Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13.04.2020

À vous de jouer ? (n°708)

Citez un mot français qui contienne 5 fois la lettre T ?

Réponse lundi prochain

Réponse "à vous de jouer n°707"

Quelle fut la première colonie anglaise d'Amérique du Nord ?

12.04.2020

2020 Pâques confinées

Un petit coucou en ce dimanche de Pâques confinées

Lapin_2.gif

N'en profitez pas pour grignoter tout le chocolat

paris,pâques

 

10.04.2020

Concert 2020 Tonalités Vincennes "Les 4 éléments"

Pour vous distraire et vous évader de la réalité du quotidien pendant 1h15, je vous propose de voir le concert de la chorale où je chante. Concert qui a eu lieu avant le confinement https://www.youtube.com/watch?v=lOkJmRplcUM

J'ai hâte de vous retrouver.

Nico

08.04.2020

Lire "Dictionnaire amoureux des Monarchies"

paris,livreJean des Cars s’est illustré comme historien des grandes dynasties Romanov, Habsbourg, Windsor, Wittelsbach...) et de ses illustres représentants (Nicolas II , François Joseph et Sissi, Elisabeth II, Louis II de Bavière...)
 
Il est donc bien placé pour nous concocter ce ”Dictionnaire amoureux des Monarchies”. Il s’y intéresse également à des coutumes et fêtes populaires  la galette des Rois, la Foire du Trône...) sans oublier quelques écrivains (Chateaubriand, Stéphan Sweig...) et peintres (Winterhalter, Dali...) proches des monarques.
 
Dans cet ouvrage les thèmes sont variés et la lecture instructive incitant à approfondir plus tard ses connaissances sur le sujet abordé.
 
Jean-Paul

06.04.2020

À vous de jouer ? (n°707)

Quelle fut la première colonie anglaise d'Amérique du Nord ?

  • La Pennsylvanie
  • La Virginie
  • La Massachusetts

Réponse lundi prochain

Réponse "à vous de jouer n°706"

Il ne reste qu’un modèle dans les rues de Paris… mais qu’est-ce donc ?...

paris,à vous de jouer

  • Une borne publique d’avertisseur incendie. Avertisseur d'incendie système Digeon & Krebs

La borne visible est dans un renfoncement au 9, rue Sévigné dans le 4ème, c’est la dernière encore présente dans Paris et a été placée devant l'entrée de la caserne Sévigné

Elle a été fabriquée en 1947 par l’Association des ouvriers en instruments de précision, en collaboration avec les services techniques des sapeurs-pompiers de Paris.

En 1884, la première borne publique d'avertisseur incendie voit le jour. Elle permettait, en cas d'urgence, d'entrer en contact avec la caserne de sapeurs pompiers la plus proche en brisant la glace d'une petite porte située au sommet de la borne d'appel. Elle est directement reliée à la caserne de pompiers la plus proche. Le capitaine des sapeurs pompiers de Paris Arthur Constantin Krebs modernisera les bornes d'appels et obtiendra l'installation de téléphone dans les avertisseurs afin de réduire les faux appels (Système Digeon-Krebs).

La généralisation des téléphones privés dans les années 1970 a eu raison des bornes d’appel. Il en existe encore quelques exemplaires dans les casernes qui tiennent lieu d’éléments décoratifs.

Arletteck

03.04.2020

Atelier écriture "sons AC & EL"

Thème Jacques Brel. Consigne : écrire un texte avec le maximum de mots contenant les sons AC et EL

Le hamac

J'étais si bien dans mon hamac jusqu'à ce grand clac qui a interrompu ce rêve si doux dans les bras de cette belle.

Elle avait mis mon cœur en vrac.

Je lui disais des poèmes d'amour sans avoir le trac.

Mon cœur battait et faisait tac tac.

La belle comme une fée a disparu dans le lac.

PatriciaL

01.04.2020

Souvenirs de mi-mars 2020

Je vais vous conter, hélas
Votre vécu de mars
Mais si peu banal
Qu’il restera dans les annales !
À cause de ce foutu virus
Toutes nos activités sont annulées,
Et cette nouvelle vie en plus
Qui nous est imposée,
Offre certaines particularités
Plus d’effusions d’amitié
Les contacts déconseillés.
Portant au supermarché
On est  loin d’être isolés.
Dieu que de nombreux
Clients font la queue !
D’une longueur impressionnante
Sur le trottoir, débordante
Avec un grand espace respecté
Avant de pouvoir entrer
Un par un, résignés.
 
Le calme est surprenant
Sans même converser,
Chacun patiemment attend
De pouvoir avancer
De quelques pas simplement,
Alors que les livreurs à pied
Se dépêchent, chargés
De caisses à déposer.
 
L’agitation on la trouve évidemment
Bien sûr, inexorablement,
Sur la voie réservée
Où défilent en quantité
Des rouleurs de tous types
Surtout pas en sens unique !
La discipline ici est inconnue
Et j’en frémis bien entendu !
 
On va rester cloîtrés, enfermés
Sauf si on rempli un papier
Pour toute sortie obligatoire
Alors autorisée, est-ce provisoire ?
À la loi faut se plier dorénavant
Mais pour combien de temps ?
Alors quand j’ai eu envie d’écrire
Les infos venaient de le dire.
À l’heure où ceci vous lirez
Vous aurez subi la réalité.
 
Cela me rappelle notamment
Les difficiles moments
Connus dans l’enfance
Le manque, en France
L’attente devant le magasin
Les rayons vides de pain !
Mais tous ces gens n’ont pas mon âge
Ni en mémoire, cette image ?
Pourtant la psychose fait son chemin
Voilà pourquoi ils font le plein !
Les sacs débordent d’achats
Portés sur le dos, l’épaule, dans les bras
Tout ceci par un seul barbu
Qui très vite, n’en pouvait plus !
Cette folie douce me fit sourire
A-t-il beaucoup de bouches à nourrir ?
Il est certain que pour beaucoup
La table est plus chargée, du coup !
 
Alors tout s’explique
Et c’est ce qui implique
Ce fort engouement
Pour le ravitaillement,
Devenu principale distraction
En ce temps de restriction
De toutes sortes d’évasions.
Ne restent que celles de la maison
Ménage, cuisine, rangements, informations
Heureusement il y a la télévision,
Bien que le sujet souvent revienne
Il y a la lecture, tout de même !
Quelques jeux même solitaires
Gym, sont également salutaires.
Les messages électroniques,
Les conversations téléphoniques
Pour supporter le confinement
Peut-on vivre autrement ?
Mais on finira par venir à bout
De ce virus qui chamboule tout !
 
Puis sont venus les applaudissements
Pour tous ceux qui présents
Aident à survivre : les soignants,
Agriculteurs, transporteurs, commerçants
Et j’en passe, c’est une erreur !
Mais le soir aux fenêtres
Il faut bien le reconnaître
C’est un vrai petit bonheur,
On partage bravos, cris, tapage
Rendons leur hommage
Surtout n’hésitons pas
Avant de les prendre dans nos bras
Vous verrez, on le fera !
 
Ninette