Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30.05.2018

Par un beau dimanche

C’est par un beau dimanche que nous nous sommes réunis dans ce restaurant de quartier, installés près d’une grande baie ouverte, laissant passer un léger souffle d’air, atténuant la température d’été soudainement revenue à Paris.

Un menu préalablement choisi par chacun, servi très aimablement, bien qu’une quarantaine de convives à soigner en même temps, devait poser problème pour garder le rythme en cuisine.

Mais nous avions tout l’après-midi devant nous, et les bavardages allaient bon train, car, même en élevant la voix, nous avions quelques difficultés à entendre les conversations des plus proches.

Une fois les assiettes généreuses englouties, les desserts dégustés et les boissons chaudes avalées, il fallait débarrasser le couvert chacun donnant un petit coup de main pour rendre les tables prêtes à recevoir les cartons du Bingo.

La distribution faite auprès des amateurs soulagés de quelques monnaies, la partie est lancée par un appel de numéros et dans un silence surprenant, tel que les serveurs du bar éloigné, n’en revenaient pas !

C’est le minimum demandé pour bien suivre l’énoncé rapide, piocher les petites pâtes à disposer délicatement au fur et à mesure, se concentrer espérant à chaque appel pouvoir cacher un numéro et ainsi compléter tout, le, ou les cartons.

Les annonces pleuvent, on ne perçoit juste que le cliquetis des pâtes dans les gobelets, quelquefois un mot échappé, le jeu se poursuit, il reste 3 cases nues, puis 2, la tension monte, on y croit, et là, soudain on entend "Bingo" Ha ! Bravo ! Et la chanceuse ramasse le pot lourd de petites pièces, alors que la déception ose s’afficher sur des mines déconfites.

Ainsi par 3 fois la chance a souri aux "choisis", malgré l’acharnement et l’énergie multipliée en désespoir de cause, simplement pour le plaisir de jouer.

Pour ce bon dimanche, c’est en fin d’après-midi raisonnablement que nous avons stoppé les dégâts, prouvant qu’aucune addiction ne nous habitait ! Pardi ! Forcément ! Nous étions bien guidés puisque ... le 6 mai, c’est la Sainte Prudence !

Ninette

Les commentaires sont fermés.