Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Souvenir de Samaritaine

Vous souvenez-vous de ce slogan : « On trouve tout à La Samaritaine ! » ?

C’était vrai, on y trouvait tout, même ce qu’on n’y cherchait pas ! Du petit clou, au petit truc pour le Toutou, de la quincaillerie à la photographie, du fruit exotique, tout juste débarqué à Paris, aux services de table pour le savourer….

 Et j’en passe, grands nombres encore, bien plus que des trésors. Tout cela réunis sur 48 000 m2 en 4 magasins. 

Même à la maison, lorsque mes affaires restaient introuvables parce que mal rangés…. Je m’entendais dire "Vas à La Samaritaine, on trouve tout" ! 

Mais, c’était encore, il y a 16 ans. Tout ce temps, pour nettoyer, rénover, réorganiser moderniser. Le temps est passé, tout a bien changé. Je n’y ai rien trouvé ; certes je n’y cherchais rien d’autres que mes souvenirs, de petite fille, qui y venait, accompagnée de Mamie, de Maman, ou de Papa, selon l’achat prévu.  Parce que devenue "grande" et indépendante, c’est ailleurs que j’achetais mes trésors, loin de ces vieux magasins !

Aujourd’hui, le Temps est passé, et même dépassé ! car accompagnée de celui qui partage mes jours, d’autres images, que seul l’œil, peut capter, et l’appareil photo capturer, sont au rendez-vous. Aujourd’hui, l’appareil photo en main, le "clic, se déclenche, sans hésitation, le prix de la pellicule n’est pas un problème… Autrefois mes "clics" se déclenchaient, principalement pour les grandes occasions. Non pas pour une boutique, même prévue à disparaitre ! Les décors extérieur et intérieurs, sont rénovés, les façades révèlent, le nom des divers rayonnages desservis, entourées de fleurs, sur fonds jaunes, en lave émaillé. 

Je cherche un renseignement, et m’adresse à une "agent d’accueil", les mots aussi se modernisent ! Celle-ci à un joli accent, bien loin de France, certainement pour mieux comprendre et répondre à ses compatriotes, touristes, devenus indispensables, semble-t-il, aujourd’hui, à ce type de magasin,

Les ascenseurs longent les murs, quant aux escalators et aux escaliers ils s’entrecroisent au centre du magasin. Pour accéder à ces derniers, une esplanade en demi-cercle, débouche sur une perspective superbe de l’ensemble. Au 4ème étage, s’approchant des fenêtres, sur la rue de l’Arbre Sec, une vue merveilleuse, sur les toitures de l’Eglise Saint Germain de l’Auxerrois, se dévoile. (Aucun souvenir de cela autrefois !).

Arrivée au 5ème, et dernier étage, on voit mieux, les motifs d’art déco sur les murs, qui reçoivent l’architecture métallique du toit, et des poutres. Et puis, indispensable lui aussi, le restaurant… à proximité, pour patienter, un espace, "détente" et son écran vidéo-panoramique avec vue sur la Seine, l’Ile de la Cité, le Pont Neuf, et les péniches qui doucement, suivent notre fleuve. Peut-être est-ce la vue d’une des suites, de l’hôtel qui s’y est installé, dans les bâtiments, par la place de l’Ecole, sur le Quai du Louvre ?

Les rénovations, ont effacées les couches de peintures, ajoutées au fil des années, pour retrouver ses couler dorées à la feuille, et laisser ressurgir le colonne « mode Eiffel ».

Finie, la recherche des souvenirs… nous redescendons, et j’en profite pour jeter un œil, aux étales. Je n’y retrouve vraiment rien d’autrefois… Beaucoup de rayon, sont ceux de produits de haute et très haute gamme ! Ah pardon, si, j’aperçois, là derrière un escalator, de descente, un téléphone, un écran, un "transistor"… Ni portable, ni celui d’un ordinateur…. Simplement ceux des années 70, avec des boutons pour chacune des fonctions !!!! Peut-être pour obliger le visiteur à se souvenir…. 

Ah non… même pas ! puisqu’un panneau avec un "QR code" précise "Flasher ici, pour accéder à la bande sonore" : Comme dans un musée, mode 2020 ! 

Car sur 20 000 m2, réunis sur deux des anciens magasins, le 4 et le 2, il n’y a certes plus de place au : "On trouve tout…" d’autrefois.

La Samaritaine, la première pompe à eau de Paris, (construite entre 1605 et 1608, détruite en 1813) sur le Pont Neuf, avait bien disparue, mais elle laissa son nom au magasin, crée en 1870 avec 48 m2, juste à l’angle de la rue de la Monnaie, qui allait devenir le "Premier Grand Magasin" de Paris. Là encore il n’en reste que le nom, mais grâce à la rénovation dû aux "Monument Historique", la déco d’art nouveau justifie et mérité le détour.

Arletteck

paris,samaritaine

©2021 by Yvesck

Pour voir les autres photos cliquez ICI

Note
48 000 m2  au moment de sa fermeture à 20 000 m2  aujourd’hui
Nom d'une pompe à eau située sur le pont Neuf
Entrée rue de Rivoli (magasin 4)
Passage de la rue Ballet, par la passerelle intérieure du magasin.
Arrivée magasin 2
Direction, la Seine, sur la droite l’église, séparée par la rue de l’Arbre Sec.

Commentaires

  • Merci Arlette pour ce compte-rendu de ta visite à la Samaritaine. Je vais m'y rendre cette semaine.
    Serai-je surprise, voire déçue de ce nouveau temple de la consommation pour les plus bien munis, mais je serai certainement heureuse de voir cette architecture et ces décors si bien restaurés.

  • Chère Arlette, ton compte rendu sur la Samar m'intéresse. Depuis sa réouverture, j'ai été maintes fois tentée de m'y rendre ; j'ai procrastiné (mot à la mode) de crainte de n'y voir que .luxe et tentations inaccessibles. Ton écrit et tes superbes photos m'encouragent à découvrir ce magasin (qui pour moi n'en est plus un) pour la beauté de la décoration d'origine retrouvée et des vues superbes sur Paris. Du magasin bon marché "ontrouvetoutàlaSamaritaine" au lieu architectural somptueux, reste un lieu historique à voir pour le Parisien lambda. La visite, elle, est... offerte.. Martine C

Écrire un commentaire

Optionnel