Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

exposition - Page 3

  • Expo "Rodin et la danse"

    paris,expositionJusqu’au 23 Juillet 2018 le Musée Rodin présente l’exposition “Rodin et la danse”. Au milieu des sculptures sont projetés les seuls documents filmés de LoÏe Fuller et Isadora Duncan danseuses mythiques que Rodin admirait.

    Ceci visionné il vous reste à vous promener dans le jardin. Les “Bourgeois de Calais” vous interpellent toujours près de la “Porte de l’Enfer” et à pénétrer dans l’Hôtel Biron où les œuvres de Rodin vous attendent à jamais complétées par “ l’Age mûr” de Camille Claudel particulièrement mis en valeur.

    Jean-Paul

  • Expo "Tintoret, naissance d’un génie”

    Jusqu’au 1er juillet le Musée du Luxembourg met en honneur les premières années de l’activité de Tintoret “le petit teinturier” marquées par l’ambition de réussir dans une ville (Venise) où résident nombre de grands peintres (Véronèse...) et où la concurrence fait rage.

    paris,exposition

    L’exposition s’achève vers 1555 au seuil de la gloire de Tintoret. Il ne lui reste plus qu’à attendre les commandes les plus prestigieuses notamment pour le Palais des Doges.

    On comprend par les œuvres exposées comment il parvient à s’imposer comme l’un des plus grands artistes de Venise dans la ,Renaissance du XVIeme siècle.

    Jean-Paul

  • Expo "Je suis couturier"

    paris,expositionLe couturier Azzedine Alaia nous a quitté il y a peu de temps. Mais il laisse des chefs-d’œuvre dans la haute couture.

    En 2014 il avait exposé au palais Galliéra. Ses créations sont majoritairement en noir.

    Au "18 rue de la Verrerie", dans son ancien atelier, une fondation s'est créée à son initiative. Sont présentés une quarantaine de modèles. Légèreté des tissus, transparence, délicatesse des coutures invisibles, points comme en suspens entre deux dentelles tant ils sont fins, c'est une perfection, un plaisir des yeux, du grand art.

    La plupart des modèles sont noirs, ce qui accentue la pureté des lignes. Quelques-uns sont blancs, un seul est rouge, la perle de l'expo, on ne peut que le remarquer tant il est exceptionnel. Épaules découvertes, bretelles croisées, profondeur des dos nus, longueurs allant aux chevilles, on ne peut que rêver en vue de très chics soirées .

    Jusqu'au 10 Juin, en flânant dans ce quartier, arrêtez vous, entrez dans ce lieu à peine visible de la rue, imaginez Alaia à ses débuts, puis installez vous à une terrasse, vous le verrez peut-être passer.

    AnnickD

  • Expo "Goscinny et le cinéma"

    paris,exposition,goscinnyJusqu’au 4 mars la Cinémathèque française 51 rue de Bercy (12è) présente en complément de l’exposition “Goscinny au-delà du rire” une superbe présentation sur “Goscinny et le cinéma”.

    Vous pouvez y passer la journée entière à visionner de extraits de films.

    Une magnifique salle est consacrée aux films mettant en scène Astérix et ses compagnons, Lucky Luke est également mis en valeur . On n’a pas oublié le Petit Nicolas, mais Iznogood brille par son absence.

    Un parcours-jeu est prévu pour les enfants. Une exposition à ne pas manquer pour les amoureux de la BD.

    Jean-Paul

  • 3 - Anders Zorn

    Anders_Zorn.jpgAnders Leonard Zorn, né à Mora (Suède) le 18 février 1860 et mort à Stockholm le 22 août 1920, est un peintre, graveur et sculpteur suédois.

    Son originalité se manifeste dans une œuvre marquée par la vie et les atmosphères. Il est connu pour ses peintures liées de la campagne suédoise, par ses portraits et par ses nus ainsi que par ses représentations de l'eau. Il est avec Carl Larsson le peintre le plus populaire de Suède.

