Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29.11.2017

Atelier écriture "Vous entrez dans une pièce..."

Thème : Vous entrez dans une pièce. Tout y est en désordre, seul un jeu de carte est étalé sur une table.

Alors que je rendais visite à mon grand-père près de Figeac, j’arrive tard chez lui, très tard !!... Je venais de me payer 700kms en 2Cv. Sa porte pas fermée, je l’ouvre. Quel bordel !!!!.

Écroulé sur son canapé en cuir plus ou moins délabré, il ronfle. Par terre, un cendrier plein de mégots de cigares dont un fume encore. Lui, collectionneur et amoureux de pendules et peintures, je suis resté bête.

J’approche à pas de loup pour ne pas le réveiller. À côté d’un verre de vin couché et une bouteille de Saint-Emilion presque vide, il y a une table Louis XV avec des bronzes dorés très travaillés. Dessus, un jeu de cartes étalé comme s’il venait de jouer. Je le manipule délicatement.

Humm !!!, l’odeur du vieux papier. Combien de mains les ont essuyées. Le flanc est doré et les chiffres en caractères romain - Et vas-y, que je ronfle - Je découvre ce graphisme avec une précision dans le dessin, la finesse du détail. Le roi est couronné avec une dorure. Mais, quel roi ?. La reine portait un diadème avec des points rouges et blancs ; des rubis et des diamants ?. Que c’est beau !!!.

Régnait l’odeur du cigare éteint mais celle du vieux carton était meilleure. Derrière la carte. Tiens ! Un paquebot est dessiné. C’est écrit en diagonale "Compagnie Transatlantique". Le fond est de couleur bleue, un peu gris. Ça me fait Tilt !!! Merde !!! Que je crie. Je m’en souviens, Août 1960, on est parti en France avec l’El Djezaïr. Ils avaient le même jeu de cartes.

Ça l’a réveillé. À moitié bourré, il me demande ce que je fous là. No comment…

Yvesck

15.11.2017

2 - Atelier écriture "Brodez un texte à partir de : J'aime la pluie

Tiens, aujourd’hui il pleut ! Certains vont se plaindre : "Encore il pleut" "Quel temps de chien".

D’abord pourquoi un temps de chien ! Les pauvres, Ils n’y sont pour rien eux s’il pleut !! Cela n’est pas de leur faute !! Bof de toute manière, y’en a qui sont jamais contents de rien ! Qu’il pleuve, qu’il vente, et même quand il fait beau ! Et bien "OUI" Moi j’aime la pluie !

Je ne dis pas que je n’aime pas le soleil. Mais oui, j’aime aussi la pluie ! Hum, c’est bon la pluie… Hum, ça sent bon après. L’herbe a un parfum bien particulier. Et puis réfléchissons… Lorsqu’il ne pleut pas… Hé bien, il faut arroser les fleurs du jardin pour qu’elles poussent, et puis tout se dessèche… Plus de légumes, plus de fruits… plus de fleurs !

Mais attention ne pas confondre avec le déluge ! Mais j’aime la pluie ! Une paire de botte, un imper, un panier…. hé hop ! On va chercher les escargots.

Dans les bois, on n'entend que la pluie qui caresse les feuilles. Tout se tait. Tous se calfeutrent.

Et puis, avez-vous remarqué à la mer, sur la plage, les baigneurs quand il pleut, ils sortent de l’eau en courant !! Pourquoi !? Ridicule ! Puisqu’ils sont déjà mouillés ! En plus, l’eau de la mer est encore plus chaude quand la pluie vient lui chuchoter aux vagues. Moi, je vous dis, J’aime la pluie ! Mais j’aime aussi le soleil… à l’ombre des cocotiers !

Arletteck

25.10.2017

1 - Atelier écriture "Brodez un texte à partir de : J'aime la pluie"

S'il faut absolument que l'on aime la pluie… allons-y !

La pluie tiède de l'été qui me rafraîchit et dégouline sous mon tee-shirt, j'aime. Cette même pluie qui imprègne les prés, le creux des chemins de terre, j'aime. Et l'odeur sauvage qui se dégage après l'ondée et transforme l'air en un festival de parfums plus ou moins grisants, j'adore. J'y retrouve l'odeur âcre de la camomille sauvage, mais aussi les effluves de l'anis, du fenouil, du thym et des tilleuls. Je ferme les yeux et c'est le bonheur.

