Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Activités des Adhérents

  • Film "Iris et les hommes"

    De Caroline Vignal avec laure Calamy, Vincent Elbaz, Suzanne de Baecque

    Un mari formidable, deux filles parfaites, un cabinet dentaire florissant : tout va bien pour Iris. Mais depuis quand n’a-t-elle pas fait l’amour ? Peut-être est-il temps de prendre un amant. S'inscrivant sur une banale appli de rencontre, Iris ouvre la boite de Pandore. Les hommes vont tomber… Comme s’il en pleuvait !

     Une bonne comédie de mœurs sans cynisme ni cruauté, cette peinture de mœurs féministe est drôle et touchante à la fois, grâce pour beaucoup au talent de Laure Calamy, une boule d’énergie bien sympathique.

    Cette comédie prend à rebours le schéma classique de l’homme volage pour le transposer sur une femme jeune blasée, insatisfaite et qui décide de reprendre sa vie affective et sexuelle en main.

    Beaucoup d’humour, des dialogues très bien écrits, des situations cocasses.

    MartineC

     

  • Lire " Votre avenir sur ordonnance"

    Votrevavenie dur ordonnance.jpg"Rejoignez la nouvelle révolution santé" du Docteur Frédéric Salmann - Éditions Robert Laffont

    J'avoue avoir lu assez superficiellement les développements sur le jeûne séquentiel signalant au lecteur que le bonheur est dans l'intestin.

    Par contre je me suis amusé avec délectation à l'invitation d'un chapitre à jouer à devenir centenaire.

    L'auteur demande notamment au lecteur d'observer l'eau qui dort dans les mares, à force de stagner elle devient trouble chargée de microbes et de toxines qui s'y accumulent et de la comparer à l'eau du torrent qui dans son mouvement perpétuel possède une eau pure et transparente.

    L'être humain est régi par les mêmes lois que l'eau : sans mobilité il croupit. D'où ce conseil de partir en retard et de courir pour rattraper le bus. .....

    Cette fable si simple est le secret de la réussite et permet  de rester jeune.

    Ce livre devient ainsi une invitation à "bouger" source de jeunesse et bénédiction de tous les organes dont, bien sûr, l'intestin.

     Jean-Paul

  • Poème "Flocon d'amour"

    Dans un jardin de bohème, 
    l'automne  a cédé la place
    à l'hiver qui, sous la glace
    a tué les chrysanthèmes.

    On dirait que toutes les fleurs,
    fauchées par ce froid brutal 
    ont perdu mille pétales
    comme blessées au champ d'honneur.

    Mais au hasard d'un massif,
    une fleur a résisté. 
    Elle se dresse avec fierté, 
    Lorelei sur son récif.

    Les saisons sont nos boussoles
    quand elles passent en farandole.

    Qui s'étonne de ce miracle ?
    Elle est seule dans ce jardin. 
    Elle aimerait voir son destin. 
    Elle ne voit que la débâcle. 

    Or, à la première neige,
    un flocon s'est égaré. 
    Il voit  la fleur esseulée, 
    et il s'est pris dans son piège. 

    Il en est très amoureux. 
    La fleur le trouve à son goût. 
    Ils voltigent, dansent  et jouent.
    Ils coulent des jours heureux.

    paris,hiver

     

     

     

     

     

     

     

    Les saisons sont nos boussoles
    quand elles passent en farandole.

    L'amour, un truc pour toujours 
    entre une fleur et un flocon
    qui, frappés par Cupidon
    ignorent le compte à rebours.

    Zut, Mars qui pointe son nez
    a eu raison du flocon
    qui s'est perdu tout au fond
    dans les pétales fanés.

    Une graine bien cachée,
    tout ça en catimini
    oh miracle de la vie,
    viendra saluer l'été.

    Les saisons sont nos boussoles
    quand elles passent en farandole.

    On ne défie pas les saisons, 
    mais je crois que pour décembre, 
    dans un recoin de ma chambre
    un flocon fera floraison..

    Marie f

     

  • Film "May december"

    De Todd Haynes avec Natalie Portman, Julianne Moore, Charles Melton

    Ce film relate l’histoire d’un couple qui a enflammé la presse à scandale et passionné les États-Unis dans les années 1990.

    "May-December" c’est la différence d’âge entre Joe (Charles Melton) -12 ans au moment de la rencontre - et Grace (Julianne Moore) -  36 ans. Une actrice hollywoodienne, Élisabeth (Nathalie Portman) passe quelque temps auprès de cette famille pour se préparer à jouer Grace et s’imprégner de la psychologie de cette femme.

    La blonde et la brune vont peu à peu se ressembler en un jeu de miroirs troublant, des plans à deux et des scènes devant lequel elles se maquillent. Les très gros plans de leurs visages respectifs sont tout aussi troublants.

    Ce mélodrame étouffé, faussement léger, a un charme vénéneux. Todd Haynes instille au goutte à goutte un malaise à travers des scènes banales de la vie quotidienne et renvoie le spectateur vers son penchant malsain de voyeurisme ; il comprend que l’horreur est au-delà de la surface lisse. 

