Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vide-greniers

  • 18eme Vide-greniers

    Rien de spécial à signaler
    Mais sur une activité
    La coutume étant d'écrire,
    Un résumé un avis, un doux délire
    Encore une fois essayons
    De "titiller" l'inspiration.

    Nous voici donc enrôlés
    Pour l'aventure d'une journée
    Particulière, que va-t-elle réserver
    Alors que nous sommes rodés ?
    Cette année elle s'annonce bien,
    Méfiance en ce mois de juin,
    Pas de ciel en pleurs,
    Pas de panne d'ascenseur,
    Pas de difficulté de préparation
    La forme, pour être à la disposition
    Des visiteurs à recevoir
    Nombreux, notre ultime espoir.

    Malgré une nuit extra-courte
    Excitation, cogitations sans doute
    Dues à l'horaire très matinal
    Car, ce ne serait pas banal
    Que le réveil oublie
    De déclencher sa sonnerie.
    Finalement largement devancée
    Le bouton est rapidement écrasé.
    À peine le jour levé
    Le stand vite à installer,
    Avec une seule idée en tête
    À huit heures être fin prête.

    Chacun a pris sa place tables chargées,
    La journée dans le calme s'est déroulée.
    Comme toujours ravie de retrouver
    Des connaissances, des habitués.
    Les ventes se font sans précipitation
    Avec discussions, persuasions.
    Si le propre d'un acheteur est d'employer
    En force, l'art de marchander,
    La qualité suprême du vendeur
    Est de montrer sa bonne humeur !
    Il doit la conserver toute la journée
    Sachant qu'elle va se terminer
    Avec en prime, son lot de douleurs
    Des épaules jusqu'aux pieds, quel malheur !

    Si de devoir tant piétiner
    L'on pouvait enfin marcher
    Sur les mains, qu'elle délivrance !
    Car, le lendemain, pas de chance
    C'est très endoloris qu'au réveil
    Se retrouvent encore nos orteils !
    Courbaturée, tout le dimanche
    Pourtant il faut retrousser les manches
    Avec courage, le moment venu
    Remiser le stock d'invendus.
    Il est curieux, d'ailleurs de constater
    Combien cette action devient corvée !

    Puis comme par enchantement
    Tout s'oubliera avec le temps,
    Sachant que finalement
    On recommencera avec emballement.
    Mais qu'est-ce qui nous pousse ainsi ?
    Le contact ? Le débarras ? Les sous aussi ?
    Dix huit fois ! C'est une drogue ? Un vice ?
    En tous les cas, pas un supplice !
    Au final tout le monde est content
    Promeneurs, chineurs, participants.
    Cette animation est appréciée
    Car même sans publicité
    Elle attire les badauds d'autres quartiers
    À venir simplement nous saluer.

      Cela se nomme un plaisir
      Qui enjolive les souvenirs
          Alors, dites-moi
      On se revoit la prochaine fois ?

    Ninette