Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23.08.2009

Les petits bonheurs "ornithologiques parisiens"

Suite à la note de Ninette

Nous habitons depuis plus d’une quinzaine d'années un appartement en rez de jardin dans une petite rue tranquille du 12e arrondissement.

Le jardin est assez grand, comporte des espaces de gazon, des massifs de fleurs (rosiers,hortensias,sauges, millepertuis etc…) et quelques arbres. Notamment un pin situé à quelques mètres de notre salle de séjour. C'est un espace privilégié pour les oiseaux, d'autant que le jardin est interdit aux promeneurs. C'est le domaine des oiseaux et des chats. Nous sommes donc devenus familiers des uns et des autres et, en ce qui concerne les oiseaux, nous avons eu le temps de reconnaître et mieux connaître plus d’une quinzaine de volatiles sédentaires ou de passage.

Notamment : les moineaux, merles, pigeons ramiers et bizets, étourneaux, pies, mésanges, rouge-gorges, grives, magnifique pic vert et rouge qui vient nous visiter une ou deux fois l'an pour se gorger de fourmis qu'il déterre dans la pelouse (comment le sait-il ?) pic épeichette, corbeaux, pinsons etc..
Nous avons eu aussi pendant quelques années un rossignol qui nous émerveillait de ses chants au petit matin à la belle saison.

Zette & Noah Couple Geai 316.jpgEt puis il y a nos geais (cliquez sur la photo pour l'agrandir), un couple qui est là une grande partie de l'année, sauf l’été qu'il passe dans le bois de Vincennes, avec leurs petits. Ils sont magnifiques avec leur plumage fauve rosé sur lequel tranche le bleu barré de noir et de blanc des convertures alaires.

Au fil des années, ils sont devenus de plus en plus familiers, réclamant leur nourriture, soit en signalant leur présence dans le pin par leurs cris discordants, soit même en venant frapper du bec les carreaux de la salle de séjour, jusqu’à venir manger dans la main ! . Leur nourriture principale est le gland du chêne commun (d'où leur nom : « le geai des chênes : « garrulus glandarius «étant le nom savant) et nous en constituons des provisions chaque automne pour les nourrir pendant l'hiver.

Sauf que l'an dernier... incroyable mais vrai … il n'y a pas eu de glands en région parisienne ! Certes, des amis nous en ont rapatrié quelques kilos du sud-est, mais nous avons dû entre temps les alimenter autrement, c'est-à-dire... avec des noisettes. Ce dont ils ont immédiatement raffolé.
Sauf que... les noisettes décortiquées coûtent cher...

Heureusement, l'année 2009 se présente sous de meilleurs auspices : les chênes du bois sont couverts de glands !

Au fil des années nous avons pu observer leur comportement : cachant des provisions dans la terre (sylviculteur involontaire) ou dans les creux du pin, exactement ce que disent les livres.
Autre spectacle : l’éducation des petits : manger, voler …

Nos geais se prénomment Noah et Zette . Devinez pourquoi...

Noah_le_geai_332.jpg ZetteFemelleGeai326.jpg

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Jacques et Nicole

Commentaires

Ils sont mignons...

Écrit par : Melissa | 23.08.2009

N'hésitez-pas à me contacter quand votre appartement sera à vendre.

Écrit par : Paul | 23.08.2009

Les commentaires sont fermés.