Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15.02.2010

Film "L'autre Dumas"

L-autre-Dumas_fichefilm_imagesfilm.jpg"L'Autre Dumas" nous transporte dans le milieu bourgeois de l'écrivain, interprété avec justesse, sans la truculence bien connue de "notre Gérard", et dont le personnage convient parfaitement, imposant par sa stature, et sa désinvolture. C'est un bel Alexandre... (Cliquez sur l'image)

Important contraste avec son "nègre" Auguste Maquet, un Poelvoorde, également avec plus de réserve dans le jeu, comparé à sa verve habituelle, nous surprend agréablement.

Les dames, chacune à leur place dans leur rôle différent, sont touchantes, les costumes très beaux, décors et paysages font oublier notre quotidien.

C'est un bon film, une belle reconstitution de l'époque Louis Philippe avec simplement effleurement de la Révolution de 1848.

Si vous voulez connaître autrement Dumas, n'hésitez pas !

Ninette

Commentaires

Si vous désirez connaître les œuvres d'Alexandre Dumas qu'Auguste Maquet s'attribue également une visite au Père Lachaise s'impose ; vous trouverez sa sépulture dans la 54ème division, les titres de ces œuvres s'y trouvent inscrites avec ses propres écrits qui restèrent, eux, méconnus.

Écrit par : Jean-Paul | 16.02.2010

A noter que le père d'Alexandre Dumas (qui deviendra
général sous la Révolution ) est natif de Jérémie en
République d'Haïti et qu'il fut vendu dans son enfance
par son père (un noble normand :Alexandre Antoine de
la Pailleterie) comme esclave à "réméré"(possibilité de le
racheter avant un certain laps de temps ) ce qu'il fit avant de regagner la France en 1774 ( l'enfant avait 12ans).

Écrit par : Jean-Paul | 18.02.2010

Je n'ai pas tellement aimé ce film alors que j'en attendais beaucoup ! il est vrai que les acteurs principaux jouent bien mais la mise en scène de ce film est plutôt médiocre et finalement, les 2 personnages sont montrés sous un jour peu flatteur ! la scène où la jeune fille (interprétée par Mélanie Thierry) introduit des armes dans la maison des capucines est particulièrement mal jouée, je ne suis pas très souvent entrée dans l'histoire. Le début était plutôt bien parti mais ensuite, l'histoire s'oriente trop vers cette passion d'amour pour la jeune fille, alors que je m'attendais à ce que le film soit davantage concentré sur le procès de Maquet contre Alexandre Dumas. Bref, décevant, malgré un bon jeu des acteurs principaux.
Désolée de ne pas partager votre point de vue. Mais il en faut pour tous les goûts.

Écrit par : VARTAN | 25.02.2010

Je suis persuadé que le procès Maquet-Dumas, mis en scène, aurait fait suer (pour ne pas dire plus) la majorité des spectateurs. Ils connaissent maintenant l'existence
d'Auguste Maquet que beaucoup, j'en suis certain, ignoraient. C'est le principal.

Le réalisateur a préféré inventer une histoire d'amour avec plus ou moins de bonheur. Je remarque que tout le monde est d'accord sur le jeu des principaux acteurs. Ce n'est pas rien. A noter le jeu remarquable de Dominique Blanc.

L'atmosphère louis-philipparde " fin de règne "et policière est très bien rendue. C'est une époque charnière de notre histoire pas assez souvent exploitée au cinéma de nos jours.

Je regrette cependant que la Révolution de 1848 soit bâclée. J'espère que ce n'est que partie remise dans un prochain film, sans trop y croire.
Cela nous changerait des " contes de fées" situé sur des planètes imaginaires.

Écrit par : Jean-Paul | 28.02.2010

Si vous voulez connaître la vie mouvementée du
général Dumas, père d'Alexandre, lisez "Le Diable noir"
de Claude Ribbe Editions Alphée.Jean Paul Bertrand.

Écrit par : jean paul | 27.04.2010

En fait, Alexandre Dumas se montra prudent lors de la
Révolution de 1848. Il prétexta une grippe pour ne pas
participer à certains banquets républicains. Il regrettait
toujours la mort accidentelle, le 13 Juillet 1842, de
Ferdinand le fils aîné de Louis-Philippe avec lequel il
était très lié.

Écrit par : jean paul | 10.06.2010

Les commentaires sont fermés.