Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29.11.2014

Programme décembre 2014

Jeux de société
Vous cherchez des partenaires, vous désirez vous initier ! Venez nous rejoindre.

Scrabble, tarot, belote
Lundis 8, 15 et 22 décembre de 18h30 à 21h30
Samedi 20 décembre à 10h

Bridge
Lundi 15 & 22 décembre de 18h30 à 21h30

Échecs
Lundi 22 décembre de 18h30 à 21h30

Samedi 20 décembre
Discussion de Claude : La guerre sans nom

Mardi 9 décembre à 18h30
Billard

Mardi 15 décembre à 20h30
Concert : Le quatu'or Laloi

Dimanche 14 décembre à 10h45
Exposition "Viollet-le(duc, les visions d'un architecte"

Mercredi 31 décembre à 20h
Réveillon du Nouvel An

28.11.2014

Balade photos "Vers le haut"

En dépit d'un temps maussade et de la pluie se profilant à l'horizon nous avons choisi le thème "Vers le haut" et nous voila tous partis tête en l'air.

Il a bien fallu nous concentrer pour trouver des points de vue originaux et, comme tout bon photographe, peu de photos, mais que de la qualité.

Les photographes Arvemoisparis,photos

 

 

27.11.2014

Lire "1814 Un Tsar à Paris"

paris,livreMarie-Pierre Rey dans "1814 Un tsar à Paris" nous raconte, tout d'abord, l'entrée triomphale dans les rues de Paris du Tsar Alexandre 1er à la tête des troupes russes.

L'occupation dura le temps d'un printemps. Sans Alexandre 1er la face de la Restauration eût été bien différente. En s'appuyant sur de nombreuses sources Marie-Pierre Rey fait toute la lumière sur cet épisode qui a laissé des traces dans les mémoires, à commencer par le mot de "bistrot".

Jean-Paul

26.11.2014

Le Mundolingua

Un nouveau musée Parisien (Mundolingua) nous fait découvrir et comprendre un des plus vieux métiers du monde, la communication....

Petit musée sur 2 étages, mais le paradis du Langage International, celui des animaux, des bébés, en passant par le Braille, Morse et codages. Une merveille de découvertes... À ne pas rater.

Yves C

Musée Mundolingua

Visite en novembre 2014

© 2014 by Yves C & Jeanet

25.11.2014

Prendre des airs de Sainte Nitouche

Signification
- Se faire passer pour innocente et notamment prude.

Origine
Cette expression, attestée depuis le XVIe siècle, est un calembour sur « n’y touche » : avoir l’air de ne pas y toucher en somme

paris,le saviez-vous

L’expression “faire la sainte Nitouche” apparaît et sera popularisée dès 1534 par Rabelais dans “Gargantua"

Jeanet

24.11.2014

À vous de jouer ? (329)

Qu'appelle-t-on la couleur "Isabelle" ?

Réponse lundi prochain

 

Réponse  "À vous de jouer n°328"

Où ce ruban est-il noué ?

  • Sur la queue d'un cheval de la Garde Républicaine.

paris,à vous de jouer

© by Jeanet - Photo prise lors de notre balade photo du 27 septembre

22.11.2014

Discussion "La Bête de Gévaudan"

On sait bien que les animaux ont parfois une agressivité naturelle cachée ou déployée suivant la race, l'origine, le mode de vie, ou l'éducation reçue.

En ce jour de novembre 2014 où le fait divers qui durant plusieurs années troubla, que dis-je, effraya toute une contrée française, nous a été expliqué, et nous avons alors, compris pourquoi de 1764 à 1767 ce fut réellement terrifiant.

Cette "bête" longtemps non identifiée s'attaqua aux humains de tous âges, égorgea, décapita, dévora des enfants, jeunes femmes et hommes, même des plus âgés, voire plusieurs fois dans la même journée, avec des périodes d'accalmie puis des reprises fulgurantes et ceci à des kilomètres de distance entre ses crimes.

Signalée, par ceux qui l'avaient aperçue, comme ressemblant à un loup ou une hyène, forte mâchoire, très poilue, un tracé noir sur le dos, munie de grosses griffes et d'une longue queue.

Malgré les battues et les chasses organisées pour l'abattre, jamais durant ces années, les efforts n'ont atteint leur objectif hormis probablement quelques blessures dont elle se relevait chaque fois !

Comment cela se pouvait-il ? On finit par se demander si elle ne possédait pas une protection de type cuirasse en peau de sanglier... Et si l'homme n'était pas impliqué !

Tenus en haleine, nous étions effrayés à l'annonce du résultat comptabilisé : 250 attaques, 130 morts reconnus, identifiés uniquement par le fait, qu'au bout d'un certain temps, les décès ont été notés sur un acte de sépulture (à l'époque, les gens des campagnes ne sachant pas écrire, combien d'autres décès de la même source sont-ils survenus, sans qu'ils soient spécifiés officiellement).

Ce "démon" bien sûr fut recherché, chassé d'abord par le Capitaine Duhamel avec une cinquantaine de dragons, en vain, jusqu'à demander en Normandie l'aide d'un fin louvetier nommé Denneval avec son équipe, qui finalement, après moultes tentatives est reparti bredouille. L'affaire remonta jusqu'à Versailles. Louis XV confia la tâche à son porte-arquebuse Monsieur de Beauterne, qui finira par tirer au bout de quelques mois sur un loup, rentrant à Versailles avec l'animal empaillé, persuadant ainsi tout un chacun que les drames étaient terminés, même, et surtout, la presse n'en parla plus... puisque le Roi avait résolu le problème.

la-bete-du-gevaudan-1.jpg

 

Cependant, (pour lire la suite cliquez sur l'image)

21.11.2014

Expo "Duras Song"

À l'occasion du centenaire de la naissance de Marguerite Duras le Centre Georges Pompidou présente jusqu'au 12 janvier 2015 "Duras Song".

L'exposition est composée de 2 parties "l'outside" (l'extéreur) et "l'inside" (l'intérieur). Dans "l'inside" 6 séquences thématiques se succèdent. L'accent est mis sur la transmédialité de l'écriture durassienne, qui circule librement entre texte, théâtre, parole et film.

Je m'y suis perdu, je compte sur vous pour m'y retrouver.

Sur les murs de "l'outside" dont le papier peint reproduit "une imbibition au bleu de méthylène" ! ! on retrouve Duras personnage public : avec notamment sur écran des témoignages de François Mitterrand, Jules Roy et Edgar Morin sur Marguerite "la Reine des abeilles" au 5 rue St Benoit et un aperçu sur les lycéens en révolte de mai 68.

Rien que ce "coup de jeune" vaut le déplacement. Une exposition "branchée".

Jean-Paul

20.11.2014

Lire "Le roi disait que j'étais diable"

paris,livresClara Dupont-Monod dans ce livre "Le roi disait que j'étais diable" nous raconte les premières années d'Aliénor d'Aquitaine reine de France épouse du roi-moine Louis VI.

C'est le roman d'un amour impossible qui des noces royales à la deuxième croisade nous plonge, avec plaisir, dans ce Moyen-Age agrémenté par le chant des troubadours ne couvrant pas le fracas des armes prémices de la guerre de 100 ans.

Un roman qui sait nous rendre l'Histoire plus familière.

Jean-Paul