Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Atelier d'écriture "Il était une fois"

Écrire un conte : qui commencera par "Il était une fois" avec personnages, lieux, objets, épreuves à traverser, déroulement, destination finale, morale de l'histoire.

Le vase et la potiche 

Il était une fois, dans une petite ville au bord de la mer, une femme qui n'arrivait pas à être mère. Elle s'appelait Marthe.

Un grand professeur de médecine, le docteur Docdo s'est intéressé à son cas.

Après une batterie d'examens plus désagréables et douloureux les uns que les autres, le grand ponte a déclaré :

"Vous savez, Madame, je suis un grand spécialiste de l'infertilité. Je crois que grâce à ma méthode je pourrais féconder une cafetière ! Mais pour arriver à cette ultime étape, il va falloir vous armer de patience."

Et Marthe s'est retrouvée sur le port, a pris une barque pour aller ramasser des algues de l'autre côté de la baie.

En effet, le docteur Docdo lui avait prescrit une recette à base de goémon . A peine installée sur son embarcation Marthe s'éloigne du port. Soudain, un vent à décorner les bœufs se met à souffler. Et ce qui devait arriver arriva : le frêle esquif a chaviré. Marthe est tombée dans l'eau glacée. Par chance, son gilet de sauvetage lui a permis de tenir et d'être secourue par un pêcheur 

Son sauveur lui a proposé de faire une halte dans sa cabane pour reprendre ses esprits et se sécher  Pour l'occasion il lui a passé un vieux Tee-shirt et un jean  appartenant à sa fille.

"Madame, je vais vous prêter mon vélo et vous irez au bout de la baie. En pédalant, c'est plus sûr."

Marthe a fini sa récolte. Elle est revenue chez elle avec une énorme brassée d'algues qui, il faut le préciser, sentaient très mauvais.

Seule, dans l'appartement, elle a ouvert les fenêtres, a fait bouillir sa récolte. Puis, il a fallu hacher le tout en y ajoutant des ingrédients bizarres.

Quand elle a commencé son traitement, c'est-à-dire trois cuillérées à soupe de cet affreux mélange, trois par jour ce fut très dur ! Pire qu'une purge. Marthe a vomi tripes et boyaux. À la fin de ce supplice qui a duré quinze jours le docteur Docdo lui a donné rendez-vous pour une dernière prise.

Marthe n'en pouvait plus. Elle avait envie de vomir en s'imaginant avaler la dernière gorgée de cette horrible mixture.

Elle a profité de l'absence de docteur qui discutait dans le hall avec sa secrétaire pour jeter la potion magique dans l'énorme vase chinois Ming qui trônait sur la cheminée du cabinet médical.

De retour, derrière son bureau, le professeur Docdo explique à Marthe que cette dernière prise  est la clé du traitement, l'ultime étape. En effet, il a préparé cette dose en incorporant  des substances très rares mais d'une efficacité redoutable. Le seul problème reste le prix qui peut atteindre les cinq cents euros les dix grammes.

"Ah, je vois que vous avez bien pris votre dernière dose. C'est parfait. Je vais compléter avec cette pâte à base de fleurs et de plantes carnivores."

Marthe est décontenancée : elle regrette son geste. Elle regarde l'énorme vase chinois. Et dire que le produit magique est à l'intérieur !

À nouveau le médecin s'éclipse. Il est en discussion avec un visiteur médical.

Ni une, ni deux, Marthe attrape le vase chinois et ingurgite l'horrible mixture qui devient un véritable élixir.

Malheureusement, elle glisse sur le parquet trop bien ciré, perd l'équilibre. Le vase se brise en mille morceaux. Marthe est dévastée, anéantie. En trois secondes, elle cherche une parade :

-"Au secours, au feu !"

Pour camoufler sa maladresse, Marthe a effectivement mis le feu aux voilages qui voisinaient avec des radiateurs électriques.

Elle s'est dit : on ne verra que du feu.

Le cabinet du docteur Docdo se trouve dans la cour. C'est un bâtiment annexe, une sorte de chalet en bois. Il flambe comme un feu de paille. Il n'y aura pas de victimes à part le vase.

Le docteur s'enquiert de l'état de Marthe qui de son côté fait allusion au vase chinois.

Le docteur s'esclaffe :

"C'est un faux….. le vrai est dans mon  appartement."

Et dire que Marthe pensait avoir brisé un vase d'une valeur inestimable  .

Sur ce, le médecin rajoute :

"Il faut vous dire Madame que je me suis trompé dans la composition de la pâte. Celle que vous avez avalée pendant mon absence, sans attendre mon feu vert, était destinée au guenons du zoo Rigodon. Votre préparation était dans le réfrigérateur. Maintenant, c'est trop tard. et je dois m'occuper des dégâts causés par l'incendie. C'est un truc de fou !"

Le traitement a merveilleusement réussi.

Marthe a accouché d'un petit singe adorable qu'elle a appelé Diabolo. 

La morale de cette histoire : il faut suivre les consignes quand on ne connaît rien au sujet.

Marie Dp

Écrire un commentaire

Optionnel