Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18.09.2020

La pêche à pied

Choisir le Cotentin pour  ses vacances
Avec l’envie sur ses plages immenses
De pêcher coques et palourdes,
En faire bombance, sans doute,
Emportant des griffes de jardin
Pour dégoter mon futur festin.
 
Quelle ne fut pas ma déception
D’apprendre son interdiction
Durant la pleine saison, pollution,
Et ne voir personne gratter
En septembre ceci devait changer.
 
Un matin la mer se retirant
Je vois, tout en marchant
Enfin un homme s’affairer
Debout en train de bêcher
Ah! Pour creuser, il n’hésite pas !
Je ne me souvenais pas
Que les coquillages étaient si enfouis !
Je ne suis pas venue vers lui.
 
Mais tout près les oiseaux j’ai observé
Qui ce matin par milliers
Envahissent la plage ensoleillée
Certains s’étant approchés
Restent complètement figés.
Je me suis alors demandé :
Attendent-ils que le pêcheur
Enfin quitte les lieux  ?
Alors les oiseaux judicieux
Pourraient récupérer
Ce qui s’était caché
Pas dans le trou, à côté.
 
Mon chemin j’ai continué
Et j’ai appris que des vers c’était
Ce que cet homme cherchait.
Le but : avoir un bon appât
Peut-être pourquoi pas
Taquiner le goujon
Ou pour ses poules et dindons ?
Des coquilles vides en quantité
Sur la plage, jonchent abandonnées
Parfois des pleines, fermées
Mais trop petites pour être ramassées.
 
Je n’ai pas eu mon plaisir finalement
Qu’un léger regret raisonnablement.
Me reste une fascination débordante
Envers cette baie si changeante
Par les différentes couleurs
De cette mer, suivant ses humeurs.
Quand aux coquillages, je me dis
Momentanément je leur ai sauvé la vie
Jusqu’à ce que les mouettes
Fassent les pique-assiettes !

Ninette

Écrire un commentaire