Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29.04.2016

Bons baisers du musée de l’homme

Enfin ! Après six années d’attente, notre cher musée de l’Homme a à nouveau ouvert ses portes. Rénové, repensé, reconfiguré, devenu  à la fois musée et laboratoire de recherche, nous l’avons redécouvert avec bonheur et un intérêt croissant pendant deux heures de visite, en ce début du mois de mars.

paris,muséeNous avons pu ouvrir des horizons sur les trois thèmes fondamentaux : "Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons nous ?"

Ce qui nous a permis au passage de battre en brèche quelques idées reçues. Ainsi, l’étude des 18 000 crânes et du millier de squelettes précieusement conservés, a permis de démontrer que le concept de races, utilisé autrefois pour classer les variations dans l’espèce humaine, n’avait aucune utilité scientifique.

Tout commence dans l’eau, comme nous le savons maintenant et nous arrivons très vite à la comparaison entre Simiens et Hominidés, lesquels parviennent à la bipédie ce qui change tout !.

Nous en venons aux révélations de l’ADN : "on a tous quelque chose de Néanderthal !" – 4 % - quelle que soit notre origine. Et pourtant, que d’apparences différentes, comme le montre la collection des bustes.

Notons aussi la multiplicité d’expressions orales représentées par le mur des langues (7000 actuellement recensées).

Nous retrouvons Lucy (déjà rencontrée à Addis Abeba en 2005) avant qu’elle ne soit depuis supplantée dans la hiérarchie par Toumaï, plus vieux de 2 millions d’années !

Au cours des âges, le climat a évolué entraînant des modifications du milieu et des ressources. Une étape importante a été la sédentarisation qui a entraîné au néolithique la naissance et le développement de l’agriculture, de l’élevage, la création d’outils, le développement de l’artisanat puis de l’art (Lascaux, la grotte Chauvet etc.)

Quant à savoir où nous allons, bonne question ! On évoque le transhumanisme, la mondialisation, l’irruption de la technologie, les menaces sur la biodiversité. Vastes et sensibles sujets.

Cette trop courte visite nous a évidemment convaincus de l’intérêt et de la nécessité de retourner voir - entre autres trésors - la Vénus de Lespugue, merveilleuse petite sculpture qui règne sur ce magnifique musée.

N’hésitez pas, courez vite découvrir ce bel écrin de l’odyssée de l’espèce !

Jacques et Nicole

Les commentaires sont fermés.