Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28.09.2009

Littérature viticole

Alain Decaux
- On ne sait pas quand est apparu le vin rouge, mais ça remonte aux temps les plus reculés. Les premières mesures de lutte antialcoolique remontent aux Pharaons, alors ça ne date pas d'hier...

Olivier de Kersauson
- Pour savoir qu'un verre de rouge est de trop, encore faut-il l'avoir bu !

René Fallet
- Je bois le vin de table, même quand il n'y a pas de table.

Ninette

02.09.2009

Septembre - Et hop un dicton

Si septembre est humide
Y'aura pas de barriques vides

Ninette

23.08.2009

Les petits bonheurs "ornithologiques parisiens"

Suite à la note de Ninette

Nous habitons depuis plus d’une quinzaine d'années un appartement en rez de jardin dans une petite rue tranquille du 12e arrondissement.

Le jardin est assez grand, comporte des espaces de gazon, des massifs de fleurs (rosiers,hortensias,sauges, millepertuis etc…) et quelques arbres. Notamment un pin situé à quelques mètres de notre salle de séjour. C'est un espace privilégié pour les oiseaux, d'autant que le jardin est interdit aux promeneurs. C'est le domaine des oiseaux et des chats. Nous sommes donc devenus familiers des uns et des autres et, en ce qui concerne les oiseaux, nous avons eu le temps de reconnaître et mieux connaître plus d’une quinzaine de volatiles sédentaires ou de passage.

Notamment : les moineaux, merles, pigeons ramiers et bizets, étourneaux, pies, mésanges, rouge-gorges, grives, magnifique pic vert et rouge qui vient nous visiter une ou deux fois l'an pour se gorger de fourmis qu'il déterre dans la pelouse (comment le sait-il ?) pic épeichette, corbeaux, pinsons etc..
Nous avons eu aussi pendant quelques années un rossignol qui nous émerveillait de ses chants au petit matin à la belle saison.

Zette & Noah Couple Geai 316.jpgEt puis il y a nos geais (cliquez sur la photo pour l'agrandir), un couple qui est là une grande partie de l'année, sauf l’été qu'il passe dans le bois de Vincennes, avec leurs petits. Ils sont magnifiques avec leur plumage fauve rosé sur lequel tranche le bleu barré de noir et de blanc des convertures alaires.

Au fil des années, ils sont devenus de plus en plus familiers, réclamant leur nourriture, soit en signalant leur présence dans le pin par leurs cris discordants, soit même en venant frapper du bec les carreaux de la salle de séjour, jusqu’à venir manger dans la main ! . Leur nourriture principale est le gland du chêne commun (d'où leur nom : « le geai des chênes : « garrulus glandarius «étant le nom savant) et nous en constituons des provisions chaque automne pour les nourrir pendant l'hiver.

Sauf que l'an dernier... incroyable mais vrai … il n'y a pas eu de glands en région parisienne ! Certes, des amis nous en ont rapatrié quelques kilos du sud-est, mais nous avons dû entre temps les alimenter autrement, c'est-à-dire... avec des noisettes. Ce dont ils ont immédiatement raffolé.
Sauf que... les noisettes décortiquées coûtent cher...

Heureusement, l'année 2009 se présente sous de meilleurs auspices : les chênes du bois sont couverts de glands !

Au fil des années nous avons pu observer leur comportement : cachant des provisions dans la terre (sylviculteur involontaire) ou dans les creux du pin, exactement ce que disent les livres.
Autre spectacle : l’éducation des petits : manger, voler …

Nos geais se prénomment Noah et Zette . Devinez pourquoi...

Noah_le_geai_332.jpg ZetteFemelleGeai326.jpg

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Jacques et Nicole

02.08.2009

Août - Et hop un dicton

C'est le soleil d'août
Qui donne aux pommes leur goût

Ninette

31.07.2009

Surprise au jardin

Suite note du 20 juillet

En jardinant ce matin
Je me suis fait un copain.
Tout en griffant la terre
Coupant les tiges de lierre,
Les mains baissées, la tête en l'air,
Soudain mon regard fut attiré
Par quelque chose venant de passer,
Tout près là, j'ai cherché.
Oh ! Aussi surpris que moi
Le petit oiseau, tout en émoi
Me regardait fixement.
Je ne fis aucun mouvement
De peur de l'affoler, du reste
Ni lui, ni moi , faisions un geste.
Allait-il s'envoler ?
Et non ! Alors je lui ai parlé.
Il a tourné la tête, son oeil brillant
merle7.jpgMe fixait, puis sautillant
Piqua, son bec jaune dans la terre
Par petits coups, débonnaire
S'approcha de moi, sans en avoir l'air
Je craignais vaille que vaille,
Qu'il me prenne pour un épouvantail.
Je repris mon travail intriguée
Par son attitude rassurée,
Amusée de sa compagnie
Offerte ainsi, à l'heure de midi.
Lorsque subitement il s'envola
Pour revenir, tout près de moi, là
Comme pour me remercier
Du bon repas qu'il avait trouvé.
Tout fier, venant me montrer
Un gros ver dans son bec coincé,
Et sans crainte, maintenant le déguster !
Reprenant mes outils, ne pensais plus à lui,
Quand plus tard je le vis,
merle5.jpgSur une branche perché, blotti
Le ventre bien rebondi,
Bien installé pour dormir,
Alors que je m'apprêtait à partir
Son regard me suivait, en ami,
Pas sauvages, les merles, à Paris !

Ninette

22.07.2009

Juillet - Et hop un dicton

Coccinelle de fleur en fleur
Est signe de bonheur

Ninette

20.07.2009

Un petit coin de nature

vacances012.gif

Voici les vacances : la mer, la montagne, la campagne,
un autre horizon ; est-ce obligatoire ?
Cherchez bien, à Paris on peut s'évader aussi....
.

J'ai découvert un jardin abandonné,
Quelle mouche m'a alors piquée

Pour que j'en grattouille sa terre,
Sans rêver d'en faire "un jardin extraordinaire" ?
Petit lieu insoupçonnable
Au décor lugubre, peu agréable,
Qu'offrent quelques arbres aux membres noueux
De branches noires, mortes, jugez un peu !
Le sol recouvert de verdure peu accueillante,
Que s'aventurer dessus... me hante !
La surprise passée, plus fort fut le désir
D'apporter là, couleurs, aux yeux du plaisir.
Avant de découvrir sa qualité
Combien de lierre il fallut couper !
Sans parler des ronces piquantes
Sans gêne, partout envahissantes !
Mais le courage vint en travaillant
Chaque fois un peu plus ardemment.
Je découvris sous cette couverture étalée
De grosses dalles pour une future allée.

Lire la suite >>>>

04.07.2009

Juillet - Eh hop un dicton

En juillet sombre matinée
N'empêche pas belle journée

Ninette

16.06.2009

Juin - Et hop un dicton

2ème quinzaine de juin
- guêpes agitées
- orage annoncé

Jeanet

02.06.2009

Toutes voix dehors !

Parmi ces voix quelques-unes sont connues de notre association puisqu'adhérents depuis de nombreuses années : Colette, Huguette, Philippe........

Vous êtes cordialement invités à venir les écouter mardi 9 juin à 20h30 au Théâtre Douze, 6 avenue Maurice Ravel à Paris 12, dans le cadre du spectacle de fin d'année de l'atelier chanson et de la chorale de Pascale Pasqualini.

concert 9 juin.jpg

Cliquez sur l'image pour l'agrandir