Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30.03.2016

Discussion "Victor Hugo"

paris,conférenceSes parents Léopold (lorrain) et Sophie Trébuchet (nantaise) eurent 3 fils dont le dernier Victor, est né en 1802.

Le père militaire au grade de général en Espagne mais major en France, de par sa fonction, voyagera beaucoup (Allemagne, Italie, Espagne, Ile d'Elbe), subissant des mutations. La famille vivra en partie à Nancy, et fit à Lunéville la connaissance de Lahorie, et de Joseph Bonaparte, relations importantes et durables.

La mère seule souvent aura longtemps ses 3 enfants auprès d'elle. Ils subiront des voyages pour se rapprocher du chef de famille afin de récupérer des pensions nécessaires à la vie quotidienne.

C'est ainsi que Sophie découvrira les relations extra-conjugales de son mari. Elle-même se consolera auprès de Lahorie.

Avec les péripéties d'un couple séparé par les évènements politiques, les besoins financiers, les problèmes conjugaux, une demande en divorce refusée, les parents de Victor finiront par rester ensemble, mais les enfants sont témoins et subissent les conséquences d'une vie agitée, puis celle de la pension Cordier.

C'est à 12 ans, que Victor écrit son 1er poème adressé à la jolie femme du général Lucotte, qu'il admire.

À 15 ans, il tente un concours à l'Académie Française par la composition de vers terminés par "De trois lustres à peine ait vu finir le cours" c'est-à-dire moins de 15ans. Il disait vouloir "être Chateaubriand ou rien"

Avec ses frères en 1819, ils créent le journal "Le conservateur littéraire", c'est à cette époque où fréquentant la famille Foucher il avoue son amour à la jeune fille Adèle. Une forte correspondance s'en suivra. Sophie s'oppose au mariage souhaité par Victor jugeant la famille de modeste condition pour son fils qui écrit très bien, apprécié de Chateaubriand, qui le trouve "sublime".

Mais le destin est là. Lire la suite ICI

Commentaires

Victor Hugo jeune, il a 16 ans, dédie un de ses poèmes :"A l'ami Félix Biscarrat, pour le jour de sa fête, 23 juin 1818. Cela n'empêche pas Alain Decaux de prénommer Biscarrat Jean-Baptiste. Hélas, nous n'aurons jamais la réponse du pourquoi.

Écrit par : jean-paul | 30.03.2016

Les commentaires sont fermés.