Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Lire "Les nouvelles menaces sur notre monde"

    paris,livreLes nouvelles menaces sur notre monde vues de la CIA :  Analyses, faits,et chiffres

    La CIA avait perdu de sa crédibilité n'ayant pu empêcher les attentats du 11 septembre 2001 ou d'avoir monté de toutes pièces le dossier des armes de destruction massive de Sadam Hussein pour justifier l'invasion de l'Irak en 2003 d'où l'incrédulité des services étrangers devant ses alertes, qui se révèlent crédibles, devant les préparations de l'invasion de l'Ukraine par la Russie de Poutine.

    Si vous voulez connaître les tenants et les aboutissants de cette crise mondiale actuelle, n'hésitez pas précipitez-vous sur ce livre aux observations basées sur les rapports de la CIA, redevenue crédible, ayant trait aux menaces qui pèseront sur notre monde dans les prochains mois ou les prochaines années.

    Un livre sérieux et bien documenté.

    Jean-Paul

  • Discussion "Rosa Bonheur"

    paris,rosa bonheurLa peintre animalière

    Rosalie est née à Bordeaux en 1822. Son père Oscar Raymond, peintre, sa mère  Sophie donne dans la musique et la couture. Elle a eu 2 frères et 1 sœur. A Bordeaux la famille connaît Goya, Rosalie bercée dans le milieu artistique sera en quelque sorte élève auprès de son père.

    En 1832 le père vient seul à Paris, se retrouve dans une maison communautaire( Phalanstère) rue  de Ménilmontant, devient St- Simonien sorte de secte, où patrons , ouvriers ensemble s'adonnent  aux travaux manuels, chantent des cantiques, les adhérents sont contre la lutte des classes, contre le hiérarchie en opposition à la doctrine  de Marx.

    Sa femme élève donc seule ses enfants avec des difficultés, ils viendront tous à Paris, mais en 1833 elle décède soit par épuisement ou du choléra qui fit 12000 morts à Paris.

    Rosa se retrouve près de son père, le saint-simonisme l'influence-t-elle?

    La source d'inspiration

    La lecture de l'écrivain Lamennais qui pense que " les animaux ont une âme" imprègne Rosa sur le fait que l'animal représente une forme de liberté. Elle va peindre surtout des animaux par dizaines ( vaches, veaux, moutons , brebis, chevaux, chien ....)

    A 14 ans elle sera nommée "chevalier du Temple"  par une cérémonie contre les privilèges, pour le progrès et la liberté ( est-ce pour cela qu'elle n'a jamais voulu être sous l'emprise masculine ?).

    A 15 ans elle fait le portrait de Nathalie Micas sa copine qui le sera jusqu'à sa mort. Plus tard  elle monte un atelier avec Nathalie qui peint également. Le voisinage intrigué nomme l'endroit " la maison des sorcières".

    Évolution

    1842 Elle commence à peindre sur place les animaux dans les abattoirs. Pour cela elle sollicite l'autorisation de porter le pantalon plus pratique  que la jupe longue; auprès du préfet il faut demander " le permis de travestissement" renouvelable tous les 6 mois.

    Les Salons d'expositions

    Lieux obligatoires pour se faire connaître, trouver des acheteurs. Elle voyage dans la campagne, dans les provinces de France pour y peindre différents animaux dans des positions diverses. Elle est allée aussi en Angleterre, Allemagne. Elle sculpte également la terre cuite, les peintures sont parfois vendues aux anglais. Petit à petit elle va devenir célèbre.

    Des années importantes : récompenses

    1848 Elle reçoit la médaille d'or du Salon. Elle va acquérir une propriété, mais c'est aussi la date de la mort de son père.

    1849 Elle présente le splendide tableau "Labourage nivernais" dit "Sombrage" (qui se trouve au Musée d'Orsay) période où elle vit avec Nathalie et sa mère

    1851 Première étude du "Marché au chevaux", terminé il est exposé dans différentes villes pour être définitivement placé au Muséum of art de New York, plusieurs années après.

