Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03.10.2015

Petite chronique ornithologique des Marguettes – été 2015

Nous sommes en septembre 2015. Entre la canicule et la froidure, nos petits amis ont toujours été présents pour quêter nourriture et… eau.

En effet, au plus fort de la canicule, Nicole a déposé une gamelle d’eau au milieu des rosiers, très vite fréquentée. Mais un geai fort lourd l’a renversée après avoir bu et l’a jetée sur la pelouse. Il a fallu la lester d’un gros caillou pour que l’abreuvoir providentiel recommence à fonctionner.

Fin avril, une nouvelle vedette est apparue dans la cour, pendant plusieurs semaines : Pioupiou, jeune merle frétillant des ailes comme un colibri dès qu’il aperçoit sa bonne fée nourricière. Il se pose alors sur le bord de la jardinière et attend calmement sa provende.

On a pu observer la pousse de ses ailes et de sa queue.

Nicole me dit : "regarde, il y a un canard dans le sapin" et de rire ! Il s’agit du gros Noah, qui vient réclamer sa pitance.

Les geais sont en effet toujours présents. Nous les avons vus à plusieurs, avec des petits à qui ils donnaient la becquée. Ils parachèvent leur éducation en leur donnant des cacahouètes avec l’écorce pour les habituer à décortiquer.

Habituellement le couple de geais emmène leurs ados au bois pour l’été et les y laisse. Mais cette année un jeune est revenu avec eux, ce qui n’a pas été du goût des parents. Il y a une quelques bagarres entre les trois, toutes crêtes hérissées…

En ce moment, comme toujours à cette époque de l’année, ils ont le cou déplumé comme un poulet, ce qui leur donne une allure un tantinet ridicule.

Bonne nouvelle pour eux : c’est une année à glands dont on sait que les geais des chênes sont friands. Encore que… à la poignée de glands venus du bois de Vincennes - mais ils sont encore trop verts - ils ont préféré des cacahouètes.

Nous avons dû retirer le petit récipient contenant la nourriture qui était à l’intérieur du salon sur le radiateur, car, en été, j’ai surpris un geai et le jeune pioupiou se servant directement dans la gamelle ! Il ne faut pas abuser !

Les merles sont là aussi et nous ont présenté trois petits, à qui ils ont donnés devant nous la becquée. Au départ, mâles et femelles sont bruns. Puis les mâles se différencient progressivement en arborant des plumes noires, ce qui leur donne pendant quelques semaines un aspect bicolore étonnant.

Les timides petites mésanges se risquent devant la fenêtre lorsque les geais sont loin, car ces brutes les terrorisent !

La mésange bleue après un an de solitude s’est retrouvée un compagnon et nous avons eu deux rouge gorge cet hiver.

Une bande d’étourneaux est venue occuper le terrain dès la fin du mois d’août puis est repartie. Habituellement, ils viennent en automne se régaler des raisins de la vigne vierge.

À la mi-août est revenu le solitaire et magnifique pic vert dans sa robe rouge et verte. Il a passé la matinée à piocher sur la pelouse à la recherche de fourmis et est revenu plusieurs jours de suite.

Tout ce petit monde nettoie les végétaux des chenilles et pucerons. Nous n’utilisons désormais plus de produits chimiques pour éradiquer ces insectes. C’est joindre l’utile et l’agréable.

Ainsi se poursuit la vie de nos oiseaux aux Marguettes (*).

L’automne arrive… À suivre.

Jacques et Nicole

(*) Petite chronique ornithologique janvier 2015

Les commentaires sont fermés.