Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30.09.2020

Lire "Tout César" par César

paris,livreL’auteur  des écrits de cet ouvrage est unique : César. On y retrouve les “Commentaires” qui nous permettent de suivre les diverses péripéties de La Guerre des Gaules puis de la Guerre Civile qui mit aux prises César et Pompée.

On y trouve également des extraits des discours, des traités et de la correspondance qu’il rédigea depuis la mi-octobre 49 date à laquelle il fut désigné dictateur,  jusqu’à ce qu’il enchaîne une série de charges politiques qui le maintiendront au pouvoir jusqu’à sa mort.
 
Un livre à recommander à tous ceux qui veulent connaître le plus intimement  possible le grand César. 
 
Jean-Paul

28.09.2020

À vous de jouer ? (n°726)

Si vous parlez de drouille vous êtes :

  • brocanteur
  • marin
  • journaliste

Réponse lundi prochain

25.09.2020

Arvem en marche

Retrouvailles Porte Dorée.

Jeannette la Fidèle, Michel  le Gentil Organisateur, Aline, Domi, Le Hong, Liliane, Marie-Claude, Odile, Philippe, et moi, joyeuses "acoudades" dans la ville en fureur - aussi dorée soit-elle - nous voici en route pour une expédition Bois de Vincennes.

D’un pas serin, nous abordons la promenade Maurice-Boitel. Saisis par la beauté et la hauteur des arbres de toutes espèces, nous sommes néanmoins surpris par l’herbe brûlée, cet été a été si sec et se poursuit, en ce 10 septembre 2020, en été indien.

De la ville à la nature, de multiples chants d’oiseaux nous accueillent. Oubliée la fureur. Dans ce coin boisé de Paris 12ème, nous voici en forêt.

Lire la suite ICI

MartineC

23.09.2020

Lire "Une journée dans la Rome Antique" de Alberto Angela

paris,livreC’est une riche idée qu’a eu l’auteur de faire visiter, par une belle journée de l’an 115 (Trajan étant empereur) la Rome antique par un visiteur contemporain.
 
Il visite bien entendu, les monuments de cette Rome antique, mais il en partage surtout le quotidien des habitants. Il pénètrera ainsi au cœur des Forums impériaux ainsi que dans les marchés aux esclaves.
 
Il s’assoira dans les gradins du Colisée pour assister aux combats des gladiateurs ainsi qu’à la table d’une modeste taverne.
 
Tout vous raconter est impossible. Il ne me reste qu’à vous dire que cette journée sera bien remplie et que le lecteur sort comblé de sa lecture.
 
Jean-Paul
 

21.09.2020

Réponse "à vous de jouer n°725"

Mon premier appartient à un cours d’eau.
Mon deuxième est l’action de faire sa toile.
Mon troisième est le travail des lavandières.
Mon quatrième est la meilleure note.

Mon tout est une capitale, mais de quel pays ?

  • la Slovaquie (Bras/tisse/lave/A) dont la capitale est Bratislava.

18.09.2020

La pêche à pied

Choisir le Cotentin pour  ses vacances
Avec l’envie sur ses plages immenses
De pêcher coques et palourdes,
En faire bombance, sans doute,
Emportant des griffes de jardin
Pour dégoter mon futur festin.
 
Quelle ne fut pas ma déception
D’apprendre son interdiction
Durant la pleine saison, pollution,
Et ne voir personne gratter
En septembre ceci devait changer.
 
Un matin la mer se retirant
Je vois, tout en marchant
Enfin un homme s’affairer
Debout en train de bêcher
Ah! Pour creuser, il n’hésite pas !
Je ne me souvenais pas
Que les coquillages étaient si enfouis !
Je ne suis pas venue vers lui.
 
Mais tout près les oiseaux j’ai observé
Qui ce matin par milliers
Envahissent la plage ensoleillée
Certains s’étant approchés
Restent complètement figés.
Je me suis alors demandé :
Attendent-ils que le pêcheur
Enfin quitte les lieux  ?
Alors les oiseaux judicieux
Pourraient récupérer
Ce qui s’était caché
Pas dans le trou, à côté.
 