    Présenter l’histoire de cette famille (Joe et Grace se sont mariés et sont parents de 3 enfants) à travers les yeux d’une actrice qui s’apprête à jouer le rôle de l’épouse et mère était un enjeu pour Todd Haynes et il y a, à mon sens, fort bien réussi. Là se pose la question du "jeu" : qu’est-ce que jouer ? Quand joue-t-on ? Où se trouve la frontière entre le vrai et l’irréel ?

    Les dialogues sont ciselés, invitant le spectateur à choisir entre l’une ou l’autre des protagonistes.

    Retenons aussi en point d’orgue la musique originale du film de Joseph Losey "Le Messager" de Michel Legrand (également repris par la série "Faites entrer l’accusé") utilisée après chaque paragraphe du scénario.

    Todd Haynes signe là un très bon film à plus d’un titre.

    MartineC

  • Film " Bonnard Pierre et Marie"

    De Martin Provost avec Cécile de France, Vincent Macaigne, Annouck Grinberg, Stacy Martin

    Pierre Bonnard ne serait pas le peintre que tout le monde connaît sans Marthe qui occupe presque un tiers de son œuvre…

    J’avais beaucoup apprécié le film de Martin Provost "Séraphine" avec Yolande Moreau, sur la peintre autodidacte Séraphine de Senlis. Aussi je me réjouissais d’assister à ce biopic sur le peintre nabiste Bonnard et sa muse.

    Les images sont belles, les jeux de lumière splendides, les acteurs impeccables. Un film parfait d’un point de vue académique.

    Bonnard  rencontre Marthe, toute jeune, en 1893 mais refuse de la présenter à sa famille pour des raisons de différence de classe sociale. Il l’épouse seulement en 1925.

    Marthe fut la muse de Bonnard. Avec elle, il ose le nu. Mais outre que leur relation fut longtemps tenue secrète, Marthe souffre d’asthme sévère. Pour elle, Bonnard quitte Paris pour une petite maison des bords de Seine près de Vernon, puis la province où Marthe fait des cures. Mais il s’échappe de plus en plus souvent au fil du temps.

    Le film explore l’intimité du couple plus qu’il ne décrypte les toiles du peintre : en dehors du fameux tableau des amandiers en fleurs, trop peu des œuvres aux couleurs vives et gaies que j’affectionne tant sont filmées. 

    Bonnard eut de très nombreuses liaisons. Or le film n’en évoque qu’une : celle que le peintre entretint avec une jeune artiste de vingt-sept ans sa cadette.

    "Bonnard, Pierre et Marthe" est un film paradoxalement sage : Il raconte la vie d’un peintre hédoniste. Il ne cache rien de sa liaison tumultueuse et créatrice avec sa muse, mais son déroulé est lent, la fin mélodramatique arrive enfin après deux longues heures d’ennui.

    J’ai vu là un biopic convenu, creux, sans intérêt. Juste joli. 

    MartineC

  • Lire" "Le procès Pétain"

    paris,livreDe Julian Jackson - Éditions Seuil

    Le 20 octobre 1940 le maréchal Pétain chef de l’État  français rencontre le chancelier Hitler à Montoire petite ville des bords de Loire, lui serre la main à la grande surprise du peuple français et déclare à la suite de cette rencontre qu'il s'engage dans la voie de la collaboration "C'est moi seul qui serai jugé par l'Histoire" déclare-t-il par la suite.

    Julian Jackson nous décrit comment se déroula 5 ans plus tard avant celui de l'Histoire, le premier jugement celui des Français devant la Haute Cour créée à cet effet

    On suit avec intérêt les diverses péripéties qui précèdent la tenue de l'ambiance qui elle-même est bien décrite dans sa diversité. Durant 3 semaines vont se succéder les plaidoiries de l'accusation, puis la défense avec même des intervenants imprévus (Laval de retour d'exil notamment).

    Julian Jackson sait maintenir l'attention du lecteur.

    Un livre à recommander à celui qui veut mieux comprendre cette époque si complexe.

     Jean-Paul

  • Film "Ma France à moi"

    De Benoit Cohen avec Fanny Ardant, Nawid Elham, Elisabeth Margoni

    Inspiré de l’histoire de la propre mère de Benoît Cohen

    France, la soixantaine, bourgeoise bien parisienne, vit seule dans son luxueux appartement. Elle décide de se porter volontaire pour héberger un jeune réfugié afghan. Ces deux êtres, qui n’ont rien en commun, vont devoir apprendre à vivre ensemble…

    Malheureusement, ce film dont le sujet est intéressant à plusieurs titres, s’enlise dans une caricature : la bourgeoise parisienne (Fanny Ardant) jusqu’au bout des ongles, qui héberge un jeune réfugié afghan souhaitant intégrer sciences-po. 

    On se croirait projetés 150 ans en arrière : la bonne bourgeoisie faisant la charité pour soulager sa conscience (de nos jours "bobo" ; une de ses caractéristiques.)

    Ce film cumule clichés, poncifs,  platitudes, pathos, a priori, les tics les plus détestables de ces dames patronnesses sûres de leur générosité.

    Fanny Ardant reste…. Fanny Ardant : "la trop belle dame B.C.B.G.".

    L’histoire était généreuse, le film ne m’a pas convaincu.

    MartineC