Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05.05.2017

Bons baisers de l’hôtel de Salm…(1)

parisOu plus précisément du musée national de l’ordre de la Légion d’honneur et des ordres de  Chevalerie (Créé en 1925 par souscription nationale et internationale dont une importante participation américaine).

Par une belle après-midi de décembre 2016, nous avons visité, dans un cadre associatif, ce très intéressant musée sous la houlette d’une conférencière à la fois très érudite et pleine d’humour.

Le musée présente ses collections permanentes dans  des espaces thématiques consacrés :

  • à l’histoire du palais et à la création du musée
  • aux ordres chevaleresques et religieux
  • aux ordres royaux français
  • à la Légion d’honneur, ordres impériaux et souvenirs du premier empire
  • aux ordres étrangers
  • enfin, aux ordres, décoration et médailles français de 1789 à nos jours

C’est le seul musée au monde consacré à la Phaléristique, c’est-à-dire la science auxiliaire de l’histoire qui a pour objet l’étude des ordres, décorations et médailles.

Comme le disait Montaigne il y a quelques siècles : "cela a été une belle invention reçue de la plupart des polices du monde d’établir certaines marques  vaines et sans prix pour honorer et récompensé la vertu. Nous avons pour notre part, et plusieurs de nos voisins, des ordres de chevalerie qui ne sont établis qu’à cette fin. C’est à la vérité une bonne et profitable coutume de trouver moyen de reconnaître la valeur d’hommes rares et  excellents et de les contenter et satisfaire par des paiements qui ne chargent aucunement le public qui ne coûtent rien aux Prince" (les titulaires de la Légion d’honneur reçoivent une pension annuelle de 8 euros…)

Tout d’abord au premier niveau une salle consacrée aux grands Ordres de Chevalerie principalement à l’ordre de Malte ou plus exactement à l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte (nous avons une pensée particulière pour les chrétiens d’Orient aujourd’hui persécutés : ils furent les premiers chrétiens…)

Les types de ces grands ordres sont notamment : l’ordre du Temple, l’ordre du Saint  Sépulcre : les hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem où ordre de Malte, l’ordre de Saint-Lazare de Jérusalem et quelques autres qui ont disparus.

La salle suivante nous présente un immense tableau de Van Loo représentant le roi Henri III créant l’ordre du Saint Esprit. Puis un autre tableau consacré à l’ordre royal de Saint-Michel, sans oublier l’ordre de Saint-Louis.

Nous découvrons ensuite l’histoire de la création de l’ordre de la Légion d’honneur(le Rouge) par Napoléon 1° en 1803. À l’origine, il récompensait les actes de bravoure (le rouge du sang versé) et des services éminents rendus à la nation. Depuis, il s’est-hélas diversifié vers d’autres publics : les artistes, les écrivains, les sportifs et notamment les footballeurs, les chanteurs etc. Nous pouvons voir les versions successives des médailles au fil du 19e puis du 20° siècle.

parisNapoléon créa également de nombreuses décorations à travers son empire.

À la suite, c’est une salle consacrée aux ordres étrangers : "honni soit qui mal y pense…". C’est bien sûr l’ordre anglais de la Jarretière qui nous est présenté, puis celui du Bain suivi par le légendaire collier de la Toison d’or et bien d’autres, aux noms parfois curieux et exotiques, comme l’ordre du chrysanthème japonais.

Au premier étage, c’est l’époque contemporaine qui est illustrée et particulièrement la première guerre mondiale.

Une section est consacrée à l’Ordre national du Mérite(le Bleu) créé par le général De Gaulle en 1963, afin de mettre fin à la prolifération d’ordres français divers et variés, en les regroupant dans un ordre unique qui doublait la Légion d’honneur. (Malheureusement, cette ambition n’a pas été vraiment respectée : de nouveaux ordres ont vu le jour ou ont été ressuscités et le bleu est devenu généralement l’antichambre du rouge…)

<>Une pensée émue pour l’Ordre de la  Libération, créé par le Général de Gaulle à Brazzaville en 1940, dont le millier de dignitaires a maintenant disparu. Gloire à eux !

Rappelons l’ordre hiérarchique des ordres français : Légion d’honneur –  Croix de la  Libération (désormais pour mémoire) –  Médaille  Militaire –  Ordre du  Mérite.

En conclusion  nous avons salué une excellente présentation des différents objets, peintures, meubles et décorations (des milliers) reflétant cette histoire séculaire, française, européenne et  ultra marine.

Non seulement une signalétique tout à fait correcte mais aussi des bornes de consultation et des écrans interactifs. Et des banquettes et des fauteuils pour se reposer de temps en temps, ce qui est malheureusement trop peu fréquent dans beaucoup de musées français. N’hésitez pas à le visiter et revisiter : le métro Solferino est à 200 m et la visite est gratuite !

Jacques des Marguettes

(1) la famille de Salm est de vieille noblesse française (lotharingienne !) issue d’une petite principauté de l’Est. Elle existe toujours après 12 siècles !!!

Écrire un commentaire