Mon chemin j’ai continué
Et j’ai appris que des vers c’était
Ce que cet homme cherchait.
Le but : avoir un bon appât
Peut-être pourquoi pas
Taquiner le goujon
Ou pour ses poules et dindons ?
Des coquilles vides en quantité
Sur la plage, jonchent abandonnées
Parfois des pleines, fermées
Mais trop petites pour être ramassées.
 
Je n’ai pas eu mon plaisir finalement
Qu’un léger regret raisonnablement.
Me reste une fascination débordante
Envers cette baie si changeante
Par les différentes couleurs
De cette mer, suivant ses humeurs.
Quand aux coquillages, je me dis
Momentanément je leur ai sauvé la vie
Jusqu’à ce que les mouettes
Fassent les pique-assiettes !

Ninette

16.09.2020

Présentation "Les corps Esprits réduits au silence" de Marie-Claire Calmus

paris,livreJe présenterai mon livre, un essai : "Les corps Esprits réduits au silence" éditions Editinter  le vendredi 9 octobre à partir de 19h30 à la (*) librairie Publico, 145 rue Amelot, 75011

Ce livre a été écrit avant l'épidémie mais débusque déjà les tendances de la société actuelle à soumettre les corps et les esprits à un certain ordre politique, social, culturel.

Toutes de formes, de règles, de codes limitent, contrôlent, étouffent nos libertés, que la crise sanitaire a accentuées, fortifiées, durcies de façon inquiétante.

Pour lutter contre eux, l'esprit critique doit accroitre son activité et la parole doit recréer du lien social - celui-ci actuellement entravé par le port du masque, autre confinement.

Résistance individuelle et création de collectifs sont les seules façons de sortir du tunnel.

Marie-Claire Calmus

(*) Actuellement j'y expose six portraits d'écrivains et d'artistes.

14.09.2020

À vous de jouer ? (n°725)

Mon premier appartient à un cours d’eau.
Mon deuxième est l’action de faire sa toile.
Mon troisième est le travail des lavandières.
Mon quatrième est la meilleure note.

Mon tout est une capitale, mais de quel pays ?

11.09.2020

La canicule

Avec canicule
Pas grand chose ne rime,
Ne voulant pas être vulgaire
Pour ne pas être ridicule
Je vais me taire
Et garder le masque en prime,
Même si je manque d’air,
Alors la plume s’exprime.
 
Y’en a marre de cette chaleur
Qui fait couler le beurre,
Mais pas nos kilos
Même si l’on boit de l’eau !
A rester enfermés
Faut bien se consoler
Après le confinement abominable
Voilà que dehors c’est insoutenable !
Alors on tombe dans le chocolat
A peine regardé qu’il fond déjà !
 
On pense que la rue est plus fraîche
Grâce au petit vent léger
Chez soi, le courant d’air on le recherche
En vain,  pour récupérer.
C’est toujours un four
Et sa chaleur dégagée
Vite il faut refermer, au secours !
Que faire pour lutter,
Boire, se mouiller à volonté
Patienter et recommencer.
 
La canicule offre au moins un avantage
Celui de voir, quelque soit l’âge,
Des dames, aux beaux décolletés
Des messieurs aux mollets potelés
Car shorts et bermudas sont de sortie,
Robes légères , jupettes aussi
Quel programme alléchant!
Mais libérer sa pensée cependant
Vers ceux qui sont obligés
Dehors de travailler,
Ceux là sont à plaindre
Alors, cessons de geindre!
 
Quand viendra l’hiver
Nous aurons sans doute oublié
Que la canicule était passagère,
Et nous l’aurons surmontée
Additionnée aux gestes barrières
Auxquels fallait s’habituer
Au maximum, sans scrupule
Car le covid se moque de la canicule !
Contrairement aux dires et plus
La chaleur n’a pas abattu le virus.
Avant qu’il ne se fasse oublier
Il  nous reste à espérer,
Bientôt retrouver la liberté
Et toutes nos activités!
 
Ninette

09.09.2020

L'Art de la broderie au Moyen-Âge

Cette exposition que nous avons visitée en décembre 2019, et qui a duré 3 mois au Musée Cluny, sera peut-être à nouveau visible dans 3 ans. Ceci afin de protéger ces broderies de l'air et de la lumière.


© 2019 by LesYacks