Cette pluie, je l'aime, à condition qu'elle ne s'éternise pas plusieurs jours.

Que dire de la pluie qui vous accompagne pendant une partie des vacances ? Le campeur ne l'aime pas. Quand je campe, moi non plus.

Planquée dans la tente, je ne sais même plus comment m'habiller. Rien ne sèche… tout sent le chien mouillé. Vive les laveries automatiques mais en vacances nous aimerions fréquenter d'autres lieux.

Qui dit camping pluvieux dit visites de musées et orgies de crêpes. Ah, oui ! Quand il pleut en Bretagne il nous reste le joker "crêperies".

Mais que font les vacanciers en Auvergne quand la pluie redouble ? Est-ce qu'ils se bâfrent avec de l'aligot à cinq heures de l'après-midi ?

La pluie c'est pour les intellos bien au chaud devant un feu de cheminée accompagnés d'un bouquin et d'un chat qui n'en peut plus de ronronner. Lui, le matou un peu dodu, c'est sûr, il a horreur de la pluie…. les souris sont tranquilles. La pluie c'est aussi pour les rêveurs.

Je ne suis pas sûre que le S.D.F. qui déambule dans mon quartier trouve un quelconque attrait à la pluie. Il paraît que c'est bon pour le teint, mais le S.D.F. il s'en fiche de son teint. Il préfère le soleil et la brise légère. Et un grand parapluie serait son paradis.

Le jardinier est plus philosophe. Mon voisin qui bichonne son petit lopin de terre avec amour aime la pluie … mais juste ce qu'il faut.

Comme le disait l'écrivain Pierre Daninos qui ne manquait pas d'humour :

"Il y a trois temps qui déplaisent souverainement aux jardiniers : le temps sec, le temps pluvieux et le temps en général."

Il rejoint mon voisin : un coup la pluie, un coup le soleil.

Et moi, dans tout ça. Je ne sais pas si j'aime la pluie.

C'est un peu comme l'huile de foie de morue que l'on essayait de me faire avaler quand j'étais gamine. Cela faisait du bien … il paraît !

Idem avec la pluie : il faut être préparé pour la recevoir la pluie tout comme la monstrueuse cuillerée de ce breuvage infâme…. qui est si bon pour ce que j'ai ou ce que je n'ai pas !

Sous un grand parapluie, la pluie se domestique.

Et avec mon amoureux, sous ce même parapluie, sous l'averse, tout est prétexte à ne pas être sérieux. Mais qu'est ce que nous sommes heureux !

Marie DP

14.09.2017

Atelier écriture du 26 juin 2017

D'après une liste de 14 titres de chanson. Sélectionner ceux que l'on désire. Écrire un texte en incorporant les titres choisis.

C'est une chanson

Aline, assise sur un strapontin de toile à rayures orange, au bord du lac Majeur, scrute tous les bateaux, tous les oiseaux. Ils sont là devant ses yeux Elle pense, avec le temps, va tout s'en va. Tous ceux que j'aimais s'en sont allés.

Elle se souvient, c'était hier. Elle se revoit au bal des pompiers du quatorze juillet. Ses amies, Lucie et Cécile l'accompagnaient. Elle ne se disait pas, j'ai dix ans, non, cela faisait longtemps qu'elle n'avait plus dix ans et qu'elle avait dépassé la phase de l'enfance. À l'adolescence, Mamy Blue, alors, l'emmenait au bal et ne la quittait pas du regard.

Puis, à 18 ans, ce jour là, elle avait croisé le regard noir d'un bel espagnol. Rodrigo, il s'appelait. Il portait un blouson, un casque de moto, avec un aigle noir dans le dos.

Lui aussi l'avait remarquée. Il a écarté quelques personnes lui barrant le passage Il est venu vers elle. Il a crié, Aline, pour qu'elle revienne. Il lui a lancé sans nuances, vous me plaisez ? Tenez , écoutez, l'orchestre, il joue une valse à mille temps. Je vous invite, Mademoiselle.

Aline, le cœur cognant fort dans sa poitrine s'est élancée sur la piste de danse, dans la valse et dans la vie avec son bel hidalgo.

Il l'a emmenée avec lui ce soir là. C'était l'homme à la moto. Celui dont elle avait toujours rêvé. Et, d'aventures en aventures, ils ont bourlingué ensemble pendant des kilomètres, mais aussi des années.

