Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27.01.2017

L'Épiphanie

Toutes les occasions sont bonnes pour se retrouver et bien commencer l'année. Ce jour en est une parmi tant d'autres. De nombreux adhérents sont venus afin de partager ce plaisir. Chacun apporte sa bonne humeur.

L'accueil chaleureux de nos hôtesses nous réchauffe des frimas de la rue. Chacune s'affaire à installer une jolie table. Pour l'instant il y a seulement quelques assiettes garnies de mises en bouche à déguster avec les yeux, Il faut savoir attendre.

Afin de nous faire patienter, Jean Paul veut tout nous dire ou presque, sur le second empire, sans oublier les fantaisies de Napoléon lll. Alors, tendons l'oreille. Est-ce le parfum des galettes ou les grands chantiers de Paris conduits par le baron Haussman, de nouveaux invités se joignent à nous, apportant quelques bouteilles. Soyez les bienvenus.

Mais avant les douceurs du jour nous allons savoir qui sont les élus du concours photo. Tous les participants sont gagnants même s'ils ne sont pas nommés officiellement. Gagnants pour s'être levés tôt par tous les temps les dimanches matin afin de jouer le jeu, gagnants pour savoir observer, transmettre ses impressions par l'image avec originalité, curiosité.

Partons donc en balade avec eux. Après s'être arrêtés au mémorial pour la paix, nous découvrons la tour Eiffel, un soir sous un ciel flamboyant, après être vue de loin depuis le pont d'Iéna, puis la voilà derrière les herbes folles, ceci après avoir montré ses dessous. Plus loin, un piéton poursuivi par son ombre, se dirige vers les réverbères du pont Alexandre lll. Ce flâneur, curieux de tout, va d'un bon pas vers le jardin du Luxembourg où il ne trouve que deux chaises vides en attente posées sur un sol couvert de feuilles aux tons chauds. Comme rien ne l'arrête, il emprunte une rue inondée en sens interdit. Peu importe, il poursuit son chemin en passant par la promenade plantée. Derrière les feuillages, quel est donc cet oiseau qui le scrute d'un mauvais œil ? Une chauve-souris, mais non, illusion, il ne fait pas déjà nuit. Il cueillerait bien quelques dahlias pour sa belle, mais il ne veut pas effrayer un superbe papillon posé là à se pavaner au soleil. Fatigué, notre promeneur est sauvé en croisant une station de vélib. Il enfourche un engin et se dirige vers le parc de Belleville. Surpris par le Street-art de ce quartier, il escalade les quelques marches. Là, il s'appuie près d'un tronc d'arbre. Au loin, un arc en ciel illumine sa journée. Il reste là jusqu'à ce que la nuit tombe. Sur les toits de Paris les cheminées dominent. Demain il partira dans la vallée du Lot, son havre de paix. Il n'est déjà plus là...

Il n'est plus là notre promeneur, mais les invités sont dans la salle. De nouveaux adhérents font connaissance entre deux parts de galette. Les plus anciens sont heureux de se retrouver afin de discuter, échanger. En cours d'année ils se croisent sans se rencontrer.

Le bar est ouvert et bien garni, il y a même une réserve sur la terrasse. Jeannette a du mal à suivre. Pas étonnant, il y a de la demande. Les galettes sont très bonnes. Comme il y a autant de fèves, il y a autant de reines qui, d'ailleurs, ne se manifestent pas étant donné qu'il y a peu de rois (mages).

Ce dimanche de Janvier est une belle journée. Merci aux organisatrices (eurs).

AnnickD

Les commentaires sont fermés.