Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28.09.2017

Flower power

Flower power.jpgOu "Bons baisers de Chaumont-sur-Loire" où, en ce mardi 8 août, nous avons fait escale pour visiter, comme chaque année, le Festival international des jardins, dont le thème était, pour cette 26e édition, "le pouvoir des fleurs" (du 20 avril 5 novembre prochain) Comme le rappelle le document de présentation, de toute antiquité et quelles que soient les civilisations, dans l’art et la littérature, les fleurs, réelles ou figurées, ont joué un rôle essentiel dans les imaginaires. Nul n’ignore leur infinie diversité, leur perfection formelle, leur mystère, leur pouvoir symbolique, leur beauté, leur parfum, leur éclat, leur couleur et même leur saveur ensorcelle les sens.

Nous n’avons pas été déçus par cette édition, qui offre une luxuriance particulière, mais admiratifs, voire émerveillés. Les 24 jardins que nous avons visités sont des petits chefs-d’œuvre, méritant que l’on s’y attarde longtemps. Par exemple : le jardin coréen "le pouvoir des sorcières" où le rouge et le pourpre d’un jardin de sorcière exaltent les vertus des plantes qui guérissent.

- "La fleur du mal" évoque les pouvoirs hallucinatoires et dangereux des fleurs avec des lits à opium où le visiteur peut se prélasser en contemplant des plantes aux propriétés psycho actives : tabac, daturas, cannabis…

À la recherche du Lupin Blanc.jpg- "À la recherche du Lupin Blanc" nous entraîne dans l’univers de Lewis Carroll à la recherche de fleurs extraordinaires.

- "Le jardin des ombres et du repos" qui offre un espace de repos et de méditation à l’ombre des bambous.

- "Les belles aux eaux dormantes" rencontre improbables des roses et des nénuphars, une poétique roseraie s’associant aux verts profonds des plantes aquatiques.

- "Le jardin bouquetier" met en scène des plantes oubliées de notre enfance dont les couleurs et les parfums évoquent de délicieuses nostalgies.

- "Monochrome blanc" époustouflante célébration baroque et théâtrale du pouvoir de la couleur. Une mise en scène composée de murs végétaux piqués de plantes aux floraisons blanches, côté pile, et offrant, côté face, un sublime camaïeu de teintes violettes, rouges ou jaune orangé.

de l’autre côté du miroir.JPGLe prix de la création 2017 a été décerné au jardin "de l’autre côté du miroir" surprenant jeu de miroirs transformant un simple carré de fleurs fuchsia en champs infinis.

Mais le magnifique château de Chaumont comporte également d’autres centres d’intérêt artistique : dans le château, dans les écuries, dans le parc historique, dans la serre de la cour de la ferme, notamment. Le visiteur trouvera à boire et à manger dans le restaurant gastronomique "le Velum" dont le délicieux menu très sophistiqué s’inspire très largement du thème de l’année, mais aussi dans un buffet méditerranéen excellent et d’un rapport qualité-prix remarquable et un estaminet sympathique. Avec bien sûr des boutiques pour tous les goûts, notamment plantes et semences, livres et cartes postales. Et, pour les gourmands, une boutique de sorbets aux parfums inattendus : huile d’olive, basilic, tomate, pamplemousse aux grains roses et autres.

N’hésitez pas à faire le voyage !

Jacques et Nicole

Écrire un commentaire