Aujourd'hui Aline plonge dans ses souvenirs. La guerre a été déclarée et Rodrigo s'est considérablement engagé dedans. C'était un révolutionnaire. Un jour, elle a vu quatre ou cinq soldats qui les ont pris en embuscade. Ils ont emmené Rodrigo à l'écart. Lui ont hurlé après, ne lui ont pas fait de procès. Ils l'ont mis en joue. Elle a crié : Soldats ne tirez pas, c'est mon homme. Ils n'ont rien voulu savoir. FEU !.. Rodrigo est tombé dans la poussière. C'était la mort du clown.

Jacqueline F

01.09.2017

Atelier écriture "Écrire une histoire ou un commentaire en rapport avec la photo"

paris,atelier écriture

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

MÉCANIQUE DE LA BOUTIQUE

La canicule m'avait poussée à rechercher l'ombre et la fraîcheur. Je suis passée dans une petite rue étroite qui ne payait pas de mine et je suis tombée en arrêt devant une sorte de caverne d'Ali Baba.

"Tiens, des vieux trucs ! Ou, comme il sied de le dire aujourd'hui, des articles vintage…. question de générations !

Un effet "madeleine de Proust" m'a submergée. Retour vers le passé !

Des objets amoureusement conservés et réparés attendent que des passants (nostalgiques) les admirent et les ramènent chez eux pour une nouvelle vie.

Au premier rang, des jouets, des chevaux de trot attelé prêts à démarrer pour une course folle… pourquoi pas à Auteuil ?

Discrètes mais fières, des trottinettes, ancêtres de celles qui ont envahi nos villes aujourd'hui, semblent prendre leur revanche. Des enfants s'étonnent de découvrir que leurs parents et même leurs grands-parents étaient adeptes de ce petit bolide tout simple.

Je me souviens de la trottinette que l'on m'avait offerte pour mes cinq ans. Elle était rouge avec un guidon chromé… et quand je partais faire un tour, juchée sur mon engin, le roi n'était pas mon cousin… comme aimait à le répéter la voisine quelque peu ironique. J'aurais dû la garder pour l'offrir un jour à mes petits-enfants.

En retrait, j'aperçois des voitures à pédales. Elles sont élégantes et prêtes à bondir pour une course endiablée. Que sont devenus les enfants qui se prenaient  pour des champions ?

Ce qui me plait ce sont les pin-up qui se pavanent sur les calendriers  et les plaques publicitaires pour des boissons ou autres friandises ! Elles déclenchèrent, à l'époque de ma prime adolescence, mes premières émotions. En effet, ces femmes, belles et sensuelles, je ne les voyais que sur des catalogues.

J'ai commencé à comprendre que les filles étaient faites pour plaire et possédaient des armes pour arriver à leurs fins. Mais, très vite, j'ai compris aussi, qu'elles étaient là pour satisfaire le regard lubrique des hommes. Ces filles délurées au sourire ravageur m'ont vite énervée car à l'adolescence les garçons ricanaient et se moquaient de nous car nous n'avions pas les mêmes rondeurs !

Je reviens dans ma boutique !

Deux voitures anciennes, une De Dion Bouton et une Peugeot luisent dans la pénombre. Je précise : ce ne sont pas des miniatures. Ce sont des vraies voitures majestueuses. Leurs phares et leurs calandres leur donnent un aspect humain … comme un visage.

Elles ont dû en promener des belles femmes distinguées pour de folles équipées.

Est-ce que l'une d'entre elles a rencontré la voiture de la bande à Bonnot ?

À l'intérieur de la porte le bonhomme Michelin me fait signe. Il trône en haut d'un tableau bleu et jaune sur lequel figurent des colonnes de chiffres indiquant la bonne pression pour les pneus.

Il semble dire : "Si tu es sous pression, viens vérifier !"

Ce bonhomme débonnaire m'a toujours intriguée lorsque j'étais gamine… et un jour, mon grand-père a levé le mystère.

- "Il est tout rond et boudiné parce qu'il est gonflé … comme les pneus."

Je me demande à qui appartient la boutique. Peut-être est-ce un mécanicien ou un garagiste ou un bricoleur hors-pair ? Ou les trois à la fois !

Une chose est sûre. C'est un magicien qui m'a fait voyager !