    1859 A 37 ans elle achète By, poursuit sa vie avec ses 2 amies, adopte de nombreux animaux jusqu'à avoir une lionne. Certains seront empaillés.

    1860 Elle va en Angleterre  présentée à la reine Victoria, rencontre Sir Edwin Landseer peintre anglais connu qu'elle a failli épouser?

    1865 Elle reçoit des mains de l'impératrice Eugénie "La légion d'Honneur". C'est la première femme artiste à être ainsi honorée .

    1867 A l'exposition Universelle elle est critiquée, ses peintures imitent les peintures anglaises.

    1870 La guerre

    Les allemands envahissent la France, elle est à By et veut organiser une milice. Le maire n'est pas d'accord " on ne se prend pas pour Jeanne d'Arc" . Elle aide les habitants sur la plan alimentaire. Décès de la mère Micas, enterrée au Père Lachaise

    1889 C"est le président Sadi Carnot qui lui remet "La Croix de la Légion d'Honneur". Mais  Le 21 juin Nathalie décède...

    Autre vie

    Une autre amie  Anna Klumpke américaine peintre remplace Nathalie. Elle fait la connaissance de William Cody " Buffalo Bill  venu à l'exposition de Paris, Rosa est prise de passion pour les indiens. Il va lui donner un cheval" nommé Margot"

    La fin  A 77 ans elle meurt, est enterrée  avec la famille Micas 74eme division au Père Lachaise. Sur la tombe on peut lire "Officier de la Légion d'Honneur" "L'amitié est une affection divine".

    Anna légataire universelle vendra beaucoup des ses œuvres.

    Ninette

  • Missions étrangères de Paris "Son jardin"

    Balade dans un petit jardin (privé !) de les Missions Étrangères, en plein centre de Paris….

    Bizarre, ce jardin, ne m’est pas inconnu. Déjà visité, lors d’une précédente exposition…

    Mais cette première visite n’avait pas attiré ma curiosité à ce point !

    En tant que "petit" jardin, à la française, il a tout de même une superficie de 1000 m2. Il fut dessiné en 1663 par un disciple de Le Notre, (le "jardinier" de Louis XIV !). Le plan n’a, pratiquement, jamais été modifier, même si quelques stèles ont été installées au fils des années.  

    Jardin privé, parce que, vue de la rue, rien ne laisse penser qu’il existe. De plus, le jardin n’est ouvert au public, que lors : des Journée Européenne du Patrimoine, et des Journée des Jardins.

    Jardin privé, aussi, parce qu’il appartient aux Missions Étrangères de Paris depuis 1684, et qu’il est caché derrière les logis des séminaires de celle-ci. Et de surcroit, pour y accéder il faut tout d’abord traverser le hall de ce bâtiment. 

    Mais avant même cela, il faut franchir le portail, ce qui ne peut se faire qu’en suivant un guide…. 

    Bref, on l’a bien compris : c’est privé !!! 

    À l’entrée du jardin, un cadran solaire, des fois, que le temps ait son importance ! 

    Il date de 1737, C’est une méridienne dont les traces sont orientées vers l’occident, gravées sur un muret en pierre. Le soleil, étant au rendez-vous, l’heure "définie" est 14 h 30.

    Une fois arrivé dans le jardin, un superbe concert de "Coucou-Cuicui", en sol majeur, nous accueille. Ignorante en la matière, je ne saurais dire qui mène l’orchestre ! Rien ne trouble celui-ci, bien que les bâtisses de la ville l’entourent. Et parmi celles-ci, mitoyenne, celle du 118 rue du Bac, dont les fenêtres ont un regard sur ce jardin. 

    Chateaubriand, y demeura en 1838 et y est mort en juillet 1848 et y trouva quelques inspirations… 

    "En traçant ces derniers mots, le 16 novembre 1841, ma fenêtre, qui donne à l’ouest sur les jardins des Missions étrangères, est ouverte : il est six heures du matin … " — Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe.

    À l’intérieur du jardin, un chemin déambule, devant différentes curiosités. Chacune commémore un évènement relatif aux missionnaires. 

