Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01.09.2017

Atelier écriture "Écrire une histoire ou un commentaire en rapport avec la photo"

paris,atelier écriture

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

MÉCANIQUE DE LA BOUTIQUE

La canicule m'avait poussée à rechercher l'ombre et la fraîcheur. Je suis passée dans une petite rue étroite qui ne payait pas de mine et je suis tombée en arrêt devant une sorte de caverne d'Ali Baba.

"Tiens, des vieux trucs ! Ou, comme il sied de le dire aujourd'hui, des articles vintage…. question de générations !

Un effet "madeleine de Proust" m'a submergée. Retour vers le passé !

Des objets amoureusement conservés et réparés attendent que des passants (nostalgiques) les admirent et les ramènent chez eux pour une nouvelle vie.

Au premier rang, des jouets, des chevaux de trot attelé prêts à démarrer pour une course folle… pourquoi pas à Auteuil ?

Discrètes mais fières, des trottinettes, ancêtres de celles qui ont envahi nos villes aujourd'hui, semblent prendre leur revanche. Des enfants s'étonnent de découvrir que leurs parents et même leurs grands-parents étaient adeptes de ce petit bolide tout simple.

Je me souviens de la trottinette que l'on m'avait offerte pour mes cinq ans. Elle était rouge avec un guidon chromé… et quand je partais faire un tour, juchée sur mon engin, le roi n'était pas mon cousin… comme aimait à le répéter la voisine quelque peu ironique. J'aurais dû la garder pour l'offrir un jour à mes petits-enfants.

En retrait, j'aperçois des voitures à pédales. Elles sont élégantes et prêtes à bondir pour une course endiablée. Que sont devenus les enfants qui se prenaient  pour des champions ?

Ce qui me plait ce sont les pin-up qui se pavanent sur les calendriers  et les plaques publicitaires pour des boissons ou autres friandises ! Elles déclenchèrent, à l'époque de ma prime adolescence, mes premières émotions. En effet, ces femmes, belles et sensuelles, je ne les voyais que sur des catalogues.

J'ai commencé à comprendre que les filles étaient faites pour plaire et possédaient des armes pour arriver à leurs fins. Mais, très vite, j'ai compris aussi, qu'elles étaient là pour satisfaire le regard lubrique des hommes. Ces filles délurées au sourire ravageur m'ont vite énervée car à l'adolescence les garçons ricanaient et se moquaient de nous car nous n'avions pas les mêmes rondeurs !

Je reviens dans ma boutique !

Deux voitures anciennes, une De Dion Bouton et une Peugeot luisent dans la pénombre. Je précise : ce ne sont pas des miniatures. Ce sont des vraies voitures majestueuses. Leurs phares et leurs calandres leur donnent un aspect humain … comme un visage.

Elles ont dû en promener des belles femmes distinguées pour de folles équipées.

Est-ce que l'une d'entre elles a rencontré la voiture de la bande à Bonnot ?

À l'intérieur de la porte le bonhomme Michelin me fait signe. Il trône en haut d'un tableau bleu et jaune sur lequel figurent des colonnes de chiffres indiquant la bonne pression pour les pneus.

Il semble dire : "Si tu es sous pression, viens vérifier !"

Ce bonhomme débonnaire m'a toujours intriguée lorsque j'étais gamine… et un jour, mon grand-père a levé le mystère.

- "Il est tout rond et boudiné parce qu'il est gonflé … comme les pneus."

Je me demande à qui appartient la boutique. Peut-être est-ce un mécanicien ou un garagiste ou un bricoleur hors-pair ? Ou les trois à la fois !

Une chose est sûre. C'est un magicien qui m'a fait voyager !

Marie DP

Commentaires

Félicitations, vous êtes vraiment douée pour nous faire voyager au pays de notre enfance et adolescence mieux que cette boutique.
Annie T.

Écrit par : Annie T. | 02.09.2017

Écrire un commentaire