    Un musée, abritant la collection Zorn, lui est consacré à Mora.

    Lire la suite ICI

     

  • Expo "Barbara"

    À la Philharmonie de Paris (jusqu’au 28 janvier 2018)

    En ce samedi lugubre de décembre, la même passion pour La Longue Dame Brune nous réunissait, Arlette, Yves, Annick et moi. Nous n’allions pas être déçus grâce à la très belle exposition "Barbara" de la Philharmonie de Paris…

    Nous pénétrions l’antre de Barbara : vastes pièces aux murs tendus de velours sombres, lumières tamisées, baignées des chansons des époques successives.

    Au fil des salles - sans être aucunement dérangés par les nombreux visiteurs - nous découvrions votre vie, Barbara, à travers photos, films, lettres. Votre enfance, votre jeunesse, vos voyages, vos tournées…
    Nous vivions vos débuts ô combien difficiles, vos Amours tourmentées, vos complicités, votre solitude, vos succès, vos larmes, vos rires… la Vie que vous avez si bien dite en chansons…
    Nous vous devinions dans vos longues robes noires de scène et vos escarpins exposés devant nous.
    Puis nous déboulions dans votre jardin reconstitué de Percy, dans le salon garni du piano et de vos objets familiers.

    paris,expositionJ’étais avec Barbara, je vivais ses troubles, ses peurs, ses passions, ses colères, ses joies, oubliant mes amis… Pardon, Arlette, Yves, Annick : sans vous saluer, j’ai refait le tour. J’étais envoûtée, imprégnée de La Longue Dame Brune. Je ne pouvais pas ressortir.

    Fascinante, énigmatique, frénétique, libre et drôle aussi (lorsque je vous voyais tricoter sans fin dans vos longs voyages en voiture.)
    Tellement belle, tellement riche, vous étiez, vous êtes, Madame Barbara à la Voix Magique ! Telle je vous imaginais, telle je vous ai perçue à travers cette exposition exceptionnelle. Vous ne m’avez pas déçue, Grande Madame. Je vous ai retrouvée à la Philharmonie. J’ai vécu avec vous 2 heures d’une grande intensité.

    "Il ne faut pas continuer sa vie, Il faut chaque fois la recommencer." Barbara.

    Martine C qui félicite et remercie les organisateurs.

  • expo "Le Che à Paris"

    paris,expositionJusqu’au 17 février dans la salle St-Jean de l’Hôtel de Ville vous pouvez sans bourse déliée aller vous souvenir de Ernesto Guevara pour qui “Visiter Paris est une nécessité biologique, un objectif auquel il m’est impossible de renoncer me faudra-t-il traverser l’Atlantique à la nage”.

    Il réalisa son rêve dans les années 1963-64 et 65. Il pût ainsi se rendre au Louvre admirer “La nef des fous” de Jérôme Bosch, tableau qu’il mettait au-dessus de tout.

    En visitant cette exposition vous rendez hommage a un grand admirateur de notre belle capitale.

    Jean-Paul

  • 2 - Un rendez-vous avec Anders Zorn (1860-1920)

    Rendez-vous réussi au Petit Palais (après un essai loupé le 11 novembre).

    paris,expositionIl faisait gris et froid à Paris en ce samedi 2 décembre 2017. Une météo quelque peu suédoise mais idéale pour aller à la rencontre de ce peintre peu connu dans l'Hexagone.

    Aquarelliste, peintre, sculpteur, graveur de génie et pour finir… photographe.

    Né en Suède, pays aux longs hivers et rigoureux, Zorn a cherché la lumière dans ses œuvres et dès le début de notre déambulation cette lumière est partout : sur les visages des portraits, sur la surface d'un lac, à travers des feuillages… Lui aussi déambule : Espagne, Londres, Paris. Puis, la Turquie, l'Italie, la Grèce, l'Afrique du Nord et pour finir sur un triomphe aux États-Unis.