    L’oratoire : Les aspirants aux Missions étrangères s'y réunissaient chaque soir pendant un mois et prier pour les missionnaires qui venaient de partir. À cette occasion un cierge sur lequel étaient inscrits les noms des partants, était allumé. Cette tradition remonte au naufrage du Mercedes en mer de Chine en 1860, où huit missionnaires trouvèrent la mort. De plus dans cet oratoire, autour de la statue de la Vierge, figurent les noms de divers missionnaires canonisés en particulier par Jean-Paul II. 

    Stèle coréenne. Située près de l’oratoire la stèle coréenne offerte par la cathédrale de Séoul à l’occasion de la canonisation des martyrs de Corée en 2003. La stèle porte les noms des martyrs, elle est soutenue par une tortue, qui symbolise la terre et la longévité, Elle est couronnée d’un chapeau avec deux dragons, symbolisant le ciel. La stèle représente l’union de la Terre et du Ciel dans l’Homme. 

    À proximité, une plaque informe, sa raison d’être. Elle est accompagnée d’une lanterne de pierre, et d’une inscription votive.

    La cloche chinoise : offerte en 1858 par le contre-amiral Charles Rigault de Genouilly au nom du corps français à Canton. Elle a été placée dans le jardin en 1873. Elle porte une inscription chinoise disant qu’elle était dédiée à Kouan-in, déesse bouddhique de la miséricorde en 1721. 

    À part ces stèles, 4 statuts en bronze, ont leur place dans le jardin, elles représentent, le Christ en Croix, le Sacré-Cœur, (dévotion à Jésus), Saint Pierre, et Saint-Joseph. 

    Ce jardin détient aussi un autre trésor… Il est planté de nombreuses essences rares, rapportées par les missionnaires en voyage au bout du monde. Sans oublier des abeilles qui y ont quelques royaumes… 

    Au XXe siècle, certaines plantes exotiques découvertes par le père Jean-Marie Delavay mort en Chine le 31 décembre 1895, botaniste de plantes en Chine, sont ajoutées au jardin. Ce missionnaire avait rassemblé une des collections botaniques les plus importantes de la fin du XIXe siècle, dans une région limitée du Yunnan.   

    Plusieurs autres missionnaires botanistes en Asie, offrent une variété de plantes, comme les rosiers Soulieana, Moyesii ou Roxburghii...et bien d’autres encore

    Cependant, mes connaissances, en botanique, tout comme le concert, "Coucou Cuicui" sont peu fertiles…. Alors je me fais la promesse d’y retourner lors des portes ouvertes….

    En attendant, je regarde, je respire, et j’écoute…

    Et puis, en quittant ce "petit" jardin, je jette un coup d’œil sur la méridienne. Son ombre est plus courte …. Oui, le temps passe trop vite. ! 

    Arletteck

    paris

    ©2021by ArletteCk

    Voir plus de photos, cliquez sur la tortue

  • Deux pensées fontamentales à lire

    paris,livreCondition de l'Homme Moderne d'Hannah Arendt 
    Biblio Essais. Livre de Poche. Editions Calmann Levy 2021

    Une lecture ou relecture à faire, particulièrement dans la situation où nous sommes.

    M'intéressant depuis 2005 à la place respective dans nos vies des sphères publique et privée

    Je suis éblouie par la profondeur et la singularité des analyses d' Hannah Arendt sur le sujet.

    Comme le dit sa phrase célèbre mise en exergue de Privé-Public 2020*, extraite de l'Impérialisme (éditions Fayard 1982), hors de la vie publique  et de  la citoyenneté qu'elle institue, l'humain est ramené à une condition animale, celle de l'espèce  : "Privés de ce grand égalisateur de différences, apanage de ceux qui sont citoyens d'une communauté politique (..) puisqu'il leur est désormais interdit de prendre part à l'intervention humaine, ils n'appartiennent plus à l'espèce humaine".

    C'est ce même constat  qu'ont rapporté les rescapés des camps de la mort, tel Robert Anselme*.

