Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vos lectures - Page 3

  • Lire "Laissez-vous guider sur les pas de Napoléon"

    paris,écritureCe livre de Stéphane Bern & Lorant Deutsch doit vous permettre de vous remémorer l'émission "Laissez- vous guider" diffusée sur France 2 le mardi 13 avril, où si vous l'avez manquée vous profiterez, malgré tout, des reconstitutions en 3 D et des images de synthèse qui illustrent (avec bien d'autres documents) le récit de la vie si passionnante de cet homme de génie qui a forgé le destin de la France et de l'Europe.

    Ce récit, superbement illustré, conduit le lecteur de la Chaussée d'Antin où se situait la maison Chantereine  cadre de la grande passion avec Joséphine et de son envol vers la gloire ( campagnes d'Italie et d’Égypte) au château de St Cloud lieu du coup d’État du 18 Brumaire à son retour d’Égypte.

    On est ensuite invité à l'Hôtel des Invalides (lieu de sa sépulture) où l'on prenait soin de ses fidèles grognards puis au château de Malmaison si cher à Joséphine (elle y mourut)

    Enfin nous nous promenons sur les Grands Boulevards et ses passages lieux de plaisirs : "Paris est une fête" avant de nous diriger vers le Palais de l’Élysée décor de sa chute.

    Puis c'est un dernier voyage vers l'île d'Aix ultime et bref séjour sur la terre de France avant l'exil  à Ste- Hélène.

    Un livre à ne pas manquer 200 ans après la mort de l'Empereur.

    Jean-Paul

  • Lire "La fille de Napoléon" de Bruno Fuligni

    "Ma vie est un roman" aurait déclaré avec justesse Napoléon ( certains historiens contestent cette affirmation, mais qu'importe)

    "Ma vie est un roman" aurait pu s'exclamer également Charlotte Chappuis cette fille de Napoléon que le lecteur découvre avec bonheur sous la plume de Bruno Fuligni dans un livre qui le  conduit depuis 1815 jusqu'au XXeme siècle ( le banquet des maires" du 22 septembre 1900 est particulièrement bien raconté).

    L'illustration adéquate, bien choisie, permet de constater la ressemblance troublante de Charlotte  Chappuis (devenue Mme Muller) avec les sœurs de Napoléon.

    Tous les curieux de l'Empereur doivent se précipiter sans tarder sur cet ouvrage.

    Jean-Paul

  • Lire "La musique des lilas blancs"

    J'ai bien aimé le livre de mon amie Chantal Marchal "La musique des lilas blancs".

    C'est en partie autobiographique, ma copine n'ayant jamais connu son père,  les lieux sont ceux de notre enfance. J'ai trouvé que c'était bien écrit.

    " 1950, Une guinguette au bord de l’eau est le théâtre d’un coup de foudre entre Madeleine et un mystérieux inconnu. Ainsi naît, entre les deux, une histoire passionnelle. Alors qu’il ne donne plus aucun signe de vie, grandit en Madeleine le fruit de leur amour.

    Enfant, Madeleine était douée d’un sixième sens. Ce don ressurgira-t-il à un moment déterminant de sa vie ?

    1980, Jeanne, jeune médecin, a toujours recherché son père, en vain. Le retrouvera-t-elle ? Que cache ce parfum capiteux de lilas qui embaume la pièce aux moments décisifs de la vie de Madeleine et de Jeanne ?"

    Si vous avez l'occasion de le lire vos impressions me feraient plaisir.

    ColetteD

  • Lire "Napoléon. La certitude et l'ambition" de Charles-Eloi Vial

    Ce livre sur Napoléon doit être le premier titre de la Bibliothèque des illustres.

    Il se dévore littéralement.

    L'Empereur suivant l'auteur n'aurait jamais dit  "Quel roman que ma vie!". Qu'il l'ait dit ou pas n'a pas grande importance. C'est un véritable roman qui se déroule devant les yeux du lecteur depuis  "le Corse anonyme" jusqu'à "la défaite et la légende" en passant par "le coup d’État" et les années de gloire.

    Un livre bien écrit et savamment illustré à recommander à tout admirateur ou non  de l'Empereur.

    Jean-Paul

     

  • Lire "Blum le Magnifique" par Frédéric Salat-Baroux

    paris,livreL'auteur nous livre un portrait inédit et passionnant, tout à la fois psychologique intellectuel et politique du grand homme d’État que fut Léon Blum.

    À cela s'ajoute le mystère Léon Blum. Comment ce jeune homme délicat ami de Proust et de Gide qui ne rêvait que de littérature va se transfigurer en un leader politique, héritier et successeur de Jaurès.

