Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18.10.2018

Discussion "Charlotte Corday"

Qui était Charlotte Corday ?
Elle se nommait Marie Anne Charlotte Corday d’Armont, née le 21 juillet 1768 dans une ferme à St- Saturnin en Ligneris (aujourd’hui village Les Champeaux, Orne).

Elle était l’arrière, arrière, arrière petite fille de Corneille. Son père agriculteur, marié à une petite noble qui n’aurait jamais reçu sa dot... Cet homme plutôt procédurier cherchera toute sa vie à récupérer l’argent.

Sa mère décède à 46 ans, enceinte de son 6è enfant. Charlotte est placée chez les sœurs à l’Abbaye aux Dames. Bonne élève, ses lectures vont sur les textes de Rousseau, Corneille, Plutarque...

Elle sort à 18 ans, ayant un fort caractère dit : "Je ne me marierai jamais". Cependant elle semble belle, le teint clair qui rougit facilement.

Voyons l’atmosphère de l’époque
L’hiver 1788-89 est froid, la récolte a été mauvaise, le blé est cher, le pain manque (la faute à l’Autrichienne et Necker "un suisse", ils accaparent le pain sur le dos du peuple). Aux boulangeries les femmes durant des heures font la queue : agitations, troubles, quelques massacres de marchands de grains, de boulangers.....

En France "la grande peur" animée par des comploteurs fera que le 4 août l‘abolition des privilèges sera déclarée, entre autre, droit de chasse pour les paysans et donc, tout retombe sur les seigneurs mal aimés, prise de châteaux...

En février 1790 Charlotte vit à Caen chez une parente (près de la rue des Carmes où se réunissent les Girondins). Une anecdote dit qu’à table, elle refusa la tradition celle de boire à la santé du roi qu’elle jugeait trop faible, soulignant "Personne ne perd rien en me perdant".

En 1792 la guerre contre l’Autriche, la Prusse voit l’ennemi à nos portes : Verdun, Longwy.

Retenons qu’un homme s’insurge
Marat journaliste particulièrement agitateur (deviendra administrateur de Paris, puis député) lance "Laisserons nous les ennemis massacrer nos femmes et nos enfants" !

Donc, les révolutionnaires entrent dans les prisons, tuent des prêtres, des nobles 1300 morts environ.

Le 21 janvier 1793 c’est la mort du roi.

Le 5 avril l’abbé Combeault (qui avait éduqué Charlotte), considéré comme traitre est guillotiné à Caen. Est-ce cela qui va la pousser au crime ?

Déroulement du scénario .... Lire la suite ICI

Commentaires

Suivant certains auteurs l'aide-bourreau ayant souffleté Charlotte Corday fut condamné à quelques jours de prison.

Écrit par : jean paul | 18.10.2018

Écrire un commentaire