Marie DP

28.07.2017

Atelier d’écriture : écrire une histoire ou un commentaire en rapport avec la photo.

paris,atelier écriture

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

RÊVERIE

Je suffoque, j’étouffe, je dégouline par tous les pores de ma peau. Je n’en peux plus de ce soleil qui pique, de cette chaleur écrasante.

Comment lutter ? Rien n’y fait. Ni eau, ni bosquet, ni arbre, ni souffle d’air ne viennent à bout de mon malaise.

Alors, je m’évade dans ma tête et me mets à rêver. Je rêve d’une belle soirée d’été, après une chaude journée ensoleillée, quand la Nature s’apaise et respire autour de soi.

La fraîcheur est tombée sur une jolie villa aux fenêtres illuminées et accueillantes. Deux Amours soufflent des jets d’eau fraîche, les libellules scintillent à la lumière, une brise légère apaise mon visage en feu… J’ai presque froid, je frissonne. C’est doux, c’est bon.

Je retarde le délicieux moment où je gravirai les marches du perron. Car là, dans la grande pièce, à la lueur des chandelles, je sais que mon amant m’attend avec impatience, devant une table garnie d’huîtres, d’écrevisses, de grappes de fruits et mets rafraichis en abondance.
Alors, il me tendra une coupe, un calice glacé du meilleur des Champagnes.

Martine C

11.04.2017

Atelier écriture "Détournement de sens"

paris,atelier écritureJ’ai acheté une télé. Elle m’a tapée dans l’œil, et je la regarde.

Me faisant les yeux doux, elle me prend la tête !!! Elle me parle à cœur ouvert mais n’a pas la langue dans la poche. Ça me casse les pieds…

V’là qu’elle me fait les gros yeux avec sa langue de vipère, je ne sais même plus sur quel pied danser.

Si je l’éteins, je donne ma tête à couper qu’elle me fait perdre la tête ! Mais elle ne me fera plus les gros yeux. Je ne vais pas me laisser mener par le bout du nez.

J’ai mis les pieds dans le plat, je l’ai prise, et mise dans la cheminée. Elle aura chaud aux fesses et se cassera le nez !!!.

Yvesck

08.02.2017

Atelier écriture de janvier 2017

Ces quelques titres sont parus dans les journaux. Que vous inspirent-ils ?

Prosper, très tête en l'air, est la vedette du jour.
À Millau, il oublie sa femme sur l'aire d'autoroute de Brocuéjoul. Tout le monde en parle dans la région depuis que c'est paru dans le journal local.
Sa pauvre épouse a été retrouvée en larmes, tremblante, complètement désorientée. Elle dit qu'elle n'a jamais connu un homme aussi fantaisiste, c'est ce qui fait son charme, mais alors là c'est le bouquet. Va t'il seulement se souvenir d'elle ?
Bon, les mauvaises langues disent qu'il a voulu s'en débarrasser. Quand il parlait d'elle, il lui attribuait différents prénoms, selon les jours. Lucie, Marie, Mercédès, Jeanne, ronique, Sandrine, Diane. On mettait ça sur le compte de l'herbe qu'il consommait de temps en temps. Ah! C'est un drôle de loulou, c'est le meilleur chimiste de la région, dans sa spécialité. Les jeunes l'appellent le Père Noël.
Sa compagne fermait les yeux, comme quoi, l'amour est aveugle, ou ne veut pas voir.

Un certain jour, un Landais hypnotisé devant sa télé a cru le reconnaître sur un marché bio. Il vendait des cigarettes en chocolat. Apparemment, son affaire prospérait.
Donc, quand il a laissé sa femme sur l'aire d'autoroute, il partait joyeusement vers sa maison de campagne qu'il avait gagnée aisément. Là, il faisait ses plantations, surveillait ses serres avec amour et en toute discrétion.
Tout petit, déjà, il disait à qui voulait l'écouter, que plus tard il serait botaniste. Ça ne gagne rien lui disait t'on, il ne les croyait pas.

Et la petite dame, dans tout ça, qu'est elle devenue ? Elle ne payait pas de mine, mais son compte bancaire la confortait plutôt. Comme son homme l'a oubliée, elle a décidé de léguer toute sa fortune à son caniche Gaétan, comme l'a fait la patronne de William Saurin. Lui au moins, (Gaétan), lui a été fidèle.
Qu'en fera-t'il ce toutou de sa fortune? Il la dévorera en boîtes de Canigou venant de chez Fauchon, qu'il partagera avec ses amis les chiens plus démunis, sans distinction de race ou de couleur.

