Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19.12.2019

Atelier écriture "Que vous inspirent ces timbres ?

Thème : Timbres choisis le portrait de Maurice Ravel et La Baigneuse à mi-corps de Ingres.

paris,atelier écritureCe soir, à l'opéra Bastille, l'orchestre philharmonique de Radio France interprète un concert de Maurice Ravel, ses œuvres les plus connues, dont l'envoûtant "Boléro" prévu en clôture.

Héloïse attend depuis longtemps cette soirée exceptionnelle. Depuis sa loge elle est toute ouïe se sentant emportée par les violons. Son admiration pour le chef d'orchestre n'est pas nouvelle, depuis plus d'un an elle rêve de l'approcher, de paraître sur scène à ses côtés. De sa loge elle ne le quitte pas des yeux. Grand, large d'épaules, épaisse chevelure brune bouclée, il se distingue parmi tout l'orchestre. Vêtu d'une queue de pie noir, d'une chemise blanche au col cassé surmonté d'un nœud papillon blanc. Comment pourrait-il ne pas attirer l'attention de la belle Héloïse.

Parée d'une longue robe à fines bretelles en taffetas bleu nuit, les épaules couvertes d'une étole aussi fine que légère, elle étouffe malgré tout, visiblement Il lui fait sensation.

Elle s'imagine être près de lui, ou mieux, dans ses bras, elle s'y croit déjà, elle divague.

paris,atelier écritureBaissant discrètement une fine bretelle de sa robe, puis la seconde, elle se sent plus à l'aise, Tout en continuant à relever sa longue robe au dessus du genou. Elle est ailleurs si bien qu'elle se dévêt un peu plus, passe du dos nu, aux seins nus. Peut-être la verra-t-il depuis la scène, cessera-t-il de jouer, viendra-t-il la chercher ?  Dans la pénombre, sa peau si blanche, si pâle ne peut passer inaperçue, elle en a des frissons.

Silence, voici les premières notes du "Boléro", quinze minutes d'ensorcellement.

Soudain des applaudissements; seraient-ils pour elle ? Comme envoûtée, elle se lève, rejoint le public en liesse par l'allée centrale, oubliant qu'elle est en tenue d'Ève. Tous les regards se posent sur cette créature sortie des nues.

L'observant discrètement depuis le début du concert, un homme ne perd rien de ce spectacle inattendu, surpris mais inquiet, ce n'était pas prévu au programme : "Cette femme a perdu la tête, elle doit vite se rhabiller, il faut l'isoler de la salle".

Elle se sent cernée de tous côtés par des femmes jalouses de ne pas être aussi belles, aussi jeunes, l'accusant de provoquer leurs maris. Soudain, prise d'étourdissement, Héloïse s'écroule dans les bras d'un vieux monsieur semblant heureux de ce fait inattendu, mais bien embarrassé de cette situation. Il la protège délicatement de sa veste, part en quête d'un autre vêtement afin de couvrir le tout.

Les lumières s'allument, la salle se vide, le chef d'orchestre s'informe de cet incident, par principe et fait le nécessaire afin de régler l'affaire.

Héloïse passera la nuit à Sainte Anne. Isolée dans une chambre, ce soir elle est heureuse d'avoir attiré l'attention, d'avoir osé, de s'être montrée en spectacle. Tout ça pour un chef d'orchestre qui l'a complètement ignorée.

Depuis, elle fait du théâtre. Un soir, ayant le rôle principal dans "Scandale à l'Opéra" elle l'aperçoit au premier rang. Est-il ici par hasard, l'a-t-il reconnu, le titre du spectacle lui a-t-il remémoré un événement vécu ? Elle veut savoir.

Dès la fin de la représentation elle le rejoindra, ils s'installeront au bar. Elle lui fera part du déclic qu'il a provoqué grâce à son indifférence. Ce sera une rencontre assurément sans scandale.

AnnickD

Les commentaires sont fermés.