Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20.04.2010

Un homme méconnu

Amédée Edmond Blanc

C'est le fondateur et directeur du casino de Monte-Carlo. "Que ce soit le rouge ou le noir qui perde, c'est toujours le Blanc qui gagne" disait-on.

Jean-Paul

18.04.2010

Film "Les invités de mon père"

On rit, sourit et on réfléchit sur ce film plus profond qu'il n'y parait.

Les thèmes suivants sont très bien traités : les relations frères/soeurs, le choix de la situation professionnelle conditionnée par l'éducation et pour faire plaisir aux parents ou au contraire pour leur prouver qu'on peut y arriver sans eux.

L'héritage n'est pas qu'une question d'argent, on hérite aussi de biens d'autres choses... L'immigration : qu'est-ce qui est juste et ce qui ne l'est pas ? où se situe la limite ? jusqu'où partager ?

À partir d'un certain âge, et si on est veuf, comment peut-on vivre de façon respectable et profiter encore de la vie ? a-t-on le droit d'avoir et de réaliser des envies folles ? ou bien doit-on attendre la mort tranquillement ?

Beaucoup d'humour, de sensibilité et des questions qui ont du mal à trouver une réponse définitive.

Un très bon jeu d'acteurs, duo éblouissant de naturel et tandem exquis de Karine Viard et Fabrice Lucchini, Michel Aumont très bon aussi.

Florence V

17.04.2010

Astuce pour obtenir des glaçons translucides

Employez de l'eau bouillie ; ils auront l'air d'être en cristal !

Marie Françoise H.

16.04.2010

Sortir "Jazz au kiosque Trousseau"

Le groupe Swing Bohème et son Jazz Manouche avec Luc Desroy, guitare et chant, joueront dimanche 18 avril à 15h00 au kiosque du square Trousseau. Plus de renseignements, cliquez ici.

Jeanet

15.04.2010

À vous de jouer ? (87)

Dans quel sport Arlette Bouvier est-elle devenue en 1980 la 1ère française arbitre ?

  • le tennis
  • le rugby
  • le foot

Quel était le cri de supporter favori de Roger Couderc ?

  • Allez les petits
  • Ouais petits gars
  • Allez les gars

Combien de jours a mis Gérard d'Aboville pour traverser l'Atlantique à la rame, en 1980 ?

  • 76 jours
  • 72 jours
  • 78 jours

Réponse jeudi prochain

À vous de jouer n°86

Quelle chanteuse accmpagnée de 600 choristes et musiciens interpréta "La Marseillaise" le soir du 14 juillet 1989 ?

  • Mireille Mathieu

Quelle "star" de 14 ans a été lancée avec la chanson "T'en vas pas" ?

  • Elsa

De toutes les matières, quelle est celle que préfère Caroline Loeb ?

  • la ouate

14.04.2010

Expo "Les orientales, Maison de Victor Hugo"

Les-Orientales.jpgDe la campagne d'Egypte (1798-1801) de Bonaparte "Vainqueur, enthousiaste, éclatant de prestiges, prodige, il étonna la terre des prodiges" à la mort de Byron à Missolonghi (Grèce 1824) "Ecoute : je dormais dans le fond de ma tombe, quand un cri m'éveilla :  Missolonghi succombe !" en passant par le voyage de Chateaubriand en Orient et en Espagne (1806-1807) le début du XIXeme siècle s'est beaucoup tourné vers les rives orientales de la Méditerranée.

Jusqu'au 4 juillet, la Maison de Victor Hugo, entre poésie (Victor Hugo) et peinture (Delacroix, Géricault...) nous offre une exposition qui nous restitue le climat historique et esthétique où s'est épanoui le génie du jeune Hugo.

En quittant l'exposition, s'il vous reste du temps, montez au 2eme étage retrouver les collections permanentes, l'antichambre et le salon rouge ont un décor renouvelé dans lequel des souvenirs de Léopoldine nous émeuvent particulièrement.

Unz exposition qui ne peut laisser indifférent.

Jean-Paul

13.04.2010

Qu'évoque pour vous le nom de "Capucine" ?

Ah ! Les jolis parterres de fleurs !... Oui ... Mais aussi !

En 1694 un édit royal interdit aux capucins d'employer de l'or pour décorer leur monastère. Ils durent vernir ou cirer le bois naturel au lieu de le dorer.

L'expression resta pour désigner des sièges simplement de bois tourné, vernis ou ciré, et garnis de paille.

Ninette

11.04.2010

Expo"Méroé - Un empire sur le Nil"

Méréo.jpgVoici au Louvre une exposition qui évoque un empire africain de l'Antiquité "Méroé. Un empire sur le Nil". Ce royaume qui engendra des "pharaons noirs" est en effet bien méconnu. L'exposition des statues, notamment celle du dieu Amon à tête de bélier, et des objets rituels, grappes de raisin symboles de Dionysos entre autres, montrent l'influence des cultures égyptienne et grecque. C'est une civilisation qui ne demande qu'à être explorée plus à fond.

Cette exposition se visite avec le billet normal d'entrée au Louvre, il vous permet donc de saluer en passant "La Joconde" si vous pouvez l'approcher et  la " Vénus de Milo" qui a changé d'emplacement.

À propos de billet si vous avez trop de monde sous la pyramide, optez pour la Porte des Lions, vous serez servis à la seconde et vous pourrez ainsi traverser des salles que l'on ne visite pas généralement, notamment sur l'art africain.

Jean-Paul

10.04.2010

Lire "1940"

1940_.jpgÀ l'instar de "L'impardonnable défaite" de Claude Quetel Max Gallo dans le cadre du 70eme anniversaire de ce désastre écrit dans "1940" le récit de ces jours funestes qui décidèrent du destin de la France.

C'est tout d'abord la "drôle de guerre", la "guerre éclair" puis l'abîme. Il insiste après ces heures tragiques sur l'espérance qui se lève déjà au creux même du désastre. Nous voyons ainsi agir à Londres les figures emblématiques de la France, comme De Gaulle, mais aussi les plus humbles participants comme Daniel Cordier dont le livre "Alias Caracalla" lui sert de référence à de nombreuses reprises.

Nous voyons également se construire peu à peu sous l'égide du Maréchal Pétain la politique de la collaboration qui mènera inéluctablement à "La rafle".

Jean-Paul

09.04.2010

Expo "Sainte Russie"

moscou.jpgSi vous vous intéressez à l'histoire de la Russie, n'hésitez pas jusqu'au 24 mai, le Louvre expose sur la "Sainte Russie" soit l'art russe chrétien de la principauté de Kiev du prince Vladimir, au Xeme siècle jusqu'à Saint Pétersbourg de Pierre le Grand à la charnière du XVIIIeme siècle.

Vous comprendrez, par exemple, en admirant les peintures sur bois typiquement orthodoxes, qui les représentent, la sainte vénération des Russes pour les saints Boris et Gleb qui se sacrifièrent pour la paix civile du pays.

Au milieu des icônes plus belles les unes que les autres, vous pourrez évoquer Alexandre Nevski héros et saint guerrier, les folies furieuses d'Ivan le Terrible et le roman de Saint-Pétersbourg que Pierre le Grand voulut construire en y taillant "à la hache une fenêtre sur l'Europe".

En tous points une exposition d'une très grande richesse nous transporte vers une civilisation qui a su résister aux aléas de l'Histoire.

Jean-Paul