    Un livre qui nous replace dans la "Belle époque" (l'affaire Dreyfus qui joua un grand rôle dans la prise de conscience politique de Léon Blum y est bien relatée.)

    Jean-Paul

     

  • Lire "Vingt intellectuels sous l'Occupation"

    paris,livreLors d'une discussion ou à la suite d'une émission télévisée traitant du sujet il nous est arrivé de nous poser la question; " Et moi qu'aurais-je fait durant l'Occupation ? Du quel côté me serais-je trouvé" ?

    Laurent Wetzel nous aide (en partie) à répondre à ces questions en nous relatant le parti pris pour 20 intellectuels durant cette période.

    Nous y trouvons des résistants comme Pierre Brossolette ("un modèle d'esprit, de devoir et de sacrifice") et Monseigneur Jules Saliège ("La Résistance spirituelle") des "collabos" comme Marcel Déat ("Un ami de la Waffen SS") et Pierre Drieu de la Rochelle ("Hitler, mon idéal politique") sans oublier quelques ambivalents comme Georges Pompidou ("Un résistant en puissance") et François Mitterrand ("Morland le Francisquain").

    Ce livre ne pourra que vous interroger.

    Jean-Paul

     

  • Lire "Président cambrioleur"

    president-cambrioleur.jpg"Les Français ne savent pas qui je suis". Corinne Lhaîk, journaliste à "L'Opinion" après avoir dirigé le service politique de "L'Express" nous aide à le mieux connaître. 

    Emmanuel Macron on l'admire plus qu'on ne l'aime.

    On le hait plus qu'on ne le déteste

    Son goût de la séduction jette un doute sur son authenticité.

    Bref ! Je vous invite à découvrir dans ce livre, qui le raconte, ce président au plus près de la réalité d'un homme qui verrouille son intimité.

    Jean-Paul

  • Lire "La familia grande" Camille Kouchner

    Ce livre actuellement fait scandale dans notre "douce France".

    L'auteure est la fille de Bernard Kouchner et d'Evelyne Pisier (sœur de l'actrice Marie-France Pisier). Elle est surtout la belle-fille d'Olivier Duhamel, un habitué des plateaux-télé, qui abusa d'un de ses beaux-fils (Victor dans le livre).

    Camille Kouchner nous y décrit un milieu  "gauche caviar" (Evelyne a été quelques années la compagne de Fidel Castro) qui se contemple lui-même avec bienveillance et admire son impertinence supposée et sa prétendue liberté.

    C'est une vie affranchie des conventions bourgeoises dans une double villa avec piscine où prolifèrent les gens de maison rappelés à leur devoir à coups de clochettes (on repassera pour la Révolution).

    C'est un livre évocateur d'un monde "soixante-huitard" (Cohn-Bendit est un des intimes de Marie-France Pisier). "Il est interdit d'interdire" .

    Nous est conté un monde qui se désagrège.

    Jean-Paul

  • Lire "La peste" d'Albert Camus

    paris,livre

    En  ces temps de pandémie il m'a semblé fort à propos de me plonger dans les affres d'une autre épidémie plus mortelle qui s'abattit, selon la chronique, dans les années 40 sur la ville d'Oran.

    Après la présentation de la ville (le cadre est loin d'être idyllique Oran est une ville sans pigeons, sans arbres et sans jardins) nous suivons le récit du docteur Bernard Rieux qui a la surprise de découvrir un rat mort (avant bien d'autres) le 16 avril avant d'assister à la prolifération de l'infection qui en résulte et ceci jusqu'au 25 janvier suivant où les portes de la ville s'ouvrent après 9 mois de confinement.

    L'atmosphère est, bien entendu, loin d'être gaie. Le style de l'auteur est en accord avec l'atmosphère.

     Jean-Paul

  • Lire "Je François Villon"par Jean Teulé

    paris,livreJean Teulé on aime ou on déteste. Pour ma part j'ai détesté "Charly 9" et "Fleur de tonnerre" mais par contre avoir beaucoup apprécié "Mangez-le si vous voulez"; "Je François Villon" est dans la veine de ce dernier sans être aussi tragique. Nous y partageons la vie ô combien mouvementée de François Villon qui fait les 400 coups dans le Quartier Latin au grand désespoir de "son presque père" le chanoine Guillaume Villon (il en a pris le nom) "qui  m'a été plus doux que mère".

    Il fallait la verve de Jean Teulé pour le suivre de "bordeau" en "bordeau" à la suite de ses amis écoliers ou "coquillards".

    Un livre a ne pas manquer si vous ne l'avez déjà lu.

    Jean-Paul