Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

livre - Page 5

  • Lire "Ils voyagèrent vers des pays perdus" de Jean-Marie Rouart

    Le 11 novembre 1942 un télex annonce au monde abasourdi que le  maréchal Pétain a quitté Vichy pour regagner Alger où les Américains de son ami Roosevelt viennent de débarquer.

    À Londres après la consternation c'est l'affolement. Le Général qui songe au suicide (comme après l'échec devant Dakar) décide de rassembler ses troupes  (quelques fidèles autour de Kessel, Druon, Aron )  et d'affréter un bateau de guerre surnommé le "cercueil volant".

    Quelle est sa destination ? Comment se terminera cette équipée ? Vous le saurez en dévorant ce roman picaresque où Jean-Marie Rouart s'interroge (dans un français châtié) sur l'Histoire ainsi que sur certaines énigmes troublantes de la Résistance et de la Collaboration.

     Jean-Paul

     

  • Lire ""L’inconnu de la poste" de Florence Aubenas

    Je connaissais la journaliste grand reporter Florence Aubenas, me rappelais sa prise en otage en 2005 en Irak. Je méconnaissais l’écrivaine.
    J’ai découvert avec bonheur ses talents d’écriture grâce à son dernier livre "L’inconnu de la Poste".
     
    Elle y relate l’affaire Thomassin : en 2008 dans le village de Montréal-la-Cluse (Ain), Catherine Burgot est assassinée de 28 coups de couteau à "la poste de poupée" où elle travaillait, et 2 500 € sont dérobés. Un jeune marginal est suspecté et placé en garde à vue.
    Ce jeune est Gérald Thomassin, acteur qui reçut en 1991 le César du meilleur espoir masculin pour son rôle dans "Le petit criminel" de Jacques Doillon. Très recherché par les scénaristes, il a joué dans une quinzaine de films.
    Il est relâché, interpellé à nouveau en 2013, mis en examen et incarcéré 3 ans durant.
    Bénéficiant d’un non-lieu, il est lavé de tout soupçon. En 2019, un ADN inconnu est retrouvé sur les lieux du crime. Alors que Gérald Thomassin allait être libéré, il disparaît en 2019, à la veille du procès d'assises.
     
    Florence Aubenas s’est rendu dans le village, a rencontré les habitants, les suspects, les gendarmes, échangé avec tous sans parti pris et  bienveillance 6 années durant.
    Je ne suis pas une adepte des faits divers, mais ce qu’elle nous raconte est à mon sens un roman de belle écriture tiré d’une histoire vraie.
     
    Ce roman relate la France profonde, cassée, où chacun se connaît et travaille de près ou de loin dans l’industrie du plastique, qui périclite. La vie des villageois est plutôt calme jusqu’au jour du crime qui bouscule leur tranquillité.

    Florence Aubenas y recueille nombre d’éléments, trace les caractères des personnages, du notable au marginal en passant par le cultivateur, le fonctionnaire, l’ouvrier, le gendarme, l’avocat, avec grande intelligence trouvant en chacun une face positive.
    L’ambiance de cette France oubliée est très bien rendue, l’écriture objective.

    De plus, elle relate avec adresse le fonctionnement de l'appareil judiciaire, ses qualités et ses défauts, les problèmes dans l’enquête qui n’a pas abouti. Le présumé-accusé, Gérald Thomassin, est resté 3 ans en prison, alors même qu’il n’y a pas eu procès !
     
    Florence Aubenas nous livre sans pathos ni ethos une ambiance, une histoire, des histoires, fondées sur un crime crapuleux avec une grande humanité : travail extraordinaire d’équilibrisme.

    MartineC 

  • Lire "M. L'enfant du siècle" par Antonio Scurati

    paris,livreCe livre-monument qui en précède 3 autres, nous raconte la montée au pouvoir ô combien mouvementée de Benito Mussolini le futur "Duce".

    L'ouvrage depuis la constitution le 23 mars 1919 du premier groupuscule "Faisceaux de combat" à Milan par le futur Duce alors un obscur journaliste, nous entraine jusqu'au 3 janvier 1925 où devenu chef du gouvernement italien il assume ses responsabilités dans l'enlèvement et l'assassinat d'un député (Giacomo Matteotti) qui s'était opposé à lui au Parlement.

    C'est le début du régime fasciste.

    Pour le lecteur vite fasciné par le déroulement des évènements c'est l'Histoire qui se déploie devant ses yeux. 

    Jean-Paul

  • Lire "Laissez-vous guider sur les pas de Napoléon"

    paris,écritureCe livre de Stéphane Bern & Lorant Deutsch doit vous permettre de vous remémorer l'émission "Laissez- vous guider" diffusée sur France 2 le mardi 13 avril, où si vous l'avez manquée vous profiterez, malgré tout, des reconstitutions en 3 D et des images de synthèse qui illustrent (avec bien d'autres documents) le récit de la vie si passionnante de cet homme de génie qui a forgé le destin de la France et de l'Europe.

    Ce récit, superbement illustré, conduit le lecteur de la Chaussée d'Antin où se situait la maison Chantereine  cadre de la grande passion avec Joséphine et de son envol vers la gloire ( campagnes d'Italie et d’Égypte) au château de St Cloud lieu du coup d’État du 18 Brumaire à son retour d’Égypte.

    On est ensuite invité à l'Hôtel des Invalides (lieu de sa sépulture) où l'on prenait soin de ses fidèles grognards puis au château de Malmaison si cher à Joséphine (elle y mourut)

    Enfin nous nous promenons sur les Grands Boulevards et ses passages lieux de plaisirs : "Paris est une fête" avant de nous diriger vers le Palais de l’Élysée décor de sa chute.

