chandeleur début février
    Juste huit jours pour s’y mettre
    Car, oui, en vérité on s’apprête
    À faire, d’une main experte
    Une quantité de fameuses crêpes !
    Mais cette année
    Nous attend
    Une bonne idée
    Cette fête était agrémentée
    D’un sympathique karaoké
    Tous ceux qui souhaitaient
    S’époumoner, le pouvaient.
    En solitaire, ou regroupés
    Même les plus enrhumés
    Ont eu le courage de s’y atteler.
    Sans critiques, je peux l’assurer
    Un bon public pour les encourager
    On en aurait bien redemandé !
    Une bonne idée
    vraiment
    À renouveler

    paris,chandeleur

    Un buffet bien garni attendait.
    Crêpes "maison", confiseries, beignets
    Ont été fortement appréciés
    Et dégustés à volonté !
    Après l’effort, fallait être réconforté !
    Chacun ayant bien participé
    Cuisinières, chanteuses, chanteurs,
    Par leurs applaudissements les spectateurs
    Sans oublier les charmantes disc-jockeys
    Prêtes à aider ceux qui peinaient !
    Un bon après-midi très agréable
    Par son ambiance, et sa belle table !
    Quelle bonne idée
    maintenant
    Quand recommencer ?

    paris,chandeleur

    Ninette

  • La bonne franquette en couleurs

    Elle est passée, enfin,
    Bien, ou moins bien,
    Cela dépend pour qui !
    En tous les cas, merci
    D’avoir souvent souri
    Car, sur tout l‘après-midi
    Pas évident d’être à l’écoute,
    Coûte que coûte !
    Puis devoir participer
    Aux jeux proposés
    Voire en plus, s’exposer
    En public se montrer
    Sans recevoir de récompense,
    Car quoique l’on pense
    C’est avec plaisir en général
    Qu’est gagné un lot, même banal,
    Après la curiosité aguichée
    Par le contenu caché.

    Bref une journée de détente
    Après une longue attente
    Qu’exigent l’organisation
    D’une bonne réception,
    Puis toute la préparation
    En vue de l’exécution
    D’une simple animation.
    Espérant, bien après le déjeuner,
    Ne pas avoir trop empiété
    Sur votre envie de papoter
    Avec les copines retrouvées.
    Eh! Oui! Fallait être disciplinés
    C’est beaucoup demander !

    L’animatrice reste perplexe
    Sur un déroulement complexe,
    Suivant le thème des couleurs
    Apporter de la bonne humeur,
    À l’aide de recettes généreuses
    Offrir une ambiance joyeuse,
    Afin que puisse chacun,
    Oublier le train train quotidien.
    Merci, aussi pour la solidarité
    Déployée en fin de journée,
    Tout a été bien rangé
    La salle gaiement balayée,
    Et tout cela sans rien demander
    Mais fort de constater,
    Que jusqu’au bout vous en avez vu,
    De toutes les couleurs, bien entendu !

    Ninette

  • Théâtre "Alexandra David-Neel" Mon Tibet..."

    Alexandra_David_Neel.jpg

    Alexandra David-Neel "Mon Tibet..." de Michel Lengliney
    Mise en scène et décor de Claude Laucournet,
    Avec Sophie Margalet et Laure Reutermann
    Théâtre Auguste Dobel,
    du 18 janvier au 10 février, 9 rue Philidor (75020).

    Si la curiosité vous pousse à mieux connaître cette personnalité légendaire, symbole des vies de femmes libres, aventureuses, érudites et en quête d'absolu, courez voir cette pièce présentée au théâtre Auguste Dobel par la compagnie Aurore dont nous avons déjà apprécié les initiatives aussi hardies que talentueuses.

    Nous sommes à la fin de la vie de l'héroïne, embauchant une aide dont les tâches mal définies au départ (dans la réalité Marie-Madeleine Peyronnet) se révèleront multiples, de secrétaire à femme de ménage.

    Les rapports entre les deux femmes, dans leur subtilité et leurs perpétuels déséquilibres et réajustements-ceux-ci en raison de l'humeur et des convictions têtues d'Alexandra, sont admirablement servis par un dialogue brillant, dont les à-coups et les ruptures font virer au comique ces derniers moments d'une vie exceptionnelle-qui auraient pu être tragiques ou au moins mélancoliques.

    La mise en scène de Claude Laucournet, très sobre et nuancée, soutenant ces revirements psychologiques par les déplacements et fausses morts de son personnage met efficacement en relief cet échange toujours imprévisible et sa progression vers une intimité tendre, un attachement qu'aucune ne voudrait voir se rompre. La musique (une bande-son d'Hugo Caruana) épouse efficacement les changements de ton et de situation.

    Sophie Margalet est remarquable dans le rôle d'Alexandra. D'autres textes nous avaient fait découvrir son talent. Elle est ici éblouissante entre autoritarisme, résolution passionnée et dure, et vulnérabilité juvénile. Le jeu de sa partenaire est à la hauteur, ferme et sensible à la fois, opposant des forces qui prennent parfois l'aspect de l'impuissance, de la colère et du désespoir au volontarisme stoïque de la championne.

    Grâce à ces talents conjugués l'essentiel des choix lisibles dans cette biographie est reçu et visiblement apprécié par le public : un féminisme qui n'exclut pas les hommes, dans la plus grande liberté des deux : quittant à jamais un mari infidèle, Alexandra continue à le chérir et lui de loin à la soutenir, y compris financièrement, dans ses expéditions ; éloge de la solitude qui ne doit pas être vécue comme un échec mais comme une jouissance ; revendication d'égalité sociale avec des allusions aux méfaits d'une certaine politique encore actuelle ; nécessité de la culture, particulièrement de la lecture, et de celle de la méditation qui permet d'envisager simultanément et sereinement vie et mort, se traduisant par cet étrange refrain que fredonne Alexandra, rythmant ses avancées difficiles: "un pas vers la mort", endurance physique visant à toujours repousser les limites de la machine, entretenue sans cesse à travers ses exploits. D'exploratrice ; orientalisme bouddhique joint à une extrême lucidité permettant d'approfondir et de mettre en pratique cette philosophie de l'existence.

    En cette période instable et incertaine nous repartons du théâtre enchanté(e)s, enrichi(e)s, éclairé(e)s, affermi(e)s.

    Marie-Claire CALMUS