    Mais sa renommée ne fut pas immédiate. Né dans une famille pauvre, fils naturel d'un industriel brasseur de bière qui a pris en charge ses études, Zorn s'est expatrié pour faire fortune.

    paris,expositionTrès motivé car amoureux d'Emma dont le banquier de père ne voulait pas comme gendre un saltimbanque fauché, Zorn décide d'atteindre un but : être riche pour demander et mériter la main d'Emma. Il décide de parcourir l’Europe à la recherche d’une clientèle aisée composée de banquiers, d'industriels et hommes politiques qui accourent pour se faire "tirer" le portrait. Zorn avait bien vu.

    Les portraits les plus austères, les plus académiques sont attachants et étonnent par la lumière qui finit par illuminer un visage même banal.

    Les modèles sont souvent des personnes connues. Certains ont insisté pour être immortalisés par Zorn qui a compris très vite que pour réussir son talent de portraitiste mondain était son premier atout. C'est aux États-Unis qu'il connait un triomphe.

    L'amour réciproque et passionné d'Emma et Zorn a résisté cinq ans au cours desquels les tourtereaux ont patienté. Ils deviennent des globe-trotters et s’installent dans des lieux agréables et accueillants.

    Il y a de la légèreté dans les paysages traversés par les rayons du soleil, les reflets aquatiques, le rendu du clapotis de l'eau.

    Il y a de la sensualité dans chaque tableau car Zorn était un bon vivant. Au fil du temps, ses autoportraits ou autres représentations de cet artiste, le montrent de plus en plus imposant et ventripotent.

    Mais, il est sensible. Élevé par une grand-mère en milieu très rural il a fait œuvre "d'anthropologue" en illustrant sous son pinceau magique des scènes de la vie simple et bucolique comme autant de scènes folkloriques.

    Graveur à succès et surdoué, il ne s'intéresse à la gravure qu'en 1882. Il est influencé par Rembrandt et Manet.

    Sur le tard, il s'intéressera aussi à la sculpture.

    Marie Dp

  • 1 - Expo "Anders Zorn"

    Nous l’avions attendueparis,exposition
    Partir, nous avions dû,
    Mais nous sommes revenus
    Bienheureux, nous l’avons vue !
    Découvrir cet inconnu
    Son talent, nous porte tous aux nues
    Par ses aquarelles, qui l’eut cru ?
    À s’imaginer dans la nature
    Qu’il a si bien rendue.
    Ses portraits, des photos ? Non, sa peinture !
    Cette exposition, une superbe aventure !

    On connait en Suède La Petite Sirène, il y a sûrement aussi de bonnes fées ! Remerciements à celle qui s’est penchée sur le berceau de cet artiste (1860-1920) très glorieux dans son pays, talentueux aquarelliste, peintre, graveur, au destin particulier, de famille modeste, abandonné par son père, à 20 ans il sillonne l’Europe, puis l’Afrique du Nord, les États-Unis. Il réussit vite à se faire connaitre.

    L’exposition nous présente 150 œuvres surprenantes par la finesse de son travail débuté si jeune, avec la difficulté de l’aquarelle surtout sur grandes dimensions, puis évoluant vers la peinture et la gravure.

    paris,expositionDe nombreux portraits de personnalités de l’époque représentées dans leur environnement, avec de superbes effets de lumière, cette lumière qui le fascine, elle joue sur les visages, sur le mobilier, dans les tissus, reflète sur les eaux. Cette lumière passe dans la main de l’artiste pour interpréter la finesse des voiles, du tulle ou celle de la peau des baigneuses nues.

    Un émerveillement de tableaux en tableaux réalisés au cours des voyages du peintre, rendus encore plus vivants par les commentaires d’une guide qui nous a également démontré la méthode employée, assez compliquée, pour la gravure noire représentant des parties de tableaux en miniatures exposées en vitrine.

    Une exposition rayonnante, qui nous emplit de bonheur ! Il parait qu’en France nous ne possédons, hélas, que 3 de ses tableaux !

    Ninette