Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

théâtre

  • Week end 18 et 19 juin

    ARVEM a fait fort ce week-end écoulé écoulé  (18 et 19 juin) en nous proposant des divertissements fort agréables.

    AMIENS

    D'abord, samedi matin, malgré l'heure tôtive de départ, nous étions toutes et tous ravis de retrouver notre "vieux complice" Dominique, redevenu autocariste pour l'occasion, qui nous a donc accompagnés à Amiens, où nous avons passé une chouette journée, malgré les fortes chaleurs : balade en barque au milieu des hortillonnages, ces jardins flottants ; puis visite de la magnifique cathédrale, commentée par des conférencières passionnées (2 groupes); et pour terminer cette matinée en beauté, un délicieux repas nous attendait au restaurant "Le 31", avec une équipe de serveuses et de serveurs au top ! L'après-midi, avec une température aux alentours de 36/37° s'est déroulée à bord du petit train touristique, qui effectue un tour de la ville  permettant de découvrir les principales curiosités. Puis ce fut le retour et grâce à la conduite très sage de Dominique nous avons rejoint la capitale sans encombre.  

    Théâtre La Bruyère "AIME COMME MARQUISE

    Ensuite dimanche, rendez-vous au théâtre La Bruyère, pour assister à la pièce "Aime comme Marquise" : originale car chacun(e) des comédien(ne)s jouent plusieurs personnages. Jeu remarquable des 2 actrices et des 2 acteurs; distrayante, évoquant le siècle de Louis XIV et les auteurs tels Molière, Corneille, Racine... Une vraie réussite ! "  

    AnnickB

  • Théâtre "Rhinocéros" d'Eugène Ionesco

    paris,théâtreRHINOCÉROS d'Eugène Ionesco  par la Compagnie Galimafré. Mis en scène et interprété par Sébastien Gérard.

    Théâtre Darius Milhaud (75019 Paris) 80 allée Darius Milhaud.

    Cette première version du texte d'Ionesco paru sous forme de nouvelle est mise en scène et interprétée par Sébastien Girard au théâtre Darius Milhaud jusqu'au 19 février. Reprise en mars et avril.

    La pièce qui dure une heure et quart  nous fait perdre  la notion du temps et des espaces-l'imaginaire se mêlant au réel, la portée universelle de la fiction à notre actualité. Le jeu de l'acteur est prodigieux: incarnant divers personnages et divers états, il multiplie les variations de rythme, de diction comme de déplacement,les changements de registre et d'intonations, comme ceux des jeux de physionomie ou de la gestuelle portés jusqu'au mime caricatural. Du coup le rire l'emporte sur la méditation morose que pourrait faire naître le parallèle qui s'impose entre le cauchemar vécu par  ce personnage  et la situation accablante que nous vivons.

    Un parallèle  sur plusieurs plans :  celui de l'épidémie non seulement du point de vue sanitaire, l'extension de la contagion pouvant se figurer par celle de la rhinocérite... mais du point de vue psycho-sociologique: ce dont on avait refusé l'idée, extravagante, au départ (pour nous port du masque, interdiction de toucher l'autre, de se tenir à moins d'un mètre de lui ou elle etc)...est devenu la norme: le voisin est perçu grisâtre, indésirable, et sa peau doit être singulièrement rugueuse pour que nous ne puissions plus nous y frotter !

    Un pas de plus et nous voila sur le plan socio-politique, évoqué avec le comédien à la sortie à propos de la pièce : celui des totalitarismes sous toutes formes-soft ou hard, bienvenue en cette folle conjoncture, est la fantastique métaphore.

    Marie-Claire CALMUS

  • Théâtre "À cause des garçons"

    Actuellement, sur la scène de "La Comédie Bastille", trois copines se retrouvent. Pourquoi ?

    "A cause des garçons"

    Valentine est bien là, en robe de mariée, c'est le grand jour, enfin c'est ce qu'elle croit. Sauf que l'heureux élu n'est pas arrivé. Attente, attente, pourquoi ce retard ? Valentine passe par tous les états, de l'enjouement  aux sanglots, se calme, attend, espère. Pourquoi m'a-t-il fait ça ? 

    Heureusement, il y a les copines, les bonnes copines. Elles sont là, on peut leur faire confiance.

    paris,théâtre

    © 2020 by Yvesck

    Il y a celle qui varie les plaisirs par de brèves rencontres, puis il y a celle que ça laisse indifférente. À elles deux c'est tout un programme.

    Afin de consoler Valentine, elles l'entraînent à danser dans une ambiance festive. Surtout, elles se défoulent en exprimant ce qu'elles en pensent des garçons. Leurs travers, leurs faiblesses, leurs failles. Tout ça  dans un humour léger, affectif, en pointant aussi leurs bons côtés.

    Le public rit beaucoup, surtout les femmes. Chacun ou chacune doit retrouver des situations vécues pour le meilleur ou pour le pire.

    Le clou du spectacle est, qu'il y a une robe de mariée à gagner pour qui laisse ses coordonnées.

    Si vous y allez, vous serez peut-être l'heureux ou l'heureuse élu, vous devrez assurer. 

    Sinon, vous aurez certainement passé une bonne soirée.

    AnnickD

  • Théâtre "Fausse note"

    C’est au théâtre de la Contrescarpe que j’ai découvert cette pièce… Le titre m’avait incitée à aller découvrir ce qui se cachait derrière…

    Le thème :

    1989. Philharmonique de Genève dans la loge du chef d’orchestre de renommée internationale, H. P. Miller.

    À la fin d’un de ses concerts, le Maître est importuné par un spectateur aussi admiratif qu’envahissant, Léon Dinkel, venu de Belgique pour l’applaudir.
    Cependant, plus l’entrevue se prolonge, plus le comportement du visiteur devient oppressant. Il connaît tout de la vie du maestro, dans les moindres détails.