Un beau matin, la petite dame s'installe à Soulac-sur-Mer, Les maîtres-nageurs se blessent en tombant de leurs chaises voyant ce clébard bling-bling collier en or cliquetant, déambulant sur la plage. C'est inadmissible disent t'ils, gaspiller une telle fortune, eux qui sont si peu payés, ils compléteraient bien leur maigre salaire en se lançant dans la chimie, comme ce célèbre Prosper. Mais à bien réfléchir ce n'est pas un bon plan en lisant les dernières nouvelles.

Ce Prosper, déjà jugé pour usage de stupéfiants, fume un pétard devant le tribunal, avant d'être mis à l'ombre. Accusé de trafic illicite, enrichissement illégal et abandon de famille, il n'aura même pas la petite dame pour lui rendre visite.

Annickd

17.11.2016

Atelier écriture octobre : Ronde des mots

Ronde des mots : consiste à rédiger un texte, une histoire en intégrant des mots tirés au sort.
Voici les 13 mots : aoûtien, bigorneau, dinosaure, gourmandise, humanoïde, langoustine, minotaure, poireau, oiseau, moineau, précaution, romantique, cryptogamique.

Texte de Gérardg
L'aoûtien est une race dangereuse en voie de disparition.
Le bigorneau aime être mangé tout cuit malgré lui.
Dinosaure est un animal attachant quoique l'on croie.
Gourmandise n'est pas un pêché mais une qualité pardonnable.
Langoustine se savoure avec de la mayonnaise et du vin blanc.
Minotaure est masculin ou féminin selon l'usage.
Poireau fait partie aussi des mots péjoratifs peu flatteurs.
Oiseau se percute dans la vitre qu'il ne voit pas par ignorance.
Moineau est un animal tout mignon qui aime les vieilles dames.
Précaution s'accorde avec sérieux.
Romantique ainsi rêvé au bord du lac par temps de brouillard.
Cryptogamique n'est pas qui veut.

Texte de Marie dp
Je suis en vacances avec mes cousins. Les parents ont pris leurs vacances en août, et de ce fait, ce sont des aoûtiens… une espèce qui n'est pas en voie de disparition comme ces pauvres dinosaures qui sont mes héros préférés.

Les jours de grande marée le programme est calé d'avance : c'est la pêche aux bigorneaux… une vraie gourmandise, surtout avec du pain frais et du beurre salé qui accommodent aussi les langoustines que ramène le grand-père.

Quel régal à côté des poireaux vinaigrette qui invariablement atterrissent dans nos assiettes ! Il parait que c'est bon pour la santé ! Dépités devant ce petit tas vert et blanc mes cousins et moi sommes pris d'un vrai délire.

-"Tu crois que le Minotaure en mangeait des poireaux ?"

-"Pourquoi pas puisque les taureaux mangent de l'herbe".

Nous n'avons pas de réponse fiable. C'est comme pour les humanoïdes que nous adorons voir dans nos séries télé.

-"Tu es nulle" m'a dit le plus petit de la bande des cousins. "On ne les voit jamais manger, les humanoïdes".

À la plage, les adultes prennent beaucoup de précautions pour que la baignade ne se transforme pas en drame : des conseils, des bouées, des tonnes de crème solaire, des chapeaux….

Je me prends à envier les oiseaux. Je pourrais m'échapper comme ce petit moineau, qui vient picorer mon goûter. Si j'étais un moineau je laisserai tomber une fiente sur le goûter de ma cousine Estelle qui est très méchante avec moi.

Je sais ce n'est pas très romantique mais c'est comme ça.

Quand je serai un oiseau, j'éviterai de me poser sur les arbres tout rabougris car je sais que c'est un signe d'une maladie cryptogamique. Et si j'ai la liberté ce n'est pas pour tomber malade.

19.10.2016

Atelier écriture "boule de neige"

La "boule de neige" est une phrase dont la longueur des mots augmente puis diminue régulièrement permettant l'arrangement calligraphique en triangle, losange ou polygone.

Texte de  Martinecp (*) à lire ICI

Texte de Arletteck (*) à lire ICI

(*) participantes à cet atelier d'écriture