Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14.07.2010

Le 14 juillet

Le 14 juillet a été consacré  jour de fête nationale en 1880.

Programme de cette première fête nationale :

etendards1880.jpg- Distribution de secours aux indigents. Grands concerts au jardin des Tuileries et au jardin du Luxembourg. Décorations de certaines places, notamment de la place de la Bastille et de la place Denfert où l’on verra le fameux Lion de Belfort qui figurait au Salon de cette année, monument élevé au colonel Denfert-Rochereau, de glorieuse mémoire - illuminations, feux d’artifices - ajoutons les fêtes locales, comprenant des décorations, des trophées, des arcs de triomphe et le tout organisé par les soins des municipalités de chaque arrondissement avec le concours des habitants.

rep1880.jpgDeux cérémonies importantes doivent dominer toute la fête : la distribution des nouveaux drapeaux à l’armée et l’inauguration, sur l’ancienne place du Château d’eau, du monument surmonté de la figure de la République, monument qui a fait l’objet d’un concours ouvert l’année dernière par la Ville de Paris -

Jeanet

Commentaires

Le sculpteur Jules Dalou participa à ce concours. Mais étant un ancien communard son œuvre "Le triomphe de la République" ne fut pas primée. Le jury lui préféra l'œuvre (médiocre) des frères Morice.

Comme consolation, Dalou eut à sculpter les bas-reliefs de bronze qui entourent le socle, retraçant l'histoire de la République depuis le serment du Jeu de Paume jusqu'à la célébration, en 1880, place de la Nation, (elle prit son nom actuel ce jour-là) du premier 14 juillet déclaré fête nationale.

Écrit par : jean paul | 14.07.2010

"Le Triomphe de la République" de Dalou fut inaugurée Place de la Nation pour l'Exposition Universelle de 1889, (Exposition du Centenaire de la Révolution) en plâtre (teinté couleur bronze).
La version bronze ne prit sa place actuelle qu'en 1899.

Écrit par : jean paul | 16.07.2010

En pleine Terreur, 1306 victimes place du Trône renversé (actuellement place de la Nation) du 14 juin 1794 (26 Prairial an II) au 27 juillet 1794 (9 thermidor an II) en plus de chaque décadi (30 prairial, 10, 20 et 30 messidor) le bourreau fit relâche le 14 juillet 1794 (26 messidor an II).

Écrit par : jean paul | 18.07.2010

Le 14 juillet 1919 est la première célébration de la mémoire des morts et des disparus.

Écrit par : Jeanet | 14.07.2011

A noter que le 14 juillet commémore à l'origine la fête de la Fédération du 14 juillet 1790 qui réunit les 3 corps de l’État et ne fut en aucun cas militaire.

Écrit par : jean paul | 16.07.2011

J'espérais qu'un admirateur de cette fête si symbolique du 14 juillet 1790 signale que le long cortège parti de l'emplacement de la Bastille vers le Champ de Mars, où l'attendaient environ 400 000 spectateurs, était à la fois civil et militaire.

Écrit par : jean paul | 30.07.2011

Les derniers jours précédant la fête, on s'aperçut que les énormes
travaux de terrassement qu'elle nécessitait risquaient de ne pas
être terminés à temps, ce qui provoqua un mouvement spontané
de solidarité.Des dizaines de milliers de citoyens et de citoyennes
de toutes origines et de tous âges vinrent alors travailler
bénévolement au chantier.Ce fut ce que l'on appela les " journées
des Brouettes".

Écrit par : jean paul | 03.08.2011

Les commentaires sont fermés.