    Dans Condition de l''Homme moderne cette importance de la sphère publique  est soulignée à propos de la VITA  ACTIVA opposée à la VITA CONTEMPLATIVA..*

    La philosophe est péremptoire : "il ne saurait y avoir de véritable action qui pour s'éployer ne nécessite son passage au public". "L'action veut la lumière éclatante du domaine public".

    "L'humain n'a rien fait de plus grand que le domaine public". "Le seul facteur indispensable à la puissance est le rassemblement des hommes". "Vivre une vie entièrement privée, c'est être privé des choses essentielles à une vie réellement humaine. " "Pour nous l'apparence, ce qui est vu et entendu, constitue la réalité".

    L' action qui contrairement à l’œuvre d'art qui, elle, peut rester anonyme, proclame  l'identité de son auteur  est inséparable de la parole : "L'acteur, le faiseur d'actes n'est possible que s'il est en même temps un faiseur de paroles. Pour l'acteur de théâtre, comme pour l'homme et la femme public(que)s à qui "il faut bien du courage, de la hardiesse pour quitter un abri privé, à faire voir qui l'on est, à se dévoiler et à s'exposer", l'énergie  qui déclenche et accompagne cette action s'y consomme et s'y consume toute. "le produit est identique à l'acte qui l'exécute".

    D'où le bien-être qui suit, "l'eudémonia", c'est à dire le fait que ce "démon"  personnel au sens de la Grèce antique  devienne visible à tous.

    Cette dimension salvatrice de la présence en public actuellement menacée par la survivance de l'épidémie et des contraintes qui tentent de la juguler doit nous rester présente à l'esprit, comme la condition-même de l'existence.

    En Afghanistan et ailleurs, pour des raisons idéologiques, les femmes particulièrement, vont devoir continuer de plus belle, parfois au péril de leur vie, à se mobiliser pour  accéder à cette vie publique, y progresser ou s'y maintenir.

    D'autres pistes novatrices, dans cet ouvrage comme la nécessité de la promesse et  celle du pardon, et la dénonciation de la violence dans laquelle se sont égarées, et ont échoué pour finir la plupart des  révolutions.

    Et le constat que nous entrons  dans une ère où l'envol de la science modifie les repères philosophiques, remplaçant l'exigence de vérité par celle de véracité et  le réel par ce qui est digne de foi, et stimule les ambitions interstellaires, en pleine extension, selon la jolie formule : "nous avons mis le gobe terrestre au salon".

    (*)Prive-Public 2020 (editinter éditions 2021).
    (*)Robert Antelme.L'espèce humaine.(NRF.1949).
    (*)abordée dans la Vie de l'Esprit, oeuvre inachevée.

     

    paris,livreLe tacite, l'humai
    Anthropologie politique de Fernand Deligny par Catherine Perret.(La librairie du 21e siècle. Editions Le Seuil 2021.

    Outre quelques psychiatres et psychanalystes qui se souvient de Fernand Deligny, militant et chercheur inclassable, tentant d'inventer un chemin hors des sentiers battus : politiques, médicaux (y compris ceux de la psychiatrie institutionnelle dont il a connu et estimé les représentants et ceux innovants de psychologues engagés comme d'Henri Wallon qui fut un de ses amis). Ou hors  des voies tracées par le philosophe Canguilhem ou l'anthropologue Leroi Gourhan*  dont il était proche.

    Le mérite de Catherine Perret est d'ouvrir à toutes et tous ce parcours et cette pensée qui auraient pu se confiner au milieu et aux débats des spécialistes.

    C'est l'accompagnement lumineux d'une vie pleine d'embûches qui traverse la période de la seconde guerre et le régime de Vichy puis le bouillonnement des années 60-70, décrite avec précision : celle de ce passionné sans titre universitaire qui ne se voulait ni thérapeute ni théoricien mais élaborait au fur et à mesure de ses expériences un nouvel abord du  problème des enfants dits incurables: les autistes.

    C e livre captivant épouse par son ton - même la démarche de  Deligny : nul pathos, nul trémolo.

