Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Suite... Vers le progrès

   Je suis désespérée
 
Le lendemain, dimanche, le dévoué est revenu
Avec son ordinateur, le bienvenu.
Chez lui, les explications il a cherché
Maintenant, il veut trouver.
Très admirative, les yeux écarquillés
Devant tant d’habileté
Pratiquant maintes manipulations
Son P.C. prend la résolution
De reconnaître l’imprimante
Et faire travailler cette charmante.
 
         Enfin un espoir
 
Donc le problème doit être résolu
Mon ordinateur serait-il foutu ?
Mais on arrive à tout
Cependant, je crois surtout,
Qu’avec patience et détermination,
Ce dévoué, dévoré par la passion
Et sa connaissance du numérique
A décelé enfin l’astuce
Ce n’est que l’anti-virus
Qui bloque le système, pas de panique !
Le coupable pour le coup  trouvé,
Enfin tout doit fonctionner !
Attendre encore un moment...
        çà marche!
 
       Quel soulagement
 
Face aux écrans, l’après midi passée
Reste à repérer où cliquer,
Bien tout noter pour ne pas oublier
Allègrement m’entraîner
Afin de me rassurer.
Le salon en bureau s’est transformé
C’est loin de me plaire
Mais, mieux vaut me taire
Car, surtout ne pas contrarier
Ces deux machines,
Au risque de devoir travailler
Elles ne rechignent !
       Alors chut !
 
       Conclusion
 
Profitons du progrès
Pour se simplifier la vie
Etre dans le coup sans regrets
Je suis sûre que c’est votre avis !
 
paris
 

 

 

 

 

 

Fermement j’espère
Ne plus conter mes misères
Mais l’écriture me ramène
Près de Vous, Amis d’Arvem
C’est un petit coucou
En ces temps fous !
 
 Ninette

Commentaires

  • C'est une histoire vraie, à faire rire plutôt que pleurer. En parcourant ce poè me, on imagine très bien la scène. Surtout ne pas s'énerver, ne pas se démoraliser. Dvant un humain, on peut s'expliquer. Mais là, on est face à un mur. Je comprends ton moral au plus bas devant cette machine.
    Je comprends d'autant plus qu'il m'arrive de vivre le même genre de situation.
    Comme ce charmant voisin a règlé le problème, nous n'aurons pas la suite la semaine prochaine.
    Merci Ninette pour ce poème, ça va mieux en le disant...

Écrire un commentaire

Optionnel