Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28.09.2018

Les transports à Paris

Les autobus, le métro, le tramway
L’évolution constante, ouais !
Mais quel changement
Depuis quelques temps !
J’avais vu cela à Nation
Mais cette fois-ci à Gare de Lyon,
J’ai découvert bien alignés
Une impressionnante quantité
D’engins visiblement stockés
Sur plusieurs rangées,
Même en altitude échelonnés,
De nombreux scooters luisants
Sous le soleil caressant.

Soudain, ceci me fit penser
À des insectes regroupés.
Leurs dos aussi noirs
Qu’une assemblée de cafards.
Stupéfaction ; la nausée passée
Mon regard est attiré
Par la couleur vert pré
Des “sauterelles” à libérer.
Ce sont les tout nouveaux,
Ah ! Les fameux vélos !

Le but ? Moins de carrioles
Davantage de ces “bestioles”
Mises à disposition
Bravo pour l’innovation !
Moins de pollution dit-on
Pour un meilleur air
Mais ils ne roulent pas à l’eau claire ?
Sûrement pas côté sonore
Dieu sait, si l’on déplore
Les pétarades quand ils accélèrent
Assourdissants, ces motos et scooters !

Traverser devient la galère
Le cycliste trop fier
Quasiment vous frôle
Alors simple mouvement d’épaule
Pour l’éviter, vite reculer,
Émotion, colère accumulées
Sans excuses, le voir filer !
Sans parler du contre-sens
Utilisé en pleine inconscience.

Folie douce que ces deux roues
Osons le dire jusqu’au bout
Qui enquiquinent les passants
Perturbés à tous moments.
Ils osent même se mouvoir
Comme les trottinettes sur les trottoirs !
La “monoroue” cette roue unique
Qui se faufile tel un lézard
Une nouvelle gymnastique !
C’est la micromobilité électrique
“Les hoverboard" et "Segway"
Aux noms bien français
Pour faciliter le quotidien
Dit le journal ”Le Parisien”.
Tout cela est-ce bon pour la santé ?
Mieux vaut la marche à pied
Et bien moins d’incivilités.

Coup de gueule d’une ancienne
Une pure parisienne
Qui fustige le changement
Avec bien des inconvénients.
Les trottoirs encombrés
De voitures stationnées
Puis ces nouvelles formules
Ma ville, tu deviens, nulle !
S’il faut accepter le progrès
Permettez aussi les regrets,
Ceux de la tranquillité
Des espaces piétonniers

Ninette

Écrire un commentaire