    Lui-même refuse les poncifs des soignants habituels : il ne s'agit pas d'aimer ces enfants mais de les aider. Leur permettre de retrouver une voie que l'absence de langage et donc d'atteinte d'un certain "nous" semble leur interdire mais dont ils restent en quête et qui comme pour tous est relié à un noyau archaïque, non verbal : un "nous d'espèce".

    Pour ce faire il faut inventer des démarches singulières, comme le filmage que Deligny  appelle "camérer" ou "projeter" un film veut dire simplement en organiser le projet - dont les images montées d'une certaine façon permettront de repérer ce qu'à l'oeil nu on ne peut voir. Et  amèneront l'équipe à inventer ces "cartes" où le tracer, tel celui de la ligne sur le tableau noir effectué  par l'élève muet rejeté par la classe (qui va être pour l'instituteur  un révélateur définitif) évoquera par exemple les déplacements circulaires du petit Janmari* cherchant  à rejoindre le autres, ou ce qu'ils ils ignorent d'eux-mêmes. "Ce qui nous manque par rapport aux enfants autistes, c'est ce que nous avons: le langage verbal".

    Car  là est la dimension proprement révolutionnaire de l'entreprise: ces enfants privés du langage nous indiquent ce qui nous manque à nous les parlants. "Ce que nous avons perdu : ce nous d'espèce qui constitue la vie humaine, l'humanité de l'espace, un facteur de civilisation".

    Ce que prône Deligny c'est une clinique du milieu - les relations intersubjectives des enfants avec des thérapeutes lui semblant inefficaces. Comme la caméra, les cartes et les textes qui les commentent font ainsi partie "du milieu qui se crée collectivement, là, entre nous, au quotidien".

    À propos de ces pratiques d'enregistrement, Deligny souligne un paradoxe : "C'est par les techniques qu'elle a inventées pour sortir de sa condition d'espèce que l'humanité peut y rentrer".

    Il devient alors possible de moduler ce milieu. De le travailler en fonction des observations de ce qui fait attraction sur l'enfant, de ce qui provoque émoi, colère, allégresse, et d'intégrer les effets de cette vie animée des choses au milieu des hommes. Deligny en parle comme d'un tableau. Il souligne ainsi la manière dont le repérage, l'utilisation des variations de l'atmosphère et de leurs effets, peut être abordé comme une matière ou comme une couleur. "Les cartes montrent ainsi que l'action clinique n'a parfois, et peut être plus souvent qu'on le croit, pas besoin de porter sur celui qui est affligé du stigmate de l'anomalie. Qu'elle peut aussi bien porter sur les  « entours » pour reprendre un mot de Jean Oury".

    On peut distinguer sans tomber dans l'artifice une divergence de fond entre ces  deux penseurs due à la spécificité de leur action  dans le champ intellectuel et non à une différence de nature et de conviction dans leur engagement: à la foi d'Hannah Arendt en la parole s'oppose la suspicion de Deligny à  l'égard de celle-ci ; comme d'un facteur illusoire de civilisation à "faire avaler à tous prix" aux "handicapés" du langage.

    Mais ils se rejoignent sur le constat devenu prééminent d'une Nature en voie d'extinction à cause des  menées humaines et sur la différence entre l'agir et le faire-le premier qui caractérise la démarche de Deligny étant, comme le souligne la philosophe, encore imprégné de cette "vita contemplativa" survivant dans la référence aux modèles et dans une recherche et  une  invention incessantes ; alors que le second instituant  l'ère moderne, est celle d'un l'homo faber réduit à la productivité - une productivité qui est devenue moins celle d'objets  que celle de la  chaîne infinie des processus de fabrication d'outils.

    La dernière phrase du livre de Catherine Perret peut être notre conclusion : ces penseur(e)s mettent "en évidence une zone de fragilité qui est pour la civilisation un point d'effondrement potentiel (comme eux il faut) faire de ce point d'effondrement un horizon utopique".

    Marie-Claire CALMUS

    (*) Leroi Gourhan, anthropologue et sociologue, auteur de Le  Geste et la Parole.(éditions Albin Michel 1964).
    (*) film : Ce gamin-là réalisé en 1975 par Renaud Victor.