    Puis c'est un dernier voyage vers l'île d'Aix ultime et bref séjour sur la terre de France avant l'exil  à Ste- Hélène.

    Un livre à ne pas manquer 200 ans après la mort de l'Empereur.

    Jean-Paul

  • Lire "La fille de Napoléon" de Bruno Fuligni

    "Ma vie est un roman" aurait déclaré avec justesse Napoléon ( certains historiens contestent cette affirmation, mais qu'importe)

    "Ma vie est un roman" aurait pu s'exclamer également Charlotte Chappuis cette fille de Napoléon que le lecteur découvre avec bonheur sous la plume de Bruno Fuligni dans un livre qui le  conduit depuis 1815 jusqu'au XXeme siècle ( le banquet des maires" du 22 septembre 1900 est particulièrement bien raconté).

    L'illustration adéquate, bien choisie, permet de constater la ressemblance troublante de Charlotte  Chappuis (devenue Mme Muller) avec les sœurs de Napoléon.

    Tous les curieux de l'Empereur doivent se précipiter sans tarder sur cet ouvrage.

    Jean-Paul

  • Lire "La musique des lilas blancs"

    J'ai bien aimé le livre de mon amie Chantal Marchal "La musique des lilas blancs".

    C'est en partie autobiographique, ma copine n'ayant jamais connu son père,  les lieux sont ceux de notre enfance. J'ai trouvé que c'était bien écrit.

    " 1950, Une guinguette au bord de l’eau est le théâtre d’un coup de foudre entre Madeleine et un mystérieux inconnu. Ainsi naît, entre les deux, une histoire passionnelle. Alors qu’il ne donne plus aucun signe de vie, grandit en Madeleine le fruit de leur amour.

    Enfant, Madeleine était douée d’un sixième sens. Ce don ressurgira-t-il à un moment déterminant de sa vie ?

    1980, Jeanne, jeune médecin, a toujours recherché son père, en vain. Le retrouvera-t-elle ? Que cache ce parfum capiteux de lilas qui embaume la pièce aux moments décisifs de la vie de Madeleine et de Jeanne ?"

    Si vous avez l'occasion de le lire vos impressions me feraient plaisir.

    ColetteD

  • Lire "Napoléon. La certitude et l'ambition" de Charles-Eloi Vial

    Ce livre sur Napoléon doit être le premier titre de la Bibliothèque des illustres.

    Il se dévore littéralement.

    L'Empereur suivant l'auteur n'aurait jamais dit  "Quel roman que ma vie!". Qu'il l'ait dit ou pas n'a pas grande importance. C'est un véritable roman qui se déroule devant les yeux du lecteur depuis  "le Corse anonyme" jusqu'à "la défaite et la légende" en passant par "le coup d’État" et les années de gloire.

    Un livre bien écrit et savamment illustré à recommander à tout admirateur ou non  de l'Empereur.

    Jean-Paul

     

  • Lire "Blum le Magnifique" par Frédéric Salat-Baroux

    paris,livreL'auteur nous livre un portrait inédit et passionnant, tout à la fois psychologique intellectuel et politique du grand homme d’État que fut Léon Blum.

    À cela s'ajoute le mystère Léon Blum. Comment ce jeune homme délicat ami de Proust et de Gide qui ne rêvait que de littérature va se transfigurer en un leader politique, héritier et successeur de Jaurès.

    Un livre qui nous replace dans la "Belle époque" (l'affaire Dreyfus qui joua un grand rôle dans la prise de conscience politique de Léon Blum y est bien relatée.)

    Jean-Paul

     

  • Lire "Vingt intellectuels sous l'Occupation"

    paris,livreLors d'une discussion ou à la suite d'une émission télévisée traitant du sujet il nous est arrivé de nous poser la question; " Et moi qu'aurais-je fait durant l'Occupation ? Du quel côté me serais-je trouvé" ?

    Laurent Wetzel nous aide (en partie) à répondre à ces questions en nous relatant le parti pris pour 20 intellectuels durant cette période.

    Nous y trouvons des résistants comme Pierre Brossolette ("un modèle d'esprit, de devoir et de sacrifice") et Monseigneur Jules Saliège ("La Résistance spirituelle") des "collabos" comme Marcel Déat ("Un ami de la Waffen SS") et Pierre Drieu de la Rochelle ("Hitler, mon idéal politique") sans oublier quelques ambivalents comme Georges Pompidou ("Un résistant en puissance") et François Mitterrand ("Morland le Francisquain").

    Ce livre ne pourra que vous interroger.

    Jean-Paul

     

  • Lire "La familia grande" Camille Kouchner

    Ce livre actuellement fait scandale dans notre "douce France".

    L'auteure est la fille de Bernard Kouchner et d'Evelyne Pisier (sœur de l'actrice Marie-France Pisier). Elle est surtout la belle-fille d'Olivier Duhamel, un habitué des plateaux-télé, qui abusa d'un de ses beaux-fils (Victor dans le livre).

    Camille Kouchner nous y décrit un milieu  "gauche caviar" (Evelyne a été quelques années la compagne de Fidel Castro) qui se contemple lui-même avec bienveillance et admire son impertinence supposée et sa prétendue liberté.

    C'est une vie affranchie des conventions bourgeoises dans une double villa avec piscine où prolifèrent les gens de maison rappelés à leur devoir à coups de clochettes (on repassera pour la Révolution).

    C'est un livre évocateur d'un monde "soixante-huitard" (Cohn-Bendit est un des intimes de Marie-France Pisier). "Il est interdit d'interdire" .

    Nous est conté un monde qui se désagrège.

    Jean-Paul