    Comment est-ce possible ? Qui est-il vraiment ? Quelle est en fait la véritable raison de sa visite ?

    Le mystère s’épaissit jusqu’à ce que Dinkel dévoile …

    Un inoubliable moment de théâtre, un face-à-face puissant entre ces deux acteurs éblouissants et bouleversants… Vengeance, pardon, résilience… comment vivre après... ?

    Ne ratez pas un tel moment que la presse et les spectateurs acclament.

    Du jeudi au dimanche au théâtre de la Contrescarpe (22 € par billetReduc)

    Colette C

  • Spectacle "Un truc entre nous"

    Un truc entre nous…
    Entre nous… c’est truc… à voir.

    Deux acteurs, Clément Naslin (auteur du spectacle) et Sabine Perraud, se partagent la scène, se chamaillant le rôle de magicien. Lequel des deux le sera plus que l’autre ? Lui laissera t-il son rôle de magicien ?

    Mais le mariage du théâtre et de la magie est bien heureux. Pour certaines scènes le soutien d’un spectateur est indispensable, qu’à cela ne tienne, il est pris au hasard, d’une boule de papier jetée dans la salle. Marcelle, l’une d’entre nous en fit l’expérience.

    Puis après le spectacle, "Entre nous", en petit comité, Clément Naslin, nous réalise, "un truc".

    Cette fois, c’est Monique qui participera. Clément Naslin plie une carte, en quatre, la glisse dans la main gauche, avec une recommandation : tenir ses deux mains bien fermées : il insiste, notre concertation, aussi, est indispensable ! Après quelques instants, de discrètes manipulations, il demande à Monique d’ouvrir sa main gauche… qui toute heureuse, montre bien que la carte est toujours dans sa main… sans avoir bougée… Alors comme pour se faire pardonner que la magie n’est pas marché, Clément Naslin, offre à Monique, un cadeau…. sa montre… passée de son poignet à la poche de Clément… comme par magie… Tous bouche bée nous ne pouvions qu’applaudir !

    Arletteck

  • Théâtre "Tu te souviendras de moi"

    Un excellent moment de théâtre en compagnie de Patrick Chesnais, sa fille et 3 autres comédiens, sur le thème de l’effritement de la mémoire. Thème traité tout en douceur dans l’univers de ce professeur d’histoire qui est incollable sur les grandes batailles et leur date, mais dont les souvenirs se mélangent ce qui donne lieu à des rencontres poétiques.

    Des rires, quelques larmes, mais surtout beaucoup d’émotion avec cette interprétation magnifique de Patrick Chesnais qui oublie et qui n’oublie pas à la fois.

    À voir au théâtre de Paris.

    Colette C

  • "Un truc entre nous" de Clément Naslin

    Soirée théâtrale au programme d’Arvem ce vendredi 21 septembre.

    Quelle bonne idée de nous avoir proposé ce spectacle fait de magie mais aussi de comédie rondement menée par deux jeunes artistes bien sympathiques…

     Les spectateurs ont participé sur scène et notre amie Marcelle a fort bien représenté Arvem lors de sa prestation. Et quel moment de rêve quand les deux « magiciens » ont joué un ballet avec leurs mains pour faire bouger les cartes ou les pions, le tout sur une belle musique romantique.

    A l’issue du spectacle, un close-up tout spécial pour Arvem, qui a donné l’occasion à Monique « d’avoir à l’œil le magicien » comme elle l’a dit… sans pour autant remarquer que celui-ci lui dérobait sa montre ! Bref une excellente soirée.

    Pour ceux qui n’auraient pas été de la partie, n’hésitez pas à aller à la Comédie Bastille pour découvrir par vous-mêmes ce spectacle.

    Colette C

  • Théâtre "Un truc en nous"

    À la comédie Bastille

    Oui c’est sûr ils ont un sacré truc !

    Dans ce spectacle de comédie mêlé de magie avec une complicité parfaite tant dans le jeu de scène que dans les tours magiques emplis de nouveautés.

    Subtilité de présentation pédagogique très vivante, drôle, sollicitant la participation du public.

    Clément et Sabine ces deux interprètes, ont tout pour eux, tout dans le regard, tout dans les mains, plein d’humour et d’agilité, très inventifs, époustouflante démonstration sur écran.

    On en prend plein les yeux.... Bien que l’on n’y voit rien. Une soirée formidable que donne ce jeune couple surdoué !

    Ninette

  • Théâtre "Ensemble"

    paris,théâtrede et par Fabio Marra.

    Ou comment vivre ensemble ? Regard sur le handicap et la normalité.

    Isabella, la mère (Catherine Arditi) n’accepte pas que son fils soit différent des autres. Il est sa seule raison de vivre, une vie de sacrifice. Quelle place peut avoir sa fille Sandra dans la fratrie et quel regard porte-t-elle sur ce frère ? Un mélange de tendresse et d’ironie, une révélation très furtive de ce secret de famille et un horrible déchirement quand intervient la séparation…

    Je ne veux pas tout dévoiler mais il y a d’intenses moments de partage, d’amour et une prestation époustouflante de l’auteur dans le rôle de Miquélé, le fils "différent".

    À voir au théâtre du Petit Montparnasse. Places à 24 € par Billet réduc ou Ticketac.

    Colette C