Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19.11.2011

Promenade au Père Lachaise

En cette fin d'octobre, une visite au Père Lachaise s'imposait.

Nous avons fait le parcours qu'aurait suivi Victor Hugo pour les obsèques de son fils Charles, depuis la Place des Vosges.

Ceux, qui parmi nous, sont arrivés assez tôt au rendez-vous, ont eu la possibilité de voir, dans la Maison de Victor Hugo, le tableau de ces funérailles, représentant également, au passage du convoi, la démolition des barricades érigées à l'occasion de la première journée de la Commune.

Prenez mon bras et allons rejoindre les amis regroupés.

Tous réunis firent le tour de l'ancienne Place Royale afin d'y connaître, au fil du temps, les illustres occupants. Puis le guide entama la promenade avec de fréquents arrêts "pour ne pas fatiguer son monde".

paris,promenadeSur le boulevard Beaumarchais le célèbre écrivain y possédait sa demeure avec un jardin magnifique, plus loin, c'est l'histoire de l'éléphant de la Bastille, puis un salut à la maison de Verlaine, place Léon Blum, évocation des derniers instants de la Commune, entre-autres...

Remontant la rue de la Roquette quelques explications furent données sur "l'abbaye des 5 pierres" et les deux prisons. Enfin "le grand jardin du repos" s'offrait à nous.

Toujours avec le même plaisir, nous avons évoqué les grands noms par notre visite sur Colette, A. de Musset, F. Faure, Blanqui, famille Hugo, Dalou, S. Bernhardt, Parmentier, Chopin, La Fontaine..(Si nous avons su reconnaître les fables représentées en bas-reliefs sur le tombeau, vous avez fait l'admiration des promeneurs à l'écoute, de vos récitations données en chœur spontanément).

Mais nous nous sommes arrêtés également devant M. Trintignant, S.Daumier, G.Bécaud, Mouloudji (mais là heureusement, nous n'avons pas chanté, car le ciel aurait pu verser des larmes ! ).

Nous avons continué dans ces chemins tortueux pour retrouver C. Chabrol, Desproges tout proche, sans oublier un détour vers V.Noir et son superbe gisant, dont les détails vestimentaires si bien rendus, créent, à chaque fois l'étonnement.

Sur le chemin du retour, pour terminer, impossible de ne pas s'arrêter devant le caveau néo-gothique d'Héloïse et Abélard.

paris,promenadeC'est au son de la cloche annonçant la fermeture, qu'il fallut quitter cet endroit si fleuri à l'approche de la Toussaint, et dont les couleurs d'automne donnent un charme particulier chassant toute tristesse.

Ninette

Les commentaires sont fermés.