Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Retour

Mon inspiration ?
Plutôt moins que plus
Sans doute à cause du virus
Car l'espoir est toujours frappé
Par la reprise de cette saleté,
Avec des contraintes à observer
Plus ou moins appréciées
Loin, le climat de la gaité
Mais le droit de manifester !
               Alors

J'ai cherché, j'ai observé
Des trucs pour sourire
Et ce que j'ai remarqué
Durant cet été
Dans mes souvenirs
Vont sûrement s'inscrire.
Voici ce qui attira mon attention
Des bizarreries disons
Ou simples admirations
Soulevant ma stupéfaction.

                Donc

Partie quelques jours pour ne rien faire
Pouvoir enfin prendre l'air,
Et juste, depuis un balcon
Scruter l'horizon,
Admirer les voiliers au loin,
Regarder le jardin
Animé par des vacanciers
Dans des jeux déployés
Et qui s'ébattent à gogo
Jusque dans l'eau,
Sur un fond musical
Sans émouvoir l'animal
Qui, tout proche, sur un toit
Repère qui ? Moi !

              Ah ! Bon !

Est-ce une mouette ou un pigeon ?
Par son chant pas de confusion
De couleur grise, beige rosé,
Difficile à identifier.
Le fait de lui parler
Il ne cherche pas à s'envoler,
Mais ne cesse pas de me regarder
Tourne la tête, cligne des yeux
Intrigué, émet des sons chaleureux.
Osera ma barre d'appui
Mais au moindre geste, s'est enfui !

                Tant pis !

Peut-être était-ce cette pigeonne
Découverte peu après, si mignonne
Depuis la terrasse du bar
Levant haut  les yeux par hasard,
Je remarque un fouillis végétal.
Je me déplace pas mal
Je vois presque cachée
Pour ainsi dire coincée,
Une bête blottie au-dessus d'un nid
Sur un luminaire construit
Roucoulant fort sous cette charpente
Conversation charmante
Échangée avec ses petits.

             Adorable

 Les mères sont toutes les mêmes
Animales ou humaines
Quand le petit a faim 
Tout divertissement prend fin.

               Voilà

Une maman de sept enfants
Profite d'un bon moment
Se baigne, joue tranquillement.
Mais au bout d'un certain temps
Quelle ne fut pas ma surprise
De la découvrir gracieusement assise
Sur le rebord de la piscine
Telle une madone en vitrine
Donnant le sein généreux
Au tout petit bienheureux !

          Surprenant 
          Magnifique !

De retour à Paris, comme d'habitude
Je deviens la nounou
Du chat British, une  certitudeparis,vacances
Il est chez lui, chez nous !
Mais un chat peut être jaloux !
Preuve à l'appui
Non, il ne s'agit pas de lui !

            Incroyable

Mes murs par ci par là sont décorés
Avec des affiches animalières
Une période durant
Avant un éventuel changement.
Placée dans l'entrée
Une, représente un chaton type "gouttière".
Celui-ci n'a visiblement pas apprécié
Cette nouvelle arrivée étrangère...
L'affiche n'arrêtait pas de tomber
Claquant de colère sur le parquet.
Plusieurs fois recollée,
Et changée de place aussi.
Au sol, le pensionnaire s'en servit de tapis
Évidemment, mécontent, le chaton
A bien compris la leçon 
Honteux de servir de paillasson !
Alors récupéré, s'est calmé maintenant 
Avec son regard perçant
Il trône dans le salon,
Et je vous l'assure vraiment
Il ne lui manque  que les ronrons !

                Illusions

Bien volontiers je le reconnais
Tout cela manque d'intérêt,
Mais avant la rentrée
Il faut se roder,
Sinon tout va rouiller
La tête, la volonté, les idées, le stylo
Donc avant de reprendre le boulot,
Voire les compte-rendus d'Arvem,
Si nous avons enfin la veine
De reprendre des activités
Mieux vaut s'entraîner !
Merci pour votre courage
D'être allés jusqu'au bout
C'est un peu le bavardage
Que nous n'avons plus du tout !
Ninette

Écrire un commentaire

Optionnel